Par-delà la mise en examen de Mme Buzyn (pour Atlantico)

La jubilation collective, à la suite de la mise en examen de Mme Buzyn exhale une étrange odeur de pourriture. L’idée de ce papier pour Atlantico n’est en aucun cas de la défendre et encore moins de l’excuser. Elle est de montrer comment l’effacement de la responsabilité politique en France ouvre la voie à une responsabilité pénale qui menace tout gouvernement de paralysie et l’aggravation de l’impuissance et de la médiocrité politique. Elle est aussi de souligner comment Mme Buzyn fait office de bouc émissaire d’une effarante débâcle politique face à la crise sanitaire et comment cette dame paye pour tous les autres et notamment le principal fautif. Derrière cette mise en examen, toute l’hypocrisie et l’abomination d’un système.

Pour Atlantico:

L’ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn a été mise en examen pour « mise en danger de la vie d’autrui ». L’enquête avait commencé en juillet 2020 par la CJR, seul organisme capable de juger l’action d’un gouvernement. La justice a-t-elle les moyens nécessaires pour appréhender la mission d’un ministre et de le juger ? La situation de Mme Buzyn est-elle un cas isolé ?

Il me semble que c’est un événement tout à fait hors norme. Bien sûr, on a eu des cas de mise en cause devant la justice pour des raisons sanitaires, comme Georgina Dufoix dans l’affaire du sang contaminé. Mais son implication en tant que ministre reposait sur un lien de responsabilité beaucoup plus évident, en termes de durée et de décisions prises, de documents signés engageant sa responsabilité, même si in fine cela c’est terminé par sa mise hors de cause. Aujourd’hui, c’est tout autre chose. Mme Buzyn n’a été ministre qu’au tout début de l’épidémie. Ce qui lui est reproché semble-t-il, c’est sa déclaration initiale en janvier 2020 niant ou minimisant le risque d’épidémie du covid 19 en France. Il est clair qu’en tant que ministre, elle a commis une erreur d’appréciation colossale. Pour autant, il s’agit d’une faute de nature politique. Cette erreur d’appréciation, d’une gravité telle que l’on peut parler de faute, engage à l’évidence sa responsabilité politique. En revanche, sur le seul fait de cette déclaration, on ne voit pas en quoi sa responsabilité pénale, supposant une volonté de commettre une infraction, peut être engagée en tout cas davantage que celle des autres ministres ou du Premier ministre de l’époque.

Aucune décision de justice n’étant pure et parfaite en politique, y-a-t-il quelque chose de dangereux à mettre en examen pour de telles décisions ?

C’est extrêmement dangereux en effet car cela peut aboutir à une paralysie totale de l’action publique. Qui voudra s’engager et prendre des décisions, faire des choix, si toute prise de position est susceptible de vous entraîner devant un tribunal ? Personne. Plus personne ne voudra faire de politique active et prendre des décisions. Les seules décisions prises le seront sur la base de la prudence absolue, au risque de paralyser le pays. C’est ce qu’on a vu avec les confinements, les couvre-feux, le passe sanitaire. La question ne sera plus de gouverner, de conduire le pays sur la base de l’intérêt général, mais de se protéger à tout prix. Le risque est celui du blocage absolu du pays. En outre, dans ces conditions, qui osera faire le choix de métiers ou de carrière à responsabilité ? Personne. Il ne restera en politique que des médiocres déterminés à empocher les avantages de certains postes en évitant au maximum de prendre leurs responsabilités. Cela signifie la fin de la notion de gouvernement. Le pouvoir deviendra encore plus qu’aujourd’hui l’art de se couvrir au maximum quitte à provoquer la paralysie totale du pays.

À l’avenir, ce genre de décisions risque-t-il d’inciter les politiques à ne plus prendre directement de décision et à déléguer pour éviter de prendre le moindre risque ?

Ce risque est considérable. Dans le cas du covid 19, Mme Buzyn s’est à l’évidence gravement trompée. Mais elle n’est pas la seule. Que dire du chef de l’Etat qui invitait en se donnant en exemple, au début de mars, les Français à vivre normalement sans céder à la peur ? Tous ceux qui ont martelé pendant deux mois que la masque était inutile, avant d’en faire une sorte de remède miracle, ont une responsabilité gigantesque, à tous les niveaux. La tendance est de faire de Mme Buzyn le bouc émissaire d’une défaillance collective majeure qui a duré plus d’un an et qui engage toute une équipe au pouvoir, de politiques et de hauts responsables publics. Le fond du problème est celui de la responsabilité politique. Le système présidentiel fait que le principal responsable qui est au cœur de toutes les décisions est intouchable politiquement pendant 5 ans. En raison de l’effacement ou de la soumission du Parlement du fait de la « majorité présidentielle », le gouvernement et les ministres sont eux aussi, comme le président, irresponsables de fait politiquement. Il n’existe plus de système de mise en jeu effective de la responsabilité politique du pouvoir exécutif face au contrôle parlementaire. La disparition de la responsabilité politique ouvre la voie à une responsabilité individuelle pénale à l’image du sort réservé à Mme Buzyn. Cette responsabilité pénale, dans le système actuel, se développe sur un mode particulièrement injuste : le dirigeant central, le président de la République, celui qui est au cœur de la décision, est lui seul protégé par son immunité présidentielle. Dès lors, ce sont les autres, les ministres qui dans ce système, ont vocation à payer à sa place. Le traitement de Mme Buzyn, en bouc émissaire d’une défaillance générale et collective des plus hauts dirigeants du pays, est le signe patent de la tragédie démocratique de ce pays.

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

105 commentaires pour Par-delà la mise en examen de Mme Buzyn (pour Atlantico)

  1. Janus dit :

    Effectivement l’absence désormais TOTALE de contre-pouvoirs ne laisse plus aux citoyens que la solution judiciaire pour se plaindre des actions dolosives, erronées, imbéciles ou perverses d’un ministre. Toutefois, il faut noter que si le crime de haute-trahison n’existe plus, la CJR est une instance composite, avec des membres issus de l’institution judiciaire et des parlementaires. Donc la justice peut être rendue, elle sera évidemment de nature politique, ce qui annule votre argument.
    Par ailleurs, comme le faisait remarquer un de vos commentateurs, les actes de Agnes Buzyn, notamment dirigés contre le Pr Raoult et son protocole de traitement sentent furieusement le conflit d’intérêt, le règlement de compte par épouse interposée et le conflit d’intérêt . A ce titre cette dame peut bien aller se justifier devant le juge, d’autant que celui-ci sera sans nul doute indulgent, les parlementaires LREM qui composent la CJR y veilleront et les juges qui ont démontré a de nombreuses reprises qu’ils aiment Macron idem.
    Et que tout ce désir de pénal comme disait le regretté ¨Philippe Muray émascule les politiques, il n’y a pas grand risque : Par bonheur, ils n’en avaient pas …

    Quant au risque de sélectionner des médiocres, on ne peut en vouloir au système judiciaire d’y contribuer : Il n’a d’ores et déjà que des médiocres comme justiciables dans cet ordre : Le système politique de la Ve finissante est conçu, contre les vœux et les mesures initiales prises par De Gaulle, essentiellement pour cela et c’est bien l’objectif de toutes les révisions de la Constitution de Chirac à Hollande en passant par l’inénarrable Sarkozy de rapetisser, réduire, raccourcir le costume trop grand dessiné par le grand Charles, passer le plus vite possible de Gulliver à Lilliput !
    Et Buzyn est un de ces lilliputiens choisi par le meilleur d’entre eux, Macron.

    J'aime

  2. Dorine dit :

    Je peux me tromper, mais il me semble que Mme Buzyn porte le chapeau pour l’exécutif au dessus d’elle. Même si elle a fait des erreurs, le suivant, en envoyant aux médecins un mail expliquant que les gants pouvaient être dangereux (parce qu’il n’y en avait plus et qu’ils étaient réquisitionnés au profit des hôpitaux), en continuant à supprimer des lits, n’a pas fait mieux.
    Et que dire des bêtises de MST qui a mis par terre les capacités de santé, qui a dit des contre vérités, relevées discrètement par les médecins, mais qui n’est pas inquiétée. Elle a même été recasée…..
    Le « bouc émissaire » est vieux comme l’humanité, et la campagne électorale de Jupiter ayant commencé, il faut qu’il soit vierge de toute malversation, bêtise et autre ânerie.
    J’attends que les autres soient inquiétés par la justice en même temps que Mme Buzyn.
    Quant à la désertion de vrais acteurs politiques pour redresser la France au sein de l’exécutif, elle a eu lieu il y a des lustres !

    J'aime

  3. Jean-Luc dit :

    L’armateur croisiériste Costa croisière, pour appâter le chaland, avait pour slogan publicitaire de mémoire « avec Costa vous verrez la terre de plus près ….»
    Le capitaine du Costa Concordia en voulant trop bien faire, pour épater la galerie, a trouvé le moyen de drosser son navire à la côte, avec un certain nombre de morts à la clé.
    Il a endossé la responsabilité du sinistre en passant par la case prison. Tout le monde trouve ça normal.
    Sans rentrer dans le dossier pénal de Mme Buzyn que l’on ne connaît pas, depuis le début de l’épidémie, j’ai toujours pensé et souhaité que la gestion calamiteuse à laquelle il nous a été donné d’assister, aurait un volet pénal.

    On a détruit des stocks de masques sans les remplacer et des soignants en sont morts.

    On a interdit aux médecins de soigner les malades avec les traitements disponibles et usuels dans les viroses pulmonaires, tout en préconisant aux patients de rester chez eux avec un Doliprane jusqu’à aggravation éventuelle, pour être ensuite traités en urgence à l’hôpital, dont on n’a pas arrêté par ailleurs de réduire les capacités et moyens.

    On a rendu indisponibles voire interdits des molécules comme l’hydroxychloroquine, l’ivermectine dont les preuves d’efficacité ont été produites par de nombreux experts et utilisées avec succès dans de nombreuses régions du monde.
    En contre partie, pourquoi avoir recommandé le Doliprane (paracétamol) justifié par aucune étude et par ailleurs 1ère cause de mortalité médicamenteuse aux USA devant les opiacés?

    On a autorisé le remdesivir toxique sans aucune étude probante, et le rivotril spécialité contre indiquée dans les maladies pulmonaires, pour accélérer le passage de vie à trépas.

    On a marginalisé des experts de premier ordre anciens conseillers d’expérience, qui avaient prévus les recommandations à appliquer en cas de pandémie.

    Le résultat c’est quelques dizaines de milliers de morts de trop, dont les familles n’ont même pas eu le droit d’accompagner les derniers instants.

    Alors quand l’exécutif se dérobe derrière un état d’urgence permanent, que le parlement est dans les oubliettes, il ne reste plus que le pouvoir judiciaire ou la rue pour faire valoir ses droits dans une société, dont une partie est aujourd’hui violemment discriminée au regard des textes fondateurs de la République, tout en restant contribuable à part entière.
    Quand on est capitaine du navire de la santé on a une responsabilité qu’on assume ou on démissionne.
    Madame Buzin, son successeur ainsi que certains directeurs des différentes strates administratives, et conseillers de premier plan, doivent s’expliquer et rendre compte de leurs actions qui ont conduit au résultat qu’on connaît.
    Les mails de Fauci sont intéressants.

    On sait pertinemment qu’à de nombreux échelons on a joué aux hommes sandwichs au profit des intérêts financiers des firmes pharmaceutiques, multi condamnées pour corruption, au lieu d’oeuvrer pour les intérêts de la population, y compris au niveau Européen.

    Il faut laisser la justice faire son travail.

    Je pense que sans ministère de la santé, sans ARS, sans les nombreuses strates administratives inutiles, simplement en laissant la médecine libérale, les cliniques privées, les hôpitaux publics et privés faire leur travail, avec un pilote coordonateur comme l’IHU de Marseille on s’en serait beaucoup mieux sorti, avec des milliers de morts en moins.

    Comment on peut justifier l’existence d’un ministère de la santé qui interdit aux médecins de soigner les malades ? Qui interdit des médicaments potentiellement efficaces ?
    Qui fait poursuivre par leurs ordres aux fins de radiation des médecins qui soignent ?

    C’est le règne de l’absurdie.

    Aimé par 3 personnes

    • Sganarelle dit :

      @jean- Luc
      Votre juste exposé occulte seulement le fait que nous avons subi le résultat d’une politique de plusieurs décennies depuis la SS du général de Gaule . Nous avions alors la meilleure médecine du monde que les années ont vu décliner jusqu’à ce fiasco total parce qu’on a voulu y trouver une raison commerciale lucrative et remplacer par exemple les directeurs d’hôpitaux alors médecins par des administrateurs gestionnaires ignorants tout du serment d’Hypocrate. Petit à petit on a vu se déliter ce qui faisait l’excellence de la profession. En voulant tout diriger et codifier l’impondérable on en arrive au résultat que vous décrivez très bien.
      Madame Buzyn est la représentante d’une caste déchue devenue mercantile et elle paie pour tout parce qu une épidémie est une minute de vérité qui met à nu toutes les failles.
      Comme toutes les castes de la société la médecine devenue un marché perd ainsi son aura et sa réputation sans s’enrichir financiérement en retour.

      Aimé par 1 personne

    • Jean-Luc dit :

      Petit éclairage supplémentaire, sur la stratégie à voie unique vaccinale mise en place, éliminant d’entrée tous les traitements précoces possibles et disponibles au service des malades…

      En fait, une thérapie génique à visée vaccinale (l’OMS n’utilisant pas encore le mot vaccin), tellement efficace, qu’elle nécessite un rappel minimum tous les 6 mois en attendant mieux.
      Autant dire une rente permanente et à durée indéterminée pour les labos….sur le dos du contribuable et de la Sécurité Sociale.
      Elle est pas belle la vie ?
      Au bout du bout on va arriver à mettre à genoux notre système de protection sociale pour le plus grand bénéfice des sociétés principalement US, bien conseillées par le cabinet Mac Kinsey à la manœuvre également au château. On n’est jamais mieux servi que par soi-même.
      Mac kinsey, condamné aux US, pour sa participation active dans le scandale des Opiacés.
      Encore merci à nos dirigeants, qui continuent de brader sans vergogne les intérêts de la France et des Français.

      https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/09/13/3-mois-avant-le-covid-lunion-mangeait-la-soupe-du-vaccin-servie-par-bill-gates-et-big-pharma/

      J'aime

  4. DELIAC PHILIPPE dit :

    Bien analysé. Merci! Bien cordialement.  Ph. Deliac

    J'aime

  5. Bon d’accord un élu n’a pas à être harcelé judiciairement, une protection contre les poursuites judiciaires excessives et prétextes à des règlements de comptes politiques peut se concevoir mais pour autant un élu doit-il être au-dessus des lois surtout si les décisions qu’il prend mettent des vies en danger? Le système actuel n’est pas bon soit mais alors par quoi le remplacer?

    Aimé par 1 personne

    • Pheldge dit :

      Les élus locaux bénéficient d’une protection fonctionnelle, sorte de protection administrative. Rien ne les empêche de faire « comme tout le monde »et de souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle …
      Ensuite, un ministre qui prend une décision grave, en général se couvre, justement en prévision des problèmes éventuels, auprès de ses conseillers, et de son PM. S’il ne le fait pas, alors il ne mérite pas d’être ministre, parce que « être ministre c’est gouverner, donc prévoir » …

      J'aime

  6. Agnès Buzyn devrait surtout être jugée pour abandon de poste et conflits d’intérêts.
    https://zerhubarbeblog.net/2021/01/06/oms-les-gates-of-heaven-souvrent-pour-agnes-buzyn/

    J'aime

    • Vincent Verschoore, conflit d’intérêts, là c’est tout autre chose en effet, mais elle n’est pas la seule…
      MT

      J'aime

    • Pheldge dit :

      oui, et c’est bien pour ça, que c’est une enquête bidon, qui fera pshhhttt comme aurait dit quelqu’un, et qui permettra de cacher sous le tapis, tout ce qui gêne et qui aurait réellement dû faire l(objet d’une enquête. C’est de l’enfumage, destiné à faire du buzz pour ne pas dire du buzz-in !

      J'aime

  7. roc dit :

    « comment Mme Buzyn fait office de bouc émissaire »
    mouais . . . moi je vois plutôt quelque chose qui ressemble a du détournement d’attention !
    les vieux des EPAHD dont ont a refusés l’admission aux urgences hospitalières et que l’on a achever avec une injection de rivotril n’ont pas eu droit a un avocat !

    J'aime

  8. Raymond dit :

    UN NOUVEL OS À RONGER ? !

    Bonjour monsieur,
    Bonjour à toutes et à tous.

    AHHH ! Les émotions ?
    Alors que, nos sombritudes hurlent《Justice 》,
    en vérité   » Revanche « ,
    nos clairitudes sussurent 《Tempérance 》concrètement « Patience « .

    A l’image de certains intervenants, je n’ai pas immédiatement saisi votre article, et comme certains, j’étais près à vous interpeller sur vos propos ?!? Mais, le temps donné à la réflexion, me permet de revenir vers vous plus posément avec quelques élucubrations;

    1. L’événement C19 n’étant pas achevé, nous ne sommes pas à l’heure des comptes et bilans.
    2. La présente phase préélectorale, nous invite  à établir des priorités et nous oblige à ( pour le moment) regarder devant et non derrière. En clair polariser notre attention sur les problématiques économique, sécuritaire,  ….
    3. Les péripéties de cette personne, déjà repositionné par ailleurs, ne constituent plus qu’un leurre médiatique de dispersion d’intérêts et d’énergie intellectuelle (sans intérêt vital immédiat pour le pays).
    4. Le temps du « retex » pour l’État et la Nation viendra plus tard.

    Soyons convaincus que ce n’est que dans la méthodique prudence de l’application de nos《Fortitudes》morales et intellectuelles diverses et variées,  mais aimantes, que nous pourrons dépasser les mensonges et vilenies du dégoûtant machin dans lequel nos FAUTES d’inattention, lâchetés politiques et nos égotiques faiblesses, nous ont préalablement conduit.
    Ayons donc la volonté de reconnaître, dans le calme, l’honnêteté et le courage de cette démarche, le premier signe d’un rassemblement salutaire et salvateur pour le pays et sa Nation…_

    Cordialement

    COGITO ERGO SUM !
    OUVREZ LA VOIE …

    Aimé par 2 personnes

  9. Ping : Le Billet de Maxime Tandonnet. Par-delà la mise en examen de Mme Buzyn - Tribune Juive

  10. Georges dit :

    Point de vue immunité ,la CEE me semble la meilleure planque ,au sens argotique du terme.

    J'aime

  11. ADB dit :

    J’approuve totalement votre position, Monsieur TANDONNET. Mme Buzyn n’est ici qu’un bouc émissaire qui sera relaxé dans l’hypothèse où le procès serait poursuivi jusqu’à son terme. S’il y a quelque chose à reprocher à Mme Buzyn, c’est plutôt sa décision d’interdire la prescription et la commercialisation de l’hydroxychloroquine sans aucun autre réel motif que de faire un « croc-en-jambe » au Professeur Raoult, ceci afin de faciliter une ambition de son époux, le Professeur Yves Lévy, qui souhaitait prendre le contrôle de l’IHU de Marseille depuis Paris, un acte qui pour moi s’apparente au délit de concussion !

    Aimé par 3 personnes

    • ADB, alors là c’est autre chose en effet, qu’on la mette en jugement pour avoir détourné sa fonction à des fins personnelles, ce serait tout à fait normal et on serait à l’évidence dans le pénal; mais ce n’est pas du tout l’accusation qui est retenue c’est la mise en danger de la vie d’autrui, mais alors on entre dans une logique sans fin de procès judiciaires contre les dirigeants politiques pour tous leurs actes! Et ils ne feront plus que se couvrir ou protéger au maximum quitte à enfoncer le pays! (d’ailleurs c’est déjà largement le cas!)
      MT

      Aimé par 1 personne

    • Pheldge dit :

      on a donc bien un « processus judiciaire » bidon, fait pour de mauvaises raisons qui ne pourra aboutir qu’à une relaxe, au lieu de se pencher sur la véritable action criminelle, qui est d’avoir interdit aux médecins de soigner. Ce qui permettra de dire « on a laissé la justice travailler, elle n’a rien trouvé » et de blanchir, par association bon nombre de responsables.

      J'aime

    • Janus dit :

      @Maxime : Il est probable que parmi les nombreuses plaintes déposées contre elle devant la CJR , il y avait ce chef d’accusation. Mais le parquet animé par Mollins ou ses séides veille et ne seront retenue que les actions ne pouvant pas faire l’objet d’une sanction judiciaire. Tout est verrouillé dans cette Ve république dévoyée et les puissants du jour peuvent dormir tranquille. La preuve en est, le dédain de Buzyn vis à vis des premières convocations de la CJR.
      La déception des citoyens au verdict ne fait pas l’ombre d’un doute.

      Aimé par 1 personne

  12. PhilG dit :

    Comme vous dites : « Quand la France était une démocratie… »
    Du pain sur la planche.

    J'aime

  13. PhilG dit :

    Contrôle parlementaire et sanction possible ???
    Le contrôle des coquins par les copains donc. Il va falloir changer beaucoup de choses pour que cela devienne réellement une garantie pour le peuple.

    Aimé par 1 personne

  14. Pheldge dit :

    MT, autant je suis d’accord avec vous sur le fait que Mme Buzyn sert de bouc émissaire, et que bien d’autres responsables gouvernementaux devraient être inquiétés, autant votre phrase « Qui voudra s’engager et prendre des décisions, faire des choix, si toute prise de position est susceptible de vous entraîner devant un tribunal ? » me laisse dubitatif, pour le dire gentiment. J’ai du mal à imaginer que vous prôniez l’impunité généralisée pour toutes les personnes en responsabilité.
    Et puis la CJR, ce n’est pas le tribunal correctionnel, on y est jugé par ses pairs, qui savent généralement se montrer compréhensifs.
    Par comparaison, un chef d’entreprise, lui, se retrouvera devant le TGI, voire la Cour d’Assises … mais bon, c’est un sale capitaliste, motivé par l’argent, alors que le Politique – notez la majuscule – lui, oeuvre pour le Bien de Tous, l’intérêt général, rien que de nobles causes, alors quand il se trompe, ce n’est pas vraiment sa faute, et il doit être absout !

    Aimé par 3 personnes

    • Pheldge, non, la cjr est une instance judiciaire, pas politique, elle était destinée à juger des comportements pénalement répréhensibles (ex, détournement d’argent dans un intérêt privé etc). Là ce n’est pas du tout le cas, on reproche à mme Buzyn des déclaratons et faits politiques ayant « mis en danger la vie d’autrui ». A ce rythme là, toute décision ou déclaration politique pouvant avoir une incidence sur la vie d’autrui (par exemple en matière d’immigration, de défense ou de maintien de l’ordre) ou en matière d’environnement, de santé, est susceptible de déboucher sur une mise en cause judiciaire des gouvernants. Il n’y a plus aucun gouvernement possible. Je sais que pour beaucoup, Mme Buzyn mise en examen (payant pour tous les autres) cela fait un bien fou au niveau des tripes, mais il faut voir au-delà des tripes. Quand la France était une démocratie, les dirigeants responsables d’un tel atroce fiasco étaient virés (tous) avec perte et fracas. Aujourd’hui ce n’est plus le cas et la justice pénale prend une place qui n’est pas la sienne, laissée vacante par la démocratie. MT

      Aimé par 5 personnes

    • Pheldge dit :

      MT, la CJR a pourtant été mise en place à la suite du scandale du sang contaminé, qui a ma connaissance n’était pas une affaire de détournement … « La Cour de justice de la République (CJR) est la juridiction française d’exception compétente pour juger les crimes ou délits commis par les membres du gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions. »

      J'aime

    • Gribouille dit :

      « Quand la France était une démocratie, les dirigeants responsables d’un tel atroce fiasco étaient virés (tous) avec perte et fracas. Aujourd’hui ce n’est plus le cas et la justice pénale prend une place qui n’est pas la sienne, laissée vacante par la démocratie. MT »

      Quand ça ?

      Sous la IIIe ou la IVe, les mandats étaient de fait plus courts, donc les gens partaient « avec perte et fracas » s’il fallait défouler l’opinion, puis ils revenaient un peu plus tard.

      Autre tour de passe-passe, les gens s’arrangeaient pour faire chuter le gouvernement en cas de crise anticipée (Anschluss par exemple), comme cela personne n’était responsable du fiasco.

      Mais c’était une époque de gagne-petits. Aujourd’hui, les tours de passe-passe se font en partenariat avec la Commission européenne, ce qui permet d’éviter ces bricolages antédiluviens.

      J'aime

  15. cgn002 dit :

    Vous écrivez à juste titre
    « Il ne restera en politique que des médiocres déterminés à empocher les avantages de certains postes en évitant au maximum de prendre leurs responsabilités »
    Je noterais pour ma part que c est le cas depuis fort longtemps.
    Et pas que dans le monde politique : juste dans les milieux où il y a des avantages notables à empocher…
    Mais en écrivant cela vous vous résignez à considérer que la responsabilité associée au courage et à la compétence ne sont plus envisageables.
    Avec les qualités requises , je considère qu un professionnel ne doit pas craindre les sanctions.
    Avec des tolérances bien entendu sur les erreurs involontaires.
    Concernant Mme Buzyn sa faute a été d écouter et de suivre le président sur l attitude politique à tenir, alors qu elle détenait des données totalement contradictoires.
    Perso j aurai démissionné. Mais le jeu des carrières politiques est justement trop attractif pour préférer l intérêt général (la vérité, et surtout la protection sanitaire des francais) aux intérêts personnels ou corporatifs.
    Une faute morale est condamnable à partir du moment où elle nuit à l ‘ humanité. Point.
    Je souhaiterai que lors de son procès, Mme Buzyn ne protège plus son patron de l époque et nous entraîne vers une réforme de notre constitution avec un président ne pouvant exercer impunément un pouvoir sans avis éclairé de contre pouvoirs totalement autonomes et indépendants.
    Problème récurent à l observation des nombreux scandales subis et qui semble conforter notre goût pour la monarchie…(non parlementaire).

    J'aime

  16. E Marquet dit :

    Une fois de plus, on offre à la plèbe, les jeux du cirque. Courageusement trois magistrats de la Cour de Cassation et douze parlementaires vont sacrifier la raison à la vindicte populaire. Et, il ne se passera rien.
    Il est plus qu’envisageable qu’aucun jugement de condamnation n’interviendra, tant pour Mme B que pour ceux qui vont suivre, car si l’on ne peut contester les responsabilités politiques, il est peu probable qu’un acte pénalement répréhensible puisse engager leur responsabilité pénale. Il ne faut pas tout confondre.
    Et au bout du compte, rien ne viendra éclairer les interrogations légitimes de certains plaignants.
    Aucune réponse ne leur sera donnée sur la gestion calamiteuse de cette crise sanitaire dont l’ensemble du gouvernement et ses conseils scientifiques portent la responsabilité inhérente à toute action.
    Reprendre les éditoriaux de presse et re-visionner les débats politico-scientifiques suffit à toucher du doigt la réalité des propos contradictoires, dysfonctionnements, carences, erreurs, manques d’anticipation et de clairvoyance, défauts de réactions, lâchetés en tout genre.
    Mais après ce grand barnum, on tournera la page. L’opprobre momentanée n’impactera en rien la carrière des acteurs du fiasco. On retrouvera les mêmes visages, les mêmes egos, les mêmes mensonges déguisés en vérités du moment.
    Il ne faut pas croire que cela empêchera les politiciens de faire de la politique. Ouvrir grand le parapluie et se couvrir, ils savent faire, tout comme l’administration. Tout cela glisse sur eux comme l’eau sur les plumes d’un canard. Ils savent qu’ils n’encourent pas grand chose. Au pire ils sortent par la porte, pour revenir par la fenêtre !
    Quand à ceux qui ne sont pas des politiques professionnels comme Mme B, ils seront (ou sont déjà) recasés, la République est bonne fille et dispose de plein de niches confortables, pour bons serviteurs de l’Etat.

    Aimé par 1 personne

    • E Marquet, bien d’accord, mais ce qui est en cause, c’est le déficit de démocratie et de transparence, ces voyous auraient depuis longtemps dus être renvoyés à leur néant.
      MT

      Aimé par 1 personne

    • cgn002 dit :

      Et un bon serviteur de l état est un être obéissant et protecteur du chef qui lui offre ses titres (et privilèges,… y compris l’impunité due par « esprit d appartenance à la famille »).

      J'aime

    • Pheldge dit :

      merci pour cette mise au point. Peut-être verra-t-on un jour Mme Buzyn nommée au Conseil Constitutionnel, qui fait également office de maison de retraite pour certains « repris de justesse » …

      Aimé par 1 personne

    • H. dit :

      Ne serait-on pas en face des conséquences du déséquilibre malsain entre les trois pouvoirs (peut être devrions-nous parler de quatre pouvoirs) qui caractérise ce régime agonisant.

      J'aime

  17. there dit :

    On se rapproche à grand pas des procès staliniens. On sacrifie un pion au profit du fou .

    Aimé par 5 personnes

  18. Stephane B dit :

    Bonjour

    Même motif, même punition que pour Jérôme CAHUZAC.
    Le retour du fusible, ce n’est que ça.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.