Sur la démission de M. Muselier des Républicains (pour Figaro vox)

Le président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Renaud Muselier, a annoncé sa démission des Républicains le mercredi 24 novembre. L’ancien secrétaire d’Etat aux affaires européennes sous Jacques Chirac a expliqué son geste par son refus d’une droitisation de la ligne du mouvement qui se serait exprimée lors des débats préalables au congrès chargé de désigner un candidat LR aux présidentielles. A cet égard, il a plus particulièrement ciblé son adversaire de la région PACA: « les idées d’Eric Ciotti avancent » alors que ce dernier « véhicule les idées de Zemmour ». Il a ainsi condamné une « dérive politique » de son ancienne formation politique et l’élu a assuré vouloir s’en tenir à sa « ligne rouge » : « pas d’accord avec l’extrême droite ». De fait, la démission de Renaud Muselier n’a rien d’un événement en soi mais elle prend tout son sens à travers ce qu’elle révèle ou confirme de la vie politique française aujourd’hui. 

Un débat d’idées est en cours dans le cadre de la préparation du congrès LR. Cinq candidats sont en lice et présentent des lignes diverses et parfois divergentes notamment sur la question de l’immigration qui est en toile de fond de la prétendue dérive du mouvement. Lors du premier débat télévisé, Eric Ciotti n’avait pas désavoué la formule « grand remplacement » prêtée à Eric Zemmour mais il était le seul des cinq sur cette ligne. Une démission fondée sur le prétexte d’une dérive idéologique, alors que justement le débat se déroule sur le choix d’une personnalité et d’un projet, peut paraître largement prématurée, voire paradoxale. M. Muselier s’était prononcé quelques jours plus tôt en faveur de l’un des protagonistes de ce débat, Xavier Bertrand, dont les propositions y compris sur l’immigration, devaient dès lors lui convenir.

D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que le parti issu du gaullisme se penche sur le sujet de l’immigration. Le programme de la droite en 1990 (RPR et UDF) était particulièrement musclé – prévoyant la suppression de certaines prestations sociales aux étrangers – sans que cela ne suscite, à l’époque, de protestation de la part des nouveaux indignés d’aujourd’hui. De même aucune des personnalités de droite venues de LR, qui se déclarent aujourd’hui offensées dans leur vertu idéologique, n’avaient manifesté son trouble face au projet du candidat Nicolas Sarkozy de créer un ministère de l’immigration et de l’identité nationale en 2007 – une association jugée transgressive à l’époque par les éditorialistes et les leaders de gauche. Alors pourquoi aujourd’hui une indignation qui hier n’était pas de mise ?

En vérité, cette démission ne montre pas la politique française sous son meilleur jour et n’est pas de nature à restaurer le lien entre les Français et leurs représentants. Renaud Muselier a été élu en 2021 président de la région PACA avec le soutien de la droite LR – même si l’ouverture de sa liste à des élu LaREM lui avait valu des critiques de la part de sa formation.  Cette démission ex post d’un formation politique à laquelle il doit (au moins en partie) son élection soulève l’éternelle question de la fidélité au mandat confié par les électeurs et aussi celle de la démocratie représentative. Elle intervient au pire moment pour son ancien camp (ou « famille politique ») mettant l’accent sur ses déchirements internes et ses faiblesses alors que LR, selon tous les sondages, est menacée d’une nouvelle l’élimination du second tour des présidentielles qui pourrait, cette fois-ci, lui être fatale.

Au-delà des considérations de fond (sur la droitisation) qui sont invoquées, l’explication de cette démission trouve au moins partiellement sa source dans la tambouille de PACA et l’exacerbation de rivalités personnelles entre le président de la région et Eric Ciotti ou David Lisnard, maire de Cannes, récemment élu président de l’association des maires contre le candidat LREM-compatible qui avait les faveurs M. Muselier. Dans l’ombre de ces turpitudes politiciennes, que reste-t-il de l’intérêt général ?

La démission de LR à ce stade de la vie politique française, sous des prétextes d’incompatibilité de fond, pourrait bien nourrir le sentiment selon lequel le président de PACA fait un pas supplémentaire dans la voie d’un ralliement à la candidature du président Macron à sa réélection – considérée comme probable sinon acquise par la plupart des observateurs –, à l’image d’autres personnalités de droite de sa région. Encore faudrait-il, pour que ce choix n’apparaisse pas comme purement opportuniste, qu’il prenne appui sur de véritables raisons de fond. Qu’est-ce qui le justifie du point de vue de l’intérêt public ? Les résultats du quinquennat en matière de réformes accomplies ? Et lesquelles ? Son bilan effectif sur la moralisation de la vie publique, sur la maîtrise des migrations, la sécurité, la dette publique, les déficits, le commerce extérieur, l’état de l’industrie française, le chômage, la pauvreté, la cohésion sociale, la politique sanitaire, les libertés et la confiance en la démocratie ? Des prises de position spectaculaires sur la déconstruction de l’histoire de France, « le mâle blanc » ou la colonisation comme « crime contre l’humanité » ?  Est-ce bien ce bilan qu’une partie de la droite « laremisée » entend revendiquer aux prochaines échéances électorales ?

Cette nouvelle secousse soulève une fois de plus la question du sens de la politique aujourd’hui. N’est-elle plus rien d’autre qu’une forme de courtisanerie, une course opportuniste aux mandats, aux prébendes et aux honneurs, ou conserve-t-elle une part d’engagement et de conviction au service de l’intérêt général ? En vérité, c’est toute la question de la défiance croissante des Français en la politique et de la vertigineuse montée de l’abstentionnisme ou du vote dit « antisystème » qui est de nouveau posée.

MT

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

48 commentaires pour Sur la démission de M. Muselier des Républicains (pour Figaro vox)

  1. fraternel dit :

    ensuite se poser la question sur le désinteret de la politique par le peuple?
    ou allons nous si les politiciens n’arretent pas de ne penser qu’à leur propre personne et les avantages liés à leur élection
    ce qui ne veut pas dire que chaque élu en profite mais plus çà monte dans la hiérarchie plus çà de vient une vérite.
    hormis celles et ceux élus dans des petits villages des petites villes des bourgs qui doivent jongler avec des bouts de ficelles pour boucler des budgets.
    encore qu’il y a toujours une sorte de don camillo et pepponne dans ces lieux ce qui fait leur charme er sourire

    J'aime

  2. Gerard Bayon dit :

    hfhjglfhjfjhvjhl

    J'aime

  3. Bernderoan dit :

    Muselier me paraît être le parangon des politiques conduisant à l’abstention.

    J'aime

  4. cgn002 dit :

    L unique conviction d un tel personnage est de gagner une place au soleil de notre République bananiere.
    Toute la méthode consiste à se positionner du côté des suffrages les plus nombreux, cad du côté des électeurs achetables; ils sont de plus en plus nombreux, et Macron a toujours appliqué ce stratagème gagnant sur le plan électoral. C est ainsi que Macron dispose d une longueur d avance sur tout parti qui prônera l intérêt de la France, qui se trouve pourtant à l opposé de l assistanat et de la démagogie.
    La tromperie à la francaise a semble t il, un long boulevard devant elle. Un boulevard en pente raide avec l enfer qui s approche d autant plus vite.

    Aimé par 3 personnes

  5. artofuss dit :

    A reblogué ceci sur MEMORABILIA.

    J'aime

  6. patricecharoulet dit :

    Membre de LR, à jour de ma cotisation ( 30 euros), j’ai écouté tous le débats avec application, et je vais écouter le dernier sur France 2. J’hésite entre Pécresse et Bertrand. Le coup d’éclat de Muselier risque fort de troubler les électeurs LR appliqués. Les relations des ténors PACA est une chose, l’élection du candidat LR, puis du président de la République, en est une autre. Nous ne sommes pas dans une affaire régionale et Muselier me semble irresponsable.

    J'aime

    • Philippe dit :

      Bonjour patricecharoulet

      J’étais membre LR je ne le suis plus, je n’ai pas payé ma cotisation,quand on dit qu’on quitte un parti définitivement et qu’on revient simplement pour les ors de l’Elysée, On ne peut faire confiance en ces deux personnages. Quand leur minable carrière prime sur l’intérêt général, de la France, vous ne pouvez que les rejeter.
      Aujourd’hui droite gauche centriste et autres ne sont que des politicards d’opérette, A ce jour pour moi aucun de tous ces opportunistes ne vaut la peine. La France est dans le déclin.
      Tous ces guignols ne s’aperçoivent pas qu’ils n’ont plus aucune légitimité, les abstentions récurrentes à chaque élections le démontrent.
      Mais ils sont incapables par arrogance et prétention de se remettre en question.
      Aujourd’hui tous ce politiques n’ont comme ultime et unique conviction que de ne pas avoir de convictions et ne pensent qu’à eux , la France et les français ils s’en contrefichent, ils sont hypocrites et vous disent simplement ce que vous avez envie d’entendre et tout sonne faux dans leurs paroles.
      Croire que Pécresse et Bertrand seront les sauveurs est une erreur, car à peine élus ils penseront déjà à leur réélection en 2027, comme tous le font;

      Aimé par 4 personnes

  7. cyrildefayet dit :

    bonjour, je me souviens très bien de la 3e place de Mr Bayrou à la présidentielle , il en était fier ; en fait , en 2017 , E Macron a transformé l’essai et a indirectement fait gagner Bayrou qui le soutenait à 100% : donc , en effet Macron fut le ministre de Hollande , mais il est surtout le poulain de Bayrou, un centriste de droite (modem) et de gauche (PS), une alchimie qui finalement semble plaire à la majorité des Français malheureusement, faute de concurrent sérieux… pour l’instant.

    J'aime

    • there dit :

      @Cyril c’est une vision . La mienne : Macron est un pur produit fabriqué par une usine bien rôdée , vendu par une promo efficace , protégé par une justice aux ordres : tous les rouages de « l état profond » , de l’état tout court , les soutiens (presse, grd groupes) ont été utilisés à fond la caisse avec le résultat juste juste que l’on a vu (24 % 21 % et 20% au premier tour). « Les français dans leur majorité » se sont bien fait bourrer le mou tout simplement, mais n’est ce pas le « jeu » de la démocratie ? en tous les cas c’est celui auquel jouent nos élites. Pendant ce temps là, ce qui nous sert de presse leur serre la soupe et leur passe les plats.

      Aimé par 3 personnes

    • Anonyme dit :

      combien de votant ? très peut ,,,michel43

      J'aime

    • Pheldge dit :

      pfff … face à une tanche comme MLP même Cheminade aurait gagné haut la main, et nous serions en route pour Mars 😉

      J'aime

  8. Timéli dit :

    La stratégie de Macron est faire exploser LR de l’intérieur. Il lui suffit de promettre à quelques « cadors » ou cadres LR des postes de ministres après la présidentielle de 2022 pour que, de leur côté, ils sèment la zizanie au sein du parti, sous quelque forme que ce soit. L’Histoire de France regorge regorge de traîtres et de Judas. Dans ce contexte,rien d’étonnant à ce que certaines « girouettes » se laissent séduire par le chant des sirènes et sont prêtes à vendre leur âme au diable… C’est ce qui se passe quand on manque de convictions !!!

    Aimé par 2 personnes

    • cgn002 dit :

      L unique conviction est de gagner une place au soleil de notre République bananiere.
      Toute la méthode consiste à se positionner du côté des suffrages les plus nombreux, cad du côté des électeurs achetable; ils sont de plus en plus nombreux, et Macron a toujours appliqué ce stratagème.

      Aimé par 1 personne

  9. Citoyen dit :

    Eh oui, les masques tombent !…
    Je disais, il y a quelques temps ici que Muselier s’accordait avec ratelier …
    Ben voila … Il a retourné sa veste, en attendant de retourner aussi le pantalon … (J.Dutronc)
    C’est le prototype typique du socialo de droite, dont le seul objectif est ses prébendes …
    Il se fait élire par un électorat LR, afin d’obtenir le poste … Électorat qu’il fait cocu …, pour aller se maquer avec les LREM ( Les Ripoux Et Mafieux) … Et la boucle est bouclée …
    Rien de bien nouveau là-dedans, c’est une attitude typiquement centriste !..
    D’ailleurs, suite à son élection, il avait dit avoir investi (avec ses nouvelles prébendes assurées) dans un beau bateau à moteur de 10m de long !!… Probablement pour balader la grande famille de ses nouveaux amis dans les calanques …, à titre de remerciement … , tant il est redevable ….
    Il n’oubliera pas d’envoyer une carte postale à ses électeurs LR …, ça se fait …

    J'aime

  10. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, bonjour à tous,

    Quel cinéma, de fait, tous ces politicards d’opérette ne comprennent pas la défiance des français vis-à-vis des politiques. Ils ne comprennent pas que certains sont tellement haineux des politiques qu’ils leur envoient des menaces de morts.
    La bêtise, la crétinerie sont désormais leur totem. Tous sans exception participent à la destruction de la démocratie et du paysage politique français.
    Des politiques, il en faut ça fait rire, mais dans certaines circonstances comme actuellement, la France et les français ont besoin de hauteur d’hommes et de femmes d’Etat, mais là le niveau est tellement bas que l’on n’est pas près d’en voir.
    On aurait mis Vincent Macdoom, Nabilla, ou autres écervelés du même genre que le pays irait peut-être mieux.
    Vous me direz le firmament de la bêtise politique regorge de gens incompris. Aujourd’hui, le pouvoir exacerbe la connerie en faisant voler en éclats le vernis de civilité de celui qui gagne en puissance. Le pouvoir aujourd’hui s’accompagne d’autoritarisme, de décisions précipitées et de flatteurs.
    Les politiques aujourd’hui me rappellent dans Aristophane et Molière des sots plus instruits que la moyenne, mais tellement boursouflés de pédanterie que leur savoir mal digéré fait pâle figure auprès du sens commun imputé au petit peuple, c’est-à-dire à la masse populaire. Mais aujourd’hui entre un politicard d’opérette qui court les plateaux de télé pour ne rien dire et ses téléspectateurs avachis qui le trouvent nul mais le regardent quand même, qui est le plus C…
    Maintenant aux français de ne pas se soumettre, comme ils le font actuellement avec les différentes mesures du gouvernement. Ne pas se soumettre, c’est refuser les idées prêtes à l’emploi que l’on tente de nous imposer.
    Il y a un vaccin sur lequel les laboratoires devraient travailler c’est celui de la bêtise humaine et de la crétinerie.

    Aimé par 2 personnes

    • Pheldge dit :

      « des sots plus instruits que la moyenne, mais tellement boursouflés de pédanterie », c’est exactement ce qu’on fabrique dans « les écoles ad hoc » … On leur répète depuis l’adolescence qu’ils sont l’élite, qu’ils finissent par en être convaincus.

      J'aime

  11. Georges dit :

    Ou l’art de faire un bon placement.

    J'aime

  12. Jordi dit :

    Le comportement scélérat de Muselier viole ouvertement le principe de la démocratie. La quatrième république a été disqualifiée aux yeux de l’opinion publique à cause des ce genre de magouilles merdiques et du système des apparentements.

    L’aile gauche de LR, c’est un marigot de combinards. Si les électeurs voulaient LaREM, il auraient voté LaREM. La réalité c’est que LR est dirigé par les anciens de l’UDF, que les élites LR sont en (trop) grande parties Bayrouistes alors que les militants sont aussi et pour beaucoup issus du RPR. Ainsi que les électeurs.

    L’histoire de l’UMP est celle d’un cocufiage permanent dans lequel les barons de l’UDI se sont arrogé le droit de veto sur toutes les actions politiques du parti, et n’ont appliqué aucune des mesures demandées à droite. Le dogme du refus des alliances avec des partis plus à droite doit exploser, et toute personne critiquant une telle alliance doit être exclue du parti. LR doit conclure des accords aux législatives avec le FN, tout comme le PS l’a fait avec LFI ou EELV.

    Si des dirigeants veulent appliquer la politique de LaREM, qu’ils se fassent élire par les voix de LaREM. Le PS a explosé en 2017 pour la même raison.

    Aimé par 2 personnes

    • Pheldge dit :

      les UMP Macron compatibles ont un argument massue, qui clôt tout débat et annonce la soumission à la bien-pensance ; « surtout ne pas faire le jeu de l’extrême droite » …
      Regardez également les circonvolutions de MT à chaque fois qu’il aborde un « sujet délicat », c’est révélateur du cancer qui ronge la droite : on n’ose plus avoir d’idées, on s’affirme en opposition au FN/RN. Y’a que Sarkozy qui avait relevé la tête, hélas, depuis …

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.