Lecture: L’homme dévasté, Jean-François Mattéï, Grasset, 2014

L’homme dévasté de Jean-François Mattéï fait partie des grands essais qui aident à comprendre notre époque, à côté de plusieurs livres dont j’ai déjà parlé : Mythes et mythologie politiques de Raoul Girardet, le bouc émissaire de René Girard ou encore l’ère du vide de Gilles Lipovetsky (par exemple).

Le philosophe décédé en 2014, juste après sa parution, revient sur les étapes de la pensée gréco-latine puis européenne qui sont les fondements d’une conception harmonieuse de l’être humain et de la société fondée sur plusieurs piliers intellectuels en particulier les idées de beauté, de vérité, de justice et de raison. Ainsi la pensée de Platon est dominée « par une idée directrice, la vérité pour le savoir scientifique, la justice pour l’action politique et le bien pour la vie morale […] que l’on édifie le monde à partir d’un modèle scientifique, l’homme à partir d’un modèle éthique ou le citoyen à partir d’un modèle juridique, le geste d’édification a pour but d’élever la réalité de l’homme à la hauteur d’une idée, l’idée de vérité, l’idée de justice ou l’idée de bien ». Il cite abondamment Montesquieu selon lequel « les rapports de justice et d’injustice n’ont pas été instaurés au hasard des rencontres entre les hommes ; ils ont été fondés en droit dans une nature humaine universelle qui reste présente sous la diversité des peuples ». Il invoque Hegel pour qui « la raison universelle se déploie comme une architecture, non de pierre mais de pensée, pour permettre aux hommes d’habiter un monde sensé ».

JF Mattéï dénonce l’influence des intellectuels de l’après-mai 1968 ou de la post modernité dont la pensée a pour commun dénominateur l’objectif de détruire ces piliers intellectuel sur lesquels repose l’humanité c’est-à-dire, le principe de déconstruction. Michel Foucault voulait « prendre acte de la destitution d’un être qui a régné depuis deux millénaires sous la forme du sujet souverain. C’est l’idée d’homme, telle que la philosophie, la science, l’art, la morale et la religion l’avaient constituée, qui est dorénavant dissoute ». Lyotard prône « la haine de l’universel », le rejet de la figure classique de l’homme, la fin des grands récits, « la disparition du sujet rationnel et de son émancipation dans l’histoire ». Ainsi, le monde « est privé de direction et le navire a perdu le sens de son étrave car il ne suit plus aucun cap ». Maurice Blanchot, Gilles Deleuze et Jacques Derrida veulent en finir avec l’astre « qui commandait la raison édificatrice pour laisser le champ libre à l’épuisement du désastre ».

Tous ces penseurs ont pour point commun de remettre en cause l’universalisme. Le principe de déconstruction s’exprime dans la poésie, la littérature, le cinéma, l’architecture, la peinture, l’art contemporain en général et la musique (suppression de la tonalité). La théorie du genre qui nie jusqu’à la différence physique des sexes. « Après avoir effacé le visage de l’homme dans la peinture et la sculpture, démantelé la parole dans la poésie, l’intrigue dans le roman et le cinéma, la déconstruction contraint l’homme à s’absenter d’un corps dont il tient pourtant son existence ». L’écologisme en est l’une des dernières expressions, la plus accomplie qui « dénie à l’homme le droit d’affirmer sa supériorité sur les autres êtres vivants ».

A la lecture de JF Matteï, on comprend que l’obsession de la déconstruction, le wokisme, la théorie de la table rase dans sa version philosophique récente, la haine de l’occident et de ses valeurs universelles qui triomphent en ce moment seraient ainsi issus, à l’origine, de la pensée française des années 1970. Cette idéologie a envahi les campus américains s’est imposé comme l’idéologie dominante aux Etats-Unis, avant de retraverser l’Atlantique et de faire figure de pensée unique en France comme ailleurs en Europe. La « déconstruction de l’histoire » (que préconise le chef d’Etat français en personne), en est un produit.  L’auteur achève pourtant son essai sur un message d’espérance : « La déconstruction a fêté un bal des adieux à tout ce à quoi l’homme s’était identifié dans son histoire [mais] la trame qui demeure, pérenne, est celle de l’humanité. La dévastation de l’homme n’est aujourd’hui qu’une illusion passagère vouée à disparaître. On ne pourra jamais effacer l’humain puisque c’est l’homme lui-même qui en file à chaque moment le tissu ».

MT

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

25 commentaires pour Lecture: L’homme dévasté, Jean-François Mattéï, Grasset, 2014

  1. Monique dit :

    Bonjour monsieur Tandonnet toutes et toutes,
    Allez, il faut sourire ! à l’aube de cette nouvelle année où chacun a ses rêves, ce qui fait la richesse de l’homme c’est sa faculté de suivre le vent, il peut prendre des vents contraires, tout n’est que du vent, ce n’est pas moi qui le dit mais Lanza del Vasto, je reconnais cette seule philosophie :

    « La maison de vent

    J’ai ma maison dans le vent sans mémoire,
    J’ai mon savoir dans les livres du vent,
    Comme la mer j’ai dans le vent ma gloire,
    Comme le vent j’ai ma fin dans le vent.

    Damas, 1939.

    Lanza del Vasto (« Le chiffre des choses » – Ed Denoël – 1953)

    …. mais à tous, une très bonne année qui verra peut être une certaine espérance.

    Aimé par 1 personne

    • Monique dit :

      Une erreur s’est glissée et je m’en excuse, bien entendu je voulais dire bonjour « à toutes et tous » , loin de ma pensée de suivre une mode quelconque et à ce propos, hors sujet, je me demande à quoi servent nos académiciens s’ils ne défendent pas haut et fort notre siècle des Lumières.

      J’aime

  2. cyril de fayet dit :

    bonjour, pour quelle raison le ministre Blanquer s’oppose au « wokisme » ?

    J’aime

  3. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Si le constat de votre philosophe est le bon, êtes-vous bien sûr qu’en 2021, il achèverait son essai avec le même « message d’espérance » qu’en 2014 ?
    En attendant d’avoir la réponse à cette question, ne boudons pas notre plaisir de pouvoir lire un article du Figaro Vox, libre d’accès, où Mathieu Slama, le jeune auteur de « Adieu la Liberté », se livre à une analyse de la situation délétère actuelle de notre démocratie :

    https://www.lefigaro.fr/vox/politique/mathieu-slama-un-etat-d-exception-qui-dure-depuis-deux-ans-n-est-plus-un-etat-d-exception-20211228

    Aimé par 1 personne

  4. Gribouille dit :

    https://www.lefigaro.fr/vox/politique/maxime-tandonnet-comme-en-2020-l-annee-2021-a-ete-celle-des-libertes-saccagees-20211229
     » Quant à Éric Ciotti, il a confirmé le poids de la ligne souverainiste et sécuritaire dont la droite devra évidemment tenir compte pour préserver ses chances de l’emporter. »

    Ah, mais c’est bien aimable de penser à nous…

    Toutefois, dans la mesure où l’électorat de droite « souverainiste et sécuritaire », dont LR a effectivement besoin pour arriver au pouvoir, est en fait nettement majoritaire à droite (une partie de LR, les votes pour le RN et pour M. Zemmour), il me semble qu’un parti soucieux de remplir le souhait des électeurs devrait plutôt envisager de « tenir compte » de la ligne libérale et décentralisatrice.

    Chacun sait qu’en fait, LR va bien agir conformément à votre description, c’est à dire utiliser M. Ciotti et quelques autres pour faire du bruit sur les thèmes souverainistes et sécuritaires ; tandis qu’en coulisse, les technocrates poursuivront leur labeur pluri-décennal : européiste, décentralisateur et libéral.
    Qui pourtant ne marche pas, un cas emblématique étant celui de l’école ; ou encore, EDF.

    N’est-ce pas pour cela que LR perd régulièrement élections ou soutient des électeurs, avec pourtant une « droite qui est largement majoritaire dans ce pays » ?

    Cela semble en tout cas plus convaincant que les explications faisant porter le chapeau, au choix, aux querelles de personnes ; aux affaires médiatiques de costumes ; ou au système présidentiel.

    Aimé par 1 personne

  5. Raymond dit :

    JE M’AGITE & JE PARLE ,
    DONC, JE SUIS (le dévastateur) ! ?

    Bonjour monsieur,
    Bonjour à toutes et à tous.

    Peut-être, avez-vous déjà eu l’occasion d’observer la confrontation entre une mouche et un halo de lumière ?
    Combien, dans les nuageuses sombritudes du moment, cette leçon de chose est-elle intéressante, instructive et fortifiante, à la notre.

    L’agitation du vol, nous montre rapidement  l’incandescente attirance et l’engouement que celle-ci génère sur l’ignorante et orgueilleuse bestiole.
    Certainement, pense t’elle pouvoir s’approprier, par cette danse macabre, la gloire de son irradiante salubrité.

    En même temps, nous pouvons, encore plus rapidement, remarquer que la vérité de cette brûlante illumination reste nullement accessible au plus gesticulant. Tout aussi Brownien que soit les irresponsables chocs et les irrespectueuses violences, ils ne permettent à l’usurpatrice créature une quelconque sereine approche de sa nature originelle et , encore moins, une spoliation de l’une de ses propriétées bienfaitrice et unificatrice.

    Agressée, mais jamais diminuée,
    Dévastée, mais jamais avilie,
    Souillée, mais jamais éteinte.

    Tel est la chose, tel est la leçon !

    Cordialement.

    CALME & SILENCIEUSE,
    ELLE ÉTAIT, ELLE EST, ELLE SERA …_

    Aimé par 2 personnes

  6. roturier dit :

    Une critique littéraire ? Pourquoi pas. Elogieuse ? Pourquoi pas.

    Mais ne voilà-t-il pas que MT nous fourgue, sous ce prétexte, la phrase suivante :
    « La ‘’déconstruction de l’histoire’’ (que préconise le chef d’Etat français en personne) ».

    Bref, quel que soit le sujet prétendu, c’est toujours la bonne vieille propagande politicienne.
    Fondée, au moins, sur des faits ? Que nenni. Sur du vent.

    Comme d’hab.

    J’aime

    • cgn002 dit :

      Les aveugles ne comptent plus sur leur vue pour voir le monde. Leur capacité fictionnelle le reconstruit selon un schéma (un référentiel) tout intérieur.
      Bien des voyants ne voient pas mieux la réalité…

      J’aime

  7. Georges dit :

    La pensée unique ,l’idéologie dominante des enfants gâtes .

    J’aime

  8. Freddie dit :

    C’est vrai que cette idéologie a été mise en forme par les intellectuels français. Je me souviens, ayant fait mes études peu après, qu’ils étaient très à la mode dans les facs. Ils ont conceptualisé, mais ont-ils vraiment inventé ou seulement théorisé des idées qui étaient dans l’air du temps à l’époque ? Par exemple, entre autres, je me souviens que c’était très à la mode d’avoir une allure androgyne à l’époque. A la fac, pour avoir l’air malin, il fallait être « critique », etc.

    J’aime

  9. Petit dit :

    Bla.

    J’aime

  10. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Je n’apprécie pas l’ex premier ministre qui aura par son inefficacité, gâché son court passage à Matignon mais son intervention publique en octobre dernier sur le wokisme, la cancel culture et le niveau actuel du débat public me parait intéressante à écouter.
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/philippe-naime-pas-le-wokisme-la-cancel-culture-et-tout-le-tintouin_fr_6161c137e4b0fc312c97a8ac« 

    J’aime

  11. Fredi M. dit :

    Eh bien les dernières lignes de ce billet est un beau message d’espoir à l’aube d’une nouvelle année !
    Car pour le constat, sans prétention, nous sommes nombreux à l’avoir fait depuis longtemps.

    J’aime

  12. artofuss dit :

    A reblogué ceci sur MEMORABILIA.

    J’aime

  13. cyril dit :

    bonjour, cela explique peut être la percée de E Zemmour contre ce basculement civilisationnel !
    par ailleurs : j’avais déjà des inquiétudes fortes vis a vis de la Chine, de son régime dictatorial, des arrestations d’opposants. , et aussi sur l’origine du covid., les mensonges chinois.
    Tout cela se confirme en lisant un article du journal Le monde (24 novembre 2021), la Chine exerce des pressions et arrête, surveille des opposants ou des personnes critiquant le régime (résidence surveillée),
    exemple avec la joueuse de tennis Peng Shuai ou le patron du groupe alibaba Jack Ma.
    tout cela fait peur, m’inquiète, l’avenir du monde passe par des régimes démocratiques.
    + autre article intéressant , journal le monde 10 nov 2021, la lanceuse d’alerte Emma Reilly reproche à sa hierarchie (ONU, haut commissariat droits de l’homme)
    d’avoir cédé aux pressions chinoises en livrant aux dirigeants chinois le nom d’opposants appelés à témoigner devant les instances de l’ONU .
    Elle semble seule contre tous ! elle demande juste une enquête indépendante.

    J’aime

    • cgn002 dit :

      Inquiétant effectivement, et rien de nouveau.
      Voir aussi la condamnation des patrons de presse de Hong kong, se permettant d’éditer des vérités gênantes par rapport au régime.
      Et lorsque l’on sait que grâce à l’OMC, la Chine demeure subventionnée par les pays occidentaux en vertu de son statut de pays en voie de développement (Vu son PIB PAR HABITANT).
      Tout en constatant (en même temps) que la Chine utilise sa richesse capitaliste vers une hégémonie mondiale, confortée par un effort de guerre ahurissant…
      Je rajouterai que la mentalité chinoise a toujours eu les dispositions d’irresponsabilité en vogue actuellement sur toute la planète : à savoir que le mensonge est lié au pouvoir et qu’il ne saurait être critiqué.
      C’est la faille délétère du confusianisme qui prône l’obéissance.
      L’obéissance et l’honneur étant des notions très fortes dans cette région du monde.
      La susceptibilité (ou l’offense à l’honneur) étant l’arme absolue pour la victoire du mensonge et de la manipulation.
      Du moins le pensent ils inconsciemment…
      Retour aux réflexes du moyen âge…

      J’aime

    • cgn002 dit :

      @cyril
      Inquiétant effectivement, et rien de nouveau.
      Voir aussi la condamnation des patrons de presse de Hong kong, se permettant d’éditer des vérités gênantes par rapport au régime.
      Et lorsque l’on sait que grâce à l’OMC, la Chine demeure subventionnée par les pays occidentaux en vertu de son statut de pays en voie de développement (Vu son PIB PAR HABITANT).
      Tout en constatant (en même temps) que la Chine utilise sa richesse capitaliste vers une hégémonie mondiale, confortée par un effort de guerre ahurissant…
      Je rajouterai que la mentalité chinoise a toujours eu les dispositions d’irresponsabilité en vogue actuellement sur toute la planète : à savoir que le mensonge est lié au pouvoir et qu’il ne saurait être critiqué.
      C’est la faille délétère du confusianisme qui prône l’obéissance.
      L’obéissance et l’honneur étant des notions très fortes dans cette région du monde.
      La susceptibilité (ou l’offense à l’honneur) étant l’arme absolue pour la victoire du mensonge et de la manipulation.
      Du moins le pensent ils inconsciemment…
      Retour aux réflexes du moyen âge…

      J’aime

  14. cgn002 dit :

    Si l ecologisme ne reconnaît pas la supériorité de la pensée humaine,
    Si l ecologisme consiste à ce que l’ homme se résigne à se considérer au même niveau que l animal , les vegetaux ou tout objet naturel,
    c »est que l’ ecologisme est une absurdité totale.

    J’aime

  15. cgn002 dit :

    Dernière phrase d’espoir, comme cela sied à la période des fêtes de fin d année.
    Ce qui précède ressemble à un bilan, non pas de fin d année, mais de 5 ou 6 décennies (à mon avis).
    J en partage en tous cas les pensées telles que décrites.
    Merci pour cette synthèse qui reflète parfaitement mes propres analyses (pas à travers mes lectures, mais seulement au regard de mes observations).

    J’aime

  16. Janus dit :

    J’ai lu ce livre. Vous en faites une très belle recension et je conseille à tous vos lecteurs de se plonger dans ce livre, pas forcément le plus gai du moment, mais bien écrit sans excès de jargon philosophique , et qui éclaire bien notre situation délétère d’aujourd’hui.

    J’aime

  17. Monsieur Tandonnet, bonjour.

    Lectrices et lecteurs de ce blog, bonjour.

    Je vous propose un livre qui va à l’encontre du livre « L’homme dévasté » de Jean-François MattéÏ.

    Voir lien suivant:

    http://yallahcastel.fr/Blog/index.php?article622/felix-et-la-source-invisible

    J’aime

    • Anonyme dit :

      Comparer Matei et ce pisseur de copie insipide de Schmitt est un scandale intelectuel…

      J’aime

    • Je ne l’ai pas comparé et j’ai même précisé qu’il est à l’opposé de Jean-François Mattéï. J’ai aimé son livre et je me suis aperçu que je ne suis pas le seul à l’avoir aimé. Et j’ai trouvé sa lecture reposante. Une agréable trêve de fin d’année.

      J’aime

  18. Ping : Lecture: L’homme dévasté, Jean-François Mattéï, Grasset, 2014 – Qui m'aime me suive…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.