Les dangers d’un éventuel troisième confinement

Le pouvoir politico-médical tâtonne. Un jour, il est question de « confinement serré », quelques heures après, d’un confinement sans fermeture des écoles… Les indicateurs chiffrés sur lesquels il se fonde au quotidien ne disent rien de l’essentiel: ce grondement sourd, dans les profondeurs du pays, que l’épaisseur des murs des palais dorés empêche d’écouter. De fait, un troisième confinement serait infiniment plus dangereux – explosif – que les précédents. Après le psychodrame des masques, la succession de deux confinements et déconfinements, plusieurs couvre-feu, à 20 puis à 18 heures, le pataquès des vaccins, par-delà tous les sondages truqués, la confiance populaire est brisée. Dans ses profondeurs, le pays pense que ses dirigeants ne savent pas où ils vont. Surtout, la peur, source de la soumission et de la servilité, a fortement reculé. L’an dernier, l’effet surprise de l’ inconnu a tétanisé la France. Mais les uns et les autres s’habituent à tout, y compris à la mort qui rode sur la planète. Le terreur du virus s’est estompée (à l’exception des personnes à risque) presque par habitude. Même les prédictions apocalyptiques assenées quotidiennement effrayent de moins en moins. Le courage, face à un risque faible ou mesuré ce qui le différencie de l’inconscience, est de nouveau dans l’air. Avec lui, le goût de la liberté est en train de renaître. Quand elle est présente, nul ne s’en aperçoit. mais quand elle est saccagée, martyrisée, sacrifiée, son absence fait mal; et avec le goût de la liberté, celui de la résistance. La France – comme ailleurs en Europe – est dangereusement déchirée, entre les anciens qui réclament toujours plus de protection et les jeunes jetés dans l’enfer du désœuvrement, de l’exclusion, souvent de la misère et la solitude, qui exigent désormais le droit de vivre. Cette déchirure  est porteuse de tous les dangers. La crise sanitaire et la succession des mesures restrictives a ressuscité la classe des parias. Les petits commerçants, les restaurateurs, les gens de la culture, du sports, des stations de ski, du tourisme, les étudiants dont la formation est dévastée, n’ont plus rien à perdre. Ruinés, accablés, méprisés, désespérés, privés, non pas seulement de leurs moyens de vivre, mais pire, de leur raison de vivre : combien sont-ils? Des dizaines de millions. Ils forment désormais un lumpenproletariat du covid-19 dont la détresse et le malheur constituent le carburant inflammable d’une révolte. Enfin, au total, l’absence de toute perspective, l’impression que le jeu des confinements et déconfinements, stérile, inefficace sur le long terme, peut durer encore des années, alimentent un désespoir collectif. Ce ne sera pas faute de l’avoir dit et d’avoir prévenu: la situation est explosive et il ne manque plus que l’étincelle.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

45 commentaires pour Les dangers d’un éventuel troisième confinement

  1. JEAN-LUC dit :

    Bonsoir Maxime, bonsoir à tous,

    Je serais moins tranché que vous sur l’opposition entre les jeunes générations sacrifiées et les anciens qui réclameraient plus de protection et de confinement.
    Étant septuagénaire, je commence à faire partie des anciens et ait toujours été anti confinement depuis le début.
    Je verrais plus une opposition entre ceux qui sont assurés de percevoir un revenu quoiqu’il arrive et ceux qui ont un revenu aléatoire dépendant de leur activité et des aides de l’Etat, qui peut être égal à zéro € dans certains cas, sûrement plus nombreux qu’on ne le croît.
    Chez les anciens, je pense qu’ils sont conscients des risques du désastre économique pour la société, leurs enfants et petits enfants, et de même pour la sslle, les caisses de retraites, le système de santé….
    Ayant un entourage qui a besoin de moi le plus longtemps possible, je ne réclame pas pour autant le confinement, mesure à laquelle on ne devrait recourir qu’en cas de très forte mortalité, aux prises par exemple avec un virus très dangereux comme Ebola pouvant causer des taux de mortalité supérieurs à 30%.
    Dans le cas présent la mortalité reste à peine supérieure à une grosse grippe entre 0,10 et 0,5 %.
    Et touchant une moyenne d’âge au-dessus de 80 ans associée souvent à d’autres pathologies.

    Le problème de l’Etat jacobin hyper centralisateur et bureaucratique, conseillé par des gens inaptes à la gestion d’urgence et à écarter:
    il s’est tiré une balle dans le pied en mettant out les 300000 médecins libéraux qui constituent le maillage des soins de proximité pour la population.
    La consigne étant restez chez vous sans soins et allez aux urgences quand c’est souvent déjà trop tard, sans passer par la case médecin de ville ou campagne.

    L’Etat incompétent à décrété avec ses conseillers pétris de conflits d’intérêts avec les labos:
    Nouvelle maladie = nouveau médicament et nouveau vaccin si possible, avec les labos en embuscade pour le jackpot.
    D’où la guerre qui a été déclarée à la chloroquine, avec son apogée dans le Lancet, (au moyen d’une étude bidonnée fournie par une micro société dirigée par une ex call girl), aux antibiotiques type Azitromycine, aux anti parasitaires type ivermectine, laquelle tente difficilement en ce moment de se faire connaître au Conseil d’Etat pour bénéficier d’une RTU.

    Allez savoir pourquoi, le remdesivir à 2000 € le traitement, a eu son RTU en urgence, promue par Y, N et K L…sans passer par les essais randomisés, acheté 1 milliard d’ € par l’Europe à Gilead, juste avant d’etre reconnu inutile et toxique par L’OMS, mais quand même distribué gratuitement dans les hôpitaux, accompagné d’une note de service du directeur de la santé.
    C’est bête on n’a pas eu le temps de prévenir les Européens…..avant la commande….

    Ces affaires remdesivir contre chloroquine mériteront quelques petites enquêtes….car des gens en sont morts….

    Toujours est-il que l’Etat, espérant un médicament ou vaccin miracle, s’est amputé de son bras armé, les médecins libéraux, qui avaient l’habitude et la compétence de prescrire les soins précoces en cas d’infection respiratoire, comme pour la grippe et les autres coronavirus.

    L’état a négligé toute politique de prévention, suivant en cela l’avis de l’inénarrable K L, restée dans le déni du rôle important de la vitamine D, non sans avoir auparavant nié l’existence des mutations du virus signalées par Raoult depuis le mois d’août.
    Il ne restait donc plus que l’hôpital, déjà en rupture, pour faire face à la pandémie avec les services d’urgences et de Réa.
    On connaît la suite, hôpitaux débordés et confinement pour éviter l’engorgement.

    Donc au lieu de confiner, il va falloir vivre avec le virus, il faut une politique sérieuse de soins préventifs, de soins précoces en cas de premiers symptômes et il y aura moins de monde dans les hôpitaux, dont on peut aussi augmenter les capacités d’accueil, au lieu continuer à supprimer des lits, tout en mettant à contribution le secteur privé.
    (Certains malades ayant été transférés à l’autre bout de la France pendant que la clinique d’en face avait des lits disponibles.)

    Quand le bateau coule on ne regarde pas si les bouées sont homologuées, avant de les jeter aux naufragés.
    Il faut SOIGNER avec les molécules à disposition au lieu de confiner et arrêter de prendre les médecins généralistes pour des billes.

    A signaler, le conseil de l’ordre des médecins qui se croit aussi obligé de jouer au petit soldat et exerce un rôle répressif envers ses adhèrent qui soignent.
    Le fait-il pour mieux se faire absoudre de sa gestion calamiteuse dénoncée par la cour des comptes en décembre 2019 ?

    Concernant les retards sur la vaccination, je serais moins critique car c’est inespéré d’obtenir un vaccin en moins de 12 mois, la production est forcément déficitaire par rapport aux besoins, on manque de recul sur les effets secondaires et les plus âgés sont pris pour des cobayes, vu qu’ils n’ont pas été intégrés dans les essais. Quant aux plus jeunes ce n’est pas une population à risques.
    Le vaccin n’est et ne sera pas la panacée ultime, on a vu qu’il n’a jamais éradiqué la grippe.
    Sous réserve qu’il ne favorise pas de nouveaux variants, le pire n’est jamais certain.

    Surtout. Ne pas tuer l’Economie, car ça fera plus de morts que le virus.

    Je suis entièrement d’accord avec les commentaires sur le démantèlement d’EDF qui n’a aucune justification et n’est pas médiatisé à sa juste importance.

    Il faut se positionner contre les ayatollahs écolos schizophrènes qui veulent des voitures électriques, des pompes à chaleur (électriques), des vélos électriques, des bus électriques ….en cassant nos moyens de production nucléaire ainsi que la filière gaz.
    C’est un scandale monumental, en sachant qu’on oblige EDF à vendre sa production à un tarif inférieur à son prix de revient à ses concurrents.

    Il faut dire stop à la casse industrielle en cours avec l’état complice et incompétent.
    En sachant qu’on vient de casser la filière diesel, fleuron de notre industrie automobile, ainsi que favoriser le démantèlement d’Alstom dans l’indifférence générale.

    En ce moment le tourisme est mort, les hôtels, cafés, restaurants, aussi, la culture également…..

    C’est la bérézina, il faut se ressaisir et vite, arrêter d’avoir peur, sortir la tête du confinement, avant qu’il ne soit trop tard.
    Sortir aussi de l’état d’urgence permanent et retrouver une vie démocratique.

    ,

    Aimé par 9 personnes

  2. Loïc Levert dit :

    Notre classe politique ne voulant pas assumer de responsabilité quant à la déliquescence de notre système de soins cherche à éviter l’engorgement des hôpitaux par tous les moyens et quoiqu’il en coûte. Seulement ce qu’il en coûte réellement ne se mesurera pas immédiatement et au delà des milliards engouffrés il faudra assumer l’explosion de la dette (c’est fait) la récession, le chômage de masse et l’inflation, qui conduiront à un scénario à la grecque avec réduction du nombre de fonctionnaires, démantèlement des services publics, réduction des salaires et des pensions de retraite. De méchants complotistes adeptes de la stratégie du choc iront jusqu’à vous dire que c’est souhaité par certains.

    Aimé par 2 personnes

  3. Koufra dit :

    Bonjour Maxime

    A l Aube d un troisième confinement, … je suis surpris par les priorités du gouvernement

    Visiblement… en pleine période de pandémie et de risque terroriste… sa priorité est la discrimination positive… pour les uns et négatives pour les autres et d’en financer la promotion en achetant les journalistes…

    https://www.leparisien.fr/economie/business/le-gouvernement-cree-un-index-de-la-diversite-pour-les-entreprises-26-01-2021-8421395.php?fbclid=IwAR2gfKxIbtk8eijGQNuoB-lZ6JviFCZbCn-OLkSt5c4Je_Pber4WNbJYVO0

    https://www.arretsurimages.net/articles/prime-europe-pour-des-journalistes-debat-a-france-teles

    Aimé par 1 personne

    • Annick Danjou dit :

      Koufra concernant la discrimination positive nous sommes saufs avec Arsène Lupin notre héros national que les jeunes s’arrachent et notre vedette oss117 qui devra avoir en mains les nouveaux téléphones pour la pub. Nous vivons un drôle de monde!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.