Chiffres romains, la table rase

France info: « Faut-il supprimer les chiffres romains pour simplifier la lecture des dates ? C’est en tout cas la mesure prise par plusieurs grands musées. C’est le cas au musée Carnavalet, à Paris. Un choix assumé par la direction. « Ça va avoir un intérêt, notamment pour les publics en situation de handicap psychique et mental. (…) Ça va aussi avoir un intérêt pour les publics étrangers, qui ne sont pas tous familiers des chiffres romains », explique Noémie Giard, cheffe du service des publics de l’établissement. »

De grands musées français auraient l’intention de supprimer les chiffres romains pour faciliter la lecture des dates. En entendant cette information, je n’y ai pas cru tant elle m’a paru loufoque. Et pourtant… Cela semble être confirmé. Il ne sera plus question par exemple du XVIIIème siècle mais de dix-huitième ou 18ème siècle. L’appauvrissement du langage est évident: on ne lit pas XVIIIème comme dix-huitième ou 18ème. Les chiffres romains apportent une noblesse, une sacralité, un prestige, une émotion qui témoignent du respect pour une époque et l’œuvre qui s’y attache.  Leur disparition est de l’ordre de la banalisation. Faciliter la compréhension? On est dans la logique du nivellement par le bas, du renoncement à l’effort. Faute d’avoir le courage d’enseigner et d’apprendre, il suffit d’effacer, de supprimer, d’annihiler la (supposée) difficulté. Cette proposition ruisselle  de mépris en présupposant l’incapacité de certains à lire les chiffres romains ou à vouloir les comprendre. Elle procède de l’idéologie de la  table rase  à l’image de la négation des œuvres littéraire et de l’histoire. Comme on déboulonne les statues, comme on s’offusque de la célébration de Napoléon, comme on élimine le latin et les auteurs classiques de l’enseignement, les chiffres romains, qui ancrent la personne dans une civilisation doivent à leur tour disparaître. L’objectif sous jacent à cette manœuvre parmi tant d’autres est d’accélérer l’émergence d’un homme privé des repères de la culture et de l’esprit et ainsi aisément manipulable. Déjà, nous n’en sommes pas loin.

Maxime TANDONNET

 

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

48 commentaires pour Chiffres romains, la table rase

  1. cgn002 dit :

    Ça ressemble aux communautés qui n admettent pas les origines animales de l homme…
    Table rase sur nos origines,, l homme nouveau est une création spontanée !
    Table rase du notre histoire : le passé c est ringard, c est moche la modernité nous définit dogmatiquement et idéalement. Seule l illusion fait foi. Honie soit sa propre remise en question

    J'aime

  2. Sganarelle dit :

    Ça ne changera pas grand chose pour moi qui suis jusqu’à mon dernier souffle la ( ou le) thuriféraire inconditionnel ( le) du quatorzième Louis ….
    La vielle chanson «  appelez ça comme vous voudrez » prend ici tout son sens …
    ils sont grotesques et dérisoires …ce qui nous manque surtout c’est la liberté d’expression pour les chansonniers…

    J'aime

  3. charles902 dit :

    Bonjour Monsieur Tandonnet,

    Loufoque? Vous avez dit loufoque? Comme c’est loufoque! aurait pu dire Louis Jouvet.

    Le pire est que cette mesure a été prise pour satisfaire une population qui, de toutes façons, se fiche des musées et de leur enseignement comme d’une guigne, sauf quand il s’agit de les détruire au nom d’un nihilisme érigé en sagesse. Semez le vent et vous récolterez la tempête.

    J'aime

  4. roc dit :

    il est peut être temps de fermer les musés ou a tout le moins de supprimer leurs toutes leurs subventions !

    J'aime

  5. D’autres chiffres intéressants aussi en espérant que le lien s’ouvrira:

    Aimé par 1 personne

  6. Citoyen dit :

    Eh oui, Maxime ..
    C’est l’illustration parfaite d’un sketch des « Inconnus » qui, se moquant du niveau de certaines populations scolaires …, auraient, pour étaler leur culture, interprété et traduit l’appellation : « XVIIIème siècle », par : croix, vé, bâton, bâton, bâton !..
    C’est cette formulation qu’il faudrait introduire dans les musées, pour les mettre en adéquation avec la débilité de nos zélites …
    Mais, au moment de poster, je m’aperçois que Philippe Dubois a déjà eu l’idée … Je conseille de visionner …

    J'aime

  7. Trigwen dit :

    Le plus écoeurant est de savoir que les usées américains et grands bâtiments officiels de ce pays tiennent à garder les chiffres romains pour tout ce que que cela comporte et enseigne.
    Cette destruction des chiffres romains est dans la droite ligne de la tentative de simplification de l’orthographe, de l’écriture inclusive et de la volonté de supprimer le passé simple parce que trop difficile à expliquer aux élèves par rapport à l’imparfait.
    Le travail de sape d’une minorité extrémiste qui parle fort et que nos dirigeants trop lâches depuis des années, écoutent..

    Aimé par 1 personne

  8. Infraniouzes dit :

    Rugby à XV ou rugby à 15 ? J’avoue préférer le premier. Mais on va bien me traiter de fasciste, faute de trouver autre chose pour me faire rentrer dans le rang.

    J'aime

  9. lehibou dit :

    Dans les années 1970, les éditions Maspero ont publié un excellent livre intitulé
    « Du passé faisons rable rase ».
    Contrairement à ce que le titre pourrait suggérer, cet ouvrage n’est pas une apologie de la tabula rasa, mais tout son contraire. Il démystifie point par point, avec des arguments très bien étayés, l’imposture, l’irrationalité, les soubassements sectaires, le nihilisme d’une telle idéologie.
    Cet essai reste, des décennies après, d’une actualité brûlante, et mériterait une réédition.
    _________________________________
    Bernard Lugan, grand historien spécialiste de l’Afrique, du colonialisme et des lectures biaisées de l’histoire, dirige un très bon blog. Dans ses textes les plus récents, il répond « aux décoloniaux, aux islamo-gauchistes et aux terroristes de la repentance ». L’argumentaire de cet historien qui se situe hors des sentiers battus est incisif et d’une logique sans faille.
    Son blog mentionne bon nombre de ses livres, dont beaucoup ont été auto-édités, ce qui n’est guère étonnant.

    http://bernardlugan.blogspot.com/

    Aimé par 3 personnes

  10. badin26 dit :

    Je dirais même que nous sommes dedans! L’appauvrissement de l’enseignement est un phénomène dont les effets s’enchainent et s’amplifient inéluctablement. Sachant qu’un enseignant moyen transmets au mieux 20% de son savoir, quand le niveau de recrutement de ceux-ci si situe aux alentours de 5 de moyenne, on imagine ce que les élèves vont retenir. (C’est pour cette raison que, malgré la réduction des effectifs dans l’armée, les écoles ont été (très difficilement) maintenues). Pour notre part, notre école est dans le même état que le pays: une catastrophe. D’ailleurs, le pays a été incapable de sortir un vaccin, il est tout aussi incapable de fournir des soudeurs qualifiés pour ses chantiers navals et la centrale de Falmanville. C’est donc non seulement un naufrage intellectuel mais aussi un naufrage « manuel ». Et, mis à part l’arrivée de professeurs d’Afrique Noire qui savent encore parler Français, je ne vois pas comment on pourra s’en sortir!
    Je viens de recevoir par courriel de Bernard LUGAN une fiche de poste d’enseignement-chercheur à l’université de Paris 8. Un cas « clinique » qui met en évidence le processus de conquête des universités à travers le recrutement des enseignants. Je vous invite à la consulter; elle est en plus rédigée en écriture inclusive. Tout pour plaire!
    Cela signifie donc que le processus de désintégration de la société est inexorablement enclenché!

    Aimé par 1 personne

  11. Bernard Meyer dit :

    Effectivement triste période que nous vivons, mais comment arrêter
    Cette descente !!!

    Aimé par 1 personne

    • Anonyme dit :

      comment arrêter Cette descente ? en ne votant pas , pour eux ,a un moment faut savoir choisir ,STOP ou ENCORE,,,,,,

      J'aime

  12. famille1000 dit :

    Dans Ainsi parlait Zarathoustra: « J’ai volé trop loin dans l’avenir: un frisson d’horreur m’a assailli »… A méditer.

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.