Le tirage au sort aggrave plus qu’il ne résout la crise de démocratie (pour Figaro Vox)

Le recours au tirage au sort, destiné à désigner des citoyens chargés d’une mission d’intérêt public, est entré dans les habitudes du « nouveau monde ». Comme l’avait annoncé le président de la République le 24 novembre, 35 Français vont être tirés au sort pour former un « collectif de citoyens », « représentant tous les territoires », chargé de « se prononcer sur la stratégie vaccinale en France ». Cette initiative fait suite à « la Convention citoyenne sur le climat », composée de 150 citoyens, sélectionnés au hasard pour «représenter pleinement la société dans toute sa diversité et sa vitalité » qui a récemment rendu ses propositions.

Ce recours au tirage au sort à des fins de représentation politique représente une innovation majeure dans les sociétés modernes. Elle renvoie de toute évidence à une image traditionnelle dans l’antiquité grecque et plus particulièrement la cité athénienne où les places de magistrats ou les fonctions dirigeantes pouvaient être attribuées par tirage au sort. « C’est pourquoi il est nécessaire d’utiliser l’égalité du tirage au sort pour éviter l’hostilité du grand nombre, en demandant quant à nous à la divinité et à la bonne fortune, dans ce cas aussi, de redresser le sort dans le sens de la plus haute justice » écrit Platon dans les Lois (livre VI).

Ce grand bond en arrière dans le temps de 2500 ans constitue un camouflet pour la démocratie au sens actuel du terme : la loi du suffrage universel et la règle de la prédominance de la majorité, face à laquelle la minorité accepte de s’incliner, autrement dit, le principe de la « volonté générale » défini par Jean-Jacques Rousseau. Il balaye la célèbre maxime de Winston Churchill selon laquelle « la démocratie est le pire des systèmes à l’exception de tous les autres ».

Le choix du tirage au sort, désormais entré dans les mœurs, semble entériner le constat de la crise de la démocratie. L’Assemblée nationale, creuset de la démocratie libérale française depuis la Révolution de 1789, socle de la République depuis 1871, en tant qu’incarnation de la nation élue au suffrage universel, se réduit désormais pour l’essentiel à n’être qu’une chambre d’enregistrement voire une annexe du pouvoir élyséen depuis l’alignement du mandat des parlementaires sur celui du chef de l’Etat. Quant à la démocratie directe, les gouvernements s’en méfient comme de la peste depuis la victoire du « non » au référendum sur la Constitution européenne en 2005.

Le recours au tirage au sort, comme ersatz de démocratie, est révélateur de l’évolution de la société française. Il enterre la notion de peuple, entité collective en charge de définir son destin par le vote populaire. Il lui substitue un assemblage de citoyens non élus, mais désignés par le hasard, donc ne représentant qu’eux-mêmes. Il traduit ainsi, sur le plan de la vie publique, l’hyper-individualisme et le repli narcissique d’une société. Comme le souligne Platon, il donne des gages au nivellement par l’égalitarisme : face au sort, tout le monde est sur un pied d’égalité. En affaiblissant la notion de volonté générale et de majorité, il conforte la tentation autocratique : le prince n’a en face de lui qu’un aéropage d’individus isolés et non un peuple ou une nation.

La faiblesse de ce mode de désignation est son absence intrinsèque de toute légitimité ou de justification dans le monde moderne. Dans la Grèce antique, le recours au tirage au sort se fondait sur la croyance dans la toute-puissance des divinités : à travers l’apparence du hasard, comme le rappelle Platon, les dieux de la cité choisissaient les meilleurs. Dans des sociétés politiques privées de dieux ou d’un Dieu, le recours au hasard n’a aucun sens. Les citoyens, ainsi désignés par le sort, échappent à la règle fondamentale du mérite consacrée par la déclaration de 1789. Leur sélection n’est donc que le fruit du néant. Le tirage au sort ne récompense pas l’intelligence, ni le talent, ni la compétence. Ce mode de désignation est celui d’une société nihiliste. Il aggrave plus qu’il ne résout la crise de démocratie et se présente comme une opération de communication destinée à couvrir la tragédie et les échecs d’une époque.

Maxime TANDONNET

(Photo du Kleroterion, instrument destiné au tirage au sort à Athènes)

 

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

91 commentaires pour Le tirage au sort aggrave plus qu’il ne résout la crise de démocratie (pour Figaro Vox)

  1. Annick Danjou dit :

    Nous n’avons pas fini de souffrir!!!
    Présidentielle 2022: comment les réseaux Taubira s’organisent pour préparer sa candidature

    J'aime

  2. Eric dit :

    Bonsoir et désolé, rien à voir avec votre article, mais Buzyn recasée à l’OMS c’est trop !
    Jusqu’où le « Nouveau Monde » va-t-il oser aller ?
    Dans les célèbres « Tontons flingueurs », Audiard fait dire à Ventura : « les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait ». J’en viens à me demander si il ne faudrait pas aujourd’hui inverser le propos en « les cons ça accepte tout. ». Jusqu’où nos dirigeants devront-ils aller dans le mépris du bon peuple dont ils font preuve pour que nous sortions dans la rue pour les virer ?
    Le fait que nous n’ayons plus ni de fourches ni de pics dans nos sociétés urbanisées leur laisse-t-il penser qu’ils peuvent tout se permettre.
    Après Moscovici à la Cour des Comptes, Goulard à la Banque de France, Bayrou au Plan et tant d’autres, nous sommes de plus en plus dans un régime oligarchique.
    Les amis du pouvoir n’ont pas besoin de « traverser la rue pour trouver un job », on leur sert un gros fromage sur un plateau.
    Assez !
    Eric

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.