Politique française, le niveau baisse dramatiquement

[Mon article, publié mardi 20 avril dernier dans le Figaro]

L’anecdote a beaucoup fait parler d’elle. Le 14 avril, un élu de Vincennes a demandé la suppression d’une subvention au Yacht club de cette ville en fustigeant le caractère polluant de la navigation à voile… Cette proposition (non retenue) a choqué l’opinion par son caractère emblématique de l’absurdité en politique.

Tenir des propos manifestement inintelligents ou qui relèvent de l’aberration au regard de la tradition démocratique française devient en effet une habitude dans le monde politico-médiatique. Une élue importante de la majorité parisienne affirme que « les blancs doivent se taire » lors des réunions « non mixtes ». Une maire de grande ville prétend détourner les enfants « des rêves aériens ». Une ministre se réfère à « Spiderman » pour évoquer la notion de responsabilité et prône « des quartiers sans relou ».  Le porte-parole du RN réclame des « excuses » de l’occupant de l’Elysée pour les 100 000 morts du covid 19… Et que dire de cette ancienne ministre de l’Education nationale, candidate aux élections régionales, qui sèche en ricanant quand elle est interrogée sur le chef-lieu d’un département de sa propre région ? Depuis quelques années les paroles insensées de personnalités politiques prolifèrent à l’image de cette porte-parole du gouvernement qui assumait de « mentir pour protéger le président », ou de ce ministre crachant sur « les gars qui roulent au Diesel et fument des cigarettes », ou ces maires de grandes cités qui voulaient bannir, au prétexte d’écologie, l’un le Tour de France et l’autre le sapin de Noël.

La parole absurde qui prolifère en politique n’est sans doute que la partie visible de l’iceberg. Elle reflète une chute générale du niveau intellectuel des politiques – avec des exceptions notables bien entendu. Les nouvelles générations de politiques sont globalement le produit du vertigineux déclin scolaire français confirmé par de nombreuses études. Selon les travaux du ministère de l’Education nationale, le niveau d’orthographe de cesse de s’effondrer : 10,6 fautes pour une dictée en 1987 mais 17, 9 fautes en 2015 à la même dictée. D’après le classement Timss de 2019, les élèves Français se classent derniers de l’Union européenne en mathématique et avant dernier dans l’OCDE (devant le Chili). Selon le classement PISA, les jeunes Français ne sont que 23ème en lecture et compréhension de texte. Enfin, en histoire-géographie, le naufrage est avéré.   D’après l’Education nationale, le pourcentage des élèves de faible niveau est passé de 15 à 21% entre 2006 et 2012, et celui des élèves de niveau élevé de 10 à 6%. Tel est le fruit d’une évolution, sans doute beaucoup plus ancienne, dominée par l’idéologie du nivellement par le bas, à l’image d’un baccalauréat bradé qu’obtiennent plus de 90% des candidats. Les politiques actuels – ou beaucoup d’entre eux – sont les enfants de cette faillite de plusieurs décennies.

Le monde politique est probablement encore plus touché que la moyenne par le déclin intellectuel. La dévalorisation accélérée de la politique dans l’opinion (80% des Français en ont une image négative selon l’enquête annuelle de cevipof) a sans doute pour effet d’en détourner les éléments les plus talentueux, plus enclins à se diriger vers le monde de l’entreprise ou les carrières scientifiques, juridiques ou médicales. Bien entendu, sous la IIIe République, le niveau scolaire des élus nationaux ou locaux n’atteignait pas des sommets, dans l’ensemble conforme à la moyenne. Cependant, la vie démocratique s’ancrait en général dans le respect d’un certain bon sens. Et surtout, la vocation politique venait aux meilleurs éléments de générations qui ont su former d’authentiques hommes d’Etat : grands avocats à la culture historique et littéraire encyclopédique tels Millerand ou Poincaré ; agrégés de lettres, de philosophie ou d’histoire comme Jaurès et Herriot ou plus tard Bidault et Brossolette dans la Résistance ; hommes de plume tels Clemenceau (médecin et journaliste), Blum, conseiller d’Etat ou Tardieu, haut fonctionnaire et éditorialiste au Temps. Aujourd’hui, où que l’on se tourne, du plus bas au plus haut niveau de la hiérarchie politique, et en dehors de quelques exceptions, sévissent la médiocrité intellectuelle – mal dissimulée sous le voile de postures prétentieuses – et son corollaire le conformisme ainsi que la faiblesse de caractère.  

Ce phénomène transparaît à travers la chasse obsessionnelle livrée à tout emblème du mérite par la performance intellectuelle, à l’image de la suppression du concours d’entrée à science po, ou encore l’éradication de la culture générale dans les concours administratifs ou encore tout récemment l’emblématique suppression de l’ENA. D’autres choix politiques récents dans le contexte de la crise sanitaire du covid 19 témoignent de cet effondrement intellectuel, par exemple la fermeture administrative des librairies pendant les deux premiers confinements, au prétexte que le livre ne serait pas un produit essentiel ou encore le bannissement des musées, des spectacles culturels et des cinémas, alors que les transports publics, qui impliquent une promiscuité au moins équivalente, demeurent autorisés. Nombre d’interdits bureaucratiques défient le bon sens à l’image de la liste des produits non essentiels qui inclut les vêtements (alors que les ventes de tabac sont autorisées) ou bien le principe du couvre-feu à 19 H comme si le virus ne circulait que le soir ou d’une limitation à 10 km, parfaitement arbitraire, de la liberté de circulation. L’Absurdistan est aussi le fruit d’un vertigineux déclin intellectuel.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

32 commentaires pour Politique française, le niveau baisse dramatiquement

  1. Didymos dit :

    Je pense aussi que le niveau intellectuel, le niveau de connaissance générale et le sens de l’histoire du personnel politique français décroissent.
    Au niveau du président de la république, la cassure pour moi se situe entre Jacques Chirac (avant son AVC) et Nicolas Sarkozy.
    L’article avance que la raison serait la mauvaise opinion des français de la classe politique. C’est prendre l’effet pour la cause.
    Les meilleurs d’une classe d’age se détournent de la politique car les marges de manœuvres des dirigeants sont de plus en plus faibles. Cela est du à l’appartenance de la France à l’Union Européenne. C’est à Bruxelles que se décide l’avenir du pays au niveau des lois et de la monnaie. Par ailleurs, notre position de vassal des États Unis fait que notre armée et notre politique étrangère sont sous contrôle. La France n’est plus une nation, c’est une coquille vide.
    Comment attirer des ‘’talents’’ dans ces conditions ?

    J'aime

  2. amike dit :

    « Le porte-parole du RN réclame des « excuses » de l’occupant de l’Elysée pour les 100 000 morts du covid 19… »

    En quoi cette phrase est un sommet d’inintelligence ou d’aberration ? De nombreux dirigeants l’ont fait et en conséquence ont dû se justifier sur les raisons de leurs choix malheureux. Ce serait déjà une première étape pour amorcer un changement, alors qu’en ne reconnaissant aucune faute, les media consensuels peuvent continuer sur le chemin de TINA (ou Pangloss : Tout est pour le mieux dans le meilleur de la France possible).

    J'aime

    • amike chacun son truc mais tenir l’occupant de l’Elysée pour responsable des 100000 morts du covid je ne trouve pas cela très fin…
      MT

      J'aime

    • bibi dit :

      Je m’insurge contre les résultats du bac qui serait de 90%, ça c’est le taux de réussite annuel pas le taux de réussite de ceux qui ont présenté l’examen.
      D’ailleurs l’éducation nationale se garde bien de détailler les résultats par primant et doublant, voire même triplant.
      Si parmi les 10% de recalé à l’année N, on a taux de réussite de 75% à l’année N+1 ça signifie que 97.5% de ceux qui ont présenté le bac à l’année N l’obtiennent.

      J'aime

    • Furax dit :

      « Le porte-parole du RN réclame des « excuses » de l’occupant de l’Elysée pour les 100 000 morts du covid 19…
      Adopter la fable des « 100.000 morts » est approuver la propagande de « l’occupant » de l’Elysée. Diviser par deux s’impose. Quant aux victimes, si beaucoup le sont de part leur grand âge cumulé à un état de santé précaire, trop nombreux sont ceux qui ont été victimes du sabotage de l’hôpital public par les mêmes aux commandes de la gestion d’une épidémie dramatisée scandaleusement. Si on y ajoute l’interdiction des soins, et d’un traitement en vente libre juste avant? bref. Il n’y a pas d’excuses à attendre ou à demander, mais une condamnation exécutoire des responsables. En attendant, l’hystérie continue! l’opposition est au caniveau. Je n’ai jamais vu une situation aussi pitoyable, une médiocratie aussi abominable.

      J'aime

  3. Fredi M. dit :

    À LREM beaucoup ont l’air de sortir tout juste de Censier…

    J'aime

  4. Sisyphus47 dit :

    A reblogué ceci sur Where do We go from Here?et a ajouté:

    « Les nouvelles générations de politiques sont globalement le produit du vertigineux déclin scolaire français confirmé par de nombreuses études. « 

    J'aime

  5. charles902 dit :

    Bonjour Monsieur Tandonnet,

    Seriez vous rétrograde? Notre temps exige l’égalité entre les hommes!
    Avant cela signifiait que chacun avait le même droit que l’autre d’accéder au savoir, donc à l’élitisme et, pour les meilleurs, au pouvoir.
    Maintenant cela veut dire que chacun est l’égal de l’autre, du début à la fin, et a le droit d’exprimer son « opinion » (qui souvent se résume à une éructation existentialiste), qu’il soit doué et travailleur ou fainéant et bête à manger du foin.
    Dans ces conditions, la démocratie est dénaturée, les candidats étant pratiquement tous des représentants de la médiocratie, créant cet « Absurdistan » dont vous parlez et dans lequel ils peuvent s’épanouir. Les rares candidats avec un minimum de plomb dans la cervelle qui s’opposent sont mis à l’index, comme rétrogrades, fachos ou profiteurs cherchant à sucer le sang du peuple.

    Tant que le vote blanc ne sera pas comptabilisé pour nous protéger de cette dérive, cette situation perdurera et s’amplifiera, générant à terme une population d’élites incompétentes et irresponsables et un électorat n’ayant d’autre choix que de se mettre à leur niveau.

    Aimé par 1 personne

  6. Stanislas dit :

    Bonjour à tous les survivants de la MTT19 (maladie télévisuellement transmissible)

    Je vais différer un peu sur mon appréciation du niveau politique, d’autant plus facilement que ne ne fais pas de politique et que je ne suis pas à haut niveau….. donc à l’aise pour cracher (sans charge de virus) sur la faune du spectacle politiracaille..

    Je remarquerai simplement qu’une bande d’âne et d’huitres à ce niveau suffit à résoudre n’importe quelle solution en créant des problèmes, puisque tous ceux qui offrent leurs corps à l’intérêt privé…..heu général, s’entourent de conseillers qui ne sont pas non plus les payeurs.. et de légions de cadres supérieurs en « agence » « autorités administratives indépendantes », de conseils et comités » ….etc si vous voyez ce que je veux faire comprendre..

    Je vais faire ma mauvaise langue en écrivant qu’à la limite, moins on en sait et mieux ça vaut, seuls les consciencieux ne peuvent pas prendre des postes de ce type, sinon ils finiraient par se poser des questions..

    Et je vais faire ma plus mauvaise langue encore, en posant comme hypothèse que plus le niveau d’accaparement de pouvoir sur la vie publique est important et plus il est essentiel de succomber au cumul des fonctions, pour l’oseille mais aussi parce que papillonner est une autre méthode pour ne pas se poser de questions sur les relations de cause à effet de ce qui sera mis en pratique, une fois la théorie posée.

    Bon je crois que j’ai fait le tour pour ne pas prendre trop de place.

    Bon dimanche les survivants de la MTT19

    J'aime

    • Philippe dit :

      Bonjour Stanislas,

      S’il vous plait n’insultez pas les ânes et les huitres, l’âne contrairement à la rumeur est un animal extrêmement intelligent, l’huitre sait s’adapter à son environnement. Donc ne les comparons pas à ces individus.

      Aimé par 1 personne

    • Stanislas dit :

      Philippe

      Pour une fois que je suis conformiste, paf !!! une mandale..
      Je reconnais avoir repris spontanément le modèle scolaire des années 60, celui qui consistait à être collé dans un angle d’une classe avec un bonnet qualifié « d’âne »
      Ayant pratiqué assez souvent l’exercice (en plus d’être un salaud de gaucher à contrarier impérativement à l’époque ) il est visiblement ancré à tort comme

      Pour l’huitre, il n’y avait pas de coin de prévu, donc je ne m’explique pas vraiment le comparatif… sauf le fait qu’ayant du mal à les ouvrir, j’ai dû me mettre dans la tête qu’elles étaient assez bêtes pour ne pas se laisser désirer..

      Merci, mais je me sens démuni sans comparatif..

      J'aime

    • Stanislas dit :

      Philippe m’a perturbé, je finis ma phrase

      il est visiblement ancré à tort comme l’indicateur d’alerte de l’instit avant la confirmation par une bulle sur le carnet de note

      J'aime

  7. roturier dit :

    Oui, une indubitable baisse du niveau scolaire MOYEN.
    Au premier regard liée à l’absorption dans le système scolaire de nombres importants d’élèves dont la langue de l’école est étrangère (ou presque) à la famille.
    Arrivés à l’école ils manquent d’un bagage élémentaire.
    Les élèves reflètent le niveau scolaire des parents pendant des générations.

    Ce qui n’empêche pas l’existence de poches d’excellence qui résistent au nivellement par le bas (cf. « égalitude »).

    MAIS baisse du niveau des politiques ?
    Vu que (au risque de me répéter lourdement) rien n’est absolu en ce bas monde et que nous sommes limités au relatif.
    Baisse du niveau comparé à quoi ?

    Quid du niveau des politiques français en 1914 ? En 1940 ? En 1958 ? Sarkozy en Libye en 2011 ? J’en passe et des masses.
    Mitterrand ? Intellectuel, érudit ; du niveau sans doute. Qu’en a-t-il fait ? Pétain ? Même combat.

    Et ailleurs ? Que je donne libre cours au petit Godwin qui sommeille en moi pour parler du niveau de Mussolini ? D’Hitler ? De Staline ?

    Voyons un peu la grande Amérique ; GW Bush en 2003 en Irak : bigot, ignare, sous influence de son entourage d’affairistes irresponsables sinon criminels.
    Trump ????…. NON MAIS !

    Tout pays finit par avoir la gouvernance qu’il mérite.

    Aimé par 1 personne

  8. PenArBed dit :

    Désolé pour l’envoi précédent. Nouvel essai

    « Nombre d’interdits bureaucratiques défient le bon sens à l’image de la liste des produits non essentiels qui inclut les vêtements (alors que les ventes de tabac sont autorisées) ou bien le principe du couvre-feu à 19 H comme si le virus ne circulait que le soir ou d’une limitation à 10 km, parfaitement arbitraire, de la liberté de circulation. L’Absurdistan est aussi le fruit d’un vertigineux déclin intellectuel. »

    Qu’ont-ils vraiment fait entre mars 2020 et mars 2021 ?

    Depuis un an que dure cette pandémie, trop d’éléments plaident pour que la thèse de l’incompétence soit la seule plausible. On peut se tromper une ou deux fois , mais pas à chaque fois et à un tel niveau.
    – Il y a eu :
    le  »tester/tracer/isoler » qui n’a jamais été mis en place . Savoir qui est réellement infecté évite l’incertitude, l’assaut des urgences et les mesures excessives. Isolement et confinement devaient alors être proportionnés à la progression réelle du virus et non pas au pays tout entier.
    – Il y a eu l’occultation sur les traitements et le  » Restez chez vous avec du Doliprane »
    l’arrêt de l’essai Discovery qui devait pourtant valider des traitements à défaut de rien ;
    l’interdiction faite aux médecins généralistes de prescrire le protocole du Professeur Raoult en réservant l’Hydroxychloroquine aux hôpitaux quand ça ne sert plus à rien parce que prescrit trop tard ;
    l’achat pour 1 milliard d’euros par l’Europe du Remdésivir qui, lui, bien qu’ayant des effets secondaires connus, a obtenu une AMM le 03 juillet 2020 ?
    – Il y a eu cette présentation journalière mortifère
    du décompte uniquement des morts Covid jamais présenté sous la forme : 1600 morts/jour dont 350 Covid. Il y a 600.000 morts/an en France ( toutes causes confondues) ;
    des images permanentes des salles de réanimation
    – Il y a eu :
    en août 2020, Macron qui doutait de l’arrivée de vaccins en fin d’année et par conséquent Véran qui ce même mois d’août 2020 annonçait qu’ils allaient alors devoir passer à 12.000 lits de réa ;
    et donc pas d’anticipation sur les vaccins et un début de campagne de vaccination pitoyable

    Et enfin, il y a eu ce fameux discours de Macron de mars 2021 qui nous a  »refait » son discours de mars 2020 ( transferts de malades par avion et TGV – sollicitation de toutes les forces médicales du pays – etc..), alors qu’il n’y pas eu un lit de réa en plus depuis ce mois d’août 2020…!

    Patrick Pellou : intervention sur BFM le 16 mars 2021 :
    Il a pris conscience qu’il s’est fait avoir depuis un an – https://www.youtube.com/watch?v=SxTG76V7jYk

    Par ailleurs, il est aussi  »curieux » de constater que le débat contradictoire est impossible.  »Toute contestation d’une information officielle ou d’une croyance largement répandue est désormais considérée comme  »complotiste »(Edgard Morin). Pourquoi les Professeurs Péronne, Toussaint, Toubiana, Raoult, et autres, indépendants et désintéressés qui proposent des contre-analyses et des traitements dès les premiers symptomes sont-ils traités comme des charlatans ?
    Pourtant, ça n’a pas marché avec le Remdésivir alors que les traitements des Professeurs cités, d’une part, dès les premiers symptômes font baisser la charge virale et donc évitent d’aller à l’hôpital quand c’est bien plus grave, voire trop tard, et d’autre part, sont parfaitement connus depuis très longtemps ?

    On ne résout pas un problème avec ceux qui l’ont engendré, mais  »curieusement » personne n’a été viré. Un an après une telle  »persévérance dans l’erreur (ou avec une autre stratégie ?) », ils sont tous là : le ministre Véran, le DGS Salomon, le comité scientifique, …etc. Au final : Responsables de rien, Coupables de rien ! On ne change pas une équipe qui gagne !

    A nouveau, trop d’éléments plaident pour que la thèse de l’incompétence soit la seule plausible. Les vraies raisons sont donc ailleurs ! Dans toutes les crises, la première victime est toujours  »la vérité ». Il n’y a aucune raison que ça change au motif qu’il est bien plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu’ils ont été trompés. Au motif de n’avoir tenu aucun compte des expériences précédentes (SRAS – H1/N1)  »l’amnésie politique » de nos médiocres bardés de certitudes  »improvisera » à nouveau lors des prochaines crises de santé publique.

    Noam Chomsky : Source : https://www.monde-diplomatique.fr/2007/08/CHOMSKY/14992
     »En exagérant un peu, dans les pays totalitaires, l’Etat décide de la ligne à suivre et chacun doit ensuite s’y conformer. Les sociétés démocratiques opèrent autrement. La « ligne » n’est jamais énoncée comme telle, elle est sous-entendue. On procède, en quelque sorte, au « lavage de cerveaux en liberté ». Et même les débats « passionnés » dans les grands médias se situent dans le cadre des paramètres implicites consentis, lesquels tiennent en lisière nombre de points de vue contraires.
    Le système de contrôle des sociétés démocratiques est fort efficace ; il instille la ligne directrice comme l’air qu’on respire. On ne s’en aperçoit pas, et on s’imagine parfois être en présence d’un débat particulièrement vigoureux. Au fond, c’est infiniment plus performant que les systèmes totalitaires.
    N’oublions pas comment s’impose toujours une idéologie. Pour dominer, la violence ne suffit pas, il faut une justification d’une autre nature. Ainsi, lorsqu’une personne exerce son pouvoir sur une autre – que ce soit un dictateur, un colon, un bureaucrate, un mari ou un patron –, elle a besoin d’une idéologie justificatrice, toujours la même : cette domination est faite « pour le bien » du dominé. En d’autres termes, le pouvoir se présente toujours comme altruiste, désintéressé, généreux ».

    J'aime

  9. Ping : Politique française, le niveau baisse dramatiquement – Qui m'aime me suive…

  10. PenArBed dit :

    « Nombre d’interdits bureaucratiques défient le bon sens à l’image de la liste des produits non essentiels qui inclut les vêtements (alors que les ventes de tabac sont autorisées) ou bien le principe du couvre-feu à 19 H comme si le virus ne circulait que le soir ou d’une limitation à 10 km, parfaitement arbitraire, de la liberté de circulation. L’Absurdistan est aussi le fruit d’un vertigineux déclin intellectuel ».

    Qu’ont-ils vraiment fait entre mars 2020 et mars 2021 ?

    Depuis un an que dure cette pandémie, trop d’éléments plaident pour que la thèse de l’incompétence soit la seule plausible. On peut se tromper une ou deux fois , mais pas à chaque fois et à un tel niveau.
    Il y a eu :
    le  »tester/tracer/isoler » qui n’a jamais été mis en place . Savoir qui est réellement infecté évite l’incertitude, l’assaut des urgences et les mesures excessives. Isolement et confinement devaient alors être proportionnés à la progression réelle du virus et non pas au pays tout entier.
    Il y a eu l’occultation sur les traitements et le  » Restez chez vous avec du Doliprane »
    l’arrêt de l’essai Discovery qui devait pourtant valider des traitements à défaut de rien ;
    l’interdiction faite aux médecins généralistes de prescrire le protocole du Professeur Raoult en réservant l’Hydroxychloroquine aux hôpitaux quand ça ne sert plus à rien parce que prescrit trop tard ;
    l’achat pour 1 milliard d’euros par l’Europe du Remdésivir qui, lui, bien qu’ayant des effets secondaires connus, a obtenu une AMM le 03 juillet 2020 ?
    Il y a eu cette présentation journalière mortifère
    du décompte uniquement des morts Covid jamais présenté sous la forme : 1600 morts/jour dont 350 Covid. Il y a 600.000 morts/an en France ( toutes causes confondues) ;
    des images permanentes des salles de réanimation
    Il y a eu :
    en août 2020, Macron qui doutait de l’arrivée de vaccins en fin d’année et par conséquent Véran qui ce même mois d’août 2020 annonçait qu’ils allaient alors devoir passer à 12.000 lits de réa ;
    et donc pas d’anticipation sur les vaccins et un début de campagne de vaccination pitoyable

    Et enfin, il y a eu ce fameux discours de Macron de mars 2021 qui nous a  »refait » son discours de mars 2020 ( transferts de malades par avion et TGV – sollicitation de toutes les forces médicales du pays – etc..), alors qu’il n’y pas eu un lit de réa en plus depuis ce mois d’août 2020…!

    Patrick Pellou : intervention sur BFM le 16 mars 2021 :
    Il a pris conscience qu’il s’est fait avoir depuis un an – https://www.youtube.com/watch?v=SxTG76V7jYk

    Par ailleurs, il est aussi  »curieux » de constater que le débat contradictoire est impossible.  »Toute contestation d’une information officielle ou d’une croyance largement répandue est désormais considérée comme  »complotiste »(Edgard Morin). Pourquoi les Professeurs Péronne, Toussaint, Toubiana, Raoult, et autres, indépendants et désintéressés qui proposent des contre-analyses et des traitements dès les premiers symptomes sont-ils traités comme des charlatans ?
    Pourtant, ça n’a pas marché avec le Remdésivir alors que les traitements des Professeurs cités, d’une part, dès les premiers symptômes font baisser la charge virale et donc évitent d’aller à l’hôpital quand c’est bien plus grave, voire trop tard, et d’autre part, sont parfaitement connus depuis très longtemps ?

    On ne « Nombre d’interdits bureaucratiques défient le bon sens à l’image de la liste des produits non essentiels qui inclut les vêtements (alors que les ventes de tabac sont autorisées) ou bien le principe du couvre-feu à 19 H comme si le virus ne circulait que le soir ou d’une limitation à 10 km, parfaitement arbitraire, de la liberté de circulation. L’Absurdistan est aussi le fruit d’un vertigineux déclin intellectuel ».

    Qu’ont-ils vraiment fait entre mars 2020 et mars 2021 ?

    Depuis un an que dure cette pandémie, trop d’éléments plaident pour que la thèse de l’incompétence soit la seule plausible. On peut se tromper une ou deux fois , mais pas à chaque fois et à un tel niveau.
    – Il y a eu :
    le  »tester/tracer/isoler » qui n’a jamais été mis en place . Savoir qui est réellement infecté évite l’incertitude, l’assaut des urgences et les mesures excessives. Isolement et confinement devaient alors être proportionnés à la progression réelle du virus et non pas au pays tout entier.
    – Il y a eu l’occultation sur les traitements et le  » Restez chez vous avec du Doliprane »
    l’arrêt de l’essai Discovery qui devait pourtant valider des traitements à défaut de rien ;
    l’interdiction faite aux médecins généralistes de prescrire le protocole du Professeur Raoult en réservant l’Hydroxychloroquine aux hôpitaux quand ça ne sert plus à rien parce que prescrit trop tard ;
    l’achat pour 1 milliard d’euros par l’Europe du Remdésivir qui, lui, bien qu’ayant des effets secondaires connus, a obtenu une AMM le 03 juillet 2020 ?
    – Il y a eu cette présentation journalière mortifère
    du décompte uniquement des morts Covid jamais présenté sous la forme : 1600 morts/jour dont 350 Covid. Il y a 600.000 morts/an en France ( toutes causes confondues) ;
    des images permanentes des salles de réanimation
    – Il y a eu :
    en août 2020, Macron qui doutait de l’arrivée de vaccins en fin d’année et par conséquent Véran qui ce même mois d’août 2020 annonçait qu’ils allaient alors devoir passer à 12.000 lits de réa ;
    et donc pas d’anticipation sur les vaccins et un début de campagne de vaccination pitoyable

    Et enfin, il y a eu ce fameux discours de Macron de mars 2021 qui nous a  »refait » son discours de mars 2020 ( transferts de malades par avion et TGV – sollicitation de toutes les forces médicales du pays – etc..), alors qu’il n’y pas eu un lit de réa en plus depuis ce mois d’août 2020…!
    Patrick Pellou : intervention sur BFM le 16 mars 2021 :
    Il a pris conscience qu’il s’est fait avoir depuis un an –

    Par ailleurs, il est aussi  »curieux » de constater que le débat contradictoire est impossible.  »Toute contestation d’une information officielle ou d’une croyance largement répandue est désormais considérée comme  »complotiste »(Edgard Morin). Pourquoi les Professeurs Péronne, Toussaint, Toubiana, Raoult, et autres, indépendants et désintéressés qui proposent des contre-analyses et des traitements dès les premiers symptômes sont-ils traités comme des charlatans ?
    Pourtant, ça n’a pas marché avec le Remdésivir alors que les traitements des Professeurs cités, d’une part, dès les premiers symptômes font baisser la charge virale et donc évitent d’aller à l’hôpital quand c’est bien plus grave, voire trop tard, et d’autre part, sont parfaitement connus depuis très longtemps ?

    On ne résout pas un problème avec ceux qui l’ont engendré, mais  »curieusement » personne n’a été viré. Un an après une telle  »persévérance dans l’erreur (ou avec une autre stratégie ?) », ils sont tous là : le ministre Véran, le DGS Salomon, le comité scientifique, …etc. Au final : Responsables de rien, Coupables de rien ! On ne change pas une équipe qui gagne !

    A nouveau, trop d’éléments plaident pour que la thèse de l’incompétence soit la seule plausible. Les vraies raisons sont donc ailleurs ! Dans toutes les crises, la première victime est toujours  »la vérité ». Il n’y a aucune raison que ça change au motif qu’il est bien plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu’ils ont été trompés. Au motif de n’avoir tenu aucun compte des expériences précédentes (SRAS – H1/N1)  »l’amnésie politique » de nos médiocres bardés de certitudes  »improvisera » à nouveau lors des prochaines crises de santé publique.

    Noam Chomsky : Source : https://www.monde-diplomatique.fr/2007/08/CHOMSKY/14992
     »En exagérant un peu, dans les pays totalitaires, l’Etat décide de la ligne à suivre et chacun doit ensuite s’y conformer. Les sociétés démocratiques opèrent autrement. La « ligne » n’est jamais énoncée comme telle, elle est sous-entendue. On procède, en quelque sorte, au « lavage de cerveaux en liberté ». Et même les débats « passionnés » dans les grands médias se situent dans le cadre des paramètres implicites consentis, lesquels tiennent en lisière nombre de points de vue contraires.
    Le système de contrôle des sociétés démocratiques est fort efficace ; il instille la ligne directrice comme l’air qu’on respire. On ne s’en aperçoit pas, et on s’imagine parfois être en présence d’un débat particulièrement vigoureux. Au fond, c’est infiniment plus performant que les systèmes totalitaires.
    N’oublions pas comment s’impose toujours une idéologie. Pour dominer, la violence ne suffit pas, il faut une justification d’une autre nature. Ainsi, lorsqu’une personne exerce son pouvoir sur une autre – que ce soit un dictateur, un colon, un bureaucrate, un mari ou un patron –, elle a besoin d’une idéologie justificatrice, toujours la même : cette domination est faite « pour le bien » du dominé. En d’autres termes, le pouvoir se présente toujours comme altruiste, désintéressé, généreux ». pas un problème avec ceux qui l’ont engendré, mais  »curieusement » personne n’a été viré. Un an après une telle  »persévérance dans l’erreur (ou avec une autre stratégie ?) », ils sont tous là : le ministre Véran, le DGS Salomon, le comité scientifique, …etc. Au final : Responsables de rien, Coupables de rien ! On ne change pas une équipe qui gagne !
    A nouveau, trop d’éléments plaident pour que la thèse de l’incompétence soit la seule plausible. Les vraies raisons sont donc ailleurs ! Dans toutes les crises, la première victime est toujours  »la vérité ». Il n’y a aucune raison que ça change au motif qu’il est bien plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu’ils ont été trompés. Au motif de n’avoir tenu aucun compte des expériences précédentes (SRAS – H1/N1)  »l’amnésie politique » de nos médiocres bardés de certitudes  »improvisera » à nouveau lors des prochaines crises de santé publique.
    Noam Chomsky : Source : https://www.monde-diplomatique.fr/2007/08/CHOMSKY/14992
     »En exagérant un peu, dans les pays totalitaires, l’Etat décide de la ligne à suivre et chacun doit ensuite s’y conformer. Les sociétés démocratiques opèrent autrement. La « ligne » n’est jamais énoncée comme telle, elle est sous-entendue. On procède, en quelque sorte, au « lavage de cerveaux en liberté ». Et même les débats « passionnés » dans les grands médias se situent dans le cadre des paramètres implicites consentis, lesquels tiennent en lisière nombre de points de vue contraires.
    Le système de contrôle des sociétés démocratiques est fort efficace ; il instille la ligne directrice comme l’air qu’on respire. On ne s’en aperçoit pas, et on s’imagine parfois être en présence d’un débat particulièrement vigoureux. Au fond, c’est infiniment plus performant que les systèmes totalitaires.
    N’oublions pas comment s’impose toujours une idéologie. Pour dominer, la violence ne suffit pas, il faut une justification d’une autre nature. Ainsi, lorsqu’une personne exerce son pouvoir sur une autre – que ce soit un dictateur, un colon, un bureaucrate, un mari ou un patron –, elle a besoin d’une idéologie justificatrice, toujours la même : cette domination est faite « pour le bien » du dominé. En d’autres termes, le pouvoir se présente toujours comme altruiste, désintéressé, généreux ».

    J'aime

  11. there dit :

    Le déclin intellectuel est bien là. Mais plus grave est le déclin moral. Le mot même hérisse un bonne partie des français, l’évoquer vous place souvent comme archaïque et/ou dangereux donneur de leçon, si en plus elle est chrétienne votre cas s’aggrave, vous êtes irrécupérable. Le mot même est banni de tout discours politique, peut-être l’enlèvera t on du dictionnaire tant il gène. Et pourtant l’état a le monopole du Bien et du Bon, le « bien commun » dit on, mais quand on demande ce que c’est , … le vide sidéral .
    Cette vacance de morale nullement compensée par la laïcité est un danger majeur qui trône au beau milieu de notre salon désuet car les nouveaux croyants s’y engouffrent avec la leur ,sacrée, bien codifiée, qui ne manquera pas de séduire tout individu local ou importé privé méthodiquement de toute colonne vertébrale mentale. Si un jour ces dernier arrivent à imposer cette nouvelle morale, certains vont avoir un réveil douloureux .. ou pas .

    Aimé par 2 personnes

    • pabizou dit :

      Malheureusement le déclin moral que tout le monde peut voir a peut être des causes plus profondes et bien plus graves que l’acculturation que nus devons autant à nos polytocards qu’à la déconstruction de la société et du ciment qu’en est une culture commune . Il n’est pas besoin d’être croyant pour comprendre l’influence du passé sur un peuple, le nier est plus de la bêtise que de l’inculture, la France est un pays aux origines judéo-chrétiennes, c’est un fait . C’est peut-être d’ailleurs là que se trouve le problème pour les mondialistes, le travail de sape nécessaire à l’acceptation de leur idéologie est indispensable pour instaurer un relativisme permettant de mener le troupeau où il ne voudrait pas aller sans ça . Cette nouvelle aristocratie sans honneur et sans valeurs n’a pas le choix si elle veut protéger ses privilèges et ses pouvoirs usurpés . Celui qui ne sait plus d’où il vient ne peut plus savoir où il doit aller, il n’y a pas de hasard dans le délitement actuel de l’instruction et de la culture mais une réelle volonté de détruire .

      Aimé par 1 personne

  12. De Mortier dit :

    Incroyable ! Alors les anciennes générations étaient brillantes ! Mais de qui se moque t on ? Elles nous ont laissé déficit chômage et des déséquilibres tels que nous sommes sans ressources morales. Mitterrand brillant ? Une catastrophe… Sans doute était il bon en orthographe.. mais en economie une brelle. On parle de Balladur et de Leotard alors récemment condamné… Non mais franchement des nuls on en a eu à la pelle.. et toujours. Bon petit Francais ce journaliste… commence par en faire de la politique.. ensuite il se plaint de la baisse du niveau scolaire depuis des lustres. Qui a provoqué ça ? Ben les anciennes générations de politiques qui ne faisaient ni faute d orrhographe ni faute de calcul. Les écolos politiques sont nuls.. .. ben comme d hab c est des intégristes des khmers verts. Ce journaliste ne fait pas de faute… mais il con comme un panier.

    Aimé par 1 personne

    • De Mortier, le fait qu’il baisse dramatiquement – de Mitterrand à Mme Schiappa – ne signifie pas qu’il parte forcément de très haut, surtout par rapport à votre période de référence (1981). Par ailleurs, le « bon petit Français » et « journaliste con comme un panier » vous remercie de vos compliments.
      MT

      Aimé par 1 personne

    • pabizou dit :

      Intéressante virulence de votre part, qui prouve d’ailleurs que le travail de fracturation de la société a été bien fait . Votre niveau de réflexion est impressionnant , dommage qu’il semble avant tout branché sur l’émotif et la recherche de boucs émissaires . Un peu de recul vous aurait permis de voir que les exemples cités dataient tous quelque peu et n’avaient pas de rapport direct avec la situation d’aujourd’hui . La situation actuelle trouve ses origines dans l’après guerre avec l’erreur, sans doute compréhensible à l’époque, d’avoir donner les clés de l’avenir à des idéologues empoisonnés au Marxisme . C’est avant tout à eux et à l’absurdité de leur doctrine que nous sommes arrivés au stade de déliquescence actuelle . Que les politiciens ne soient pas des modèles de vertu ne fait de doute pour personne, et ceci à toutes les époques, mais reconnaissez quand même que nous battons des records d’inculture depuis quelques années . Entre la Macédonie de mimolette, le Japon dans l’hémisphère sud de Duflot, un comble pour un prof de géographie, Zadig et Voltaire d’un autre insignifiant dont j’ai oublié le nom, j’en passe et des meilleures sans doute, il est difficile de ne pas faire de comparaison avec ceux qui furent tous, hormis l’arriviste Miterrand prêt à toutes les compromissions, plus ou moins des gens cultivés et capables de réfléchir comprendre et agir dans l’intérêt ou ce qu’ils pensaient être l’intérêt de la France . Les choses se sont dégradées avec le mélange des genres caractérisé entre administration et politique qui a permis la constitution d’une caste qui s’auto alimente sur le dos du peuple, oubliant allègrement qu’elle ne produit rien en elle même . Nous existons sans elle, elle n’existe pas sans les producteurs de richesse . D’autre part, il est un peu simpliste de passer sous silence le fait que tous les incompétents qui n’ont effectivement rien fait pour améliorer les choses, ils ont été élus par qui? Cela n’enlève rien à leur faillite mais devrait, au minimum, donner des raisons de se poser un minimum de questions auxquelles il sera toujours impossible de répondre en mélangeant tout . Je vous dis ça parce que votre colère est compréhensible et que ce qui vous révolte, à juste titre, je l’ai vu ce construire au fil du temps en sachant que les solutions existaient et qu’elles ne seraient jamais choisies pour ne pas remettre en cause les privilèges indus de certains . Clientélisme, électoralisme, corruption, démagogie sont les maîtres mots des médiocres qui prétendent diriger un état-stratège qui n’existe pas mais est bien utile pour faire croire au bon peuple qu’il ne peut se passer de lui, ce qui n’est vrai que dans le domaine de la sécurité publique pour éviter une situation instaurant la loi du plus fort comme règle usuelle .

      J'aime

  13. Raymond dit :

    Bonjour monsieur,
    Bonjour à toutes et à tous.

    (Pardon pour le retard, mais je souhaite répondre ici à votre article précédent)

    L’ensemble des commentaires  précédents font, déjà, largement le tour de la question et regroupe globalement le mouvement de pensées que je pourrais soutenir.
    Je n’amenerai, donc, aucune réflexion nouvelle. Je souhaite, simplement, par le passage de ce jour, marquer ma solidarité a la famille et spécifier mon soutien à toutes les forces chargées de protéger le territoire et notre sûreté.
    Le moment de recueillement du chrétien que《Je suis》, n’aura, aujourd’hui, d’autres souhaits que de véhiculer une salutaire pensée pour tous.

    Toutefois, je vous fais part d’une  question qui m’a été  posée au cour d’un débat concernant le meurtre de Stéphanie ;
    ~《10 ans de violation de la loi sanctionnés par une régularisation : est-ce vraiment le Tunisien radicalisé qui a tué la fonctionnaire française ?》~
    peut-être pourrez vous me fournir quelques arguments de poids, afin de combler la légèreté de mes compétences en ce domaine.

    Enfin, je me permets de souligner une légère diffraction au sujet de * l’homme providentiel *.
    Vous dites ,《Mon expérience de l’Etat et mon intérêt pour l’histoire m’apprennent que dans une époque comme la nôtre, le mythe du sauveur providentiel conduit à la déconnexion, le naufrage dans la gesticulation et la catastrophe. Pour s’en sortir, il faut un climat de confiance du pays, un groupe de gens extrêmement déterminé et parmi eux un chef d’orchestre, mais cela n’a rien à voir avec « l’homme providentiel » ou sauveur de type Macron ou le Pen.》
    Si je vous rejoins sur la composition et l’état d’esprit de l’hypothétique équipe dirigeante, je ne peux vous accompagner dans le contexte entourant l’heureux avènement.
    Dans le cas de prétendants sauveteurs types  » Macron / le Pen  »  il ne s’agit que de camelots cherchant à vendre un produit,  charge à eux de trouver les meilleurs supports de communication pour séduire les accointances des plus grégaires. La faiblesse des pourcentages (de votants ) traduit en réalité le bas niveau d’adhésion à leurs thèses fantaisistes.
    En ce qui concerne * l’homme providentiel *, il en va tout autrement. Nous ne sommes plus dans la voie des charlatans qui attire, mais sur la voix des circonstances qui porte.
    Catastrophe, gesticulation dans le naufrage et déconnexion m’apparaissent, donc plus, comme les conséquences de notre sauveur, mais plutôt, comme les conditions de sa genèse.
    Le chemin est encore long jusqu’à l’échéance 2022, et nous avons bien le temps encore, comme l’a dit Sir Stevenson, pour sentir sous nos pieds la dureté du granit et par endroit, le tranchant du silex.
    A suivre.

    Cordialement  …_

    Aimé par 2 personnes

  14. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Tout ceci n’est que la résultante de l’application de la fameuse théorie de la manipulation de masse voulue par nos gouvernants dont il sont eux-mêmes les victimes.
    Petit rappel pour celles et ceux qui l’auraient oublié :
    1/ La stratégie de la distraction/diversion
    Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique.
    2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions
    Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine ou sur-médiatiser des attentats sanglants afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer / dramatiser une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.
    3/ La stratégie de la dégradation
    Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de par exemple 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990.
    4/ La stratégie du différé
    Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.
    5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge
    La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisant, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-âge ou un handicapé mental.
    6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion
    Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…
    7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise
    Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures.
    8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité
    Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…
    9/ Remplacer la révolte par la culpabilité
    Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas d’action, pas de révolution.
    10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes
    Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science et des technologies ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.
    En fait Chomsky et Herman, partis du constat qu’en démocratie les élites ne peuvent pas se contenter d’user de la force pour asseoir leur domination et du principe que les intérêts de la majorité de la population diffèrent de ceux de l’élite, ont cherché à démontrer empiriquement, dans leur livre La Fabrication du consentement (1988), comment les principaux médias participent au maintien de l’ordre établi. Dans leur optique, les médias tendent à maintenir le débat public et la présentation des enjeux dans un cadre idéologique construit sur des présupposés et intérêts jamais questionnés, afin de garantir aux gouvernants l’assentiment ou l’adhésion des gouvernés.

    Si quelqu’un me dit que cela n’a rien à voir avec ce que nous vivons depuis des décennies….je mange mon chapeau !

    Aimé par 2 personnes

    • H. dit :

      Prêt à partager (le chapeau) ?

      J'aime

    • Que voulez vous dire?
      MT

      J'aime

    • H. dit :

      Je veux bien manger le chapeau avec vous.

      J'aime

    • Sganarelle dit :

      Petite note en passant…
      L’expression «  j’avale mon chapeau » est fort ancienne et signifiait saluer bien bas en retirant son chapeau…comme ce geste n’existe plus, notre époque moderne se satisfait en le mangeant ..amusante façon de jouer sur le verbe «  avaler »..
      Ceci dit je pense que dans les années futures on ne saura même plus ce qu’est un chapeau et on avalera des couleuvres.

      J'aime

    • JEAN-LUC dit :

      Je suis prêt à partager aussi le manger de chapeau….

      Autrement dit, les démocraties néolibérales occidentales mondialistes, dans les faits entièrement conduites par les intérêts supérieurs de la haute finance et non de leurs populations, instillent dans leurs sociétés une forme de gouvernance qui tend au totalitarisme, mais d’une manière seulement un peu plus soft et subtile que les totalitarismes précédents qui usaient essentiellement de la violence.

      Aujourd’hui en effet tout débat contradictoire est confisqué au profit d’une pensée unique qui sert la soupe à ces intérêts financiers, la crise du Covid servant particulièrement de révélateur à cet égard.
      Peu importe les dégâts collatéraux (les morts), les molécules anciennes tombées dans le domaine public et qui ne rapportent rien sont écartées systématiquement au profit de nouveaux vaccins et autres médocs (tel le remdesivir) qui eux, rapportent des milliards aux milieux financiers. Mais puisqu’on vous dit que c’est pour votre bien….

      Nos gouvernants et nos élites autoproclamées y compris médicales, ne sont plus que, au mieux les idiots utiles ou au pire les complices de ce monde de la finance, aux dépens des intérêts de la nation.
      Ce virage remonte aux années Reagan et Thatcher qui ont présidé à la dérégulation financière des économies occidentales.
      Les financiers marionnettistes sont aux manettes, nos élites dirigeantes font les marionnettes et le peuple avale les couleuvres en pleurant ses morts, dont un certain nombre euthanasiés au rivotril.
      En attendant la prochaine crise financière où les épargnants seront priés de venir au secours du système, en abandonnant une partie de leur bas de laine.
      On commence d’entendre une petite musique sur le thème que les Français ont pas mal économisé pendant le confinement…..

      Des procès auront lieu, les labos ayant par précaution négocié leur irresponsabilité sur les effets secondaires de leurs vaccins expérimentaux, ce sont les États (les contribuables) qui paieront et quelques personnages seront condamnés avec sursis, pour s’être un peu trop lourdement investi dans l’interdiction des soins et la préconisation de certaines molécules, aussi coûteuses que préjudiciables à la vie des patients.
      Si du moins on arrive à préserver le pouvoir judiciaire, après avoir perdu le pouvoir de contrôle de l’exécutif par les assemblées et le Conseil d’Etat.

      La Finance s’en lave les mains par avance au gel hydroalcoolique.

      Aimé par 1 personne

  15. Koufra dit :

    Bonjour Maxime

    Hélas les exemples du naufrage deviennent quotidiens… madame Schiappa souhaitait ainsi que ce soit Hanouna qui anime le débat pour les présidentielles….

    Amitiés

    Koufra

    Aimé par 1 personne

    • Koufra, oui, je ne l’avais pas encore celle-là, dommage…
      MT

      J'aime

    • Stanislas dit :

      Je trouve cette idée géniale,
      qu’ Hanouna qui a commencé sa carrière en montrant résolument sa bite, puisse enfin arbitrer un débat en dessous de la ceinture, me semble être naturel..

      Un proverbe polonais dit « la vie c’est comme un oignon, plus on l’épluche et plus on pleure et quand on a fini de l’éplucher il ne reste que des larmes »

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.