La faillite du jupiterisme

« Ca doit changer vite et fort! » Bien sûr. Mais qui prétend diriger? Qui est responsable? Le début de 2021 est marqué par une nouvelle débâcle nationale sur les vaccinations contre le covid 19: une vertigineuse crise de méfiance (60% des Français ne veulent pas se faire vacciner faute de confiance en la parole publique) et la France une fois de plus au dernier rang du nombre des vaccinations réalisées. Depuis un an, les fiascos français s’enchaînent: l’effarant désastre des masques, des tests virologiques, du nombre de lits en réanimation, l’avalanche des mesures aussi arbitraires, absurdes que liberticides et destructrices de la confiance, un authentique ravage de l’économie française (dette publique, assistanat, prélèvements, chômage, désindustrialisation), persécution avérée des « petits », restaurateurs, commerçants, gens du spectacle. A quoi fallait-il s’attendre pour les vaccins? Tout ceci est le résultat d’un système, d’une mentalité: le jupiterisme, ou le mirage de « l‘être providentiel » dont la fuite éperdue dans la logorrhée quotidienne ou l’ivresse vaniteuse, sans autre dessein que de se perpétuer, est supposée recouvrir d’un éclat éblouissant la désintégration profonde d’un pays, de son administration, de sa justice, son éducation, sa société civile. Le principe du nouveau monde est  relativement simple: le niveau de gesticulation médiatique exactement proportionnel à celui de la décomposition du système. L’autocratie détruit le sens de la responsabilité et de la sanction: après une telle avalanche continue de calamités, il est invraisemblable que  les mêmes détenteurs de l’autorité soient toujours là à pérorer et à narguer sur les écrans de télévision les victimes de ce désastre, c’est-à-dire les Français. Mais il y a pire: quand on explique cela  à des surdiplômés (sc po, X, ou hec), ils répondent invariablement, d’un air effaré: « Mais depuis 1958, avec notre demi-dieu élyséen, n’avons-nous la meilleure république au monde? » Nous ne sommes plus en 1958 et de Gaulle n’a rien à voir là-dedans! La catastrophe est là, sous nos yeux, le désastre d’une classe dirigeante, d’un système politique, d’un état d’esprit, d’un régime et de ses hommes, des hommes et de leur régime, mais ils ne veulent pas la voir. L’aveuglement: fléau suprême. Ou, comme disait l’autre, « la bêtise de l’intelligence ».

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

140 commentaires pour La faillite du jupiterisme

  1. deres dit :

    Le régime actuel est en fait très différent de celui de De Gaulle en 1958 …
    A l’époque, le président nommait un premier ministre qui désignait un gouvernement avec lequel il travaillait directement. A l’heure actuelle, ce système s’est alourdi de manière exponentielle. En plus de la croissance du nombre de ministre et secrétaire d’état, il y a la croissance de la taille des cabinets associés dont une grande partie des collaborateurs gèrent la carrière politique de leur chef au lieu de faire du travail utile aux français. Pire, les cabinets du président et du premier ministre ont augmentés jusqu’à devenir des doublons du gouvernement. Un même sujet est maintenant traité en parallèle et généralement en compétitions par trois entités qui ne perdent pas une occasion de se tirer dans les pattes. Et encore, cette croissance des cabinets se fait en plus en parallèle avec la floraison de Haute Autorité et autres comité Théodule permettant de sous-traiter des responsabilités et du travail à l’extérieur du gouvernement.

    On se retrouve donc aujourd’hui avec un gouvernement obèse de plusieurs milliers de membres dont l’inefficacité est patente.

    Aimé par 1 personne

  2. fraternel dit :

    bonjour à toutes et à tous
    le pire dans tout çà c’est qu’ils ont nié leurs erreurs et estiment avoir fait le boulot.
    Arrogance et orgueil voilà les maitres mots sans compter l’incompétence de ce gouvernement de branquignols.
    sans compter aussi tous ceux qui sur les plateaux télé n’ont eu de cesse à fustiger tout autre moyen pour lutter contre le coronavirus.
    et sans compter que nous sommes gouvernés par un président dont l’égo est surdimensionné.
    bref! notre société part en vrille notre économie est exangue et ne parlons pas de notre système de santé qui depuis des années fait l’objet d’attaques systématiques de la part de ceux technocrates qui ne pensent qu’à détruire l’hopital public.
    j’ai entendu Jean ROTTNER fustiger la camapgne de vaccination.
    Ou était t’il quand les élus de THANN et d’ALTKIRCH ont manifestés contre la suppression des maternités?
    Rien pas un mot! alors un peu de modestie ne lui ferait pas de mal

    J’aime

  3. Pierre-Jean dit :

    Je n’ai jamais pu « blairer » Macron. On ne m’ôtera pas de l’idée qu’un freluquet qui n’jamais quitté les jupes de sa prof (j’écris « prof » et non « professeur » car ce titre se mérite) de français lui tenant lieu de maman de substitution depuis l’âge de quinze ans, qui n’a pas été foutu en plus de faire son service militaire (le freluquet est suffisamment âgé pour avoir été en âge de le faire avant sa suppression par Chirac), qui a en plus la cuistrerie de se comparer à Jupiter, n’ a en aucune façon les qualités requises pour devenir Président de la République.

    J’aime

    • Pheldge dit :

      Un chef , pour être obéi, doit inspirer le respect. Et organiser des sauteries LGBT pour célébrer le nouvel an, qui plus est à Versailles, ne me semble pas être le meilleur moyen d’y arriver !

      J’aime

    • jpmjpmjpm dit :

      Le problème c’est que l’on a des institutions qui ont permis et même favorisé son élection comme président. L’excellence à droite comme à gauche du personnel politique pour se faire hara-kiri, digne des meilleurs samouraïs, a aussi bien œuvré.

      J’aime

    • cgn002 dit :

      Les « qualités » requises sont toutes autres : machiavélisme, art de la manipulation par l’usage des mots, goût du pouvoir, etc
      Si comme si un esprit dictateur venait à prendre les rennes d’une démocratie…
      Et la 5eme république le permet, avec l’appui de médias en solide soutien.

      J’aime

  4. cgn002 dit :

    En ce moment sur la 3, un parallèle troublant entre le règne de Néron et « celui » de Macron.
    Tres instructif…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.