Ténèbres de la politique française (pour Atlantico)

– Le président de la république reste obsédé à l’idée d’utiliser l’entre deux tours des régionales pour fracturer la droite en lui imposant de se déterminer entre RN et LREM. Mais n’est-ce pas dangereux politiquement pour lui ? Ne risque-t-il pas, non seulement de griller Jean Castex (qui s’est mis en avant dans l’affaire Muselier en PACA), mais de souligner au passage la faiblesse de LREM ?

Nous vivons une période politique sans précédent, dans laquelle toute notion de bien commun semble gommée au profit de l’exaltation d’un narcissisme absolu tourné vers l’obsession de la réélection. La vie politique consiste pour l’essentiel à noyer dans un écran de fumée de gesticulation permanente une situation désastreuse avec 4 à 6 millions de chômeurs, une dette publique astronomique, dix millions de pauvres, une explosion de la délinquance et de la violence, une catastrophe sanitaire déjà presque oubliée. Face à un tel bilan, le salut de l’occupant de l’Elysée passe par une surenchère de combinaisons politiciennes. Ayant brûlé ses vaisseaux à gauche et face à la faillite de LREM, il tente de brouiller les cartes et de détruire la droite pour favoriser une recomposition en sa faveur comme nous l’avons vu en région PACA. Toute sa stratégie politique consiste à pousser la confusion de la politique française à son paroxysme en balayant d’un revers de main les sujets de fond et en réduisant le choix de l’électeur à une alternative entre le supposé bien progressiste qu’il est censé incarner et le mal populiste ou soi-disant épouvantail lepéniste.  Et de fait, cela semble assez bien marcher…

– Emmanuel Macron ne semble pas se rendre compte que l’électorat LR est en majorité sinon résigné, du moins pas vraiment franchement décidé à faire échouer sa réélection. Prend-il le risque de les faire basculer dans une opposition frontale à sa personne (et donc à basculer vers le RN) à force de multiplier les provocations à leur endroit ?

L’électorat LR est fractionné en trois composantes : une majoritaire prête à se rallier à la candidature Macron contre le Pen au second tour sinon au premier ; l’autre minoritaire en passe de rejoindre l’électorat lepéniste ; et la troisième, ultra-minoritaire en révolte contre cette violence antidémocratique qui consiste à la priver de véritable choix et qui n’optera jamais ni pour l’un ni pour l’autre. Le climat politique actuel est dominé par une extrême confusion, une perte des repères et quasi-disparition des convictions qui facilite le délitement de la droite privée de toute référence idéologique et ainsi aisément malléable. L’opposition frontale à la personne du président existe mais elle est noyée dans l’indifférence générale. Le choix binaire entre deux néants, deux héroïsmes de pacotille, macronisme et lepénisme qui n’ont rien d’autre à proposer que deux formes de culte de la personnalité comme paravent du vide et de la destruction, semble en voie de triompher dans l’apathie générale d’un peuple largement dépolitisé, privé par un demi-siècle d’effondrement scolaire des outils intellectuels d’une vision critique et comme hypnotisé par un matraquage médiatique inouï en faveur de l’occupant de l’Elysée.  

– La confusion politique que le président entretient est-elle de nature à lui donner une ligne et un programme clair pour 2022 ? Le véritable enjeu pour lui n’est-il pas, au-delà de se faire réélire, d’être en situation de gouverner effectivement au lendemain de sa réélection ?

Une ligne et un programme clair pour 2022 ? Franchement cela n’a plus grande importance. L’idée même de bilan et de programme est désormais noyée dans la sublimation narcissique. Tout ce qui compte est de séduire une fraction suffisante de l’électorat par une vertigineuse débauche de mise en scène afin d’assurer la réélection dans le scénario du bien progressiste contre le mal populiste. C’est en cela que le personnage de Mme le Pen exerce un rôle crucial. Le lepénisme est l’autre face du macronisme et l’assurance de sa pérennisation. Quant à gouverner après 2022, la question ne se pose même pas. L’après 2022 consistera à continuer pendant un quinquennat supplémentaire le grand spectacle nihiliste autour de l’exaltation d’une image narcissique et d’une profusion de tours d’illusionnisme sur fond de poursuite de l’effondrement général. Alors bien sûr, cette politique de la table rase est dangereuse. Dès lors que la politique se réduit à l’exaltation d’une image narcissique surmédiatisée, elle perd le contact avec la réalité. La bulle émotionnelle autour du chef de l’Etat est fragile, menace à tout moment d’exploser. Pour l’instant, le pays semble noyé dans l’indifférence, l’apathie et l’abrutissement quotidien. Cette torpeur peut dégénérer d’un seul coup quand on s’y attendra le moins en révolte violente avec des conséquences apocalyptiques.

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

27 commentaires pour Ténèbres de la politique française (pour Atlantico)

  1. Anne dit :

    J’avais déjà écrit en 2017 après l’élection de Macron que cette élection était un cas d’école de l’illustration du slogan de 1968: « Elections pièges à cons ».
    tant que Macron sera au pouvoir, ce slogan sera l’illustration de la politique française.
    Il faudra attendre que Macron s’en aille pour que la politique française retrouve un peu d’honnêteté et de démocratie, sauf si Macron laisse un champ de ruines impossible à reconstruire.

    J'aime

  2. Etienne BERRIER dit :

    Oui mais…
    Pour ma part, je persiste à penser qu’il existe une porte étroite (et pas tant que ça en fait) pour une candidature de réconciliation républicaine.
    Qu’une offre claire simple et honnête apparaisse et tout peut basculer très vite.
    Et comme cette offre existe déjà les résultats de dimanche seront à scruter attentivement.
    Bien à vous Etienne Berrier

    J'aime

  3. Gribouille dit :

    Voilà un avis qui s’appuie autant qu’il le peut sur l’examen nuancé de la situation dans sa singularité, ce qui lui fait un point commun avec le fameux diagnostic des médecins de Molière : « le poumon, vous dis-je ».

    Par ailleurs, vous aurez beau masquer la réalité de l’échec, non pas de votre parti, mais de votre ligne de pensée à vous (libéralisme et pseudo-élitisme technocratique), sous des anathèmes à la concurrence, cela ne suffira pas à faire disparaître la réalité.

    Cela ne marche pas : tout ce que vous avez défendu et proposé a non pas accompagné la dégradation de la situation, mais en est directement responsable. Et vous continuez, imperturbable, en espérant faire croire à une importance vitale, surpassant tout le reste, de deux ou trois mesurettes sociétales.

    Aimé par 1 personne

    • Gribouille, parce que votre ligne de pensée à vous, anti-libérale et étatiste, si j’ai bien compris, elle a mieux marché évidemment: URSS de Staline, Cuba castriste, Corée du Nord… et je ne parle pas, par respect pour vous des autres systèmes étatistes et totalitaires des années 1930 dont chacun sait combien il ont fini dans l’apothéose… Non, ce n’est pas ce que vous vouliez dire? Alors quel régime antilibéral et étatiste a bien réussi dans l’histoire? Et d’ailleurs avec une dette publique de 120% du PIB, un taux de prélèvement obligatoire de 47% plus un emploi public d’environ 20% de la population active, il faut vraiment se contorsionner pour trouver que la France est un pays libéral et non étatiste…
      MT

      Aimé par 2 personnes

    • Jordi dit :

      Régime antilibéral étatiste qui a bien réussi. La Chine ?

      J'aime

  4. E Marquet dit :

    Le psychiatre Boris Cyrulnik, lors d’un entretien dit « Avec la pandémie, on est dans une période de chaos ; chaos relationnel, chaos social, chaos affectif, chaos de pensée. Et quand le virus sera éteint, probablement, il faudra repenser et sortir du chaos avec un autre projet d’existence ».
    En 2022, qui sera capable de proposer un autre projet pour le bien commun de la France ?
    Rien de fiable à l’horizon pour l’instant !

    Aimé par 1 personne

  5. Mary Preud'homme dit :

    Macron était à peine élu avec très peu de voix et suite à l’élimination frauduleuse de Fillon (alors ultra majoritaire dans les sondages) qu’il était déjà question de sa réélection.
    Voici donc quatre ans que nous sommes restés dans un climat de campagne électorale malsaine avec toujours ce même Macron en vedette et Le Pen en challenger lui servant de repoussoir !
    Pas de quoi emballer les Français et les sortir de leur fatalisme et léthargie, un climat délétère poussé à son paroxysme par une crise sanitaire dont on ne voyait pas la fin et une atmosphère de peur et d’hystérie collective sans précédent entretenue par le pouvoir.

    Se souvenir cependant que Macron, qui a plus d’un tour dans sa sacoche de banquier, n’avait annoncé sa candidature à la présidentielle que le 16 novembre 2016, soit cinq mois seulement avant l’élection présidentielle d’avril 2017.

    Qui sait alors s’il ne se trouverait pas en embuscade un candidat sérieux, solide et déterminé prêt à créer la divine » surprise, balayant ainsi les pronostics des innombrables défaitistes qui proclament déjà haut et fort que les jeux seraient faits et qu’il conviendrait de déserter sans combattre !

    Un candidat pas pressé de sortir du bois, mais au final coureur de fonds et sprinter, capable de coiffer tout le monde à l’arrivée ?

    Aimé par 3 personnes

    • Mary Preud’homme, bonsoir. Je ne suis pas convaincu que l’élimination de François Fillon ait été frauduleuse. Il a été éliminé parce qu’il y avait trop de candidats de droite. De mon point de vue la candidature de Marine Le Pen, Nicolas Dupont Aignan, Jean Lassalle lui ont fait perdre les élections. Jusqu’à la dernière minute François Fillon a pensé que les abstentionniste voteraient pour lui et qu’il y avait là un réservoir de voix pour l’emporter. Après c’est un détail mais quand Jean Louis Debré appelle François Fillon « Monsieur Pipi » et dit aux journalistes pourquoi il le fait il ne l’aide pas du tout à gagner les élections.

      J'aime

    • Mary Preud'homme dit :

      @ jfsadys/a.lugardon

      Et le PNF qui a ouvert une enquête au lendemain des révélations du Canard enchaîné le 25 janvier 2017 concernant un présumé emploi fictif de Pénélope Fillon remontant à quinze ou vingt ans, plus une affaire de costumes, lesquelles se sont avérées fatales pour la candidature de François Fillon jusqu’alors parti archi favori dans la course à l’Elysée. Autant d’accusations sur le mode diffamatoire qui ont conduit (sans autre procès que des suspiscions) à son élimination dès le premier tour, vous en faites quoi des clopinettes ?

      J'aime

  6. E Marquet dit :

    Macron se sert de Marine Le Pen comme d’un faire-valoir.
    Il se place ainsi dans la filiation de Mitterrand, grand manipulateur, qui, pour déstabiliser la droite, avait fait pression sur les chaînes télévisées pour que soit donnée plus de visibilité à Jean Marie Le Pen ( ne faisait-il pas d’ailleurs que défendre ses fidélités d’avant son virage opportuniste à gauche !!).
    Macron connaît doublement la stratégie du faire-valoir :
    • en tant qu’amateur de jeu théâtral, où le personnage secondaire sert à mettre en valeur l’acteur principal.
    • en tant que banquier sachant comment faire produire un revenu à des capitaux.
    Marine Le Pen est le pigeon idéal. Voulant prouver à papa qu’elle peut rafler la mise, elle brasse le vent en saisissant successivement ou en même temps tout ce qui peut agrémenter son garde-manger électoral, sans que l’on sache exactement ce que sera le menu. Elle est devenue le clown blanc du cirque Macron.
    Tous les deux jouent à « rira bien qui rira le dernier ». Ils sont devenus fusionnels, et si aucune personnalité politique de poids ne vient renverser ce jeu de Go, la seule chose dont je suis certaine, c’est que nous en serons une fois de plus les cocus magnifiques, comme en 2017.

    Aimé par 1 personne

  7. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Et le comportement des médias mainstream qui accentue cette dérive : http://h16free.com/2021/06/18/68941-cest-horrible-de-lextreme-droite-partout/comment-page-1#comment-814277

    Bonne journée

    J'aime

  8. Annick Danjou dit :

    la troisième, ultra-minoritaire en révolte contre cette violence antidémocratique qui consiste à la priver de véritable choix et qui n’optera jamais ni pour l’un ni pour l’autre.

    Mais Maxime cette 3ème composante comment peut-elle vraiment agir dans un pays où tout est verrouillé par ceux qui tiennent les manettes sans relâche, et où il n’y a aucun autre moyen d’intervenir que le vote, nous rabâche t’on, alors que même le vote est confisqué. Il faudrait peut-être que les LR sortent de leur torpeur et affrontent la vérité en face avec la volonté de changement. Mais au fond en ont-ils l’envie, le courage, la capacité ? On peut se le demander.

    Aimé par 3 personnes

  9. Annick Danjou dit :

    Le Figaro.fr: « Délinquance: la vérité des chiffres »

    Je ne suis pas abonnée au figaro mais pour celles ou ceux qui peuvent le lire, l’article doit donner des informations importantes.

    J'aime

  10. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    La période politique que nous vivons, « dans laquelle toute notion de bien commun semble avoir été gommée » ne date pas d’hier , ni même d’avant-hier !
    En décembre 1980, lors de la campagne des présidentielles où Mitterrand sera élu, Jacques Chaban-Delmas n’avait-il pas déjà averti : « Il faut que le Parlement redevienne le centre du débat national, que notre assemblée ne devienne pas une chambre d’enregistrement ainsi que j’en formulais le voeu il y a près de vingt ans » ?
    Depuis les choses n’ont fait qu’aller de mal en pis !

    Aimé par 2 personnes

  11. Celtapiou dit :

    Une dernière bouée de sauvetage : David Lisnard, l’anti-Macron total !

    J'aime

  12. roturier dit :

    « Nous vivons une période politique sans précédent »….
    Ah bon ? Pour quelqu’un qui se dit « passionné d’Histoire » ?
    Amnésie, MT, ou mensonge ? Par exagération ou par omission ?
    TOUTES les périodes sont sans précédent. ET avec mille précédents.

    « …griller Jean Castex » ? Mais on s’en fout…Lui le premier…
    Lui qui fut « M. déconfinement » n’est là qu’en mission gestionnaire et logistique, plutôt haut-fonctionnaire que politique, dans un rôle assumé de fusible par définition, sans AUCUNE ambition de sa part à autre chose qu’une retraite confortable le jour venu.
    Il rira le dernier quoi qu’il arrive. Sous cape puisque c’est sa nature.

    Le tout reposant sur l’inébranlable certitude que Macron sera candidat à son propre remplacement. Mais rien n’est moins sûr. J’en connais qui piaffe du côté du Havre.

    Le reste étant du même tonneau j’abrège.

    J'aime

  13. Stanislas dit :

    Si je reste obstinément dans mon pari que Marron l’escroc va être extrait de France et de nuit, il me semble plus cohérent de penser que c’est son rôle désormais de foutre la merde un peu partout puisqu’il na pas mission de bâtir, de construire mais de tout péter sous les applaudissements d’une bonne partie de la population qui s’occupe de tracer le virus nocturne dès qu’ils ouvrent la porte de leurs cellules…

    Je ferai remarquer que depuis environ 8 ans, les produits législatifs « fourre tout » ont déstructuré divers codes, que des décrêts sous couvert de guerre, enchaînés les uns derrière les autres, ne permettent plus de faire jouer le droit, que des articles de la constitution sont démantelés insidieusement, que les conseils d’état et constitutionnels sont coulés corps et âmes…

    – que des sénateurs ou députés isolés (la notion de quorum pour voter n’existe que dans les assemblées de gueux municipaux) votent toutes les merdes liberticides à quelques uns, de nuit, en vacances, en catimini , parfois grâce à des amendements scélérats noyés dans un autre sujet…ou présentent des projets de loi qui ferait dégueuler une hyène rien qu’à leurs lectures…

    – des citoyens vont élire la 1ere génération d’élus covidFrance qui iront blablater dans leurs chambres départementales et régionales respectives. J’ai lu les programmes des uns et des autres , j’ai pas pu finir assis, je me suis tellement roulé de rire par terre….

    Le pognon ruisselle tellement que le pire des déluges serait classé comme bruine légère …. pensée émue à toutes les personnes qui ont mis de l’oseille de coté……

    J’arrête là, Mr Tandonnet va me regarder de travers de prendre trop de place chez lui….

    En 2022 ?

    hahaha !!! allo !! non mais alors quoi ?

    J'aime

  14. lugardon dit :

    De mon point de vue non essentiel de quelqu’un de non essentiel à son pays le problème ce n’est pas Macron mais les droites qui passent leur temps à s’entretuer et les gauches à se diviser.

    Aimé par 1 personne

  15. Anonyme dit :

    BON,,,,de toute façons ,cher Maxime ,le RN ne fait plus peur a personne ,a force de taper dessus ,part VOUS, ,,la télé ,la Radio ,la presse ,tout cela est finie ,les électeurs on compris ce cirque politique ,on sait que ce RN va avoir des élues avec en plus plusieurs régions ,le vrais soucis ,ou est LR, ,,,Jacob a coté de la plaque ,comme souvent ,alors nous assistons a ce que ceux qui vote LR ,ne savent plus pour qui voter ,donc attendons Dimanche ,y aura t  » il des surprises ,,,je le pense ,la liste du Président devrait prendre une deuxième claque,,,,,michel43

    J'aime

  16. Ping : Ténèbres de la politique française (pour Atlantico) – Qui m'aime me suive…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.