Présidentielles: vous avez aimé 2017? Vous allez adorer 2022! (pour Figaro Vox)

Une longue séquence électorale s’ouvre en ce moment. Les élections présidentielles et législatives du printemps 2022 seront-elles l’occasion de restaurer la confiance des Français en la politique ? Bien au contraire, ce début de campagne informe et chaotique, sombrant dans la plus grande confusion idéologique, semble annonciateur d’une étape supplémentaire dans la décomposition de la démocratie française.

 Madame Anne Hidalgo, maire de Paris, avait promis qu’elle ne se présenterait pas. « Je ne cherche rien d’autre (…) Paris me comble. Je ne serai pas candidate à la présidentielle » (le 23 juin 2020, dans une interview à L’Express). Or, en définitive, elle vient d’annoncer sa candidature. Voilà qui n’est pas pour améliorer le crédit de la parole publique. D’ailleurs, Mme Hidalgo ouvre sa campagne par une proposition choc : doubler le salaire des enseignants. Or, l’Education nationale est le premier poste de la dépense budgétaire (76 milliards d’euros, pour l’essentiel en charge salariale). Dans un contexte ou le déficit budgétaire atteint près de 10% du PIB et la dette publique 120% et la France bat tous les records européens des prélèvements obligatoires, où trouvera-t-elle les financements ? Où est passé le parti socialiste en tant que « parti de gouvernement » se revendiquant comme responsable ? Et jusqu’où enfin ira  la fuite en avant dans la démagogie ?

Au-delà de la question toujours pendante des primaires, la confusion sur la ligne idéologique des candidats de droite continue de s’épaissir. Certes, à l’heure où s’achèvent deux quinquennats qui laisseront un arrière-goût amer de mépris et d’arrogance – des « sans dents » aux « Gaulois réfractaires » – M. Michel Barnier peut se prévaloir d’un excellent slogan de campagne : « Respecter les Français ». Toutefois, la tonalité de sa pré-campagne jette le trouble. Celui qui a forgé son identité politique sur un engagement pro-bruxellois inconditionnel, commissaire européen à plusieurs reprises et négociateur du Brexit, préconise un retour à la souveraineté juridique de la France face à la cour de justice européenne et la cour européenne des droits de l’homme (c’est-à-dire, de fait, un quasi Frexit). M. Barnier, riche de son expérience européenne, a parfaitement le droit de se rallier à un souverainisme gaullien… Encore devrait-il assumer clairement ce changement de cap et s’en expliquer pour être fidèle à son mot d’ordre si opportunément choisi : respecter les Français.  

Autre changement de cap, encore plus spectaculaire : celui de Mme le Pen qui place sa campagne sous le signe de la « liberté » inspiré des manifestants hostiles au passe-sanitaire. Pourtant son parti, le RN, est l’héritier en ligne directe du FN dont l’image s’attache bien davantage à la « préférence nationale », à « l’immigration zéro » et au « culte du chef » qu’à la défense des libertés. Le parti lepéniste est fidèle à sa méthode habituelle, récupérateur des thèmes abandonnés par les autres, en particulier la droite libérale qui s’est (globalement) accommodée de l’état d’urgence sanitaire et de mesures contraignantes supposées nécessaires à la lutte contre l’épidémie de covid19. Récupérer à contre-emploi le mot de « liberté », délaissé par ceux qui ont vocation devant l’histoire à le défendre, consacre la stratégie de « dédiabolisation » et contribue à la déstabilisation des repères classiques de la politique française.

Par ailleurs, une recommandation du CSA vient d’interdire au journaliste Eric Zemmour la poursuite de son émission sur CNews au prétexte de sa (possible) candidature au scrutin présidentiel. Dans une logique démocratique, cette jurisprudence devrait s’appliquer à tous les candidats y compris à Mme le Pen qui bénéficie d’une intense couverture médiatique[1] et au président de la République surexposé en permanence dans un douteux mélange des genres entre rayonnement présidentiel et campagne anticipée. Or, nous savons déjà qu’il n’en sera pas ainsi. M. Zemmour gène, non par ses propositions sur l’immigration (désormais banalisées à droite) mais par les 7 ou 8 points que lui prêtent les sondages. Arrachés pour l’essentiel au socle électoral de Mme le Pen ce mince capital d’intentions de vote suffit à fragiliser dangereusement le verrou sondagier de second tour le Pen-Macron, sur lequel reposent les chances (ou la certitude) d’une réélection de ce dernier. D’où l’embarras que suscite ce perturbateur d’un ordre établi même en l’absence de toute chance de l’emporter. 

Quant aux intentions de l’actuel occupant de l’Elysée, donné grand favori des sondages, elles ne sont qu’un secret de Polichinelle. Mais dans quel but? Après la promesse d’un « nouveau monde » son quinquennat fut dominé par le chaos des affaires, des Gilets Jaunes, de la crise sanitaire et finalement, par l’impuissance et l’aggravation vertigineuse de tous les fléaux de la société française (dette publique, violence, déclin scolaire, pauvreté, désintégration, chômage, etc.). Quel sens aurait un second mandat, en dehors de la jubilation courtisane et de la satisfaction narcissique ? Sa candidature ne sera évidemment pas de nature à dissiper l’atmosphère nihiliste ambiante. D’ailleurs, 59% des Français n’en veulent pas (Viavoice).

Voltes-faces invraisemblables se substituant au débat d’idées, traitements inéquitables, naufrage dans la démagogie, narcissisme et courtisanerie, censure et coups tordus : bref, une campagne électorale terrifiante est probablement en train de commencer, dans un contexte explosif où des manifestations se poursuivent de samedi en samedi.  Sera-t-elle encore plus chaotique et encore plus imprévisible que celle de 2017 ? Tout le laisse penser. « Vous avez aimé 2017 ? Vous allez adorer 2022 ! » L’abstentionnisme en sera-t-il le grand vainqueur ?  Il reste à espérer que la campagne et les élections de 2022 ne s’achèveront pas en guerre civile.


[1] Selon le « projet Arcadie » une enquête réalisée de 2018 à 2020 sur l’exposition médiatique des parlementaires, son temps de parole médiatique (197 heures) pulvérise celui de tous ses adversaires.

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

70 commentaires pour Présidentielles: vous avez aimé 2017? Vous allez adorer 2022! (pour Figaro Vox)

  1. Georges dit :

    Vive la France …LIBRE….

    J’aime

  2. Citoyen dit :

     » doubler le salaire des enseignants.  » ??..
    Bigre !!… il y en a bien un qui va proposer de le tripler !…
    Tous les polytocards de la coterie socialo-pastèquo-marxiste (et malheureusement pas qu’eux ..), sont naturellement des parasites des contribuables de profession, ou en sont issus …
    Partant de là, rien d’étonnant à ce qu’ils tentent de racoler, en ratissant le plus large possible dans leur confrérie, avec les propositions les plus débiles qu’ils puissent trouver …, puisqu’un de leur génie l’a certifié il n’y a pas si longtemps : « ça ne coûte rien, c’est l’état qui paye » !…
    Tout est dit !
    Dans ces conditions, faut-il s’étonner venant de l’Hidaldingo, qu’elle en rajoute quelques couches, pour surenchérir ?…
    En fait, elle est totalement conforme à son programme génétique.
    Pour le côté comique de l’affaire, elle n’est pas foutue de se faire élire à Paris. C’est le conseil municipal qui la nomme … Mais elle a des ambitions pour le pays … Pauvre de nous …

     » Où est passé le parti socialiste en tant que « parti de gouvernement » se revendiquant comme responsable ?  »
    Euh …., restons sérieux …

    S’agissant du cas Barnier, c’est très drôle, Maxime.
    Lui, qui a très bien vécu de l’UE pendant plusieurs décennies, adoptant toutes les inepties délétères pour le pays, découvre, au moment où il se voudrait un destin hexagonal (ou une sinécure), que l’UE c’est le mal !…, et propose, sans le dire, le Frexit !!!…
    Il fait preuve d’un humour décalé, qui est redoutable …

    J’aime

  3. cyril dit :

    heureusement que Wauquiez n’est pas candidat ! c’est un homme sans scrupule , narcissique, sans aucun égard à l’intérêt général , il a attisé avec ses discours la haine contre l’Etat , et les gilets jaunes ont incendié la prefecture du Puy en velay en risquant la vie des fonctionnaires (cf livre du préfet Yves Rousset , la préfecture est en feu)

    J’aime

  4. valukhova dit :

    Bonjour Annick,
    Je comprends votre colère concernant ces comportements sur notre sol français et, bien sûr, d’un certain côté, votre mari a raison, car il tient à vous. Il a peur que vous vous fassiez agresser, voire égorger.
    Bien sûr, l’Etat, la Mairie et les élus de Marseille, ne devraient pas autoriser cela. Bien des personnes qui vont dans les pays à majorité musulmane, se mettent en principe au diapason et se couvrent la tête discrètement. Malheureusement, beaucoup de touristes ne respectent pas vraiment les pays où ils se rendent en….. vacances. Et comme on le montre à la télévision, cela donne de la force à ceux qui sont CHEZ NOUS. Bien sûr, il faudrait supprimer certaines aides sociales. Bien sûr, il faudrait aussi donner le bon exemple, par des tenues contemporaines correctes (ce qui n’est pas toujours le cas chez les jeunes, avec des vêtements vulgaires). Donc, que faire ?
    Dans toutes les grandes métropoles, il en est ainsi, je pense.
    Bon courage et faites bien attention à vous quand même !!
    MMM

    J’aime

  5. Stanislas dit :

    Pour en revenir froidement au sujet du texte, c’est à dire au scrutin des présidentielles, s’il se produit effectivement, je me pose un nombre de questions simples de celui qui maintient ses synapses frais comme des gardons depuis un peu plus d’un an.

    1° est il possible que seuls des gigantesques imbéciles se présentent ?
    Il m’est impossible d’envisager la possibilité que ces personnages ne puissent avoir une vue d’ensemble plus ou moins nette du virus circus en cours, sur les plans médical, sanitaire, économique, financier, social..

    2° si ce ne sont pas des imbéciles, font ils semblant de croire qu’une Politique spécifique dans les prochaines années, dans un espace comme l’ex France soit possible ?
    Certains sont allé user leurs fringues sur les sièges au niveau de l’UE et sembleraient tout ignorer sur les interactions juridiques, normatives, financières entre le centre de décision suprational non élu qui décide réellement, et les pouvoirs locaux. Même en délayant le sujet sous différentes formes, difficile de croire à une désormais autonomie de décision locale….sauf évidemment concernant les décisions pour maltraiter crescendo les Français ( ceux qui s’en rendent compte..)

    3° Un seul des candidats pourra t’il maitriser l’épidémie politique de COVID 19 la bien nommée « corona virus disease « qui signifie « maladie provoquée par le corona virus  » (pris sur académie française pour faire sérieux), dont le dernier test positif examiné, ayant trouvé sa trace, est cité en semaine 23 selon « Sentinelles » (du 7 au 12 juin).

    Non pas un seul candidat en position mathématique d’être élu par une majorité des bulletins (donc une minorité qui aime le genre père fouettard et le principe de l’amour vache) ne le pourra.
    Ca va se résumer gaiement (proverbe Polonais adapté )
    « La vie sous COVID c’est comme un oignon, plus on l’épluche et plus on pleure, et quand on a fini de l’éplucher, il ne reste que des larmes »

    Je n’ai jamais autant rêver aujourd’hui que d’avoir tort sur la trajectoire collective prévisible spour les prochains mois…..

    Aimé par 1 personne

  6. Georges dit :

    Voter consistera donc à lancer une fléchette les yeux bandés et si l’on n’est pas joueur autant s’abstenir.

    Aimé par 1 personne

  7. Sganarelle dit :

    Le spectacle télévisé que donne ce pugilat des élections est écœurant. On est assommé de débats de paroles coupées du boucan intenable de tous ceux qui parlent ensemble. Chacun tire des conclusions d’un discours où d’une phrase dont ils retirent l’essence pour ne juger que la caricature. Chacun y va de ses jugements rapides et péjoratifs pour descendre un candidat ou un supposé candidat qui énerve parce qu’il surnage au-dessus de la mêlée.
    Les journalistes habiles à masquer interprêter et simplifier orientent suivant leurs convictions l’auditeur ou le spectateur fatigué .
    Car nous sommes fatigués , fatigués de la mauvaise foi, fatigués d’entendre toujours les mêmes poncifs Hitler Pétain et guerre de 40 incluse , fatigués de n’avoir aucun horizon et de vivre dans un pays qu’on nous contraint de détester parce qu’il est raciste alors qu’ on se sent soi-même étranger et qu’on a pas du tout mais alors pas du tout envie de « vivre ensemble »

    .

    Aimé par 3 personnes

    • valukhova dit :

      Oui ! Sganarelle, on n’a pas du tout, mais pas alors du tout envie de « vivre ensemble », avec des personnes qui n’ont pas les mêmes valeurs culturelles, les mêmes valeurs éducatives, les mêmes goûts et qui, au final, nous ont rendu « racistes », alors que ce sont souvent ceux-là (les émigrés) qui le sont le plus !

      Aimé par 1 personne

    • Annick Danjou dit :

      Sganarelle et Valukhova, chaque jour mon mari me dit « tu vas y laisser ta peau » mais je n’en peux plus et je voudrais crier tant ma rage est immense. J’ai pris un film de l’entrée des classes à l’école primaire de l’autre cède la rue. 70 % des mères sont voilées et portent de longues robes couvrant tout leur corps. Certaines sont tout en noir, de quoi avoir des cauchemars. Oui en effet nous allons bientôt être minoritaires. Toutes celles que je croise dans la rue sont enceintes et viennent d’Afrique principalement depuis quelque temps. Les fillettes sont voilées maintenant, j’en ai croisé hier, la mère africaine enceinte, 2 garçons en short et tee-shirts dans une poussette et 2 fillettes de 5 et 7 ans environ en combinaison enveloppant tout leur corps et voilées. J’ai eu envie de hurler car c’est de plus en plus courant mais tous ceux qui les croisent n’ont pas l’air en colère pas du tout… ça fait partie du paysage de Marseille à présent. Ces bobos vont s’attendrir devant un chien de SDF mais les fillettes voilées cela les laisse indifférents. J’ai fait une remarque en passant et me suis arrêtée mais seule contre tous que puis- je faire? Et les politiques s’en foutent aussi . Et mon mari me dit arrête c’est toi qui va en subir les conséquences .

      J’aime

  8. Stanislas dit :

    Je vais la faire rapide
    Je rentre d’une manif de soutiens aux soignants devant un hôpital, très émouvant.
    Le chantage incroyable qui est en cours passe au dessus des radars de nombre de Français qui ne réussissent même pas à voir qu’il ne s’agit plus d’un problème de santé publique, parce que beaucoup pense que pour l’instant ça ne concerne que les autres.
    Moi mes gosses ne vont plus pouvoir bouffer, j’ai les boules.
    Alors c’est dire si je dis Merde à toute la bande de bras cassés politiques qui font de grandes phrases et de grands gestes alors qu’ils ont mis leurs couilles à la cave depuis des mois et des mois.

    Je me déplace voter pour celle ou celui qui mettra LIBERTE – DIGNITE HUMAINE – SOUVERAINETE et JUSTICE au fronton de la France libérée des prostitués sanitaro-politiques.

    Je l’ai peut être mal écrit, mais le coeur y est …

    Aimé par 3 personnes

    • Stanislas, moi aussi, j’ai des voisins soignants (non vaccinables pour des raisons de santé) qui sont effondrés, au bout du rouleau en train de perdre leur travail, ce pays est en train de devenir fou.
      MT

      Aimé par 1 personne

    • Stanislas dit :

      Mr Tandonnet,
      il n’est pas « en train », il l’est complètement, de manière achevée et ce n’est pas fini.

      J’entends depuis des jours des soignants qui affirment arrêter, changer de métier..
      Quand il s’agit d’écran sur réso socio, bon !!! mais aujourd’hui, devant cet hôpital régional où je suis allé, il y avait un millier de personnes, dont beaucoup de soignants bien sûr (ou retraités soignants) ..
      J’ai entendu en circulant dans les rangs, médecins libéraux, dentistes, infirmiers, aide soignants, pompiers, ambulanciers déclarer ou dire qu’ils rendaient leur tablier, ou pire qu’ils sont menacés méchamment par leurs DRH ou la direction directement..

      Encore pire ; sur les écrans des personnels, des panneaux apparaissaient chaque jour qui faisaient le décompte des journées restantes à couvrir avant de se jeter sous l’essai clinique…. sados masos, psychopathes, certains grands tarés des chefferies médicales…
      J’ai entendu des choses incroyables de la bouche de personnels en grêve dans des petits centres de soins et médicaux sociaux de mon coin.. ….à pleurer…. Intenable.

      Celles et ceux ici qui pourraient croire qu’il ne s’agit que d’un refus de la piquouze de merde, se trompent, les soignants se tirent aussi parce qu’ils ne veulent pas être complices de la psychopathie, de cette folie destructrice en cours qui commence à rappeler les pires périodes de l’histoire.

      Il y a quand même un futur possible raté dans la saleté ambiante à bien se mettre en tête.:
      Il ne reste que les soignants vaccinés les prochains mois, dans les lieux de soins. S’il y a des infections de patients vaccinés, que vont nous créer comme narratif les mercenaires des plateaux télés et les khmers scientifiques sur les mêmes plateaux ?

      J’ai déjà quelques idées….

      Aimé par 2 personnes

  9. Liber dit :

    @ Gribouille,
    « Ne gobez pas bêtement les discours de l’institut Montaigne, de l’Ifrap ou de certains éditorialistes de la presse économico-libérale »
    C’est vous qui discourez cher monsieur, car pour « Montaigne » ou l’IFRAP, Il ne s’agit pas de discours, mais de chiffres, simplement de chiffres, et ils sont terrifiants.
    Que ce soit sur le pourcentage des dépenses publiques par rapport au PIB, le pourcentage des dépenses régaliennes par rapport aux dépenses publiques, le pourcentage des prestations sociales par rapport aux dépenses publiques, le taux d’imposition, le déficit budgétaire de l’Etat et son corollaire l’endettement (en y ajoutant bien sur les dettes « hors bilan » comme celle de la SNCF), le naufrage du commerce extérieur, le pourcentage de l’industrie dans le PIB, le taux de chômage, le classement PISA (l’éducation étant une richesse future), le coût de la transition énergétique etc … etc …
    Comparez ces chiffres avec ceux des autres pays occidentaux, et vous verrez l’ampleur du désastre (alors que déjà l’occident tout entier va mal). La France s’effondre, tout simplement, même si vous persistez à jouer les autruches.
    A ce train là, vous pouvez doubler ou tripler le salaire des enseignants, ils n’auront bientôt plus rien d’autre à manger que les dettes du pays et un quignon de pain, comme la plupart des français d’ailleurs.
    c’est la gauche planiste qui discours sans fin, prisonnière de son idéologie, sans jamais vouloir accepter les réalités.

    Aimé par 3 personnes

    • Gribouille dit :

      Vous pourrez consulter ma réponse à H. ci-dessous, lorsque M. Tandonnet l’aura affichée, qui vous montrera (si vous êtes capables de vous élever au dessus de vos préjugés) que vous racontez n’importe quoi, et que l’orientation politique que vous soutenez fait, la plupart du temps, n’importe quoi.

      J’aime

  10. Ping : Présidentielles: vous avez aimé 2017? Vous allez adorer 2022! (pour Figaro Vox) | Boycott

  11. E Marquet dit :

    On adore déjà.
    Les prétendants au poste suprême cultivent la démagogie ou l’art de plaire, forme démocratique du phénomène de cour, dit-on. Entre promesse et réalisation, l’eau coulera sous les ponts.
    Les orateurs « font aujourd’hui les délices du peuple et leur malheur demain ».
    C’est un double jeu de dupes où la vérité devient accessoire. Tout ce qui a une valeur un jour n’en a plus le lendemain.
    Cette démagogie masque l’intérêt général au profit d’intérêts particuliers. Etre un beau parleur ne traduit pas une compétence, surtout si cela se réduit à des ambitions personnelles. Les candidats savent dire aux différentes « classes sociales » ce qu’elles veulent entendre, et, au besoin, opposent les unes aux autres. Et après ?
    La démagogie n’est ni un argument, ni un programme, c’est une arme.
    Le monde politique se construit autour des élections. Il s’agit donc de séduire le peuple souverain. Et le peuple est manipulable et versatile.
    N’est-il pas à craindre que petit à petit la démagogie fasse évoluer la démocratie vers la tyrannie ?

    J’aime

    • E marquet, c’est prodigieux, et depuis que j’ai écrit cet article hier, la démence collective a encore frappé…
      MT

      Aimé par 1 personne

    • Philippe dit :

      E Marquet

      Vous dites: « N’est-il pas à craindre que petit à petit la démagogie fasse évoluer la démocratie vers la tyrannie ? »
      Platon, dans son livre La République, parlait de « La démocratie dans sa dégénérescence en démagogie et en tyrannie à cause de l’attrait qu’exerce le prestige du pouvoir. »

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.