Science po, le malaise républicain

Qu’on le veuille ou non, science po est une institution qui compte dans la République française depuis les années 1870. On parle souvent de l’ENA pour le formatage des esprits, mais c’est un mythe: il n’y a pas vraiment de scolarité et de cours à l’ENA, mais une succession de stages et de travaux de méthode purement techniques sur le droit public et les finances publiques. En revanche, science po, surtout science po Paris, est une véritable usine à préparer les personnalités influentes ou dirigeantes de demain, dans la presse, l’administration, l’entreprise et le gouvernement avec 5 années de cours de sociologie, de sciences politiques, d’économie, de relations internationales etc. [pour la petite histoire, j’ai moi même fréquenté comme étudiant 3 ans science po Bordeaux et 2 ans science po Paris en préparation ENA]. Or, depuis quelques années, science po défraye la chronique. Ce qu’on lui reproche? avoir renoncé à l’excellence universitaire pour verser dans le formatage des esprits à la gauchisation de la société (discrimination positive, multiculturalisme, enseignement de la théorie du genre, etc.). On ne reviendra pas sur l’affaire Duhamel et Mion. La suite s’annonce encore pire. Le nouveau directeur qui a été nommé d’hier, M. Mathias Micherat, 42 ans est de le même promotion de l’ENA que le président de la République. Un pur hasard? Entre-soi, vous disiez? Il fut un proche de M. Delanoë à la mairie de Paris et de Mme Hidalgo. Il occupait un poste chez Danone mais n’a aucune expérience universitaire. Allons donc, cela continue. Faire de science po un moule de la pensée dominante pour préparer les esprits influents ou dirigeants de demain à propager la pensée dominante, les modes idéologiques dans les jeunes cerveaux malléables. La France ne manque pas de grands universitaires chevronnés, (qu’ils soient réputés de gauche ou de droite, peu importe), mais ils brillent par leur maîtrise d’une connaissance, leur intelligence de l’histoire et du monde contemporain et la passion de la transmettre. Ils eussent été parfaitement à leur place à la tête de science po Paris. Où sont passés les Boutmy, Siegfried, Chapsal qui firent les heures de gloire de ce bel établissement? Avant qu’il ne devienne une officine de reproduction des modes idéologiques et de formatage des esprits.

MT

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

70 commentaires pour Science po, le malaise républicain

  1. Georges dit :

    Le petit « Livre Rouge »de la pensée unique ne nécessite pas 5 années d’études ,il peut-être avalé d’un coup de cuillère à pot.

    J'aime

  2. Gribouille dit :

    « On parle souvent de l’ENA pour le formatage des esprits, mais c’est un mythe: il n’y a pas vraiment de scolarité et de cours à l’ENA, mais une succession de stages et de travaux de méthode purement techniques sur le droit public et les finances publiques. »

    Ce qui en soi est déjà un beau formatage…

    Vous-même, vous passez le plus clair de votre temps ici à nous parler du niveau de la dette publique. Le sujet semble vous obséder, comme la recherche de raisons juridiques de ne rien faire pour s’opposer à l’arrivée du tiers monde.

    Au contraire, les dirigeants japonais, qui ne sont pas passés par l’ENA, se tamponnent le coquillard du niveau de leur dette publique, bien plus élevée que la française.
    Ils se préoccupent donc d’autres sujets, pas au programme de l’ENA, comme le maintien de leur avantage technologique, et de la composition de leur population.

    J'aime

  3. Citoyen dit :

     » une institution qui compte dans la République  » … Et c’est bien là le malaise républicain !…
    Cette institution « qui compte », suffit à expliquer pourquoi ce pays en est arrivé au stade où il est …
    Depuis bien longtemps déjà Sciences Pipo est la déchetterie où se fabriquent et se formatent les déchets des sectes socialos de toutes obédiences …
    Il suffit de regarder le pédigrée des individus qui sont mandatés à sa tête depuis un certain temps, pour comprendre de quoi il s’agit …, le tableau est plutôt édifiant … Avec des cas très particuliers comme celui qui est allé crever à New-York.
    Concernant le dernier mandaté, il suffit de regarder sur sa fiche, et d’observer les noms qui y figurent, pour voir à quoi tiennent les nominations.
    Pas difficile de se faire une idée, de ce à quoi ressemblent ce qui sortent de « l’institution » …
    Malgré ça, quelques rares qui sont passés par ce moule de conditionnement, arrivent à s’en libérer, et ne pas conserver de séquelles … c’est heureux …

    J'aime

  4. Ping : L’ancien camarade de promo de Macron, Mathias Micherat, élu à la tête de Sciences Po à la stupéfaction générale – La Droite au cœur

  5. cyril dit :

    j’ai une certaine admiration pour ceux qui ont réussi l’Ena, la magistrature, IEP paris. J’aurai souhaité suivre ce cursus et entrer dans la préfectorale. Sachant que l’université peut conduire aussi à entrer dans la magistrature (tribunaux administratifs).
    Malheureusement, les préfets sont trop soumis aux hommes politiques et le zèle est répandu

    J'aime

    • Cyril c’est leur métier, ils sont aux ordres du gouvernement et peuvent être limogés à chaque conseil des ministres
      MT

      J'aime

    • Pheldge dit :

      donc au final, j’espère que vous n’avez aucun regret ! j’imagine que pour un esprit libre au caractère plutôt bien trempé, être obligé d’appliquer à la lettre une politique à laquelle on n’adhère pas – prenez les injonctions sanitaires -, ça ne peut conduire qu’à la demande de réaffectation, sinon, de démission.

      J'aime

  6. Pheldge dit :

    MT, vous avez oublié de mentionner Richard Descoings, qui a également « laissé des traces » et pas des meilleures …
    On en revient toujours au même constat, quand une école a un monopole de fait sur la haute fonction publique, que ce soit l’ENA ou l’ENM … Par comparaison, il y a une bonne quinzaine d’écoles d’ingénieurs dite du « dessus du panier », et plusieurs écoles de commerce ainsi que quelques universités, qui forment l’essentiel des cadres et hauts dirigeants de l’industrie.

    J'aime

    • Pheldge, oui mais quand le choix des hauts responsables n’est pas par les concours ou les diplômes elle se fait pas le réseau et c’est pire.
      MT

      J'aime

    • Pheldge dit :

      à ma connaissance, les dirigeants du privé, s’ils sont cooptés, c’est d’abord qu’ils sont capables.
      Parce que la grande différence, c’est que dans le privé, un dirigeant doit rendre des comptes sur ses performances, des mots dont on oublie le sens en rentrant dans la haute fonction publique, où le sésame est « l’intérêt général » mot fourre tout et concept éminemment subjectif. …
      Rappelez-moi combien parmi ces lumières qui ont conduit les entreprises nationales, Areva, EDF, SNCF, Alsthom, Bull, France Télécom, Air France, auxquelles on peut rajouter l’ex secteur bancaire, combien de ces personnes ont été virées ? aucune ! tous confortablement recasés, après avoir laissé des additions énormes, et des dettes que nous devons payer aujourd’hui !

      Aimé par 1 personne

    • charlymesdoun dit :

      Le problème n’est pas qu’on recrute des juges sortis de l’ENM ou des fonctionnaires sortant de l’ENA, moi j’ai été officier de marine et j’ai fait une école de la Marine, mais leur carrière ou plus exactement les avantages liés au corps d’appartenance; pour les hauts fonctionnaires il s’agit de supprimer « la mise en dispo » et d’encadre rigoureusement les détachements; et surtout interdire les va-et-vient entre la haute fonction publique et le privé; exit les politiciens professionnels tels Juppé, Fabius et autres Hollande!

      Aimé par 1 personne

    • Pheldge dit :

      les va-et-vient se fait surtout entre la haute fonction publique et les entreprises d’état, parce que je doute que dans le privé, le vrai, beaucoup aient leur place.
      Et la république, bonne fille, regorge également de fromages, et de comités Théodules pour recaser tous ces braves gens. Sinon, il y a Bruxelles, et tous les zinzins internationaux.
      Le truc avec la haute fonction publique, c’est qu’on n’est jamais viré, quoiqu’on ait pu faire.

      Aimé par 1 personne

  7. Anne dit :

    La commerciale de mon entreprise il y. 10 ans déjà me disait toujours, elle qui avait fait Sciences Po, que Sciences Po, ce n’était plus ce que c’était. A savoir que le niveau et les objectifs étaient très, très faibles.
    De plus, en lisant les commentaires , qui expliquent le rôle de Danone dans le formatage des élites et le financement des élites, dont E.Wargon et M.Vicherat, je pense qu’au super-marché je vais éviter d’acheter des produits Danone. Ce sera ma petite revanche sur les manipulations dont nous sommes victimes et sur les vessies qu’on nous oblige à prendre pour des lanternes. Le visage de M.Vicherat ne ressemble pas non plus à une lanterne (je sais on ne s’en prend pas au physique).
    De plus, ce monsieur a des liens avec la famille Drucker, grande bénéficiaire et exploitante de nos impôts sous forme de redevance télé.
    Donc un parcours fléché pour Mr.Vicherat à travers tous les réseaux du pouvoir macronien. Bien joué.Dommage pour Sciences Po qui est devenue une coquille vide de valeur.

    J'aime

    • Anne, je trouve cela bien lamentable… ce n’est pas ce que j’ai connu comme étudiant…
      MT

      J'aime

    • Pheldge dit :

      Il y a aussi eu le PDG Faber, qui a été débarqué par les actionnaires, pour avoir oublié que l’objet d’une entreprise n’est pas de sauver le monde …
      Lisez le billet de Nathalie MP à ce sujet :
      https://leblogdenathaliemp.com/2020/11/27/licenciements-chez-danone-qui-veut-faire-lange/

      J'aime

    • charlymesdoun dit :

      Je réponds en fait à #Pheldge; il y a eu aussi des énarques ‘Attali, Minc) débarqués sans beaucoup de ménagement d’entreprises ou d’organisations où ils ont été nommés par le fait du prince mais cela ne les empêche pas de toujours parader et de donner des leçons de moral (moraline plutôt)!

      J'aime

    • Pheldge dit :

      Oui, mais ils ont rapidement été recasés dans un autre machin de la république. Regardez Agnès Saal qui a été mutée. Pour ce genre d’abus,, dans le privé c’était la porte, et ensuite une grosse tâche sur le CV …

      J'aime

  8. Janus dit :

    Un recueil de vos billets au jour le jour pourrait s’intituler : « Chroniques d’un effondrement » . Nous sommes nombreux ici à vivre avec vous cet effondrement, à voir le pouvoir sans limites de petits émules de Denys de Syracuse détruire avec constance ce qui tient encore debout dans cette France, qui malgré ces assauts répétés , reste belle, à assister à la dissolution de l’esprit français et à voir surgir de cette destruction le NEANT !
    Que faire ? Voter ? depuis un livre publié en son temps aux presses de la fondation nationale des sciences politiques (La décision de majorité) on connaît la relativité du vote de majorité, on connaît l’inconstance du corps électoral, la très très très faible influence du vote individuel, on sait que la question posée n’est pas univoque. On sait que la minorité, qui peut représenter 49% du corps électoral ne peut pas se sentir complétement liée par le vote majoritaire, surtout si les idées des différents partis sont en opposition radicale Bref on sait que ce système n’est valide que parce qu’il procède des canons d’une religion, la religion démocratique.
    Quels sont nos moyens d’action pour remettre ce pays à l’endroit avant qu’il ne sombre définitivement ?
    Que pensez vous des actions nécessaires ?

    J'aime

    • Janus, la priorité absolu à mes yeux est de provoquer une alternance, après on verra mais je crois que rien ne peut pas être pire que le spectacle actuel.
      MT

      J'aime

    • Pheldge dit :

      je vais plus loin que vous : une alternance à tout prix . Donc pour moi, c’est désormais « tout sauf Macron » , et comme vous dites, après , on verra … Et j’insiste sur le « tout » !

      J'aime

    • Pheldge dit :

      personnellement, je vote, contre les nuisibles. C’est un vote de « moindre rejet », je vote pour le moins pire !

      J'aime

    • roc dit :

      ni la relativité du vote de majorité, ni l’inconstance du corps électoral, n’ont eu quelque influence que ce soit sur l’élection de 2017 .
      les organes de press journalistique et de radiotélévision ont depuis longtemps perduent leur pouvoir de faire faire auprès des citoyens alors ils doivent se contenter de faire peur, de faire voter contre .
      ceux qui vote ne sont rien
      ceux qui compte les votes sont tout :
      https://rutube.ru/video/b79ca478dde21eafee64b1640c435186/

      J'aime

    • Gribouille dit :

       » maximetandonnet dit :
      13 novembre 2021 à 07:35

      Janus, la priorité absolu à mes yeux est de provoquer une alternance, après on verra mais je crois que rien ne peut pas être pire que le spectacle actuel.
      MT »

      Oui, je comprends : les LR sont rongés par le remords d’avoir refusé l’alternative, lors du deuxième tour en 2017.

      J'aime

  9. E Marquet dit :

    Formatage, bien évidemment, à SP comme dans d’autres « grandes écoles ». Il ne s’agit plus de développer l’intelligence et la réflexion, mais bien de produire de la croyance gaucho-progressiste. Aujourd’hui réfléchir c’est devenu trahir !
    Wikipédia nous explique que le logo de SP est composé d’un renard et d’un lion qui se font face. Ces deux animaux auraient été choisi en raison d’un passage du Prince de Machiavel :
    « Si donc un prince doit savoir bien user de la bête, il doit choisir le renard et le lion ; car le lion ne peut se défendre des filets et le renard des loups ; il faut donc être renard pour connaître les filets et lion pour faire peur aux loups ».
    Mieux vaut donc faire appel à ses copains de promo !
    J’aime la formule amusante d’Elisabeth Lévy « A force d’être enfermés dans leur bocal serrés les uns contre les autres, même les cornichons finissent par moisir ».

    J'aime

    • E Marquet, c’est parce que la société s’éloigne des valeurs d’excellence et de réussite par la connaissance .
      MT

      J'aime

    • Pheldge dit :

      dites plutôt que c’est l’égalitarisme forcené qui finit de mettre à terre nos formations d’excellence ! la spirale égalitariste semble d’ailleurs s’emballer avec les délires woke.

      J'aime

  10. nicolasbonnal dit :

    Descoings a démoli et déconstruit sciences-po. Mis au pouvoir par le catho de service Rémond. Tout est raconté très bien dans Richie par ma condisciple Bacqué (en RI). Cela n’a fait que refléter l’involution woke des élites du pays. Depuis c’est à l’image du reste : une sanie.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.