Les sciences po dans la tourmente

Une étrange épidémie frappe les sciences po (IEP ou instituts d’études politiques) les uns après les autres. Tout à commencé avec le roi des sciences po, sciences po Paris, le plus prestigieux. L’affaire Olivier Duhamel, mettant en cause son directeur, M. Mion, a provoqué un immense scandale, une violente chasse aux sorcières aboutissant à la démission de ce dernier soupçonné d’avoir été informé de faits de pédophilie et de ne pas les avoir dénoncés. Puis, des accusations d’agressions sexuelles et de viol ont frappé de plein fouet les IEP de Strasbourg, Toulouse et de Bordeaux et gravement terni leur image. Désormais, la tempête souffle sur sciences po Grenoble: deux enseignants font l’objet d’un lynchage pour soupçons « d’islamophobie ». L’un d’eux est accusé (semble-t-il) par le tribunal idéologique d’avoir osé parler des racines chrétiennes de la France. Les sciences po ont cette caractéristique d’être les viviers des « élites » dirigeantes et influentes françaises (politiques, administratives, médiatiques, journalistiques). Autrefois, ils étaient un authentique foyer de formation intellectuelle grâce à un enseignement généraliste d’excellent niveau (droit public, économie, histoire). L’idéologie et la politique étaient présentes dans les halls et les cafétérias, mais nul ne touchait au contenu des enseignements, sanctuarisés. La liberté d’expression du professeur en était un pilier intangible. Désormais, les IEP tendent peu à peu à devenir les relais privilégiés de l’idéologie à la mode (indigénisme, décolonialisme, racialisme, islamisme, climatisme, genrisme, etc. ) Le fanatisme qu’ils ont eux-mêmes engendré se retourne contre eux avec une violence inouïe. Le fond du problème est le renoncement à ce qui a longtemps fait leur intérêt: l’excellence, le respect de la réflexion intellectuelle et de la pensée, la sélectivité et la récompense du travail et du mérite. La nature ayant horreur du vide, le fanatisme et la violence ont pris la place laissée vacante par l’intelligence. L’abandon du principe du concours reflète cette dérive. L’effondrement des sciences po, à commencer par celui de science po Paris, est emblématique de la tragédie des élites françaises (au sens sociologique du mot élite).

Moi-même pour me situer par rapport à  cette institution, ai eu la chance, à une autre époque, de fréquenter les bancs de l’IEP de Bordeaux pendant 3 ans, puis sciences po Paris pendant deux ans (en préparation de l’ENA), deux écoles qui ne m’ont laissé que d’excellents souvenirs et que je ne reconnaîtrais sans doute pas aujourd’hui.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

54 commentaires pour Les sciences po dans la tourmente

  1. charles902 dit :

    bonjour Monsieur Tandonnet,

    Science Po, qui accueillait autrefois des étudiant d’un niveau certain (car tries sur le volet) bénéficiant d’un enseignement de grande qualité, serait donc devenu une pétaudière pour détendeurs d’opinions probables, récoltés un peu partout selon des critères sociaux culturels et pas intellectuels? Je m’étonne même que Science Po n’aie pas été agressé par certains candidats éconduits pour avoir osé les éliminer (preuve donc du racisme ou du « genrisme » des examinateurs).
    Qui sème le vent récolte la tempête. J’irai même jusqu’à dire que Science Po, qui a oublié ses fondamentaux, n’a plus rien à voir avec ce qu’elle doit être et doit disparaitre.
    Sinon même Polytechnique doit se mettre à trembler.

    Aimé par 1 personne

  2. Annick Danjou dit :

    Tous vos articles Maxime sont l’occasion, maintenant, de parler religion et cela devient pénible. Comment discuter alors du fond des problèmes. Chacun pourra attaquer mon commentaire, comme d’habitude, mais tant pis!

    J'aime

    • Annick Danjou, sincèrement, je ne vois pas bien en quoi ils sont l’occasion de parler de religion. Quand je parle des racines chrétiennes (dans le billet sur les sciences po) c’est plus de l’histoire que du religieux.
      MT

      J'aime

    • there dit :

      @Annick Merci pour votre ressenti . C’est très nouveau pour moi comme vision. Car ce qui pour vous évite « le fond du problème », pour moi est à l’inverse le fond du problème. Une fois dit ça je me méfie des religions-institutions, car ce sont des organisations humaines bien imparfaites. Pas le dieu auquel je crois en revanche. Qu’est ce qui fonde votre système de valeur ? Pourquoi l’égalité , pourquoi pas la force ? pourquoi pas les castes ? pourquoi la liberté ? Pourquoi pas l’obéissance aux règles ? Pourquoi le progrès ? Pourquoi pas la sécurité de tradition ? Pourquoi la primauté de l’individu ? Certains et non des moindres sont pour la primauté du groupe (Chine , Russie, cultures africaines) Pourquoi pas la polygamie ? Pourquoi la mixité ? . Sur quoi repose votre système de valeur ? Sur l’habitude ? Sur l’enseignement que vous avez reçu ? Vous pourriez tout aussi bien adhérer à tout autre chose . Pensez vous que notre DDH est la fin de l’histoire ? L’idéal indépassable ? Accepté comme tel par tous ? Avec la laïcité en pierre d’angle ? C’est le Bien , fermez le ban ! Quelle blague ! Certains , maintenant majoritaires: Chine , Islam , Inde ont de toutes autres valeurs , qu’avez vous à leur répondre ? Laïcité ? Mais pour eux cela ne représente rien, c’est un void . La laïcité , c’est le roi nu.

      J'aime

    • Annick Danjou dit :

      Non Maxime je ne parle pas de vos articles, je parle des commentaires. Je me suis mal exprimée une fois de plus en répondant trop vite. Désolée

      J'aime

    • A Danjou, ah, d’accord! mais voyez, les commentaires sont libres. Hormis ce qui risque d’entraîner le « webmaster » (moi) chez M. le juge, il est heureux que chacun exprime ses sensibilités.
      MT

      J'aime

    • Annick Danjou dit :

      There je vais relire votre réponse et réfléchir. Je ne suis pas fermée aux autres avis bien au contraire mais j’avoue que c’est parfois difficile de s’exprimer en 2 ou 3 lignes. Merci d’avoir pris le temps de répondre.

      Aimé par 1 personne

    • Annick Danjou dit :

      Bien sûr Maxime et c’est pour cela que je viens vous lire ainsi que les commentaires .C’était juste une remarque et comme dit There un ressenti!

      J'aime

    • Annick Danjou, bonjour, en ce qui me concerne je ne me permettrai pas « d’attaquer » vos commentaires, je pense que je ne l’ai jamais fait quand j’ai commenté vos commentaires. J’ai le sentiment que notre époque n’a pas fini de parler de religion. Il me semble me souvenir qu’une fois ou deux Philippe Dubois a fait remarquer que la France aujourd’hui représente 1% de la population mondiale. Il y a deux milliards de musulmans dans le monde. Le Pakistan a la bombe atomique. Les pays du Moyen Orient producteurs de pétrole n’ont pas de bombes atomiques mais ils ont le pétrole comme arme de pression sur nous. Entrerons-nous en guerre avec eux ou pas? D’autres interventions militaires sont-elles en préparation? En France les chrétiens sont minoritaires dans les partis de gauche et de droite. Et parfois le fait d’être minoritaire « libère » » la parole. Nous n’avons plus rien à perdre à dire ce en quoi nous croyons. Il se pourrait donc que pour quelques temps encore les commentaires à connotation « religieuse » apparaissent ici et là dans la vie publique de notre pays.

      Je partage avec vous et avec qui voudra le lire le lien suivant:

      http://yallahcastel.fr/Blog/index.php?article530/tonneins-et-le-protestantisme

      J'aime

    • Annick Danjou dit :

      Merci Jfsadys pour votre message et merci pour ce lien très intéressant. Nous avons nous-mêmes des amis protestants avec lesquels nous avons beaucoup échangé.

      J'aime

  3. Freddie dit :

    Il est certain que les IEP, avec un enseignement tourné vers les science humaines et politiques, sont un terrain idéal pour les idées à la mode. Comme ça fait un bout de temps que j’ai quitté la fac (dans les années 80, et elle était ravagée par toutes les nuances du marxisme, mais j’ai réussi à passer entre les gouttes), je me demande ce que ça devient en ce moment dans les filières scientifiques. Est-ce que leur ancrage dans le concret bride un peu les délires ?

    J'aime

  4. Gribouille dit :

    « Désormais, les IEP tendent peu à peu à devenir les relais privilégiés de l’idéologie à la mode (indigénisme, décolonialisme, racialisme, islamisme, climatisme, genrisme, etc. ) »

    à part ce que vous appelez le climatisme, ces idéologies à la mode ont beaucoup à voir avec des minorités portées au pinacle.

    Or, le loup a commencé à entrer dans la bergerie par la décision de repentance des Sciences-Po ancienne manière, et l’arrivée d’une histoire de nature contestatrice au statut d’histoire officielle.

    (De ce point de vue, la situation est d’ailleurs différente des vagues communistes, etc, avec laquelle on la compare parfois, puisque l’impulsion vient aussi de l’Etat).

    Un polémiste comme Zemmour (lui aussi Science-Po ancienne manière, il est vrai) conteste cette repentance, et même si en tant que polémiste il dit les choses de manière expéditive, il me semble d’une part qu’il est certainement plus proche de la vérité que cette histoire repentante, et d’autre part qu’il a le mérite de préserver la possibilité d’un autre avis.

    Dans la mesure où non seulement la mode, dans les élites ancienne manière, a été de mélanger histoire et attitude moralisatrice, mais où en plus elles l’ont fait à charge contre leur propre pays, il ne faut pas s’étonner que les étudiants plus moyens évoluent comme ils le font actuellement.

    Dans d’autres pays la même cause a joué, aux Etats-Unis il y a eu de plus la question des afro-américains. Le mouvement BLM, basé sur des statistiques qui devraient elles aussi être ouvertes au débat rationnel, montre le potentiel d’émotion et de démagogie pouvant exister sur ces questions de rapport aux minorités.

    J'aime

    • there dit :

      @Gribouille « minorités portées au pinacle » intéressant biais d’analyse. Il est d’ailleurs tout à fait amusant de voir que l’on impose aux masses que l’on veut anesthésier « big is beautiful » avec la tolérance à l infinie en camisole (construction européenne, immigration exponentielle) alors que de fait seul l’agressif « small matters » est écouté (écologistes, islamistes, lgbt, antifas, liste non exhaustive) fermant les yeux sur leur intolérance congénitale. Il reste à déterminer quelle est la part de calcul chez nos élites, et leur taux de fascination pour la force .

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.