Le Pen-Macron, degré zéro

Et toujours la glaciation des sondages qui annoncent depuis 4 ans un triomphe inéluctable du tandem le Pen-Macron au 1er tour des présidentielles de 2022, puis un succès un peu moins inéluctable mais vraisemblable de M. Macron au second tour. Les deux candidats favoris du scrutin procèdent de la même logique et se ressemblent au fond comme des siamois. L’un s’est présenté aux Français après son élection en 2017 comme le dieu des dieux, Jupiter, leur a promis « la transformation de la France » et un « nouveau monde ». Or son quinquennat ne fut que descente aux enfers, avec les crises des GJ puis le mouvement social et le chaos de la crise sanitaire, ponctué par ses insultes contre la nation prononcées depuis l’étranger (Gaulois réfractaires) et des provocations nihilistes contre l’identité et l’histoire de France, – à déconstruire – un immobilisme radical sous le vernis de quelques coups médiatiques destructeurs, un effondrement économique et financier et une explosion de la violence sur fond de fragmentation communautariste du pays. L’autre n’a jamais rien fait ni prouvé, pas un acte, pas un choix officiel à son actif, pas la moindre prise de responsabilité ou expérience de la chose publique; et n’a pour unique mérite que d’être l’héritière de son père Jean-Marie le Pen à la tête d’un parti qui s’est constamment nourri de provocations et ne dispose d’aucun ancrage suffisant pour espérer une majorité au parlement. Mais cela ne l’empêche absolument pas de prendre des airs de diva providentielle et de s’auto-proclamer incarnation du peuple. Le binôme le Pen-Macron n’est qu’une médiocre et sinistre chimère hypermédiatisée, coqueluche du pouvoir médiatique et sondagier, qui n’existe que dans la posture, la frime et les coups de menton stériles. Tous deux inspirent la même défiance et hostilité du pays profond – qui les condamnent quoi qu’il arrive à l’impuissance et à la fuite dans l’illusionnisme. La réélection de l’un ou l’élection de l’autre ne se ferait qu’avec un taux d’adhésion infime et un taux d’abstention gigantesque. Elle n’aurait pas forcément pour effet de précipiter la France aussitôt dans l’apocalypse. Mais sans le moindre doute, elle ne ferait que prolonger la pente infernale du pays dans le mensonge, les faux-semblants, le chaos économique, social, politique, intellectuel et la décomposition du pays dans la violence. Qu’environ la moitié de l’électorat (hors abstentionnistes) envisage de s’en remettre à ce duo est un signe patent d’aveuglement collectif. Que tant de personnes s’en remettent à ce tandem sans issu est un signe affaiblissement du bon sens collectif. Le sort de la France tient dans le bulletin de vote des Français. Si les Français ne trouvent pas dans les 12 mois à venir, d’une manière ou d’une autre, moyen de se débarrasser de cette chimère à deux visages, la France aura franchi une étape supplémentaire décisive dans la voie du déclin.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

87 commentaires pour Le Pen-Macron, degré zéro

  1. Anonyme dit :

    P

    J'aime

  2. cgn002 dit :

    Précisons un peu :

    73%  des Français jugent que la société française « est en train de se déliter ». 45% d’entre nous pensent que « la France connaîtra prochainement une guerre civile ». Ce pourcentage monte à 50% chez les sympathisants LR, 61% chez les Insoumis et 78% au RN. Et, logiquement (vu ce qui précède), un Français sur deux (49%) est d’avis que « l’armée devrait intervenir sans qu’on ne lui en donne l’ordre afin de garantir ordre et sécurité en France ». …

    Une France unie et apaisée, qu il disait !

    J'aime

  3. Gribouille dit :

    Vous qui nous dites avoir besoin de transférer « généreusement » le budget français vers l’Afrique pour (enfin) faire ce qu’on attend de vous, à quel degré faut-il vous placer ?

    J'aime

  4. Raymond dit :

    Bonjour monsieur,
    Bonjour à toutes et à tous.

    Tous, nous savons que dans l’immédiat nous ne pouvons (toujours) pas nous donner rdv. au bristroquet du coin !
    Pourtant, à la vue de votre ardoise de ce jour, je constate que vous nous servez, les traditionnelles têtes des veaux.
    En même temps, c’est une °Certitude ° !
    Si les despotiques conditions du moment, nous limitent qu’à de simples discussions de bord de claviers, elles n’ont pas le pouvoir, de priver nos méninges de tout exercice de réflexion et encore moins celui d’interdire le plaisir de croire, que dans un avenir proche, nous puissions, au-delà de simple discussions de bord de comptoirs, monter collégialement la sauce de notre gré !?!

    En attendant, cette succulente préparation de cuisine Franchouillarde, que (reconnaissons le ) beaucoup exècrent maintenant, préférant par manque de goût (et différentes autres convenances) que des pâles saveurs dépourvues des caractères des terroirs originels ou même (par soucis d’exotisme, c’est *in*) celles venues d’ailleurs, permettez-moi, monsieur, de dire humblement à ;

    Pierre-Jean ~《… A un moment donné, il faut bien « sortir du bois », non ?》~

    Gérard Bayon ~ 《Sans l’appui ou l’aide des médias, toute candidature est vouée à l’échec.》ca c’est, ce que l’on veut nous faire croire….

    Janus ~ 《Et je ne crois pas que Pecresse, Bertrand, Wauquiez ou Retailleau soient du bois dont on fait les Jeanne d’Arc, les Clémenceau ou les De Gaulle, pas même des Xaintraille ou La Hire…Et pourtant j’en rêve ! 》

    Phelge ~ 《Les observateurs ont tous entériné l’échec prévu de la gauche, insoumis et écolos compris, ainsi que celui de la droite. Il ne sert à rien d’espérer, et croyez bien que ça me coûte d’écrire ces lignes.
    J’espère simplement une vague de dégagisme à droite, qui laissera la place à de nouveaux talents. 》

    Et d’autres bien sur, je vous l’ai dit, c’est limité, que ;

     » C’est en faisant comme on a jamais fait, que l’on obtient des résultats comme on a jamais eu »
    Cordialement …_

    Aimé par 2 personnes

  5. JEAN-LUC dit :

    Les commentaires s’inquiètent de trouver l’homme providentiel qui n’existe pas.
    Avant de trouver les hommes, il faudrait déjà changer la pratique de gouvernement du pays en vigueur depuis des lustres et qui s’accentue.
    Le Président et le premier ministre sont dans un jeu de rôle, où en fait l’Elysée a constitué en son sein, un gouvernement bis qui dans la réalité prend toutes les décisions, le PM n’étant plus que la marionnette fusible du PR et les ministres sous tutelle des conseillers du PR.
    C’est l’Élysée qui gouverne et le Président qui manœuvre et prend les coups.

    À mon sens le Président devrait avoir beaucoup plus de recul, le recul du sage comme le suggère MT, et laisser le PM gouverner avec sa majorité parlementaire éventuellement de cohabitation.
    On vit depuis trop longtemps dans un mélange des genres où le PR a aussi endossé le costume dévolu par la constitution au PM.
    Ce qui amène certains à se poser la question sur la nécessité d’un PM.

    Si on en revient à l’interprétation stricte de la constitution et un vrai PM issu d’une majorité élue qui gouverne réellement, on dépassionne le débat et on èvite de courir éperdument à la recherche de l’homme providentiel qui n’existe pas, à chaque élection quinquennale, pour un mandat théorique de 5ans, dont 3 ans effectifs et 2 ans de campagne en vue de la réélection.

    Il faut arrêter de chercher le monarque de droit divin qui guérit les écrouelles et va nous sauver.
    Çà nous préserverait aussi de toute l’hystérie médiatique qui précède l’élection et nuit à la gouvernance du pays.
    Depuis qu’on a aboli la Monarchie on cherche désespérément notre nouveau monarque.

    Il faut passer à autre chose et imaginer un fonctionnement démocratique paisible, à l’image de certains pays où les transitions ne donnent pas lieu à des veillées révolutionnaires hystériques.

    La condition pour cela est que le Président ne gouverne pas le pays, pour assurer la stabilité.

    Aimé par 1 personne

  6. Freddie dit :

    C’est sympa le binôme premier ministre qui se salit les mains et président qui incarne l’unité de la nation, mais désolée M. Tandonnet, je crois qu’il est trop tard, et vous le savez bien. Il y a une guerre de civilisation sur le territoire, des peuples incompatibles et prétendre qu’on peut être encore rassembleur (un vrai mantra en politique) est déjà du mensonge. La France a choisi la dhimmitude. Voyez ses scandales intérieurs et sa politique étrangère, ses votes antisionistes. Un président qui prétendrait incarner les intérêts des Français (lesquels ?) serait un sacré hypocrite. D’ailleurs, d’une certaine manière, c’est ce qu’a prétendu Macron, avec sa promesse de transcender le clivage droite-gauche. Quelle blague ! En France les populations sont en situation de mariage forcé, une situation qui génère l’aversion entre gens qui se tolèreraient sans doute s’ils n’étaient pas contraints à vivre ensemble. La hauteur de vue n’y peut rien, et vous le savez bien.

    Aimé par 2 personnes

  7. Gil dit :

    Bonsoir
    J’écoutais Bernadac ce soir sur Sputnik après l’appel des généraux dans valeurs actuelles. Je dis ça je dis rien.

    Bonne soirée
    Dormez bien braves gens 😁

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.