Le vrai sens du Brexit

La satisfaction générale sur l’accord entérinant le Brexit est de deux ordres, contradictoires: les uns se félicitent car la sortie de la « perfide Albion » ouvrirait la voie au fédéralisme rêvé; les autres jubilent, voyant dans ce geste la première étape d’une désintégration générale. Les deux se trompent, par défaut de vision et de recul. L’Europe sans le Royaume-Uni est une effarante aberration historique: l’Angleterre est au centre de la civilisation européenne, par l’Habeas corpus, l’invention de la démocratie libérale, son rôle déterminant pris dans la victoire des démocraties contre le nazisme. La France et l’Angleterre sont deux nations soeurs. Le départ du Royaume-Uni annonce une Europe sous domination allemande, continentale, bureaucratique, privée  du grand large atlantique. Mais par ailleurs, l’unité des nations européennes ayant en commun un patrimoine historique, la civilisation grecque et latine, les racines chrétiennes, les notions de liberté et de démocratie, est vitale face aux défis titanesques et vertigineux de l’avenir: la puissance chinoise, indienne, la démographie africaine (4 milliards à la fin du siècle), les phénomènes migratoires qui n’en sont qu’au début, la poussée islamiste dans le monde, les enjeux scientifiques et technologiques. La faute criminelle des milieux dirigeants européens, depuis un demi siècle, est d’avoir voulu faire l’Europe contre ses peuples et ses nations selon une logique verticale, méprisante et obtuse de règlements et directives ou choix bureaucratiques, du type quotas d’immigration imposés, les éoliennes ou le démantèlement des services publics, à la source d’un profond rejet. Il faudra tout reprendre, rebâtir l’unité de l’Europe face aux grands défis du XXIe siècle, évidemment avec le Royaume-Uni et sans doute la Russie, sur la base de la volonté de ses peuples et du respect de son histoire et des piliers de sa civilisation grecque et latine, chrétienne, libérale et démocratique. Et si la lumière ne vient pas, si nous ne comprenons pas enfin cela (mais en sommes nous capables?), nous aurons disparu, anéantis, avant la fin du XXI siècle.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

37 commentaires pour Le vrai sens du Brexit

  1. Gribouille dit :

    « La faute criminelle des milieux dirigeants européens, depuis un demi siècle, est d’avoir voulu faire l’Europe contre ses peuples et ses nations selon une logique verticale, méprisante et obtuse de règlements et directives ou choix bureaucratiques, du type quotas d’immigration imposés, les éoliennes ou le démantèlement des services publics, à la source d’un profond rejet. »

    De bien bonnes paroles, qui n’engagent pas à grand chose, et surtout pas à mettre un terme à ces orientations politiques.
    On se demande bien, par exemple, quelle mouche a pu piquer ces « milieux dirigeants européens », puisque le démantèlement des services publics est ce que les milieux dirigeants français veulent faire depuis un bon bout de temps, et que vous réclamez vous-même à cor et à cri, au nom de la réduction des dépenses publiques (remplacées, mais on ne le dit ni ne le compte, par des dépenses privées…).

    Peut-être certains de ces membres des milieux dirigeants européens croient-ils réellement qu’il faut « faire l’Europe » ? On ne peut tout à fait l’exclure, pas plus qu’on ne peut exclure qu’ils pensent sincèrement qu’on pourrait réduire l’immigration en développant l’Afrique…

    J’observe, en tout cas, que l’insupportable Macron est une synthèse parfaite des deux tendances décrites dans cet article de Gauchet, bien avant son apparition dans la vie publique :

    https://www.lepoint.fr/societe/marcel-gauchet-comment-nous-sommes-passes-du-mecontentement-a-une-franche-detestation-de-soi-13-01-2011-129511_23.php#

    J'aime

  2. Georges dit :

    Angleterre,maison mère du paradis fiscal british .Les succursales anglo-normandes ,Gibraltar ou celles d’Outre mer ont enfin une structure légale .

    J'aime

  3. Georges dit :

    PABIZOU ,vous avez entièrement raison .La CEE est une planque au sens argotique du terme ,un Trade Market qui considère les citoyens comme de vulgaires consommateurs

    J'aime

  4. Zonzon dit :

    « Si « faute criminelle des milieux dirigeants européens » il y a, dans la construction de cette UE dominée par l’Allemagne, voulue par les Américains, souhaitons que le Brexit permette une fois de plus à la Grande Bretagne de montrer au monde qu’il n’y a pas de liberté pour les peuples sans souveraineté des nations. »

    Mildred, c’est beau, c’est très beau ce que vous avez écrit là !

    Aimé par 1 personne

  5. Zonzon dit :

    @ MARCHIO-DIDIER M-F 27 décembre 02h15

    Ce qui est paradoxal c’est que l’UE perdure !

    J'aime

  6. Zonzon dit :

    @ Coucou 28 décembre 18h05

    On ne peut pas être chrétien innocemment sans être Israélien de cœur !
    Bonne journée ami

    Aimé par 1 personne

  7. Trigwen dit :

    En effet, on est très loin de l’Europe voulue par les pères fondateurs, encore que certains avaient des tendances atlantistes. On est bien loin de cette Europe indépendante et puissante que voulaient le Général de Gaulle et Konrad Adenauer, loin de cette Europe solide qu’avaient commencé à bâtir Valéry Giscard d’Estaing et Helmuth Schmidt.
    Ceux qui ont suivi ont travaillé contre les peuples, ont voulu agrandir trop vite une Europe pour faire barrage à la Russie et aux Etats-Unis et on est passé d’une Europe des 6 à une Europe des 28. Elle aurait dû rester l’Europe des 12, revoir tous ses textes et surtout ne pas vouloir agrandir l’Europe sans demander l’avis des autres peuples.
    Quant à la Grande Bretagne, si le Général de Gaulle n’en voulait pas c’est car il se méfiait surtout des solides relations que le Royaume-Uni entretenait avec les États-Unis. De plus, une fois entrée dans l’Union européenne, la Grande Bretagne a mout fois prouvé qu’elle ne se sentait pas totalement européenne. En 1974, un an après avoir officiellement adhéré, le Royaume-Uni a demandé une renégociation des termes d’adhésion
    Le Royaume-Uni obtient des concessions par rapport au régime des importations rattachant les colonies britanniques dans la définition de pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Les britanniques demandèrent aussi la mise en œuvre de la politique régionale, et la possibilité d’un remboursement des contributions anglaises. En somme, ils voulaient de l’Europe le beurre et l’argent du beurre.
    Alors, ce Brexit n’est sans doute pas un mal pour l’Europe. Il n’en reste pas moins que cette Europe telle qu’elle est actuellement ferait bien de revoir ses textes et institutions et de devenir plus démocratique et plus une Europe des peuples qu’une Europe des marchands et des technos.

    J'aime

  8. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Combien de temps survivra cette Europe strictement administrative, mal aimée et composée à la va-vite de bric et de broc pourvu que l’on y trouve le plus de pays possible, qu’importe l’état de leur économie et surtout l’avis des populations concernées.
    Jean Monnet, Robert Schumann et Konrad Adenauer ont été cocufiés par une bande de politiciens imbéciles plus soucieux de leur postérité que de l’avenir de cette institution et des peuples.
    Le départ de l’Angleterre est une vraie catastrophe dont le pauvre M. Barnier n’aura été que nervi, mais nos politiciens à l’esprit fumeux et à la vue basse continueront de tenter de nous faire croire que tout est bien qui finit bien…

    J'aime

  9. Coucou dit :

    Bonjour à vous tous,

    Black blocs, violence et résignation : la dépression française

    Par
    Valérie Toranian

    Déc 7, 2020 4 commentaires

    La France est en phase aiguë de nihilisme. Déprime, incertitude, flottement, noirceur. La petite musique de l’« aquoibonisme » et de la résignation trotte dans les têtes : plus rien ne vaut rien, Dieu est mort, la République fout le camp, il n’y a plus ni valeurs, ni respect. Rien que le cynisme, qui n’a pas de parti. Et l’endormissement dans la tyrannie douce des GAFAM. Ce n’est pas uniquement la faute de la pandémie. Certes, elle en rajoute une couche (le chaotique feuilleton de la gestion de la crise sanitaire n’a pas aidé…) mais voilà longtemps que le mal nous gratte de partout. La dépression nationale est peut-être aujourd’hui la notion qui rassemble le plus de Français. Inévitable corollaire de ce nihilisme passif, mais en plus dangereux, le nihilisme actif : l’incivilité, l’agressivité, la violence sont en hausse.

    https://www.revuedesdeuxmondes.fr/black-blocs-violence-et-resignation-la-depression-francaise/#more-179778

    J'aime

  10. Coucou dit :

    Bonjour à vous tous,

    La veille de l’arrivée en France des premières doses du vaccin américano-allemand contre le Covid-19, le gouvernement français a publié un décret autorisant le traitement de données à caractère personnel relatif aux vaccinations contre le virus.

    https://francais.rt.com/france/82175-si-vaccin-covid-executif-cree-fichier-donnees-personnelles-relatives-vaccination

    Covid-19 : un fichier de données créé pour les personnes vaccinées
    Ce fichier a pour but « la mise en œuvre, le suivi et le pilotage des campagnes vaccinales », qui débutent ce dimanche. Les données seront pseudonymisées dans certains cas.

    https://www.leparisien.fr/societe/covid-19-un-fichier-de-donnees-cree-pour-les-personnes-vaccinees-26-12-2020-8416119.php?xtor=AD-366

    Décret n° 2020-1690 du 25 décembre 2020 autorisant la création d’un traitement de données à caractère personnel relatif aux vaccinations contre la covid-19

    https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042739429

    https://www.legifrance.gouv.fr/download/pdf?id=Ta4lC9NxVBJnpowWgmcZ8crxPUZldhggqrCXswdtf-o=

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.