Sciences po ou l’arroseur arrosé

La démission de M. Mion, directeur de science po Paris, accusé d’avoir été informé des actes d’Olivier Duhamel soulève de redoutables questions. Quel rapport entre ce qui lui est reproché, qui est de nature morale et personnelle voire judiciaire (sans qu’il n’ait été semble-t-il condamné ni déféré devant la justice) et le déroulement de sa mission à la tête de l’institut? La vidéo de sa confession publique devant une étudiante qui le soumet à la question est absolument fascinante. Elle fait penser à l’époque des soviets ou des gardes rouges de Mao.  De fait la démission du directeur de science po est le fruit empoisonné d’une dérive dont il est l’un des derniers responsables. Depuis deux ou trois décennies, cet ancien fleuron de l’enseignement supérieur français a été subrepticement transformé en officine ou laboratoire de la nouvelle idéologie à connotation intolérante et totalitaire. Son mode d’enseignement et ses modalités de fonctionnement donnent la part belle aux piliers de cette nouvelle idéologie : table rase, discrimination positive, indigénisme, théorie du genre. Le sélectif concours d’entrée a été supprimé afin de laisser à l’école tout loisir pour recruter des étudiants selon des critères sociaux et politiques. Ce naufrage dans l’idéologie n’a rien de fortuit. Il sert à couvrir d’un voile ultra-bienpensant et conformiste les scandales (« Richie »), la mégalomanie (investissements immobiliers ruineux), la corruption (rapport de la cour des comptes), le clanisme ou « entre-soi », l’argent fou et les détournements de fonds publics par des salaires exorbitants. L’emprise de l’idéologie sur la vie de science po n’est rien d’autre que le masque d’un authentique pourrissement. Pour avoir poussé cette logique à son paroxysme, M. Mion, devenu le gibier de potence d’un procès de Moscou ou de Pékin, en paye le prix de sa carrière et de son honneur. Mais cela va beaucoup plus loin. La belle école de jadis qui cultivait l’excellence et la performance intellectuelle avec ses grands  professeurs talentueux et un mode de sélection à la fois sévère et juste, ravagée par la corruption et transformée en officine idéologique, n’est-elle pas à l’image de la France dite d’en haut dans son ensemble?

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

50 commentaires pour Sciences po ou l’arroseur arrosé

  1. Zonzon dit :

    LES MOTS

    Depuis la Libération la France pensante, mieux armée intellectuellement, a désigné la GAUCHE comme le camp du bien. On s’arc-bouta pour effacer dans la conscience du petit peuple que le fameux Chancelier était quelque chose dans le parti national socialiste des travailleurs allemands et que Benoît Mussolin fut le directeur de l’Avanti!.
    Il y eut mai 68, puis 81 et on gomma l’image de Mitterand petit bourgeois provincial arriviste. Puis arrivèrent les grandgourous, superbes et généreux, qui ancrèrent le mot du côté de l’émancipation salvatrice et universelle de l’humanité : Foucault, Deleuze, Bourdieu ….

    Une simple question de philologie.

    Entre temps, suite à des invitations lancées par des citoyens superbes et généreux, auxquelles on répondit avec chaleur, se constitua un noyau dur de population allogène – mais homogène – la plupart provenant de ce qu’on désigne habituellement comme l’Arabie heureuse.
    Contrairement à nous, gens évolués, ces nouveaux venus pratiquaient assidument leur religion. Ils étaient pauvres, la gauche les aima. Mais quand ils devinrent turbulents au-delà de l’acceptable ils furent désignés par leur croyance religieuse, voire par leur région d’origine.
    Et, pour ceux de gauche qui les aimaient malgré toutes leurs turpitudes, on créa le mot GAUCHISTE pour bien faire comprendre à la population autochtone hébétée qu’il y avait, du bon côté de l’éventail politique, des super-bons mais aussi quelques mauvais.

    Puis, les limites ayant été largement franchies, les bornes furent dépassées et l’on fut contraint d’utiliser dans la langue commune de nouveaux mots. Nos invités, MUSULMANS, furent ainsi désignés au motif qu’ils pratiquaient l’ISLAM.

    Et de la même façon que gauche donna gauchiste, islam donna ISLAMISTE et GAUCHISME donna ISLAMISME.

    Tout cela c’est du passé, et l’on est quelque peu penaud de rappeler cette sémantique ancienne . Un nouveau concept vient d’apparaître dans le discours : l’ISLAMO-GAUCHISME.

    Et c’est du lourd !

    Aimé par 1 personne

    • jfsadys dit :

      Et le mécanisme que vous décrivez zonzon permet de ne pas parler des sujets qui fâchent , de ne pas parler des conséquence des guerres d’Afghanistan,d’Irak, de Syrie, de Libye, du printemps arabe, du conflit israélo palestinien, du rejet grandissant du christianisme, du communisme, du socialisme,du capitalisme mondialisé etc…etc…

      J'aime

  2. Zonzon dit :

    Le derby Macron-Le Pen conduira à l’achèvement de la France.

    Aimé par 1 personne

  3. Zonzon dit :

    22 ! C’EST DEMAIN

    À l’Élysée on percute. On songe à instaurer le vote par anticipation. Avec une « machine ». Ils sont fascinés par les dernières élections US.
    Avec la finale Macron-Le Pen tant attendue et le triomphe des abstentionnistes cette innovation est-elle bien nécessaire ?

    J'aime

  4. Zonzon dit :

    Comme d’habitude les « deux Paroles de la soirée » d’hier furent prononcées par le minuscule Zemmour :
    « … ne pas respecter les frontières, c’est mortel … »
    « … L’UE, le cheval de Troie de la Mondialisation … »

    Pour le reste des gens de peu se demandèrent si tous ces déballages familiaux étaient bien honnêtes … que la déprogrammation à venir de Richard Berry sur FR3 n’était pas un signe que la télévision d’ État ne s’enfonçait pas toujours plus dans le conformisme destructeur de la Nation … que Dartigolles, avec qui on rigole, n’était pas excessif quand il déclare que les « Générations Identitaires » sentent mauvais ou que Benjamin Stora n’est pas un islamo gauchiste … et que les «apprenants» de l’Union Solidaires Étudiants détestent l’Occident.

    Moi, je trouve qu’ils ne le détesteront jamais assez, jusqu’à le quitter … hélas !

    Aimé par 1 personne

  5. badin26 dit :

    A la lecture de votre article et de vos reproches faits au système je ne peux m’empêcher de comparer – toutes choses égales par ailleurs – ce qui arrive à M. Mion et ce que la justice a fait subir à Mgr Barbarin. Ni l’un ni l’autre, me semble-t-il, n’était responsable de la situation qu’on leur a reprochée. Ils ont seulement eu le tort de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Pourtant la justice s’est acharnée sur Mgr Barbarin et voilà que la vindicte populaire s’acharne sur M.Mion. Cependant, ce dernier se trouve pris dans le système qu’il a contribué à mettre en place avec tous ses copains de la haute administration et de l’éducation nationale et pour tout dire, je suis assez satisfait de le voir en pâtir aujourd’hui. Peut-être qu’il verra les choses un peu différemment maintenant.
    Alors je ne vais pas pleurer sur le sort réservé à M. Mion que je ne connais pas et qui retrouvera une place intéressante jusqu’à sa retraite (si non au-delà). Ce qui n’est pas le cas de Mgr Barbarin!

    Aimé par 1 personne

  6. Ping : Sciences po ou l’arroseur arrosé Par Maxime Tandonnet – Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

  7. Coucou dit :

    Bonjour, hors sujet,

    Vers Rennes : récit de villageois persécutés par la gendarmerie à l’occasion de l’enterrement d’un homme ruîné par l’Etat

    12 février 2021 | Rubrique: Actualités, Faits divers, Insolite 4 213 vues

    L’écrivain Alexandre Jardin rend un témoignage atterrant sur les tragédies qu’entraînent les mesures abusives de la République et l’inhumanité de celle-ci (qu’elle transmet à son personnel) :
    « Récit d’un ami bouleversé, à l’instant.

    Vendredi dernier à côté de Rennes, dans un village, un homme a été enterré dans l’émotion générale. Maraîcher Bio, il ne parvenait plus à vendre à sa clientèle, son magasin fermée par l’État. Ruiné, il sentait son couple fragilisé.

    Il se pend.

    En sortant du cimetière, le maire fait ouvrir le café en face car il fait froid. Besoin général de fraternité. Les gens ont des masques. L’émotion est palpable.
    Six voitures de gendarmerie déboulent et parlent mal aux gens. Quelqu’un a dû dénoncer. Six véhicules en mission pour mater le village en désarroi.

    Choqué, l’élu demande un peu de tenue devant les enfants orphelins de père, vu les circonstances. Le gendarme aboie, traite sans déférence l’élu du peuple, fait prendre l’identité des citoyens présents. Tout sera envoyé au procureur. On traite les villageois en état de choc comme des gangsters, à la sortie d’un enterrement.

    Scène ordinaire extraordinaire dans un pays en perte de repères. Comme si le sacré n’existait plus. Comme si l’élu ne représentait plus le peuple. Comme si les valeurs de notre République ne comptaient plus.

    Mon ami termine son histoire la gorge serrée, ne sait pas quoi faire de sa colère. C’est son village.

    http://www.profession-gendarme.com/vers-rennes-recit-de-villageois-persecutes-par-la-gendarmerie-a-loccasion-de-lenterrement-dun-homme-ruine-par-letat/

    Aimé par 3 personnes

    • Anonyme dit :

      après cela, ,,,comment s » étonner que certains ne respecte plus notre police ?

      J'aime

    • Annick Danjou dit :

      C’est une honte! L’état doit rendre des comptes! Trop occupé à dissoudre génération identitaire !

      Aimé par 2 personnes

    • Madzi dit :

      Coucou, ne dites pas de mal de nos policiers et gendarmes, M.Tandonnet n’aime pas ça, et vous serez rapidement considéré comme trublion gauchisant sur ce blog. Autre chose, méfiez vous, sur le site / Profession Gendarme / ils en sont encore à se demander si la lune existe réellement et si ce serait pas un simple reflet de la terre dans le ciel….

      J'aime

    • Gil dit :

      Tuez les !

      J'aime

    • pabizou dit :

      @ Mazdi, bonjour . Je ne comprend pas pourquoi vous vous obstinez à venir sur ce site si les opinions que vous y rencontrez vous déplaisent . Vous ne cessez d’agresser pour un oui pour un non tout ce qui fait d’une société soit vivable à travers des forces de l’ordre qui font ce qu’elles peuvent dans des conditions très difficiles . Qu’il y ait des idiots, c’est évident, il y en a partout, vous en êtes la preuve vivante . Peut-être seraient ils plus efficaces et moins critiquables si la justice rouge faisait son travail et cessait d’agir en assistante sociale, ce qui n’est pas son rôle et si les gouvernants ne les utilisaient pas en leur faisant jouer une partition qui n’est pas la leur . Tant que la France sera un pays socialiste où les dirigeants auront peur du peuple et qui interdit l’auto défense et le port d’arme ils resteront la moins pire des solutions . Quand à vous considérer comme un trublion gauchissant, rassurez vous, il faut être idiot pour ne pas voir que vous êtes seulement troll sans intérêt .

      J'aime

    • ADB dit :

      Le problème, que ce soit avec la police ou la gendarmerie, c’est que s’il n’y a auxun doute qu’ils sont absolument nécessaires pour assurer la sécurité des citoyens, mais que par contre l’Etat exige d’eux d’obéir à n’importe quel ordre qu’IL leur donne, sans surtout ne jamais réfléchir si celui-ci est idiot, attentatoire à la Liberté, ou même totalement criminel ou parfaitement inhumain.

      C’est ainsi que même si je considère de mon devoir de respecter police et gendarmerie, je n’oublie pourtant jamais que ce sont des gendarmes français qui escortèrent mon grand-père de Drancy à la Gare de l’Est d’où il partit pour Auschwitz où il fut gazé dès son arrivée ….

      Aimé par 1 personne

  8. Coucou dit :

    Bonjour à vous tous,

    La complainte du partisan. Les Compagnons de la chanson,

    J'aime

  9. E Marquet dit :

    Jean de la Bruyère dans ses Caractères écrivait qu’ « A quelques uns l’arrogance tient lieu de grandeur, l’inhumanité de fermeté et la fourberie d’esprit ».
    Nous assistons à un retour de balancier dont les sociétés ont le secret. La longue période où tout semblait permis dans un certain milieu s’effondre.
    Les « autrices » de cet effondrement, nouvelles Junon ou Némésis, tout à leur vengeance, ne font pas de quartier. «#Metoo – # MetooIncest – #sciencesporcs » valent condamnation à mort avant tout jugement. Un excès en chasse un autre !
    En ce qui concerne Sces Po, des personnalités du monde politique ou de l’enseignement supérieur qui ne sont pas (encore) touchées s’empressent de dire haut et fort leur indignation face à ces révélations, se plaçant ostensiblement aux côtés des victimes. Tout le monde savait ? Personne ne savait ? Pas vu, pas pris ? Omerta de salon ?
    Pour le lambda, le spectacle est affligeant : Hypocrisie, duplicité, revanche, représailles.
    Une seule certitude : il y aura pléthore de concurrents pour la direction de cette École qui a déjà beaucoup perdu de son prestige.

    Aimé par 1 personne

  10. Catherine Billard Lerouge dit :

    Bonjour Maxime,
    Hier, Alexandre Kouchner était l’invité de Sonia Mabrouk. Il est présenté comme journaliste et professeur à Science Po. Je ne le connais que de nom parce qu’il est le fils de Bernard Kouchner et Christine Ockrent. Je veux bien admettre qu’il soit brillant. Il est un ancien élève de l’école, il a 34 ans. Est-ce le profil habituel des enseignants de cette école ? Est-ce « l’illustration » actuelle de la population élèves/enseignants ?

    J'aime

  11. Janus dit :

    L’état de Sciences po devrait nous faire penser aux réflexions des pères fondateurs, au lendemain de la catastrophe de la guerre franco-allemande de 1870 ou il était admis que la défaite avait d’abord des causes morales mais aussi intellectuelles. Il devait y être formés de jeunes gens de très haut niveau intellectuel, rompus aux idées de leur temps et apte à diriger l’administration et l’économie d’un pays qui avait pu apercevoir le gouffre qu’il y avait entre l’élite allemande et celle de la France de cette époque.
    Emile Boutmy doit se retourner et gémir de desespoir dans sa tombe ! Si le redressement (relatif) a eu lieu et permis d’affronter l’ennemi lors de la guerre franco-allemande de 1914, déjà en 1940 nos élites étaient à nouveau retombées dans leurs travers (Cf Marc Bloch L’étrange défaite) et aujourd’hui, c’est l’école elle-même qui déforme les jeunes esprits, ne les sélectionne plus sur les valeurs d’excellence et de travail, mais sur des critères qui devraient être ridiculisés par Juvenal ou Petrone ! C’est la trahison ultime, préparée par la gauche dont pourtant Boutmy était un représentant éminent.
    La France, par la volonté de ses dirigeants et par l’indifférence de ses citoyens (Si tant est que ce mot a encore un sens dans ce pays), est désormais un pays du tiers-monde, dirigé par des satrapes incultes, assoiffés de pouvoir, de lucre et de stupre, où les voyous et les imbéciles tiennent le haut du pavé…
    Ayant lu récemment le livre de David Engels, j’ai pu constater que sur la république romaine et l’empire à ses débuts, la quasi totalité de la bibliographie, abondante dans ce livre, est d’origine germanique ou anglo-saxonne. Il en est de même pour la bibliographie du livre de Sylvain Gouguenheim La gloire des grecs. C’est à cela que l’on peut mesurer de manière concrète l’effondrement intellectuel des français : Ils ne produisent plus rien dans le domaine de l’érudition et de la recherche.
    Sic transit
    Ce pays est foutu, mais nous jouirons sans entraves, pour le temps que ça durera !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.