Déchainement de propagande sondagière (pour Figaro Vox)

Depuis le début de l’année 2021, la mode médiatique est aux sondages de « second tour » entre M. Macron et Mme le Pen. Ils donnent lieu à une abondante logorrhée sur le thème d’une victoire possible de la candidate du Rassemblement national. Ainsi, le 27 janvier, Harris interactive estimait l’écart entre les deux favoris du scrutin à 52/48. Puis, début mars, le même institut évaluait la fourchette à 53/47. Ces projections sont à cent lieues du résultat de mai 2017 : 66/34. L’affaiblissement du « front républicain » (contre le parti lepéniste) est l’explication la plus couramment avancée : une partie des électeurs de gauche et de droite n’envisagerait plus de « faire barrage » au RN.

Jadis, les sondages avaient pour objectif de fournir une information sur l’état de l’opinion. Aujourd’hui, à l’aube de 2021, ils sont devenus un véritable outil de manipulation massive. De fait, les seconds tours d’élection présidentielle ne sont jamais tels qu’ils étaient attendus. Un an avant le scrutin de 2012, un « match » le Pen/Strauss Kahn était annoncé. Ce fut Sarkozy/Hollande. Douze mois avant celui de 2O17, les pronostics donnaient Juppé/Valls. Ce fut Macron/le Pen. Ainsi, le rabâchage outrancier sur le duel Macron/le Pen n’est pas à but informatif. Car nul ne sait d’avance ce que sera le second tour de 2022.  Il est uniquement de formater l’opinion, la persuader qu’il n’existe pas d’alternative à cet affrontement.

L’annonce sondagière d’un score serré de second tour entre Mme le Pen et M. Macron arrange beaucoup le monde. Les observateurs y voient un bel objet de sensationnalisme qui leur permet de noircir des pages. Les macronistes retrouvent une raison d’exister et de resserrer les rangs autour de la lutte contre « la peste » populiste ou le « danger » nationaliste. Quant aux lepénistes, il se trouvent confortés en opposition quasi-officielle.

L’acharnement obsessionnel du pouvoir médiatique et sondagier à ancrer dans le cerveau des Français le caractère inéluctable du duel Macron/le Pen est tourné vers un seul objectif : assurer la réélection de l’actuel chef de l’Etat. En effet, dès le lendemain d’un éventuel premier tour qualifiant (comme prévu) M. Macron et Mme le Pen, une irrésistible mécanique se mettra en route pour rediaboliser cette dernière et annoncer l’apocalypse au cas où elle accéderait à l’Elysée. Pourquoi la recette qui a fait ses preuves en 2017 ne réussirait-elle pas en 2022 ? Tel est le pari.

Ainsi, le matraquage médiatique et sondagier sur le duel le Pen/ Macron a pour objectif d’asphyxier toute perspective d’émergence d’un concurrent solide, à droite ou à gauche, susceptible de remporter la mise. Vous ne voulez pas de Mme le Pen ? La seule solution est de voter M. Macron. Vous ne voulez plus de M. Macron ? Vous devez soutenir Mme le Pen.  De fait, les instituts de sondages pourraient tester bien d’autres alternatives : que donneraient Mme Pécresse, M. Retailleau ou M. Bertrand face à Mme le Pen ? Ou face à M. Macron ? Mais une telle perspective est écartée car elle risquerait de troubler les esprits et de perturber bien des calculs.

Or, cette propagande est contraire à la volonté de la France profonde. Un autre sondage Elabe pour BFMTV du 13 février 2020 révélait que 80% des Français ne voulaient pas d’un duel de second tour Macron/le Pen.  Sur le principe, l’immense majorité des électeurs refusent de se voir dicter leur conduite. En effet, la fatalité du duel Macron-le Pen, débouchant probablement (malgré les sondages trompeurs) sur la réélection de l’actuel occupant de l’Elysée, marque un désastreux affaiblissement de la démocratie.  Le peuple n’aurait pas vraiment le choix. Tout serait déjà en place pour un second quinquennat : en 2022, les Français n’auront qu’à valider un choix que d’autres ont fait pour eux depuis longtemps.

Mais il y a bien pire. Tout ce déchaînement de sondages et de commentaires autour du duel Macron le Pen marque un vertigineux effondrement de la culture politique française. La vie démocratique est comme dévorée par le spectacle annoncé de cet affrontement. Tout ce qui fait la richesse d’une démocratie, le débat d’idées, la réflexion sur l’avenir, le choix d’un projet de société, se trouve pulvérisé, écrasé par la bataille de titans.  Cependant, il ne tient qu’aux Français de se mettre en conformité avec le refus qu’ils expriment à 80% et de dire « non » au funeste scénario qui leur est concocté. En auront-ils l’intelligence collective et la force de caractère ? Nous le saurons dans quelques mois.

 

 

 

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

87 commentaires pour Déchainement de propagande sondagière (pour Figaro Vox)

  1. Zonzon dit :

    Opiniâtre, Maxime Tandonnet remet son ouvrage sur la table. Il a opté pour la Politique, depuis/pour toujours. Il a fréquenté au plus haut … l’Élysée. C’est sa vocation. Son métier. Sa vie.

    Aujourd’hui il est inquiet, il se lamente, il se tord les doigts, il écrit … on le lit, on l’approuve, on l’estime. Il évoque un fait-divers consternant, une abomination absolue qui s’est déroulé présentement dans notre beau pays de France : deux millénaires de macération chrétienne au compteur, aux mœurs adoucies par une culture civilisationnelle indépassable.

    C’est un guide. Pour nous c’en est un . Il nous informe, suggère et fait naître en nous des lucidités. Mais notre inquiétude n’est guère apaisée … nullement apaisée, elle aurait même tendance à croître et embellir.

    Alors ?

    Ce qui nous préoccupe au premier chef ce n’est pas le présent mais l’avenir, précisément l’avenir immédiat, celui qui vient, qui arrive dans une année, qui va être notre vie à partir de 2022 … et la suite !
    Cela peut se comprendre aisément : si l’on considère l’état de dégradation qui s’est développé au cours des cinquante dernières années on sait qu’on va assister à la disparition de tout ce qui nous appartient et nous est cher.
    Et que, pour enrayer ce désastre, il va falloir taper dur.
    Et il faut bien reconnaître qu’en cette matière notre guide est peu disert !

    Mon inquiétude personnelle, qui est forte je le reconnais, me pousse parfois à écrire violemment. Et dans mon emportement à faire des fautes typographiques sévères, ce qui m’arriva l’autre jour. Je m’en suis excusé mais je ne peux m’empêcher de vous la soumettre à nouveau tant elle conclut heureusement cette présente diatribe.

    « Si dans un an et un jour nous sommes dans la saga Macron-Le Pen on l’aura bien mérité. »

    Aimé par 2 personnes

  2. Qu’on ne vienne pas me demander pourquoi je ne voterai pas…

    J'aime

  3. Pheldge dit :

    Je viens de me rafraîchir la mémoire sur la primaire de la droite de sept 2016 soit 7 mois avant le premier tour. Donc, le calendrier étant le même, on se détend -moi le premier – , il y a encore 6 mois d’incertitude. Restons attentifs et vigilants, puisque de toutes façons, ça nous échappe. Le souvenir de la « juppémania » qui avait saisi les médias en 2016, doit également tempérer les réactions, face aux informations qui nous submergent aujourd’hui. Il y a d’abord les régionales, Bertrand et Pécresse jouent gros -sans jeu de mots volontaire pour le premier 😉 -. Après on verra. Cela ne change rien à mes commentaires précédents, mais on reprendra le débat en juillet, avec une vision plus nette : soit un espoir à droite, sinon …

    J'aime

  4. Zonzon dit :

    Maintenant  » Coco national  » , autre confusion dit-il ???
    Coucou, cher Coucou, réagissez !
    Demain, on parlera sérieusement.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.