Droite: les guerres d’ambition contre l’intérêt général (pour le Figaro Vox)

[Ci-dessous mon dernier article pour Figaro Vox. En 2022, il est possible de débarrasser le pays du tandem « de second tour » le Pen-Macron dont la majorité des Français ne veut pas. Pour cela, il faudrait que l’opposition de droite donne un signe de rassemblement et de désintéressement personnel autour d’un projet collectif pour la France. Or, elle semble en ce moment prendre le chemin inverse en se focalisant uniquement et stupidement sur le seul choix du futur locataire de l’Elysée… Passer d’un naufrage narcissique à l’autre? Terrifiant gâchis ]

La plupart des observateurs en conviennent : rarement dans l’histoire politique contemporaine, la France n’a été aussi à droite. Lors des élections municipales de 2020, les Républicains (LR) obtenaient le meilleur score en termes de suffrages : 33, 71%, contre 29,63% (gauche) ; 15, 98% (Centre) ; 4, 38% (Vert) ; 3,33% (« extrême droite »). Les régionales de 2021 ont largement confirmé cette prépondérance : 29% (LR) ; 18% (RN) ; 12% (PS) ; 12% (Verts) ; 10% (LREM).

Certes, ces résultats doivent être relativisés en raison du caractère local des élections qui privilégie les sortants et de taux d’abstention élevés. Ils dénotent cependant à l’évidence une tendance profonde du pays confortée par un sondage IFOP du 23 juillet 2020 selon lequel 39% des Français se situent à droite, 32% au centre et 13% à gauche…

Or, par le plus grand des paradoxes, cette suprématie de la droite sur le terrain s’accompagne du plus grand doute sur la perspective de son  retour au pouvoir à la faveur des élections nationales de 2022. Dès que l’on s’éloigne de la France profonde pour en revenir au spectacle sondagier national et aux présidentielles, la droite se voit évincée selon tous les scénarios envisageables par le tandem de second tour le Pen/Macron (24 et 24% selon IPSOS), imperturbable depuis plus de 4 ans. Or, la glaciation de la scène politique nationale autour de ce duo porte le message lancinant d’une réélection quasi-assurée de l’actuel occupant de l’Elysée.

Pire : la droite donne le sentiment de continuer à s’enfoncer dans la confusion. Les grandes manœuvres sont lancées dans un indescriptible désordre. M. Wauquiez et M. Retailleau viennent d’annoncer leur retrait. M. Ciotti est en revanche candidat, s’ajoutant à Mme Pécresse, M. Juvin et M. Barnier pour les primaires, à M. Bertrand, hors primaire et tout cela sans compter l’entrée en scène de M. Zemmour. A huit mois des présidentielles, la droite se bat, non pour un projet de société à proposer aux Français, mais sur le mode de sélection de son candidat qui écrase toute autre considération.

Le mal de la droite, sa difficulté à transformer un sentiment populaire en perspective sérieuse de victoire électorale nationale, semble être avant tout d’ordre intellectuel, tenant à une sorte d’aveuglement ou de déconnexion quant aux attentes du pays.

Ses leaders n’ont visiblement toujours pas compris à quel point les querelles de personnes, batailles de chefs, les conflits d’ego internes à la droite et autres jeux d’écuries, à l’origine de toutes les défaites et de toutes les trahisons, étaient devenus insupportables aux Français.

Or, à huit mois du scrutin, la bagarre est d’ores et déjà enclenchée à l’image de la déclaration tonitruante d’une candidate revendiquant le monopole « des idées » évidemment contre tous les autres… Encore n’est-ce là qu’un début. Ce n’est sans doute pas un hasard si les deux plus attachés à la réflexion de fond, M. Wauquiez et M. Retailleau, se sont retirés de la compétition.

Obnubilé par « l’incarnation », nul à droite ne semble avoir pris la mesure de la lassitude des Français envers la dérive de la politique dans le narcissisme élyséen et la fuite dans la communication vaniteuse, après l’expérience des présidences « normale » puis « jupitérienne ». A quoi sert la politique ? A quoi sert-il d’aller voter : permettre à un individu prétendument supérieur de parader quotidiennement dans les médias ou sur le perron de l’Elysée ? Les femmes et les hommes de droite ont le tort immense de s’enferrer à leur tour dans le culte de la personnalité, le culte stérile du « moi-je » plutôt que de s’engager à restaurer le seul débat d’idées et l’intérêt général comme fondements de la politique.

Certes, les candidats de droite, en ordre dispersé, sont engagés dans une étrange course à la fermeté (parfois non sans démagogie stérile) en matière d’immigration. A cet égard, ils font un choix de répondre à une attente populaire évidente.

Mais sur tout le reste, ils s’ébattent dans le flou absolu, pariant sur leur séduction personnelle au détriment des questions de fond. Ils se sont tenus à distance des débats sur la recherche d’un équilibre entre sécurité sanitaire et défense des libertés face aux confinements ou couvre-feu successifs puis l’obligation du passe-sanitaire dans les actes de la vie quotidienne. La liberté n’est-elle pas l’un des fondamentaux de la droite ? De même, se montrent-ils étrangement pusillanimes sur les grands enjeux économiques et sociaux de l’époque, le chômage qui touche 6 millions de personnes, la dette publique (120% du PIB), la pauvreté et l’exclusion, la catastrophe scolaire (effondrement du niveau selon le classement PISA), etc. Et enfin, la question fondamentale de l’avenir de la démocratie française – tellement malmenée ?

On aurait pu imaginer que la droite, qui a tant de peine à trouver sa place sur le plan des idées entre lepénisme et macronisme, instruite par l’expérience et motivée par le bien commun du pays, se mobilise toute entière autour d’un projet collectif et s’engage à désigner au début de 2022, par commun accord de ses leaders, celui ou celle qui apparaîtra comme le mieux placé pour lui faire gagner collectivement l’élection présidentielle avant les législatives… A coup sûr, un tel engagement dans le sens de la responsabilité serait de nature à ramener la confiance du pays. Mais il ne faut surtout pas rêver…

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

106 commentaires pour Droite: les guerres d’ambition contre l’intérêt général (pour le Figaro Vox)

  1. Georges dit :

    Les Wisigoths firent de même et Al Andalus vit le jour.

    J'aime

  2. Zonzon dit :

    « Lorsque les gouvernements américains, anglais … laissent tomber le shah d’Iran … ils contribuent à l’arrivée au pouvoir de personnes qui ne nous aiment pas du tout depuis longtemps déjà. »

    Est-ce une allusion – amusante mais perverse – à l’arrivée fortuite de Macron à l’Élysée ?
    La politique internationale ne serait- elle qu’un éternel recommencement ?

    J'aime

  3. Zonzon dit :

    « … les murs, les murailles finissent toujours par tomber. »
    Comme toutes les choses humaines, qu’elles soient matérielles, intellectuelles, morales.
    C’est la raison pour laquelle le désert, lieu de toutes les « finitudes » est divin.

    Aimé par 1 personne

  4. Zonzon dit :

    L’IMMIGRATION ET LA MORALE
    Les Français ont abandonné le « gangstérisme », ce sont les maghrébins qui s’en chargent.
    Les « casses » sont pratiqués essentiellement par des gens originaires de l’ancienne Yougoslavie.
    Le « vol à la tire » est, depuis toujours une spécialité des roms. [*]
    Quant à l’assainissement des mœurs politiques, notamment les pratiques secrètes mais avantageuses de l’Assemblée Nationale, il est dû à une petite britiche, épouse tonitruante d’un homme politique français, au prénom qui prédisposait à la dissimulation. [**]

    [*] Quand on était enfant on riait beaucoup de ce dicton célèbre : « Quand une personne vole c’est de la kleptomanie, quand une tribu vole c’est de la roumanie. »

    [**] Reste intouchable la gestion des fonds secrets du Sénat. Plus aisé serait de dissoudre cette Assemblée que de s’attaquer à ses carabistouilles intimes.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.