Fanatisme du nivellement par le bas

Le nivellement par le bas dans l’éducation nationale se présente comme une véritable obsession idéologique des milieux dirigeants. L’impératif de mixité sociale écrase les objectifs d’excellence, de valorisation du travail et de l’intelligence. Dernière initiative en ce sens: les étudiants boursiers bénéficieraient de points supplémentaires attribués par avance, au titre d’une prétendue discrimination positive, pour passer les concours des grandes écoles: X et autres grandes écoles d’ingénieur, grandes écoles de commerce dont HEC. Cette initiative est dans le prolongement de nombreuses décisions récentes: la suppression des concours d’entrée à science po (au profit d’un examen sur dossier et d’un entretien), celle des épreuves de culture générale dans les concours administratifs – jugées trop discriminantes -, le saccage des études secondaires par la disparition des séries et la transformation du bac en mélange de « contrôle continu » et de « grand oral » et sa neutralisation par un taux de succès de plus de 90%. Ce fanatisme égalitariste qui touche en ce moment à son paroxysme, se traduit par l’effondrement du niveau intellectuel des jeunes Français. Selon les travaux du ministère de l’Education nationale, le niveau d’orthographe de cesse de s’effondrer : 10,6 fautes pour une dictée en 1987 mais 17, 9 fautes en 2015 à la même dictée. D’après le classement Timss de 2019, les élèves Français se classent derniers de l’Union européenne en mathématique et avant dernier dans l’OCDE (devant le Chili). Selon le classement PISA, les jeunes Français ne sont que 23ème en lecture et compréhension de texte. Enfin, en histoire-géographie, le naufrage est avéré. D’après l’Education nationale, le pourcentage des élèves de faible niveau est passé de 15 à 21% entre 2006 et 2012, et celui des élèves de niveau élevé de 10 à 6%. « Jusqu’où descendra-t-on cette pente? Ce n’est pas en faisant injure aux valeurs de raison, de science, d’intelligence et de travail qu’on forme la jeunesse d’un pays » écrit justement M. Philippe Nemo.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

77 commentaires pour Fanatisme du nivellement par le bas

  1. Georges dit :

    Tout à fait en accord avec vous le hibou.

    J'aime

  2. Jordi dit :

    Au delà de ce qui a été dit, et avec lequel je suis en profond accord, il y a aussi une corruption implicite en faveur de groupes sociologiques privilégiés. Car les « boursiers méritants » qui auront ce genre de points sont à 90% des fils de profs, cette caste de bourgeois désargentés (mais riches de leurs statuts, de leurs savoirs et de leurs privilèges) que notre éducation nationale socialiste adore. Il suffit de regarder la profession des parents des élèves boursiers actuellement admis aux concours de Grandes Ecoles.

    J'aime

  3. Janus dit :

    Interview de Philippe Nemo par Charles Gave sur l’éducation nationale : Eclairant, Nemo étant lui-même professeur et grand analyste des errements des politiques successives de l’État français sous le Ve république concernant la politique d’éducation des masses…

    J'aime

  4. charles902 dit :

    Republique francaise= fabrique de crétins.
    Comment voulez vous dans ces conditions que les gens aillent voter? Plus on essaie, par des votes blancs ou nuls, de faire comprendre aux « élites » qu’elles ne répondent pas aux souhaits de la population (sauf des crétins, bien sûr) plus elles insistent dans leur dérive vers l’uniformisation par le bas. A croire qu’elles s’y reconnaissent.
    La comptabilisation des votes blanc ou nuls n’étant pas acquise, les français préfèrent ne plus aller voter plutôt que de permettre à des imbéciles d’annoncer urbi et orbi qu’ils les représentent. démocratiquement.

    J'aime

    • Pheldge dit :

      le truc avec les élites, c’est leur autisme : plus on essaie de leur faire comprendre qu’on n’est pas d’accord, plus ils insistent pour nous expliquer que c’est nous qui avons tort, et en remettent une louche dans le mauvais sens …
      Regardez la droite, majoritaire à ce qu’on dit, qui nous explique depuis 4 ans que le problème c’est le RN, quand leur électorat leur demande des réponses claires sur l’europe, l’immigration, l’insécurité, le terrorisme, l’islam … C’est à se taper la tête contre les murs !

      J'aime

    • Janus dit :

      @Phledge : Les politiques se foutent des attentes du peuple. Seules les intéressent les attentes des médias qui font l’opinion. Ils ne changeront donc pas : Dans les cercles ou ils se rencontrent, la réalité est bannie, seule compte l’opinion des médias. La démocratie est confisquée par une caste de morveux et de crétins boboides qui sévissent dans les médias. Il n’y aura de changement que si un Hercule bouscule tout cela et je ne vois pas Zemmour comme un Hercule (sic) ou bien l’effondrement total qui rebattra les cartes. D’ici là ne vous épuisez pas à comprendre ces crétins boboides : Il n’y a rien à comprendre !

      J'aime

  5. Annick Danjou dit :

    Le Figaro.fr: « «Blanchité alimentaire»: Sciences Po sous le feu des critiques après les propos d’une chercheuse du CNRS »

    Jusqu’où allons nous accepter sans nous révolter?

    J'aime

    • lehibou dit :

      « blanchité » ??????? au moins le mot ALBITUDE (< lat. albus = blanc) serait plus esthétique, et de surcroît plus positif. Or ce n'est pas ce que recherchent ces haineux racialistes qui préféreront toujours les appellations péjoratives comme "faces de craie".
      Plus hystérique et bête que cette chercheuse de poux, tu meurs !

      Sur certains sites dissidents, des Européens blancs se nomment ALBO-EUROPÉENS. Je les approuve à 100%. On parle bien d'Afro-Américains. J'ai même vu sur un site une Néerlandaise originaire du Surinam, ancienne colonie batave, se définir comme Afro-Néerlandaise.

      De ce fait, pourquoi la revendication identitaire devrait-elle être réservée aux non-Blancs?

      J'aime

    • Pheldge dit :

      « être contre l’antiracisme, c’est être raciste », voilà le sophisme qui bloque net toute critique !

      J'aime

    • Anonyme dit :

      Dites tout haut ce que vous pensez et transmettez le à vos proches .Contrecarrez en permanence.

      J'aime

  6. Stanislas dit :

    Je ne vais pas trop me prononcer sur ce sujet, l’école n’a eu de cesse de me poursuivre mais déjà tout jeune je courais vite..
    Dans mon patelin, à la primaire, ceux qui avait des difficultés prenaient des claques dans la gueule ou des coups de règle sur la tête, beaucoup de mes potes ont fini à l’usine métallurgique du coin, je ne sais toujours pas comment j’ai fait pour continuer un petit bout de chemin au dessus..

    Si c’est pire aujourd’hui, alors il n’y a plus à s’étonner que les records de vitesse ne cessent de s’améliorer..

    Aimé par 1 personne

  7. E Marquet dit :

    Il y a trois manières de niveler :
    – par le haut, mais c’est privilégier l’élite intellectuelle.
    – par le milieu. C’est mettre tout le monde à un niveau moyen et pénaliser les plus agiles et les plus réceptifs.
    – par le bas, c’est viser la médiocrité, par égalitarisme.
    Face à l’hétérogénéité des élèves, certains ont pensé à la pédagogie différenciée ou progrès par des voies différentes avec des objectifs communs à tous. Mais cette belle théorie est complexe à mettre en place. Elle ne plaisait pas aux chantres de l’égalité.
    Le milieu enseignant (de gauche en majorité) est, il ne faut pas l’oublier, pour un accès égalitariste au diplôme et pour un système scolaire uniforme, formaté et identique. Dénigrement de l’apprentissage, l’intello étant leur modèle de réussite sociale. Même les parents préfèrent souvent que leurs enfants fassent un mauvais parcours général, plutôt qu’un bon parcours professionnalisant.
    A la bêtise économique que cela représente, il faut ajouter la stupidité politique.
    Les responsabilités sont donc largement partagées entre les différents acteurs.
    Baisser le niveau ne permettra pas à chacun la réussite, mais seulement l’accès au diplôme.
    Mais il ne faut pas y voir comme certain un « complot » de nos gouvernants qui préféreraient avoir sous leur coupe des ignares. N’est-ce pas Michel Rocard qui disait «  Toujours préférer l’hypothèse de la connerie à celle du complot. La connerie est courante, le complot exige un esprit rare ». Il savait de quoi il parlait !
    Les esprits rares sont aussi rares en politique que dans l’ensemble de la société française si passionnée d’égalité.
    De Gaulle disait « Tout Français désire bénéficier d’un ou de plusieurs privilèges, c’est sa façon d’affirmer sa passion pour l’égalité ». Belle ironie d’un esprit rare …..

    J'aime

  8. JulesXR52 dit :

    J’ai fait en 2003-2004 une formation à Lyon pour devenir « professeur documentaliste » (!!!), dans un de ces établissements hébergés dans ce qui s’appelait autrefois une « école normale d’instituteurs », du nom desquels je ne me souviens plus vu qu’ils en ont changé plusieurs fois. Je me suis aperçu que les gens qui y enseignaient avaient une obsession: les inégalités sociales. Tout ce qu’on y faisait, tout ce qu’on y enseignait, tout ce qu’on y « apprenait » dépendait de cela. Il fallait tout faire pour les réduire, les inégalités sociales. Je ne comprenais pas ce qui motivait cette obsession. Je n’ai pas eu le CAPES (ou quelque chose d’approchant, c’était pour enseigner dans le privé sous contrat), mais je n’ai aucun regret de ne pas avoir été reçu, j’aurais été trop en décalage avec tout l’environnement, même dans le « privé », qui est lui aussi contaminé.

    J'aime

  9. Sganarelle dit :

    C’est des américains que nous vient le politiquement correct , ils nous apportent également leur lutte contre un racisme qui est endémique chez eux mais ne l’était pas chez nous . Je dis bien «  ne l’était pas «  car on fait tout actuellement pour que la crainte et le rejet de l’étranger monte dans nos esprits et nos mœurs. Au mieux chacun se replie sur soi et n’ouvre pas sa porte , au pire l’agressivité et la violence grimpe dans les comportements car plus encore que la politique c’est la société qui est attaquée, nos rapports à la famille et jusqu’à notre vocabulaire . Combien de temps supporterons nous ce changement profond ? Combien de temps supporterons – nous que l’Europe soit inféodée aux USA et dicte notre conduite.. ( le remous causé par La Hongrie et les LGBT en sont un exemple.)
    Nous allons voter aujourd’hui et encore « contre » plutôt que « pour » et nous serons encore tous déçus par les résultats des magouilles politiciennes.il ne faut pas attendre que nos enfants au cerveau lavés arrivent au pouvoir. Nous avons reçu un héritage cela crée des devoirs , plus tard Il sera trop tard nous serons créolisés et nous aurons perdu nos racines. Le sursaut est vital.

    J'aime

  10. Annick Danjou dit :

    https://www.causeur.fr/fake-history-203611
    Je ne sais plus si j’ai mis ce lien sur le blog de Maxime mais 2 fois c’est mieux que pas du tout.

    J'aime

  11. Annick Danjou dit :

    https://www.lepoint.fr/societe/le-berger-chasse-par-les-ecologistes-26-06-2021-2432861_23.php

    Votez écolo vous ne serez pas déçus. Eux aussi nous veulent du bien.
    Un peu en dehors du sujet mais finalement pas tant que ça… tout le monde dans le rang.

    J'aime

  12. Georges dit :

    Une université américaine supprime le latin et le grec de ses cours ,chancel culture oblige.Faut plus s’étonner si les européens de l’ouest suivent cette idiotologie made in usa comme des mouches sur une merde.

    J'aime

    • qui ne se connectent pas comme il faut

      J'aime

    • Anonyme dit :

      Cancel

      J'aime

    • lehibou dit :

      Georges, vous faites bien de mentionner cela, car Il faut à tout prix informer sur ce genre de pratiques confinant au totalitarisme. Mais avant même que la culture de l’effacement ait été érigée en idéologie de par l’action délétère de certains campus états-uniens, en France Madame Belkacem, du temps où elle était ministre de l’Education Nationale, nourrissait le même projet iconoclaste. Et cela n’est nullement étonnant de sa part, puisqu’elle se revendiquait en premier lieu musulmane, puis Marocaine, et uniquement en troisième position Française. Cette effrontée a aussii tenté d’introduire à grande échelle l’enseignement de l’arabe à l’école.

      Sur le même registre, une Académie de musique à Londres a aboli l’enseignement de Schubert et de Guillaume de Machault pour remplacer ces deux compositeurs européens par de la musique africaine. Pourtant, il existe des compositeurs bien plus difficiles que Schubert.
      Etre indifférent à la veine populaire de lieder comme La Truite ou La Belle Meunière par exemple relève d’un philistisme et d’un manque de sensualité évidents.
      Pour tenter de comprendre leur refus de Machaul, je donnerai ici la description que donne le Petit Larousse de ce créateur incontournable:
      « Guillaume de Machaut ou de Machault, poète et musicien français, chanoine de Reims (v. 1300-1377), un des créateurs de l’école polyphonique française par ses motets, ses ballades et sa Messe Notre-Dame. Il a fixé les règles musicales et littéraires de l’art lyrique pour le lai, le virelai, la ballade, le rondeau ».
      Mais faut pas pousser, hein, car tout cela est bien trop diffficile pour des étudiants de musique. La vraie raison, c’est que cela est bien trop européen, trop chrétien, trop occidental, pour la vile engeance du politiquement correct et des fossoyeurs de ladite culture européenne, chrétienne, occidentale!

      Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.