« J’ai volé trop loin dans l’avenir »

Hier, dans le cadre de recherches historiques, j’ai rencontré un ancien professeur d’histoire géographie, âgé de 92 ans, en parfaite santé, forme physique et intellectuelle. Sa mémoire remonte aux années 1930 et bien sûr, à la deuxième guerre mondiale.  » La tragédie actuelle n’a aucun équivalent dans l’histoire contemporaine, je n’ai jamais rien connu d’aussi effroyable », me dit-il à la fin de notre entretien. Surpris, je lui ai répondu: « Quand même les années 1930, les régimes totalitaires, le péril hitlérien, la guerre mondiale, l’anéantissement ». Certes, ajoutait-il, « mais alors, il restait quelque chose, des croyances, une intelligence collective, une vie de l’esprit, une foi dans la culture et la solidarité qui rendaient possible un renouveau même au plus profond des ténèbres. Aujourd’hui, plus rien, les valeurs, la connaissance, l’intelligence, l’envie d’exister, la fierté d’être nous-mêmes, une nation, une culture et de vouloir continuer, le socle même de la civilisation se désintègrent à vue d’œil. Nous basculons dans une forme de barbarie nihiliste, sans dieu, sans patrie, sans culture, sans pays, sans courage, sans dignité. Que donnera-t-elle? Les années 1930 et 1940 furent épouvantables, mais l’humanité s’en est remise. Ce qui nous attend, au plus profond du chaos nihiliste, est probablement pire. » En l’écoutant, je songeais à Zarathoustra, « J’ai volé trop loin dans l’avenir: un frisson d’horreur m’a assailli. »

Maxime TANDONNET

 

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

122 commentaires pour « J’ai volé trop loin dans l’avenir »

  1. Ping : « J’ai volé trop loin dans l’avenir » – La vérité est ailleurs

  2. Ping : « La tragédie actuelle n’a aucun équivalent dans l’histoire contemporaine, je n’ai jamais rien connu d’aussi effroyable…les années 1930, les régimes totalitaires, le péril hitlérien, la guerre mondiale, l’anéantissement…Certes, mais

  3. Annwn dit :

    Ne jamais désespérer !
    On dirait que nous approchons d’une période spirituelle. Il y a dans l’histoire un certain nombre de périodes analogues, où l’âme, obéissant à des lois inconnues, remonte pour ainsi dire, à la surface de l’humanité et manifeste plus directement son existence et sa puissance. Cette existence et cette puissance se révèlent de mille manières inattendues et diverses. Il semble qu’en ces moments l’humanité ait été sur le point de soulever un peu le lourd fardeau de la matière.
    Ainsi, découvrirons-nous, entre autres, la réalité sur ce fameux personnage Zarathoustra, appelé également Zoroastre.
    Blog : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/

    J'aime

    • cgn002 dit :

      On y trouve de la matière, certes.
      (excellente citation de De Gaulle entre autres, etc)
      Mais aussi du discutable…et des longueurs…

      J'aime

  4. Zonzon dit :

    @ Maxime Tandonnet @ Coucou

    Certes la désespérance est grande. Mais tout de même un petit bout de flammèche subsiste dans nos cœurs. Orwell, Houellebecq, …. bien sûr ! Ils nous ont avertis.
    Tout va dépendre des 15 mois qui viennent.
    Si nous ne faisons pas là ce que nous devons accomplir alors nous nous coucherons, laissant à «d’autres» un bien qu’ils ne méritent pas et qu’ils saccageront.
    Quoi d’autre !

    Aimé par 1 personne

  5. artofuss dit :

    A reblogué ceci sur MEMORABILIA.

    J'aime

  6. Coucou dit :

    Bonjour à vous tous,

    Quand les départements incitent à accueillir des mineurs étrangers isolés chez soi
    Immigration
    Par Hadrien Brachet

    Publié le 15/01/2021 à 7:00

    Le conseil départemental du Puy-de-Dôme propose à des habitants d’accueillir des mineurs étrangers isolés. Si le département assure que l’initiative vise à diversifier l’offre d’hébergement, le dispositif interroge sur les capacités réelles des départements à accueillir cette population.

    Pas de doute, pour le département du Puy-de-Dôme, il s’agit d’un dispositif « innovant ». Depuis 2019, le conseil départemental propose à des habitants volontaires d’accueillir à leur domicile des mineurs étrangers isolés. Si l’initiative paraît séduisante pour leur intégration, le recours de plus en plus fréquent des départements à des tiers bénévoles rend souvent leur suivi plus délicat. Et rappelle que certaines collectivités peinent à répondre à l’afflux de ces mineurs.

    https://www.marianne.net/societe/quand-les-departements-incitent-a-accueillir-des-mineurs-etrangers-isoles-chez-soi

    J'aime

  7. cgn002 dit :

    La régulation par le marché ne pouvait donner que ce même résultat.
    Si l’état s’est effacé au bénéfice de la course à la finance sans contrepoids, on ne pouvait rien obtenir d’autre.
    Un néo libéralisme malsain (speculatif) s’est substitué à un sain capitalisme régulé et humain.
    L’enfer de la puissance de l’argent dans les mains d’une oligarchie victorieuse pour elle même et destructrice de l’humain…qu’elle finira par soumettre…avec la complicité et la lâcheté des états.
    Retour à la prédation originelle…

    Aimé par 1 personne

  8. Freddie dit :

    Tous les gens de l’âge de ce professeur souffrent énormément. La France qu’ils ont connue disparaît et ils ont l’impression d’être expulsés. Ils terminent leur vie avec l’impression, cruelle à l’âge où on aimerait se dire qu’on va laisser une trace, que tout ce qu’ils étaient va sombrer avec eux. Ça, c’est pour les intellos. Les moins intellos souffrent énormément de l’immigration, qui leur donne le même sentiment de ne pas pouvoir se survivre. Le pire, c’est quand les familles les marquent, impuissants, en EHPAD en région parisienne où le personnel qui s’occupe d’eux est justement issu de l’immigration. Ça donne des « bonnes ambiances » surtout quand les premiers troubles cognitifs font sauter les inhibitions et que les résidents disent ce qu’ils pensent. Ce n’est drôle ni pour eux ni pour le personnel. Français, si vous tenez absolument à mettre cette génération en EHPAD, mettez là en province ! Arrêtez le sadisme !

    Aimé par 1 personne

  9. Coucou dit :

    Bonjour à vous tous,

    VOIX ET IMAGES, VOLUME XLII, NUMÉRO 1 (124), AUTOMNE 2016ROMANLa fin du monde, la fin d’un monde+ + +CHING SELAOUniversité du Vermont (États-Unis)

    La fin du monde semble être un sujet particulièrement inspirant ces temps-ci. Après Soumission de Michel Houellebecq1, dont la sortie coïncidait avec les attaques du 7janvier 2015 contre Charlie Hebdo, et 2084. La fin du monde de Boualem Sansal2, publié quelques mois avant les attentats terroristes du 13novembre 2015 à Paris, Catherine Mavrikakis nous offre aujourd’hui Oscar de Profundis3 —un «roman apo-calyptique», annonce la quatrième de couverture. Dans Soumission, Houellebecq prédit que la fin de la France aura lieu en 2022, lors de l’élection d’un membre de la Fraternité musulmane à la tête de l’État français, et Sansal, dans son roman inspiré de 1984 de George Orwell, nous met en garde contre l’islamisation de la planète prévue pour 2084. Oscar de Produndis situe également l’apocalypse vers la fin du xxiesiècle, mais propose par ailleurs une critique virulente de la mondialisation et du capita-lisme sauvage. En effet, à la différence de ses contemporains dont les livres ont tous deux connu un énorme succès, Catherine Mavrikakis ne fait pas, à travers son roman d’anticipation, le procès d’une religion, en l’occurrence musulmane, mais plutôt le procès d’un sentiment généralisé: l’indifférence. Oscar de Profundis suscite ainsi, en même temps qu’un réel plaisir de lecture, une sorte de malaise puisque nous sommes tous et toutes un peu coupables de «laisser la vie aller» (13), de laisser se produire, dans «la plus grande indifférence» (15), le génocide éventuel des pauvres au profit des nantis.
    Le roman est dédié «[a]ux passants», c’est-à-dire aux lecteurs que nous sommes, banlieusards en devenir, et le premier chapitre s’ouvre sur une citation de Charley Patton: «Everyday seems like murder here.» (9) «Here», c’est le centre-ville de Montréal, déserté de ses habitants et où ne vit désormais qu’une seule «race» (42), celle de la «sous-humanité» (14), désignée par divers noms: les «gueux» (12), les «sous-hommes» (13), les «poux humains» (13), les «bêtes traquées» (14), les «parasites» (14 et 50), les «mendiants vermineux» (19), «la racaille» (19 et 41), «la gueusaille parasite» (51), les «pouilleux» (51), les «damnés de la terre» (58 et 200), les «parias en voie d’extinction»

    (107).1Michel Houellebecq, Soumission, Paris, Flammarion, 2015, 300 p.2Boualem Sansal, 2084. La fin du monde, Paris, Gallimard, 2015, 273 p.3Catherine Mavrikakis, Oscar de Profundis, Montréal, Héliotrope, 2016, 324 p.

    Cliquer pour accéder à 1038593ar.pdf

    Aimé par 1 personne

    • Coucou dit :

      Complément,

      Fin du monde ou fin d’un monde ? Nathalie Sarthou-lajuS

      21 décembre 2012. De nombreux ouvrages de fic-tion ésotérique1 retiennent cette date comme un jour où devraient se produire des événements cata-clysmiques. Les signes annonciateurs du dernier jour ne manquent pas pour une imagination avide d’assister au spec-tacle d’une fin réellement possible du monde. Le sentiment exacerbé de crises multiples (économique, sociale, écologique) est sans doute propice aux discours catastrophistes qui dominent notre époque.La peur de la fin du monde n’est certes pas nouvelle. Mais dans l’univers religieux judéo-chrétien, elle demeure indissociable de l’espérance d’une libération. La fin du monde dans le sens de l’Apocalypse signifie la Révélation, le triomphe avec Dieu de la vie éternelle. Aujourd’hui, nous croyons à des apocalypses sans révélation et sans espérance de rédemption, car sans Dieu. L’angoisse d’une catastrophe définitive hante les esprits et tend à se substituer à l’exigence du progrès et au désir de transformer le monde. Comment en sommes-nous arrivés là ? Et que recouvre cette attente de fin du monde fon-cièrement ambivalente, où se mêlent effroi devant la fin ultime et rage (auto)destructrice ?. Le plus célèbre étant Le symbole perdu, dernier volume de la trilogie de Dan Brown, (Lattès, 2009).2. Après la fin du monde, critique de la raison apoca-lyptique, (Seuil, 2012).

      file:///C:/Users/damie/AppData/Local/Temp/ETU_4176_0580.pdf

      Aimé par 2 personnes

    • cgn002 dit :

      On parle beaucoup d’effondrement, effectivement.
      La question à se poser, n’est elle pas que nous portons en nous même cette angoisse qui provient des tensions (originelles) entre le bien et le mal ?
      Le mal (ces réflexes qui nous tirent vers le bas), nous le sentons bien, est toujours possible, il suffit de renier (ou négliger) le bien (les valeurs qui nous tirent vers le haut).
      Voilà bien des décennies que les valeurs sont dites ringardes, ou « has been » etc : le courage, l’honnêteté, la dignité, la morale, le respect, l’humilité, la générosité, la solidarité (consentie), etc etc
      La mécanique est enclenchée, elle sera infernale. Et les fauteurs le pressentent très bien, …ils se préparent à quitter le navire, …en ignorant que nous n’avons qu’un seul bateau,…
      Sommes nous trop nombreux sur notre frêle embarcation ? …
      Reste t il un équipage ou un capitaine pour mettre de l’ordre ?…
      Dieu ne nous aidera pas…notre cerveau nous trompe … la providence a été une illusion possible avec mère nature (incroyablement généreuse, pendant des millions d’années maintenant); aujourd’hui, cette illusion doit laisser la place à un réalisme salvateur.
      Nous disparaitrons par le seul fait de notre croyance en la providence (notre irresponsabilité atavique).

      J'aime

    • Coucou dit :

      Complément, liens !

      Fin du monde ou fin d’un monde ?
      Nathalie Sarthou-Lajus
      Dans Études 2012/12 (Tome 417), pages 580 à 582

      https://www.cairn.info/revue-etudes-2012-12-page-580.htm

      J'aime

  10. Annick Danjou dit :

    there sur 13 janvier 2021 à 22:51
    @anonyme excusez cette question mais pourquoi diable un athée convaincu se soucie t il du futur ?

    Voilà un bon sujet de philosophie au bac s’il existe encore.

    Et à vous There pourquoi faudrait-il être croyant pour s’inquiéter du futur? Vous posez là une drôle de question qui m’interroge énormément.
    Faut-il donc interdire aux athées de penser? Remarquez avec ce qui se passe actuellement c’est une nouvelle bataille qui s’annonce.

    Aimé par 1 personne

    • there dit :

      @Annick Loin de moi l’envie d’interdire de penser c’est l’inverse, comment une question posée pourrait-elle être une interdiction à y répondre ? Ne vous méprenez pas cette question est très sérieuse et pas du tout insultante. Un jour j’ai été secoué par une question . Dans une contrée lointaine ou le malheur était tombé, un de ses artisans m’a demandé « pourquoi es tu poli ? tu n’en as pas besoin »

      J'aime

    • cgn002 dit :

      Avons nous besoin d’un dieu pour nous projeter dans l’avenir ?
      Oui si la pensée se trouve en dehors de notre corps. Ce que l’humanite à toujours pensé, à tort…
      La pensée résidant dans notre organe cérébral, en réalité, nous avons maintenant besoin de nous aider de notre cerveau.
      Un grand pas reste à effectuer. La majorité de l’humanité en est bien incapable.
      Et notre monde moderne n’a jamais été autant attiré par la magie. Goût de la fiction, ecrans et jeux obligent.
      Un nouveau moyen âge se dessine, avec sa nouvelle féodalité, ses sorciers (ses croyances dogmatiques) et ses sujets soumis.
      Le parfait modèle du sultanat.

      J'aime

    • there dit :

      @cgn002 « à tort » vous posez là un jugement de valeur et fort arbitraire (sans aucune forme d’étai) (faux et mauvais) . Je suis croyant et je peux tout à fait envisager que quelqu’un de le soit pas et par ailleurs l’idée que le monde soit sans sens et sans entité créatrice -personnalité connue par la police sous le nom de dieu- est une hypothèse tout à fait recevable. Ma question n’est pas une attaque, je veux juste comprendre le sens pour un athée. C’est une question personnelle et non philosophique, je reconnais bien qu’elle ait autant de réponses que de personnes. « la pensée résidant dans notre organe cérébral » : les sciences sont en train de trouver que oui mais par que (des êtres sans cerveaux développent des stratégies), à tel point que les scientifiques parlent de deuxième cerveau , il est à ce titre amusant de constater qu esprit et tripes sont des anagrammes. Religion et magie: la nôtre et sa religion mère le judaïsme l’ont en détestation frontale. Certains français croient avoir fait une grande avancée en posant les postulats : dieu n’existe pas. et en disant que c’est bon. Les gens qui appartiennent à ce mouvement de pensée pensent dur comme fer détenir la vérité. Ne croyez vous pas que cela soit problématique ?

      J'aime

    • cgn002 dit :

      Ma tolérance envers les croyants est totale, tout comme je comprends parfaitement le pari de pascal.
      Je m’attache uniquement aux comportements humains qui en découlent, avec bonheur ou pas.
      Je m’attache aussi à la sincérité des principes moraux acquis (par coeur, bien assimilés ou complètement intégrés) et serai donc méfiant sur les appartenances religieuses lorsqu’elles servent de paravent…ou d’organe de domination…
      Par ailleurs, Dieu disposera d’autant de définitions que vous avez de personnes…
      Le problème vient du dogme (imposé à tous) voulu par telle ou telle religion.
      Et si vous réfléchissez bien, en cherchant ce qui relie malgré tout, tous les hommes, depuis tous les temps et pour toujours, vous trouverez des points communs (universels) intangibles qui ne se rapportent qu’à ce que nous sommes (devenus) et à l’univers (du moment) dans lequel nous Évoluons, avec toutes ses lois inchangeantes dont nous ne sommes pas prêts d’avoir accès, donc lois mystérieuses sans être dogmatiquement à l’image de notre minuscule cerveau (…et tellement mystérieux aussi, pour le moment).
      Le coeur de la question ne se trouve pas uniquement dans l’aspect matériel du monde et dans ses lois immuables :
      La question du dieu créateur, donc.
      Il reste à savoir si l’apparition de tout ce qui se rapporte à la composante « logicielle » (immatérielle) du monde (l’ADN, le cerveau et tout ce qu’on lui prête, l’informatique classique ou IA, etc) sont des conséquences de cet univers, où alors s’il existe un logiciel préalable (un dieu qui tire les ficelles à l’image de notre cerveau).
      A mon avis, notre humilité s’impose avant tout dogme.
      L’intuition n’est pas interdite, bien au contraire, mais provient elle totalement de nous même ou pas ?
      Un bon fil conducteur pour nos méditations… ! mystiques ou scientifiques…

      Aimé par 1 personne

    • Annick Danjou dit :

      There merci pour votre réponse et en fait mon mari à qui j’ai lu mon commentaire m’a dit que votre question était sensée et que je l’avais mal interprétée. Comme quoi parfois il est difficile de dialoguer par écrit ! Bonne journée.

      Aimé par 1 personne

  11. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, bonjour à tous,

    Je viens de lire avec attention tous les commentaires. Cette personne de 92 ans à parfaitement raison. Et les commentaires sont très intéressants ; Mais il y a une chose que vous tous à priori passionnés par l’histoire devez voir. Des Mérovingiens jusqu’à nos jours et à toutes les époques, la France comme tous les autres pays sont passés par des apogées et des déclins. Il y a eu des hommes et des femmes qui ont porté à son apogée des empires, des dynasties, des nations et les successeurs bien souvent avides de pouvoirs, les ont précipité dans le déclin. Et depuis 40 ans les successeurs nous précipitent vers ce déclin. Ce déclin va se poursuivre encore quelques décennies, car l’humanité à la fâcheuse habitude de ne pas tenir compte de l’histoire. Nous tous ici, sur ce blog, nous ne connaitrons pas ce rebond vers l’apogée. Ce sont les événements qui font les grands hommes et les grandes femmes. Aujourd’hui nous sommes face à une génération de politicards sans envergure, sans conviction se prenant pour des êtres supérieurs, trop intelligents, trop subtils, arrogants et pensant détenir la vérité suprême. Ils croient être les hommes providentiels. Les mêmes qui dans l’histoire ont précipité leur empire, leur dynastie, leur nation dans le déclin. La société occidentale est aujourd’hui dans le déclin. La domination du monde va changer de camp, notamment géographiquement. Ce XXIème siècle sera le siècle, de l’arnaque, du mensonge, de la crétinisation, des conflits de succession de pouvoirs, pour avoir tous les pouvoirs et asservir le peuple. Regardez, en plein COVID nos politicards d’opérette se battent, s’écharpent, et pensent déjà à mai 2022.Des scientifiques avides de gloire et de reconnaissance imposent leur totalitarisme. Le peuple n’est pas et ne sera pas leur préoccupation. Ils sont avides de pouvoirs et vont précipiter encore plus la nation vers son déclin. L’homme providentiel n’a jamais existé, n’existe pas et n’existera jamais, ce sont les événements qui font les grands hommes.
    Ceux qui paient l’addition sont toujours les mêmes, jusqu’au jour où nos petits-enfants ou arrières petits-enfants diront stop et là un homme ou une femme face à des événements terribles sortira de la masse et portera le flambeau vers un apogée. Comme cela c’est déjà passé moult fois dans l’histoire.

    Aimé par 5 personnes

    • Philippe, un grand sujet de réflexion, l’histoire cyclique ou linéaire.
      MT

      Aimé par 3 personnes

    • Dorine dit :

      Mr Tandonnet, Philippe a raison. L’Histoire a une partie cyclique. pour la bonne raison que la nature humaine reste la même. Si elle réagit au contexte culturel et environnemental dont elle est imprégnée, ses ressorts se trouvent dans les profondeurs de l’Homme.
      Si vous lisez la Bible, vous y retrouvez toute la nature humaine depuis des millénaires avec ses faiblesses et ses beautés, sa violence et sa compassion.

      Aimé par 6 personnes

    • Dorine, c’est un point de vue que je partage.
      MT

      Aimé par 3 personnes

    • cgn002 dit :

      La civilisation n’évolue pas linéairement comme un seul et même personnage, mais plutôt comme une dynastie avec ses créateurs et ses héritiers dilapideurs, pour finalement se prolonger avec un regard tourné vers son passé, sans capacité de se reconstruire !
      Quoique jusqu’à maintenant les civilisations renaissent de leur déclin, après de longues périodes de transition, mais avec de nouveaux chromosomes (et généralement de nouveaux acquis)
      Il est évident qu’avec la perte de toutes les valeurs et de tout sens d’objectif vital (ou fils conducteurs), pertinemment cités dans ce billet, la suite ne saurait aller dans le sens d’un progrès civilisationnel, mais plutôt chaotique pour ne pas dire paroxysmique.
      Et pourtant depuis au moins 2000 ans, l’homme a parfaitement ressenti et exprimé (par moult formes) quelles étaient les tares originelles qui le tiraient vers le bas, cad vers ses origines « archaiques « , essentiellement peu désirables….
      A mon avis, le monde moderne après son avènement enthousiasmant et euphorique, a laissé place à une existence (materielle) trop facile et donc inadaptée à notre nature humaine véritable et profonde tournée vers l’effort, ainsi que le progrès personnel et social.
      La civilisation du loisir (et donc de l’asistante)

      J'aime

    • cgn002 dit :

      La civilisation n’évolue pas linéairement comme un seul et même personnage, mais plutôt comme une dynastie avec ses créateurs et ses héritiers dilapideurs, pour finalement se prolonger avec un regard tourné vers son passé, sans capacité de se reconstruire !
      Quoique jusqu’à maintenant les civilisations renaissent de leur déclin, après de longues périodes de transition, mais avec de nouveaux chromosomes (et généralement de nouveaux acquis)
      Il est évident qu’avec la perte de toutes les valeurs et de tout sens d’objectif vital (ou fils conducteurs), pertinemment cités dans ce billet, la suite ne saurait aller dans le sens d’un progrès civilisationnel, mais plutôt chaotique pour ne pas dire paroxysmique.
      Et pourtant depuis au moins 2000 ans, l’homme a parfaitement ressenti et exprimé (par moult formes) quelles étaient les tares originelles qui le tiraient vers le bas, cad vers ses origines « archaiques « , essentiellement peu désirables….
      A mon avis, le monde moderne après son avènement enthousiasmant et euphorique, a laissé place à une existence (materielle) trop facile et donc inadaptée à notre nature humaine véritable et profonde tournée vers l’effort, ainsi que le progrès personnel et social.
      La civilisation du loisir (et donc de l’asistante)

      J'aime

    • cgn002 dit :

      et donc de l’assistanat) ne saurait aller dans le sens de l’humain.

      Aimé par 1 personne

  12. lehibou dit :

    @Liber 13 janvier 2001 à 12:36
    Merci de nous recommander le livre de Sylvain Gouguenheim « Le Moyen-Âge en questions », # Tallandier, 2019, 410 pages. Je me le procurerai dès que possible.

    J’ai lu de Gouguenheim « Aristote au Mont saint-Michel – Les racines grecques de l’Europe chrétienne » # Le Seuil, collection L’univers historique , 280 pages. C’est un ouvrage remarquable qui, lors de sa parution en 2008, a suscité l’ire de moult universitaires à travers l’Europe, des dhimmis préférant défendre l’islam à n’importe quel prix, car la vérité historique leur fait monter la moutarde au nez. Leur arrogance et leur esprit totalitaire les avaient même poussés à lancer une pétiton contre le méchant Gouguenheim, comme quoi le ridicule ne tue pas.

    Aimé par 3 personnes

  13. Martin dit :

    Nietzsche écrit aussi: « nous ne sommes pas des tards-venus ». A méditer!

    J'aime

    • Madzi dit :

      Coluche a dit aussi :“Quand on s’endort avec le cul qui gratte, on se réveille avec les doigts qui puent.”
      A méditer !

      J'aime

    • cgn002 dit :

      Nous ne pouvons pas faire abstraction de nos origines animales…donc l’homme n’est pas une création spontanée, et bien au contraire le « fruit » d’une très longue et très lente évolution, certes accélérée par l’apparition du cortex (miraculeuse au demeurant !).
      Est ce la le message de Nietzsche? !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.