Lecture: Charles Martel, Georges Minois, Perrin 2020

Ecrire une biographie de Charles Martel est un exercice compliqué. L’image de ce dernier a été complètement défigurée par les exploitations idéologiques qui en ont été faites, et finalement, bannie dans l’éducation nationale. En outre, fort peu d’informations à son sujet sont parvenues jusqu’à nous. L’ambition de l’auteur, historien du Moyen-âge, est d’écrire une biographie impartiale, débarrassée des oripeaux idéologiques et passionnels qui entourent cette figure clé de l’histoire, le créateur d’une dynastie. La réussite est totale et nous permet de disposer d’un ouvrage passionnant sur un homme et son époque.

Charles ne s’est jamais appelé « Martel » de son temps. Ce surnom évoquant le guerrier écrasant ses ennemis, lui a été attribué un siècle plus tard.  Il est le descendant des Pépinides, une grande famille de l’Austrasie, la branche orientale du royaume franc, couvrant le nord-est de la France, l’actuelle Belgique, les Pays-Bas et une partie de l’Allemagne. Son père, Pépin d’Herstal, maire du palais (ou Premier ministre) des rois mérovingiens, régnait de fait sur l’Austrasie et la Neustrie, l’autre partie du royaume couvrant  le Nord de la France actuelle.

Charles – prénom jusqu’alors inexistant chez les Francs – a pris la succession de son père à l’issue d’un concours de circonstances. Enfant « bâtard », né de la seconde épouse de Pépin (plus ou moins officielle), en conflit aigu avec la première, il s’impose à la suite du décès de ses demi-frères. Personnage plutôt discret jusqu’à la trentaine, son prestige s’affirme à la suite d’une succession de brillants succès militaires destinés à maintenir l’unité du Royaume franc contre les Neustriens avides d’indépendance (victoire d’Amblève en 716), la soumission des entités vassales de ce Royaume, la Bourgogne, la Bavière, l’Aquitaine, ou à combattre les ennemis hors du Royaume qui le harcèlent (Frises, Saxons).

Charles est aussi un politique d’une grande habileté. Il pouvait, à tout moment renverser les derniers Mérovingiens, totalement écartés du pouvoir et privés de toute influence, et se faire proclamer roi à leur place. Pour éviter de susciter les jalousie et la discorde chez les « grands » qui le soutiennent, il choisit de préserver la fiction d’un royaume mérovingien, sous la légitimité duquel il exerce les pleins pouvoirs. Ses rapports avec les évêques sont ambigus: Charles se fait haïr par la confiscation des biens de l’Eglise mais il contribue à l’évangélisation à travers son soutien militaire aux moines chargés par le pape de porter la bonne parole (Saint Boniface).

Le siècle qui couvre les années 650 à 750, donc l’ensemble de son « règne de fait »,  est l’un des plus obscurs de l’histoire européenne. La culture, la connaissance, toute trace de civilisation en ont disparu, même si elles survivent dans certains monastères qui ont le monopole de l’écriture et de la lecture. Aucune création littéraire ou musicale voire même architecturale de cette époque ne nous est parvenue. Charles qui parle une langue germanique, est lui-même probablement analphabète comme les nobles francs de son temps pour qui la seule valeur importante est l’art de la guerre. Les assassinats, les massacres, les anéantissements de population ou réduction à l’esclavage, à la suite d’un siège, font partie de la vie courante. La christianisation de ce temps,  n’est qu’en surface et l’Evangile n’a guère d’influence sur la barbarie des mœurs politiques ou guerriers.

L’auteur s’attarde sur le fait d’armes le plus connu de Charles (dit Martel): sa victoire contre les Sarrazins au Nord de Poitiers en 732. Son ennemi, Abd al-Rahman, était dans la logique, non pas de simple razzia, mais de poursuite de l’expansion de l’islam après la conquête de l’Afrique du Nord et de l’Espagne. Ses cavaliers, alliées ponctuels des Basques, semaient la terreur dans l’Aquitaine, dévastant cette province qui était l’une des plus opulente des territoires relevant en principe du royaume. L’affrontement eut lieu à 20 km au Nord de Poitiers. Il opposait sur la route de Tours une dizaine de milliers de fantassins francs, sous l’autorité de Charles, allié à l’aquitain Eude, jusqu’alors l’un de ses plus redoutables adversaire, aux redoutables cavaliers d’Abd al-Rahman. La bataille, fait exceptionnel en ce temps, dure plusieurs jours. C’est la mort au combat de ce dernier qui provoque la débandade des Sarrazins. Les chroniques des historiens musulmans parlent d’une victoire des Européens, un signe divin emblématique qui pour la première fois, marque les limites de la conquête islamique. En revanche Charles, les Francs et les Aquitains, selon l’auteur, ne se plaçaient aucunement dans une optique de « guerre de civilisation » dont ils n’avaient guère conscience mais de résistance classique à un envahisseur qui menaçait le royaume.

Voici un livre passionnant, sur une des époques les plus troubles et les plus méconnues de notre histoire, le haut Moyen-âge, sur un personnage lui aussi méconnu mais dont le rôle fut absolument crucial dans l’histoire européenne, père de la dynastie des Carolingiens (son fils Pépin, dix ans après sa mort en 741, se fit couronner roi des Francs) et bien entendu, grand père de Charlemagne.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

41 commentaires pour Lecture: Charles Martel, Georges Minois, Perrin 2020

  1. Georges dit :

    D’après mes recherches ,car je suis une pointure paléontologique ,les premiers Africains étaient des blancs immigrés .Par mimétisme adaptatif ,leur peau devint noire et suite à un réchauffement climatique ces derniers émigrèrent vers des cieux plus rafraîchissants dont les premières installations furent découvertes ,par mes soins ,à Neuilly .Remimėtisme aidant v’la t’y pas qu’ils s’éclaircirent à nouveau .Quel rapport avec le marteau de Charlotte la déplorable (pour les Sarrasins s’entend) ??? Mais le bidulisme historique pardi,ahhh faut tout vous expliquer bande de cancres.

    J'aime

  2. Citoyen dit :

     » Il reste que « Charles » a mis un terme à la progression des Sarrasins, et à l’expansion de l’Islam. Idéologie, récupération ou pas, il l’a fait lui.  »
    Et je reprends le commentaire de Pheldge, qui me convient parfaitement … Pour ajouter que c’est un clone de ce Charles dont le pays a besoin aujourd’hui, pour reprendre le travail où il l’avait laissé et le mener à terme, vu que depuis, le mal qu’il avait dû combattre a insidieusement repris des forces, comme un virus que l’on a pas pris soin d’éradiquer suffisamment en temps utile …

    Aimé par 1 personne

  3. Georges dit :

    A entendre ces fayots universalistes ,les conquêtes et autres razzia musulmanes (ottomanes et arabes) n’étaient qu’échanges culturels du style « auberge espagnole » à la sauce Erasmus.

    J'aime

  4. Jacqueline Aberlin dit :

    Merci, cher Maxime Tandonnet, pour ce conseil de lecture , moi qui adore l’histoire, je vais me régaler…!

    J'aime

  5. Ping : Lecture : Charles Martel, de Georges Minois. Chez Perrin Editeur. Le conseil de Maxime Tandonnet ! |

  6. Mary Preud'homme dit :

    Je partage l’avis de Phedge.
    Charles chef des Francs (prénom auquel fut ajouté plus tard le qualificatif de Martel, en raison de sa dextérité à manier le marteau) fut bien celui à qui revient cette victoire décisive sur les Sarrazins envahisseurs de notre pays, un certain 26 octobre 732, peu importe le lieu Poitiers ou à 25 km plus au Nord. Même si les propagandistes d’une gauche haineuse, collaboratrice, revancharde et falsificatrice de l’histoire de notre pays s’acharnent à nier tous les repères et valeurs qui ont fondé notre civilisation et pour qui nos ancêtres ont versé leur sang afin de nous laisser un héritage intact, qu’il nous appartient de conserver, de défendre et non de détruire par toutes sortes de basses manœuvres, servilités, abaissements et déshonneur.

    Aimé par 2 personnes

  7. geneadrey dit :

    bonsoir, merci encore pour cet article et tous les autres, tous super-intéressants et instructifs. Deux remarques marginales : à propos de l’Austrasie, on nous avait proposé il y a quelques années de choisir, parmi plusieurs noms proposés, celui du regroupement Alsace+Lorraine+Champagne-Ardennes, qui est devenue Grand Est ; parmi les propositions figurait Nouvelle Austrasie ; cette dernière dénomination a été nettement écartée. Une autre de ces grandes régions a bien choisi « Nouvelle Aquitaine » (c’est chez vous, il me semble).
    Une deuxième remarque, à propos de Georges Minois : « Les origines du mal. Une histoire du péché originel, Fayard, 2002 », que j’ai lu avec beaucoup d’intérêt, se lit « comme un roman ».

    J'aime

    • CYRIL VAILLY dit :

      « Nouvelle Aquitaine »
      Une belle idiotie pour rester poli. Un grand machin qui va de Hendaye à Aubusson. Quasiment six heures de route. Génial pour les réunions.

      Aimé par 1 personne

    • Pheldge dit :

      c’est un regroupement sur mesure pour permettre de camoufler les dettes colossales laissées par l’ex de Flamby, la Ségolène ci-devant ex-Reine du Poitou …

      Aimé par 1 personne

    • Pheldge dit :

      il faut dire que « Austrasie » phonétiquement, ça rappelle « ostracisme », ce qui n’est pas très convenable de nos jours … et vue la culture générale et la propagande officielle distillée par l’EdNat, ce rapprochement aurait été quasi automatique. Prudence oblige.

      J'aime

    • CYRIL VAILLY dit :

      Pheldge
      Georges Frêche, alors président de la région, avait essayé de donner ce nom d’Austrasie au Languedoc-Roussillon.

      J'aime

    • Pheldge dit :

      Georges Frêche était un homme cultivé … Il affirmait « Des gens intelligents, il y en a 5 à 6 %, il y en a 3 % avec moi et 3 % contre, je change rien du tout. Donc je fais campagne auprès des cons et là je ramasse des voix en masse. ». Alors, à ses électeurs, il aurait pu faire accepter l’Austrafrique …

      J'aime

    • xc dit :

      @CYRIL VAILLY 19 janvier 2021 à 11:00
      J’ai peut-être manqué quelque chose, mais c’était plutôt « Septimanie ».

      J'aime

  8. Coucou dit :

    Bonsoir à vous tous,

    Vague décoloniale à l’université : «Un virus made in USA a déferlé sur l’Europe» 15 janv. 2021, 18:17

    Soixante-seize universitaires lancent un «Observatoire du décolonialisme et des idéologies identitaires» pour dénoncer l’influence de ces mouvements dans l’enseignement supérieur. Eclairage avec le professeur de droit public Anne-Marie Le Pourhiet. Le 14 janvier, 76 professeurs et chercheurs en université ont lancé un appel dans Le Point pour «mettre un terme à l’embrigadement de la recherche et de la transmission des savoirs» causé, selon eux, par la «vague identitaire sans précédent au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche».

    «Un mouvement militant entend y imposer une critique radicale des sociétés démocratiques, au nom d’un prétendu « décolonialisme » et d’une « intersectionnalité » qui croit combattre les inégalités en assignant chaque personne à des identités de « race » et de religion, de sexe et de « genre »», écrivent les universitaires. En riposte, ils ont en parallèle décidé de créer un «Observatoire du décolonialisme et des idéologies identitaires», en poussant les enseignants du supérieur à se mobiliser.

    En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/82778-vague-decoloniale-universite-virus-made-usa-deferle-europe

    Aimé par 1 personne

    • Zonzon dit :

      Cher Coucou,

      Vous me coupez l’herbe sous le pied.
      Figurez-vous ma surprise hier au soir ouvrant mon Athélé de découvrir, jactante, une certaine dame Véronique Taquin … coordinatrice d’un machin s’intitulant « observatoire du colonialisme et des idéologies identitaires » !

      C’était quasiment la fin de son temps de péroraison. Mais quand même j’ai pu en capter de bien belles, je ne les ai pas retenues toutes.
      Beethoven d’abord … un chien … à cause de Coriolan … il faudra que je revisionne … la dernière fois que j’ai vu c’était il y a 40 ans à l’English National Opera.
      Il aurait, parait-il « ciblé les indigents » ?
      Dans la foulée on me médit de Verdi et de Molière je ne sais plus pourquoi.
      On cita Vidal-Naquet, un vague souvenir de mes années 60 … c’était pas ma tasse de thé.

      Et puis on rentra dans le dur : La colonie … les vainqueurs sont des blancs … je suis devenu tout rouge !

      La colonie, le colonialisme mais c’est la pire chose qui nous est arrivée … c’est simple : on va en crever !

      On leur a inculqué le goût de venir, de nous envahir.

      Ces gens de cet « observatoire » seraient des « universitaires ». On savait que ce n’était plus grand chose mais là on est soufflé !

      Aimé par 1 personne

    • Pheldge dit :

      lisez donc ce réjouissant article de Goldnadel :
      https://www.lefigaro.fr/vox/societe/goldnadel-la-comptabilite-ethnique-malseante-d-ibrahim-maalouf-20210104
      « Je ne sache pas en effet que chez les joueurs de oud ou de darbouka, de Beyrouth en Alger, un quota minimum de blancs soit exigé »

      Aimé par 1 personne

  9. Coucou dit :

    Bonsoir à vous tous, vidéo,

    La bataille de Poitiers (732) – Charles Martel met fin aux razzias musulmanes – Bing video

    Au cœur de l’Histoire: La bataille de Poitiers (Franck Ferrand) – Bing video

    J'aime

  10. lehibou dit :

    @ Olivier Seutet & Pheldge: merci pour vos judicieux commentaires, et un grand merci à vous, Mr Tandonnet: vous faites un travail remarquable et vos choix livresques offrent toujours un très grand intérêt. C’est très important de contrer les islamolâtres de tout poil.

    Voici les commentaires de deux d’entre eux qui partagent une même passion pour l’islam:
    HITLER:
     » Si Charles Martel avait été battu, la face du monde aurait été changée. Puisque le monde était condamné à l’influence judaïque (et son sous-produit, le christianisme, est une chose tellement insipide !), il aurait mieux valu que l’islam triomphe ».
    MÉLANCHON:
     » Si l’on avait pu s’épargner les siècles d’obscurantisme que nous a valu la mainmise de l’Eglise sur l’Occident chrétien, si on avait pu, nous, gagner l’apport des civilisations arabes, arabo-andalouses … »
    (émission Répliques sur France-Culture).

    Une autre perle du même acabit se trouve dans l’annexe 1 du livre de Sylvain Gouguenheim: Aristote au Mont Saint-Michel – les racines grecques de l’Europe chrétienne » # Le Seuil, collection l’univers historique:
    L’amie d’Himmler et « Le soleil d’Allah ».
    Dans cet ouvrage, l’intellectuelle nazie Sigrid Hunke défend la thèse d’un Islam civilisateur, pionnier, au génie exceptionnel, auquel l’Occident devrait tout, philosophie, mathématiques, science expérimentale, tolérance religieuse, etc.

    Et en Espagne, des gauchistes prétendent que leur pays aurait connu un meilleur destin si les Arabo-musulmans y étaient restés au pouvoir.

    Aimé par 1 personne

    • cgn002 dit :

      Belles trouvailles !
      Gigantesques et effrayantes par leur monstruosité,… et par leur voisinage spatial et temporel.
      Merci

      J'aime

    • lehibou dit :

      A propos des suppôts de l’islam, j’ai oublié une « prise de position » tout aussi significatve.
      En octobre 1989, à propos des foulards islamiques, Lionel Jospin, alors ministre de l’Éducation Nationale, répliqua ceci à la journaliste Elisabeth Schemia qui l’interrogeait sur l’intrusion dudit foulard islamique sur la scène politique française: « Et qu’est-ce que vous voulez que ça me fasse que la France s’islamise? »
      D’une certaine manière, cette position-là est presque plus grave que celle clairement en faveur de l’islam, qu’on peut combattre à partir d’arguments dûment étayés, et sur lesquels je ne m’attarderai pas ici, car ce serait trop long.
      En réalité, Jospin est un pur bobo vivrensembliste ridicule à l’extrême. Sa « logique » relève de la pure paresse intellectuelle car pour lui tout se vaut, tout s’équivaut: la théocratie chariatique et la démocratie s’originant dans la Grèce antique (le demos), c’est kif kif bourricot.
      Et comme nous parlons ici du foulard comme étendard de l’islam, donc de pied de nez à la laïcité, Jospin devrait savoir que le concept de laïcité existe déjà dans la Bible, dans Matthieu 22, verset 21:
      Alors Jésus leur dit:
      – Payez donc à l’empereur ce qui lui appartient, et payez à Dieu ce qui lui appartient.
      _________________________________________________________________________
      Chahdortt Djavann*: Bas les voiles! #poche Folio.
      *Romancière née en Iran. Vit à Paris.
      Son livre commence ainsi:
       » J’ai porté dix ans le voile. C’était le voile ou la mort. Je sais de quoi je parle ».
      3 citations du livre:
      * Le voile est l’emblème du système islamiste, car c’est autour du voile qu’une société islamiste peut se créer.
      * Le voile, c’est l’étoile jaune de la condition féminine.
      * Le voile est le drapeau de l’oumma.

      Aimé par 1 personne

    • Pheldge dit :

      Rien de surprenant de la part d’un trotskiste, franc-maçon qui plus est …

      J'aime

    • Coucou dit :

      Bonjour LeHibou, « Alors Jésus leur dit:
      – Payez donc à l’empereur ce qui lui appartient, et payez à Dieu ce qui lui appartient.»
      Plus juste.
      Matthieu 22
      …20Il leur demanda: De qui sont cette effigie et cette inscription? 21De César, lui répondirent-ils. Alors il leur dit: Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. 22Etonnés de ce qu’ils entendaient, ils le quittèrent, et s’en allèrent.

      J'aime

  11. Dorine dit :

    Merci Mr Tandonnet de donner envie de lire Charles Martel. J’avais lu Charlemagne de Jean Favier qui était très intéressant, mais le personnage ne m’accrochait pas vraiment et j’avais l’impression qu’il n’était pas particulièrement sympathique à l’auteur. Pourtant, les pépinides ont ouvert l’horizon vers la féodalité, qui pour l’époque était un système constructif et stabilisateur, malgré le traité de Verdun.
    En ce qui concerne le coup d’arrêt aux sarrazins, je rappelle que c’est lors d’une succession problématique que certains espagnols ont fait appel à l’Afrique du Nord pour conquérir une place prise par un autre .Les sarrazins sont remontés jusqu’en Septimanie et le sud ouest de la France où ils sont restés quelques temps. Après avoir été refoulés de Poitiers.
    Je ne peux m’empêcher de faire la comparaison avec notre époque où nous avons fait venir africains et magrébins pour venir faire le sale travail chez nous. Je suis effarée de voir en ce moment les travaux pour la fibre : ce sont exclusivement des noirs et des musulmans de la banlieue parisienne ( à cinq heures de chez eux) qui sont envoyés tirer les câbles sous le soleil de l’été ou la pluie, dans le gel hivernal avec finalement des crevasses aux doigts….Devant ma maison, ils avaient du mal à tirer les fibres dans le froid. Je leur ai offert du café et j’avais une galette des rois que je leur ai donné à partager entre eux. Tout musulmans qu’ils étaient, ils m’ont remercié chaudement. Je ne sais qui aura tiré la fève !…..

    Aimé par 1 personne

    • Pheldge dit :

      Il faut arrêter avec les clichés simplistes et culpabilisateurs : nous avons fait venir des Maghrébins et Africains, parce qu’il manquait de la main d’oeuvre non qualifiée à notre pays alors en pleine expansion. Les dirigeants de ces pays, ont d’ailleurs été trop heureux de l’opportunité.

      J'aime

  12. Annick Danjou dit :

    Nous attendons un nouveau Charles mais il va avoir du pain sur la planche!!!

    Aimé par 1 personne

  13. E Marquet dit :

    J’ai souvenir de l’article d’un agrégé d’histoire. L’image tronquée de l’Islam médiéval, dans les manuels scolaires, le laissait rêveur. En 2000 par exemple, le Bulletin officiel de l’Education Nationale expliquait à propos de la bataille de Poitiers : « sur le terrain aujourd’hui, aucun lieu de bataille n’a été retrouvé. Jamais Charles Martel n’a arrêté à Poitiers une invasion de barbares venant du Sud…Il ne s’agissait pas bien sûr de hordes de barbares, mais des avant gardes d’une civilisation qui était en train de se développer ».

    J'aime

    • cgn002 dit :

      Comme chacun sait, la razzia s’inscrit totalement dans les comportements vertueux d’une civilisation développée !

      J'aime

  14. Gribouille dit :

    « En revanche Charles, les Francs et les Aquitains, selon l’auteur, ne se plaçaient aucunement dans une optique de « guerre de civilisation » dont ils n’avaient guère conscience mais de résistance classique à un envahisseur qui menaçait le royaume. »

    Oui, enfin on peut penser que, tout aussi classiquement, il ne lui serait pas venu à l’idée de laisser ensuite ces ex-envahisseurs s’installer dans le royaume, en leur donnant qui plus est une influence équivalente au droit de vote…

    Aimé par 2 personnes

    • cgn002 dit :

      La methode était la même.
      Je m’installe ni vu ni connu sur votre territoire, je gonfle les proportions en ma faveur, et j’attends mes frères armés pour légitimer ma présence…

      J'aime

    • Gribouille dit :

      « Charles – prénom jusqu’alors inexistant chez les Francs – a pris la succession de son père à l’issue d’un concours de circonstances. »

      Pour les amateurs de précision en histoire, notons d’ailleurs qu’il serait tout à fait anachronique d’attribuer à Charles Martel les premiers projets de création de l’ENA, qui, tout maire du Palais qu’il soit, n’était nullement présente à sa conscience.

      On sait que ces projets finirent par se concrétiser, mais un peu plus tard dans l’histoire de France, et sous un autre Charles (de Gaulle, au mitan du dur XXe siècle).

      J'aime

    • Pheldge dit :

      c’est d’ailleurs un maire gaulois, un certain Michel, connu pour porter les culottes par paires, ce qui lui valut le surnom de Michel deux braies, qui a mis en oeuvre l’idée de Charles de Gaulle.

      J'aime

  15. Anonyme dit :

    BON,,,ce Charles ,arrêta les Arabes a Poitiers,, ,n’oublions pas que l  » Espagne a aussi souffert de c » est Arabe, d « ou la légende du Cid ,a Valencia ,,en ce moment ,qui va sauver l  » Europe dont la France de c » est Islamique fanatique ? pour sourire dans cette époque troubler ,la,, Marine sur le cheval blanc,,,,et OUI Michel43

    J'aime

    • Georges dit :

      Les berbères y participèrent allègrement et reconquirent Al Andalus avant de se soumettre aux conquérants arabes qui les dominent encore actuellement .Et oui le colonialisme arabe n’est jamais ėvoquē.

      J'aime

  16. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Cet ouvrage, à vous lire, semble d’une veine identique au « Charlemagne » du même auteur qui m’a régalé. Vous l’aviez chaudement recommandé et effectivement, je n’ai pas été déçu. On a peine à imaginer, en 2021, dans quel abîme était tombé l’Europe lors de cette période extrêmement méconnue et tellement galvaudée.
    Cet ouvrage tombe à pic en ces temps troublés que nous vivons. Fort heureusement, mes enfants sont sortis de la fabrique à crétin qu’est devenu le Mamouth. S’il y a bien une institution dont je n’attends plus rien, c’est bien celle-ci. Si je devais faire un parallèle pessimiste, je dirai que nous vivons la fin de l’empire romain. Perspective pas très encourageante, j’en conviens mais dont les événements actuels illustrent parfaitement. À ce sujet, il semble que des députés de ka République en Masque aient déposé un projet de loi visant à instaurer le vote par correspondance dont on vient de voir les effets positifs aux USA où aucune manipulation a eu lieu.

    Bon dimanche

    Aimé par 2 personnes

  17. Olivier Seutet dit :

    Dans l’histoire mondiale de la France, Patrick Boucheron c’était fait l’artisan de la déconstruction de l’histoire. Particulièrement flagrant pour la bataille de Poitiers ramenée à une escarmouche entre des francs ridicules (« des barons assis sur d’énormes baudets ») et des musulmans au bout d’une épopée glorieuse.
    Il est bon qu’un véritable historien rétablisse les faits et disqualifie des imposteurs uniquement soucieux d’une idéologie aux petits soins pour les musulmans.

    Aimé par 2 personnes

    • Dorine dit :

      Effectivement, j’avais été étonnée qu’on réduise la bataille de Poitiers à une escarmouche. Je ne me souvenais plus de qui ça venait. En effaçant toute culture à l’école, On peut se permettre de tout transformer . De moins en moins de monde peut s’opposer aux fake news. C’est ainsi que j’ai entendu H. Védrine ou Luc Ferry raconter n’importe quoi sur des sujets qu’ils ne connaissent pas, mais sortir des bêtises avec aplomb pensant que que les français sont des ignares.

      Aimé par 1 personne

  18. Pheldge dit :

    Il reste que « Charles » a mis un terme à la progression des Sarrasins, et à l’expansion de l’Islam. Idéologie, récupération ou pas, il l’a fait lui.

    Aimé par 5 personnes

  19. Ping : Lecture: Charles Martel, Georges Minois, Perrin 2020 | Qui m'aime me suive...

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.