La France déboussolée (pour Figaro Vox)

La France, empêtrée depuis plus d’un an dans la crise sanitaire donne en ce moment l’image d’un pays déboussolé, privé de ses repères éthiques et intellectuels, déchiré entre des attentes contradictoires.

[Suite du billet d’hier]

La France, empêtrée depuis plus d’un an dans la crise sanitaire donne en ce moment l’image d’un pays déboussolé, privé de ses repères éthiques et intellectuels, déchiré entre des attentes contradictoires. D’une part, il est en quête d’ordre et de fermeté dans la lutte contre la covid-19. Les enquêtes d’opinion montrent régulièrement qu’une majorité ne dirait pas « non » au « confinement dur », c’est-à-dire un emprisonnement à domicile de la population. Mais paradoxalement, le pays profond ne supporte plus la banalisation de brimades bureaucratiques qu’il ressent comme absurdes et inefficaces : masques obligatoires sur les plages désertes et balayées par le vent, achats interdits de vêtements considérés comme un bien « non essentiel », interminable couvre-feu suspecté d’attiser l’épidémie en concentrant les déplacements, et partout, étranglement de la liberté de circulation et prolifération de contrôles tatillons et répressifs.

Comme dans les périodes les plus tragiques de l’histoire, cette frustration ou humiliation collective finit par attiser des comportements aux connotations les plus sinistres : surveillance et suspicion généralisées, jalousies de clocher. L’esprit de délation se banalise : la chasse au voisin qui danse derrière sa fenêtre, ou de familles dans la forêt ou sur une plage sans masque ; la hantise des « restaurants clandestins » et des « puissants » soupçonnés de les fréquenter. Les émissions délatrices sont à la mode, les vidéos circulent livrant au lynchage et à la honte – sans que cela ne paraisse gêner quiconque. On invente des ministres ou autres « stars » qui se gavent secrètement au détriment du bon peuple. Les dénonciateurs se livrent à la traque acharnée des messes sans masques, des cafetiers qui tentent de survivre en vendant des cafés sur le trottoir ou des magasins qui ont négligé de clôturer le rayon des chaussettes pour enfant. Les appels anonymes prolifèrent au sujet du bruit des voisins que l’on soupçonne de recevoir plus de six convives ou pour dénoncer le jeune d’en face ou la mère de famille rentrée à la maison après 19H. A quoi bon les rappels historiques – hélas nombreux – auxquels ces dérives conduisent tout naturellement ?  Le naufrage actuel suffit de lui-même à susciter un dégoût de bon aloi…

La tragédie politique française est au cœur du sinistre. Aujourd’hui, seuls 35% des Français font confiance à l’exécutif pour faire face à la crise sanitaire (ifop-jdd). Dans une période aussi dramatique, un niveau de défiance à tel point dégradé donne le vertige. L’épidémie de covid 19 a profondément aggravé la fracture démocratique entre la France profonde et sa classe dirigeante. Comment diriger un peuple dès lors que le lien de confiance – le gouvernail – est brisé ? La parole politique ne veut plus rien dire. Dans un climat de suspicion généralisé, les annonces et promesses de l’exécutif (sur les vaccins par exemple) se perdent dans un abîme d’incrédulité et de scepticisme. Dans son rôle de contrôle de l’exécutif, le Parlement est de fait suspendu. Les mécanismes de mise en jeu de la responsabilité de dirigeants politiques déconnectés du réel sont annihilés. Le matraquage sondagier voue les Français à une obscure répétition du duel Macron/le Pen en 2022, les privant pour l’instant de toute espérance démocratique crédible. Alors que la désintégration s’accélère, une seule question hante les esprits : quand viendra la première lueur d’espérance, le bout du tunnel ? Il manque cruellement au pays une vision et une voix de sagesse ou de vérité.

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

104 commentaires pour La France déboussolée (pour Figaro Vox)

  1. Jean dit :


    A regarder et à partager.

    J'aime

    • Anonyme dit :

      DE Villiers a rien a gagner ,,,il dit ce qu » il pense, ,,la bonne question, ,,va t « il voter LE,,PEN ? michel43

      J'aime

    • Pheldge dit :

      Non, et il ne l’a jamais fait ! donc tous ça, c’est du cinéma, car à la fin, il votera Macron comme les autres.

      J'aime

    • cgn002 dit :

      Du très lourd !
      Merci
      Dommage pour la pub qui aurait pu être nettoyée…

      J'aime

  2. Ping : Deux poils à gratter. – Tankonla (la santé)

  3. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Le poisson pourrit toujours par la tête. A force de mensonge, de démagogie et d’incompétence affichée, la classe politique plonge ce pays dans une crise dont je ne crois pas qu’il puisse se relever. En cela, c’est bien elle qui porte la plus importante responsabilité du naufrage actuel. Bruno Le Maire est pathétique lorsqu’il déclare qu’il va contenir le déficit du budget sous les 3% (https://www.bfmtv.com/economie/la-recette-de-bruno-le-maire-pour-revenir-sous-les-3-de-deficit-en-2027_AN-202104090005.html) alors que la cour des comptes trahit quelques inquiétudes dans son dernier rapport (Budget de l’Etat : la Cour des comptes s’inquiète d’une augmentation durable des dépenses : https://www.francetvinfo.fr/economie/budget/budget-de-l-etat-la-cour-des-comptes-s-inquiete-d-une-augmentation-durable-des-depenses_4370505.html). Au même moment, ce qui fait office de parlement (vu le nombre de députés présents pour ces votes de pure façade, on peut en limiter le nombre à un par département. On commencera par faire des économies) persiste et signe à voter des textes iniques issus des élucubrations de 150 personnes dont je me demande dans quel monde ils vivent et surtout comment vont faire bon nombre de gens pour se payer cette fameuse voiture électrique qui n’a d’écologique que la réputation (https://www.autoplus.fr/actualite/loi-climat-les-voitures-emettant-plus-de-123-g-km-de-co2-interdites-des-2030-262231).
    La petite vidéo de la semaine de Christian Combaz est à visionner (https://www.youtube.com/watch?v=3jGU3eTg1KE&t=16s). Outre la description terrifiante qu’il y fait des enfants rois, il donne, via un de ses personnages, une explication plausible et terrible de la personnalité de celui qui conduit actuellement le pays à l’abîme. Le choix du futur vainqueur du tournoi ne changera strictement rien à la chute. Celle-ci aura lieu en fait, elle est déjà en cours.

    Bonne soirée

    Aimé par 3 personnes

  4. Ghislain dit :

    « brimades » : c’est le mot. Certaines mesures, injustifiées, paraissent presque vexatoires. En Belgique, les musées sont ouverts sur réservation. On comprend mal, vu l’importance de la culture en France (et peut-être particulièrement en ce moment), comment les salles peuvent rester complètement vides, désertées. Que les musées soient soumis au même régime que les restaurants, ça n’a pas de sens. Pareil pour les plages solitaires…
    En Belgique, il n’y a jamais eu de restriction horaire ou kilométrique – seulement, depuis quelques mois, une interdiction de quitter le territoire national sauf motif impérieux. Que, lors du premier confinement, le périmètre autorisé fût le même pour un habitant de Paris et le gardien d’un refuge de haute montagne, là encore, c’est absurde.

    Aimé par 2 personnes

  5. E Marquet dit :

    Depuis quelques décennies, et à bas bruit, au nom d’un progressisme fantasmé, une grande partie de notre société a jeté aux orties sa culture intellectuelle, spirituelle, humaniste, sa morale et son éthique.
    Aujourd’hui, le fameux Covid sert de révélateur à cette dérive sans fin. Nous commençons à voir, comme en photographie, l’image latente, cette image de nous en devenir, que représente le film de notre avenir pas encore développé.
    L’on voit chacun se défausser sur l’autre, jetant ses anathèmes, affichant ses réprobations, ses condamnations bien pensantes, idéologiques, vertueuses, couvrant d’un voile pudique ses lâchetés, ses forfanteries.
    A Finkielkraut déclarait dernièrement « Face à la désintégration française, il y a le camp du refus et celui de la soumission. Tout ce que je souhaite est que le parti du refus ne soit pas dirigé par des gens infréquentables ». Je signe. Il est plus que temps de se réveiller et de choisir son camp.

    Je vois que demain, 14 avril, le calendrier grégorien honore la Saint Maxime, officier romain converti par St Valérien et St Tiburce, qu’il était chargé d’exécuter, et avec lesquels il est mort sous la torture, en 260.
    Maxime qui vient du latin Maximus, le plus grand… Lourd à porter !
    Bonne fête.

    Aimé par 5 personnes

  6. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Une bonne surprise, ce matin sur Europe1 où j’étais allée me réfugier pour échapper à Amélie de Montchalin qui sévissait sur Radio Classique :

    https://guillaumepeltier.com/video-replay-guillaume-peltier-invite-de-europe-1/

    J'aime

    • Sganarelle dit :

      Guillaume Peltier mériterait d’être plus connu

      J'aime

    • Mildred, oui, je le connais un peu, c’est un gars bien, un peu démago, mais lucide et honnête.
      MT

      Aimé par 1 personne

    • Mildred dit :

      Monsieur Tandonnet,
      Pour répondre à votre « un peu démago », je ne saurais mieux faire que citer l’essai de Raphaël Doan – ancien élève de l’ENS et de l’ENA – qui, à 26 ans publie : « Quand Rome inventait le populisme », et écrit dans l’introduction :

      « …On a trop souvent tendance à confondre populisme et démagogie. La démagogie est une simple technique politique reposant sur l’émotion, les instincts de court terme, la flatterie ou la tromperie, sans égard pour les conséquences et sans vision d’ensemble des enjeux publics. De ce point de vue, tout homme politique qui souhaite être élu a été, est ou sera un jour quelque peu démagogue…
      …Le populisme ne s’adresse pas à la foule, ni à des partisans, mais au peuple entier… »
      Raphaël Doan – Quand Rome inventait le populisme – Les éditions du Cerf – 2019

      Aimé par 4 personnes

    • Mildred, oui, essai brillant d’un homme brillant, mais là-dessus je suis d’accord, d’ailleurs vous avez dû voir que je n’utilise jamais le mot « populiste » du moins en son sens péjoratif contrairement à 99,9% des chroniqueurs…
      MT

      Aimé par 1 personne

  7. A quoi bon dit :

    Union des droites , pour sauver ce qui peut encore l’etre.
    Mais pour cela il faudrait savoir laisser son ego de coté .
    Donc irréalisable.
    Le Titanic va couler corps et ame.

    Aimé par 3 personnes

    • Anonyme dit :

      a ce jours ,,,Mme LE,,PEN y est prête ,mais notre droite molle est diviser ,,,et certains préfère Macron ? michel43

      J'aime

    • there dit :

      @a quoi bon Quelles droites ? La droite dans notre pays c est comme le dahu , tout le monde la cherche mais personne ne l a vue.

      J'aime

  8. Ibn Zyad dit :

    Il ne reste strictement plus rien, population de croulants atomisés, « élite » dégénérée aux pulsions meurtrières suivie par des millions d’eunuques fanatisés et très enthousiastes..
    L’Islam viendra remettre de l’ordre, c’est le meilleur développement à souhaiter. Et cela est très moral.

    Aimé par 1 personne

    • Pheldge dit :

      ah, islam et socialisme, le combo magique, dont la réussite éclatante dans les pays du Maghreb éblouit le monde !

      Aimé par 2 personnes

    • cgn002 dit :

      Il est bien connu que le meilleur développement c est le souk pour le peuple et le sultanat pour l élite qui impose l islam par la force !

      J'aime

    • Citoyen dit :

      « L’Islam viendra remettre de l’ordre, c’est le meilleur développement à souhaiter. »
      Ha ha ! … Dans les années 700 et quelques …, un certain Charles a trouvé la bonne méthode pour « remettre de l’ordre » … Il sera souhaitable de reprendre ce processus …, qui a fait ses preuves …, et l’aménager aux circonstances …

      J'aime

  9. cgn002 dit :

    La faculte de vision est devenue obsolète , quand il s agit d intérêt général.
    La sagesse est devenue ringarde, apres banalisation de la douce foliie du monde moderne où tout devrait etre permis.
    Et la vérité se voit extraordinairement distordue à travers la force incommensurable des groupes de pression politio financiers.
    Avec des institutions devenues tout aussi impuissantes qu autoritaires, dissimulatrices et manipulatrices. Le tout au nom des ego, (des nouveaux sultans…) bien souvent…
    Le désordre (le souk) sera notre nouveau paradigme…
    Bientôt Alllah décidera pour nous…!

    J'aime

    • Pheldge dit :

      « l’intérêt général », pardon, mais lequel ? il y en a environ 67 millions de versions de « l’intérêt général » …

      Aimé par 1 personne

    • cgn002 dit :

      67 millions de citoyens ont des intérêts communs comme leur :
      – souveraineté (leur liberté donc, face aux pressions externes non desirees)
      – sécurité (et pas que sanitaire)
      – identité (aucun peuple n accepte la désintégration de sa culture propre)
      – éducation (notre culture n accepte pas l acculturation d abord, et croit fondamentalement dans l élévation generalisee du niveau cultutel)
      – projets structurants et unificateurs
      – etc
      L intérêt d une nation n est ni la somme des petites volontés individuelles, ni leur confrontation…

      J'aime

    • cgn002, pourquoi obsolète, gouverner n’est-il pas prévoir donc avoir une vision?
      MT

      J'aime

    • cgn002 dit :

      @MT
      L « anticipation et le longtmisme » caractérisent le visionnaire.
      Nos gouvernants agissent au fil des situations de l instant (à travers les sondages permanents), et n ont d horizon que leur mandat et leur carrière personnelle.
      Agir (et penser) différemment dans leur groupe les rendraient antinomiques (traitres) au courant de pensée auquel il y a lieu d’ adhérer (+ l obédience sans faille au N+1 qui donne le tempo du courttermisme)

      J'aime

    • cgn002 dit :

      @MT
      L ‘anticipation et le « longtermisme » caractérisent le visionnaire.
      Nos gouvernants agissent au fil des situations de l instant (à travers les sondages permanents), et n ont d horizon que leur mandat et leur carrière personnelle.
      Agir (et penser) différemment dans leur groupe les rendraient antinomiques (traitres) au courant de pensée auquel il y a lieu d’ adhérer (+ l’ obédience sans faille au N+1 qui donne le tempo du courttermisme de rigueur)

      J'aime

  10. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, bonjour à tous.

    On nous prend vraiment pour des idiots.
    1. Delfraissy nous annonce une sortie de crise en 2022, bizarrement je suis sûr que cette sortie de crise se fera juste avant les élections.
    2. Pour maintenir la pression jusque là, le vilain variant brésilien arrive et va tous nous tuer, Le professeur Salomon a fait son buzz ce matin, relayé par les journaleux.
    Ah! ce magnifique COVID qui à tué 0.042% de l’humanité, et 0,142% des français, quelle aubaine pour maîtriser le peuple et l’asservir.
    Et surtout soyez des bons citoyens délateurs, mouchardez, lynchez, vilipendez bon peuple.
    les laboratoires se seront bien engraissés avec les vaccins et les tests;
    Mais au deuxième semestre 2022, on nous présentera l’addition, et là on a pas fini d’entendre pleurnicher les français. Car il va bien falloir la payer cette addition.
    Le quoiqu’il en coûte à un prix; 50% de la dette est due à la BCE, mais le reste on va devoir la rembourser, car ceux qui nous on fait crédit, les autres 50% ne sont pas des philanthropes.
    Le taux d’endettement, si l’on additionne la dette publique, la dette privé et la dette des entreprises, nous sommes à 235% du PIB, du jamais vu.

    Vous dîtes que : « Les enquêtes d’opinion montrent régulièrement qu’une majorité ne dirait pas « non » au « confinement dur », c’est-à-dire un emprisonnement à domicile de la population »
    Normal, ils font partis de ces individus qui se complaisent à rien faire en étant payé. L’état providence. On leur supprimerait 50% de leur salaire ou de leurs avantages sociaux, vous verriez que le taux baisserait significativement. Personnellement j’en connais quelques uns qui se complaisent dans cette situation. Je pense qu’il aurait été de bon ton de leur prélever une partie de leur salaire par solidarité pour ceux qui n’ont plus de revenus.
    Et à la fin de cette crise, beaucoup d’entreprises, de restaurants , de commerces vont fermer. Car ils vont devoir passer au tiroir caisse, payer charges, rembourser les prêts etc.
    Le monde d’après sera celui des pleures et des gémissements. Mais je ne plaindrais pas les français, quand on voit qu’ils acceptent tout.
    Je pars du principe que je ne blâme pas les gens pour ce qu’ils font ou ce qu’ils ne font pas, mais j’exige qu’ils en assument toutes les conséquences. Et il va falloir qu’ils assument.
    Le réveil va être très très dur…

    Aimé par 6 personnes

    • Philippe, oui, tout cela est très bizarre, et l’autre petit neuneu qui oriente sa com vers la « sortie de crise » alors qu’on est exactement dans la même situation qu’il y a deux mois, tout cela est tellement loufoque…
      MT

      Aimé par 1 personne

  11. Stanislas dit :

    Je trouve que 35 % qui font confiance à l’exécuteur(de basses oeuvres)..heu l’exécutif pour faire face au corona de 19h-6h, c’est encore un très beau résultat…
    Compte tenu de la lutte contre une réalité augmentée sanitaire, mise en proportion par protocoles, il n’y a pas de quoi se pâmer d’admiration devant les loustics non plus…

    Comme disait le sage oriental( le sage vous l’imaginez où vous voulez, ça ne changera pas le sens du propos)  » un cadre qui vient poser des problèmes sans cesse, sans arrêter des solutions, on finit par se demander si ce n’est pas lui le problème.. »
    Avec le coronatélévirus ça s’inverse « un cadre qui vient poser des solutions sans cesse, sans arrêter les problèmes, on finit par se demander…..

    A vous lire, je suis heureux d’habiter dans un coin plus calme que celui que vous décrivez, chez nous les délateurs ne trouvent que peu de suite à leurs vices (selon où ils appellent) , question de proportion peut être, il y a probablement plus de vivants à l’ancienne clandestins que de morts vivants corbeaux dans mon secteur…

    Aimé par 2 personnes

  12. Georges dit :

    Si ce n’était qu’en France.

    J'aime

  13. Ping : La France déboussolée (pour Figaro Vox) – Qui m'aime me suive…

  14. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Tant que nos politiciens et nos « élites » se comporteront comme ils le font depuis des décennies, aucune confiance de pourra revenir parmi les gens qui ne sont rien.
    Quand le chef de l’Etat lui-même se permet d’insulter ses concitoyens de les tenir pour des sombres crétins qui ne comprennent rien au point de leur mentir éhontément lors de chacune de ses prises de parole publique.
    Quand le 1er ministre et son gouvernement ne gouvernent plus rien mais sont soumis aux dictats du président et de 3 ou 4 conseillers zélés.
    Quand les députés et les sénateurs ne comptent que pour du beurre.
    Quand les élus locaux servent de faire valoir à l’exécutif et sont ignorés et moqués le reste du temps.
    Quand les médias mainstream sont scandaleusement à la botte du pouvoir.
    Quand nos « élites » se croient dispensés de respecter les lois et consignes de la République et mentent de manière la plus cynique au lieu de présenter leurs excuses.
    Quand les médias présentent comme des scientifiques incontestables des médicastres plus préoccupés de leur image que de la vérité scientifique.
    Je pense que les 35% de Français qui accorderaient encore leur confiance à cette équipe de bras cassés sont soit des fayots indécrottables soit des neuneus inconscients et immatures.

    Aimé par 1 personne

  15. Celtapiou dit :

    La tragi-comédie des élections régionales résume la déliquescence
    de notre pays : Macron, Bayrou et Ferrand, prototypes du politicien IVème République,
    voulaient enjamber comme ils disent l’élection présidentielle !!!
    Honte sur ces gens que le Général de Gaulle accusait de faire cuire
    « leur petite cuisine sur leur petit feu dans leur petit coin » !

    L’adjectif PETIT restera pour moi le meilleur qualificatif
    des sinistres années du règne macronien !
    Nous pensions qu’avec Hollande, nous avions touché le fond,
    hélas ! hélas ! hélas !

    Aimé par 1 personne

    • celtapiou, « Macron, Bayrou et Ferrand, prototypes du politicien IVème République » je ne suis pas complètement d’accord, c’est insultant pour la IVe république qui n’avait pas que des défauts surtout au regard de la déchéance actuelle.
      MT

      Aimé par 2 personnes

    • Pheldge dit :

      MT, je ne suis pas spécialiste de l’histoire contemporaine, mais il me semble que quand la V ème est arrivée, il n’y a pas eu grand monde pour regretter la IV ème, et elle a donné un nouvel élan à la vie politique, dans une période difficile. Et on garde des politiciens de la IV ème l’image « d’affairistes », plus soucieux de leurs combines que d’ambitions plus nobles pour le pays. Dans ce sens je souscris au commentaire de celtapiou. D’ailleurs de quelles « grandes figures » de cette époque se souvient-on ? Guy Mollet, Mendès … Mitterrand et Edgar Faure, vous parlez d’une belle brochette !

      J'aime

  16. PenArBed dit :

     »Comment diriger un peuple dès lors que le lien de confiance – le gouvernail – est brisé ? La parole politique ne veut plus rien dire ».

    Jean Dominique Michel anthropologue :  »Espérance de vie et misère journalistique »
    Source son blog : https://anthropo-logiques.org/ – 12 avril 2021

    « Je reproduis ici l’épisode 49 de l’excellent blog de Laurent Mucchielli, sociologue et directeur de recherches au CNRS. Lequel produit depuis une année un corpus d’analyses, dues à sa plume ou à celles d’experts invités, rigoureuses et essentielles.
    Parallèlement aux attaques littéralement ignobles que subit le Pr Christian Perronne (qui a présidé rappelons-le pendant six ans la Commission des maladies infectieuses du Haut conseil en santé publique – c’est dire s’il connaît son sujet) et qui vont en s’empirant, c’est l’ensemble des experts compétents apportant des perspective autres que celles de la doxa officielle qui subissent des tirs d’artillerie lourde. En premier lieu de la part de la presse ! »

    Laurent Mucchielli :  » Avis au lecteur sur la misère du débat public contemporain en général et du journalisme en particulier »

    « « Les bonnes questions sont : pourquoi le débat contradictoire est-il à ce point interdit en France ? Pourquoi les chercheurs indépendants et désintéressés qui s’interrogent sur la communication des pouvoirs publics, et proposent des contre-analyses, sont-ils traités par les journalistes comme des ennemis plutôt que des alliés ? Comment se fait-il que ces journalistes se soient à ce point et aussi massivement mués en défenseurs (« les nouveaux chiens de garde » titrait déjà Serge Halimi en 2005) de la communication gouvernementale ? Pourquoi tout propos produisant volontairement ou involontairement une dédramatisation de la crise sanitaire est-il jugé par principe insupportable et irrecevable ? »
    « le conformisme de pensée, la soumission à cette sorte de pensée unique officielle que nous appelons la doxa du Covid, est très répandu dans la haute administration, y compris dans la fonction publique hospitalière et y compris dans des établissements publics comme l’INSERM, l’INSEE ou encore l’INED. Nombre de collègues nous disent en privé qu’ils comprennent et soutiennent notre démarche, mais ont peur de le dire en public car ils redoutent – à juste titre – d’en subir immédiatement des conséquences désagréables. Du coup, l’on entend que les voix de celles et ceux qui ont choisi de soutenir la ligne officielle. »

    Aimé par 5 personnes

  17. artofuss dit :

    En vous lisant, je me suis pris à imaginer ce que serait l’état du pays en cas de conflit armé. Dans le cas d’un conflit extérieur, on peut -à la rigueur, imaginer que tous seraient (plus ou moins) solidaires contre un ennemi de la patrie.
    Dans celui d’un conflit interne…je n’en dirai pas plus.
    Ces hypothèses (certes pessimistes, mais le pessimisme n’est-il pas « une hygiène de l’esprit « ) ne donnent-elles pas à penser qu’une vaste reprise en mains est devenue vitale?

    Aimé par 1 personne

  18. badin26 dit :

    Il faut peu pour perdre confiance et la retrouver est très difficile. Les politiciens ont toujours menti. Ceux-là nous ont tellement menti que nous nous en sommes tous aperçus! L’équipe de bras cassés en place qui annonçait qu’elle allait renverser la table a fait comme les autres, profiter de la gamelle et balayer la poussière sous le tapis. Seulement, le pays s’est appauvri, tellement que la part de gâteau s’amenuise pour chaque Français et encore, rien n’est encore arrivé. Et là, cette situation devient insupportable.
    Mener un pays à la victoire est simple, conduire une retraite est très difficile surtout quand on ne connait pas le but et qu’on n’a pas confiance. Quand on a tout détruit dans le pays, travail, enseignement, culture, éducation la tâche est impossible. Et qu’en plus, la population a tellement changé que plus personne ne se reconnait dans ce qu’on lui présente. C’est, comme je l’ai déjà écrit, la conséquence de 50 ans de mauvais choix ou d’absences de choix.
    La France n’a été grande que lorsqu’elle a été menée par un chef en qui elle avait confiance. Vous indiquez que 35% des sondés font confiance à Macron, c’est bien le résultat des présidentielles qui l’ont mené au pouvoir. On ne peut pas gouverner si le peuple n’est pas convaincu. Depuis combien d’années les votes se font-ils par défaut?

    Aimé par 2 personnes

    • Badin26, « On ne peut pas gouverner si le peuple n’est pas convaincu », c’est exactement ce que je pense!, dans mon article pour Vox, je compare la crise de confiance à un gouvernail brisé.
      MT

      Aimé par 3 personnes

  19. Stéphane B dit :

    Bonjour

    Une cousine de mon épouse, pro LFI (et oui, mais on ne choisit pas sa famille), a retweté un tweet de Gérard Larcher qui s’émouvait avec raison que ce qui nous sert de président passe ses réformes par ordonnances et que le parlement ne sert plus à rien ou presque.
    Et elle a conclu en se demandant ce qui était le pire: retweeter Gérad Larcher parce qu’il a raison ou bien que la France soit gérée par ordonnances.

    Si même eux commencent à ouvrir les yeux, le spectacle risque de devenir amusant. Néanmoins, elle a voté pour le micron pour faire obstacle au haineux comme elle dit. De fait, qu’elle assume.

    Et oui, avec la marine, ce ne serait pas mieux dans beaucoup de domaines, mais peut-être qu’au niveau de l’immigration il y aurait un petit plus. A condition bien sûr qu’elle ait eu le nombre de députés nécessaires pour sa politique. Le président ne fait pas la politique du pays, même s’il en donne le sens.

    Aimé par 1 personne

    • Jean dit :

      Avant de voter Marine regardez donc cette vidéo.

      J'aime

    • Stephane B, sur l’immigration, ce serait encore pire qu’aujourd’hui, les juges qui ont le pouvoir ouvriront grand les vannes et le quinquennat lepéniste ne serait que fuite en avant dans la quête de respectabilité politiquement correct. Vous verrez…
      MT

      J'aime

    • Citoyen dit :

      Très drôle, Stéphane B, cette anecdote de la cousine …
      Ce problème est récurent, et les cocus de ce type sont très nombreux, sur ce coté de l’échiquier …
      Dieu se rit …… Mais à force d’être plié, il va finit par avoir mal aux côtes !…..

      J'aime

    • Citoyen dit :

      il va « finir »..

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.