Une atmosphère répugnante

Attention: on s’habitue à tout. L’habitude, la routine est le meilleur allié de l’asservissement. Ce qui se passe en France, dans une indifférence comparable à celle des bovins qui regardent passer un train, est inouï.

Attention: on s’habitue à tout. L’habitude, la routine est le meilleur allié de l’asservissement. Ce qui se passe en France, dans une indifférence comparable à celle des bovins qui regardent passer un train, est inouï. Depuis un an, les brimades absurdes envers la population se multiplient dans la plus grande banalisation: masques obligatoires sur les plages désertes et balayées par le vent, achats interdits de vêtements considérés comme un bien non essentiel (tous à poil?), invraisemblable et interminable couvre-feu qui ne fait qu’attiser l’épidémie en concentrant les déplacements et partout, foisonnement de barbelés invisibles et de contrôles bureaucratiques tatillons et répressifs. L’anéantissement systématique de la liberté est cependant plutôt bien accepté par la foule, sous l’emprise de la peur… Tout cela consiste à frapper la population dans une logique de pénitence collective pour donner l’illusion du volontarisme face au covid-19. Mais il y a pire, cent fois pire: une souffrance et une humiliation, une frustration collective qui se transforment en esprit de délation. C’est le pire de l’humanité qui envahit les consciences: la chasse au voisin qui danse derrière sa fenêtre, ou de la famille sur une plage sans masque, la hantise des « puissants » soupçonnés de fréquenter des « restaurants clandestins » et les vidéos qui circulent dénonçant tel ou tel et le livrant au lynchage et à la honte. La traque acharnée au tenancier de bar qui tente de survivre en vendant des cafés sur le trottoir. Les appels anonymes qui foisonnent pour dénoncer le jeune d’en face rentré chez lui après 19H. Bon. Les comparaisons historiques viennent à l’esprit, inutile d’en abuser dans des contextes et avec des conséquences différents. Mais quand même, la nature humaine ne change pas. Avec ses côtés les plus répugnants. Et là, cela devient franchement nauséabonde. Et jusqu’où?

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

84 commentaires pour Une atmosphère répugnante

  1. ADB dit :

    L’atmosphère de délation ? Il semble qu’elle soit partout et à tous niveaux, lorsqu’on apprend que même Sarkozy n’hésite pas à dénoncer une fête privée qui ne devait pourtant pas le gêner quoiqu’il prétende !….

    J'aime

  2. Georges dit :

    Les mentalités ne changent pas et ce n’est pas un parent mien qui m’aurait démenti ,lui qui fut déporté suite à une dénonciation.

    J'aime

    • cgn002 dit :

      La mentalité c est comme le mastic.
      On peut lui donner une forme tant qu il reste malléable.
      Le problème c est qu il durcit trop vite…
      On ne va pas expliquer cela à tous les manipulateurs, dictateurs, tenants du nouvel ordre mondial globalisé, et autres prêcheurs fanatiques et/ou proselytes….!

      J'aime

  3. Sganarelle dit :

    Il faut dire quand même que «  dura lex sed lex » et qu’elle est la même pour tous qu’elle soit idiote ou coercitive. De son application n’ait une certaine forme d’égalité et de justice. Si certains la contournent ou la nient , les malheureux pour lesquels elle entre pleinement en vigueur éprouvent un sentiment de frustration qui se traduit par la délation.
    On peut comprendre la dèsobeissance d’Antigone sans pour autant taxer Créon de tous les vices.

    Ceci n’est pas un plaidoyer pour les délateurs mais une tentative de compassion pour tous ceux qui subissent sans pouvoir s’évader.

    Aimé par 2 personnes

    • Sganarelle, peut être mais ce n’est pas une raison pour dénoncer à la police le voisin ou la mère de famille ou qui rentre chez elle après 19H ou les jeunes qui s’amusent dans le bois de Vincennes en écoutant de la musique (chose vue)…
      MT

      J'aime

  4. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, bonjour à tous

    C’est fait on parle déjà d’une 4éme vague avec « les » variants brésiliens, je crains que Macron ne veuille s’arroger les pleins pouvoirs et que les mesures restrictives vont perdurées jusqu’aux élections présidentielles. A chaque jour sa peur, le régime de terreur sanitaire va se maintenir.
    Et les français en bons moutons vont courber l’échine et encore accepter les contraintes multiples.
    Des professeurs et médecins de plateaux insistent bien encore, que des opérations sont annulés à causes de ces vilains français qui ne respectent rien.
    Et pour calmer les soignants ont leur file une petite augmentation.
    Pouvoir absolu grâce à ce merveilleux COVID. Ce matin drame 0,147% de taux létalité en France et 0,133% de la population européenne et 0,042% de la population mondiale. C’est sûr on va tous mourir d’ici l’année prochaine. Renforçons les consignes sanitaires..

    Aimé par 1 personne

    • cgn002 dit :

      N’ oubliez quand même pas le facteur de la contagiosite, ni les séquelles du covid long, ni le risque (majeur) d un variant ou de plusieurs variants, encore plus délétères…
      D accord sur la méthode politique qui a l air de préférer la perduration de la pandémie (fut elle en régime faible), et non son freinage efficace, comme certains pays y parviennent …
      A mon avis, nous observons et évaluons une politique sanitaire ubuesque, d’ abord, et une mise en danger bientôt irréversible de la pérennité de la nation France, à travers les révélations ( ou confirmations) que cette gestion met au jour.

      J'aime

  5. nicolasbonnal dit :

    Les gens vont au spectacle ou au match sans masque et sans contrainte dans le Texas néanderthalien de nos médias préférés. Ici c’est la tyrannie acceptée dans toute sa splendeur.

    J'aime

  6. nicolasbonnal dit :

    Léon Bloy vers 1900 : Après ceux-là, suivent les petits chacals sans nombre, dont l’office est de dévorer tout ce qui tombe et de lécher toute chose léchable. Et ce cortège est contemplé par un peuple immense, mais si prodigieusement imbécile qu’on peut lui casser les dents à coups de maillet et l’émasculer avec des tenailles de forgeur de fer, avant qu’il s’aperçoive seulement qu’il a des maîtres, — les épouvantables maîtres qu’il tolère et qu’il s’est choisis.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.