Covid19, les statistiques ne font pas une politique (pour Figaro Vox)

L’une des caractéristiques du traitement politique de la crise du covid-19 est la profusion des statistiques qui caractérise la communication officielle. Jamais dans l’histoire, une situation critique, sur le plan militaire, sanitaire ou économique, n’aura donné lieu à une telle déferlante de chiffres. Chaque jour tombe son lot d’informations quantitatives, à l’image d’un tableau de bord national : le nombre total des « cas confirmés » (2,3 millions), et son augmentation quotidienne (12 000), celui des décès, (55 000) et de leur hausse sur 24 heures, celui des « clusters » et des départements en vulnérabilité, le « taux de positivité des tests », les nouvelles hospitalisations en sept jours (8374) et les entrées en réanimation (1131). Sommet du raffinement : les PV pour infraction au confinement font aussi l’objet d’un chiffrage public (260000) …

Cette profusion de chiffres vise à favoriser la sensibilisation et la responsabilisation de l’opinion publique, face aux risques de contagion. Mais au-delà, son caractère systématique, son intensité quotidienne et son perfectionnisme, traduisent une pression anxiogène sur l’opinion destinée à lui imposer une discipline. Elle reflète une approche techno-sanitaire de la crise actuelle, dominée par une batterie d’indicateurs et l’influence prédominante d’experts dits scientifiques fortement médiatisés et implantés dans les rouages de décision.

Une nouvelle étape a été franchie dans cette conversion de la France à la logique d’un tableau de bord national lors de l’allocution télévisuelle du chef de l’Etat du 24 novembre annonçant des objectifs statistiques à atteindre pour remplir les conditions d’un déconfinement le 15 décembre : moins de 5000 contaminations quotidiennes et 3000 placements en réanimation.

La nation est ainsi pilotée comme une entreprise ou une administration, dans une logique gestionnaire. Le pouvoir politique s’en remet principalement à des indicateurs, définis par les experts, qui conditionnent les orientations futures, et se lie ainsi les mains. Le nombre quotidien des contaminations s’impose comme l’un des critères déterminants de la poursuite ou sortie du confinement. D’après la communication officielle, la stabilisation en cours, aux alentours de 12 000 contaminations en 24 heures, laisse peu d’espoir, une semaine avant l’échéance, d’atteindre la cible. L’échec devrait se traduire par des contraintes renouvelées ou renforcées.

Pourtant, il n’appartient pas aux chiffres de définir seuls la politique d’une nation. L’avenir de la France ne peut pas se réduire au décompte de « nouveaux cas confirmés ». Les statistiques ne sont qu’un outil parmi d’autres et non une fin en soi. Qui donc pourra jamais quantifier les ravages causés à la dignité des Français par la suspension de la liberté d’aller-et-venir, l’obligation de justifier auprès de l’administration chacune de leur sortie ? Ou encore l’humiliation ressentie face à la définition arbitraire de leurs besoins essentiels et non essentiels, à l’image de l’interdiction, pendant un mois, d’acheter des livres en librairie ?

La détresse des commerçants et des restaurateurs, privés de leur gagne-pain et de leur raison de vivre, des saisonniers en stations de ski, les créateurs et salariés de la culture, des millions de personnes ruinées, jetées l’enfer du chômage et du désœuvrement, la misère sociale, familiale et psychologique engendrée par le confinement, ne sont pas davantage des réalités mesurables. Les conséquences stratégiques, à long terme, de l’écroulement de l’économie française , mais aussi de l’effondrement du système éducatif français sur l’intelligence collective et la compétitivité de la nation, échappent, elles aussi, pour l’essentiel, à toute logique comptable.

Enfin que dire de l’effritement de la confiance des Français en leurs dirigeants politiques? Toute période de crise grave appelle à l’union sacrée de la nation derrière ses chefs. Aujourd’hui, c’est le contraire qui se produit. Un pays peut-il s’en sortir dans un tel climat de défiance et de morosité ? Les Français ont connu la Bérézina des masques, un premier confinement, suivi d’un relâchement, puis un « couvre-feu », suivi d’un nouveau confinement, enfin l’annonce d’un nouveau couvre-feu et de contraintes supplémentaires, sans que jamais n’apparaisse le bout du tunnel. Le raidissement d’une partie de l’opinion face à la perspective d’un vaccin est le fruit de cette débâcle. Ballottée au gré des caprices d’un virus et des injonctions contradictoires, la France désespère. Et ce désespoir n’est pas non plus chiffrable. Par-delà les statistiques anxiogènes, il manque à la France un discours d’espérance.

 

 

 

 

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

37 commentaires pour Covid19, les statistiques ne font pas une politique (pour Figaro Vox)

  1. JEAN-LUC dit :

    On nous inflige le nombre de contaminés et les morts Du Covid chaque jour, matin, midi et soir et aussi par minute.
    Un seul résultat compte c’est les morts dont un certain nombre sont étiquetés Covid pour pas se casser la tête.
    En période hivernale on a 1800 morts toutes causes par jour, dont 300/400 covids.
    L’alcool et le tabac sont largement devant le Covid pour le nombre de morts et on n’a jamais empêché la société de fonctionner pour autant.
    Si encore on avait Ebola, la peste ou la variole qui pourraient nous valoir entre 20 et 60 % de morts çà serait une autre affaire.
    Là on est en dessous de 1% et on sort un état d’urgence, confinement, couvre-feu, ausweis….,il manque plus que la mobilisation générale comme en 14.
    C’est complètement disproportionné, on est géré par la peur et par des gens qui ont peur et se protègent derrière une bureaucratie pléthorique qui dit tout et son contraire.
    Et c’est la seule maladie pour laquelle on ne préconise pas de traitement précoce, la consigne étant de rester chez soi, fermer les volets et faire le 15 si aggravation.
    Alors qu’il est toujours préconisé de s’y prendre le plus tôt possible pour toutes les maladies.
    Or, c’est un secret de polichinelle, des traitements existent pour renforcer le système immunitaire, diminuer la charge virale, éviter le risque de thrombose, et la réaction inflammatoire, dont le protocole Raoult, avec des molécules pas chères qui ont un défaut, elles n’améliorent pas l’état de santé des actionnaires des laboratoires.
    Donc on mise tout sur un vaccin et en attendant on confine.
    Mauvais calcul, car les personnes fragiles et à risques en général ont une réponse immunitaire insuffisante du fait de l’affaiblissement de leur système immunitaire. C’est le cas du vaccin contre la grippe dont l’efficacité n’est pas mirobolante notamment pour les personnes âgées.
    Pour les plus jeunes, la mortalité très faible ne justifie pas une vaccination générale.
    Je ne suis ni anti vaccins ni complotiste.
    La stratégie actuelle est perdante perdante, on gagne rien en terme de santé publique et c’est une catastrophe économique, sociale, culturelle et démocratique.
    Les restaurants sont fermés: combien de faillites, de misère de suicides, de destruction familiale et sociale? Les centaines de milliers d’ouvriers de chantier qui n’ont plus de toilettes, de lavabos, qui ne peuvent plus se restaurer qu’avec un misérable sandwich dans leur véhicule. C’est une honte.

    En même temps qu’on a interdit l’hydroxychloroquine à 5€ en vente libre depuis les années 50, on a autorisé le remdesivir à 2000€, reconnu toxique et inefficace, acheté par l’Europe à hauteur d’1 milliard d’€ à Gilead et distribué gratuitement dans les hôpitaux…..
    Les Ehpads à défaut de traitement ont eu droit au rivotril.
    Je pense que si la justice met autant de moyens que pour écouter Sarko, certains inspirateurs de cette politique mortifère, devront rendre compte au nom des quelques milliers de morts, excusez du peu.
    Pour avoir recommandé aux malades de rester chez eux, sans traitement, sans médecin et tout le reste…..

    J'aime

  2. fraternel dit :

    les statistiques sont là pour faire peur aux gens.
    se réunir dans un bunker pour un conseil de défense comme si nous étions en guerre est une absurdité totale et une forme dictatoriale qui ne dit pas son nom.
    bref!s’il veut jouer au soldat qu’il ressorte ses petits soldats de plomb.
    étant bénévole aux restos du coeur chaque jeudi un sourire un petit mot gentil une parole apaisante donne de l’espoir aux gens.
    On s’en fiche de leurs statistique au risque de passer pour un inconscient et un complotiste.
    ras le bol de leurs chiffres betement annoncés dans la presse et aux infos.
    je ne remarque qu’une chose le nombre de gens en réa baisse tous les jours
    que le nombre d’hospitalisations baisse aussi
    que 300 virus se baladent chaque jour sur notre corps.
    qu’on ne parle plus du yemen de la syriedes conflits qui engendrent désespoir et colère
    qu’on reçoit en grande pompe le dictateur egyptien alors que 60000 personnes pour délit d’opinion croupissent en prison.
    alors chers dirigeants la vie humaine doit dépendre de quoi?
    c’est une bande d’hypocrites qui s’enfichent éperdument de la condition humaine.
    vivement qu’ils dégagent en 2022 avec pertes et fracas.
    voilà!portez vous bien!

    J'aime

  3. Trigwen dit :

    Si les hommes politiques étaient honnêtes, ils nous présenteraient les données sous forme de pourcentage.
    C’est alors qu’on verrait que ce n’est pas si tragique que ça mais que c’est la gestion de l’hôpital qui a été détruit durant des années auparavant qui est en cause.
    De plus, que ces politiques se méfient : à vouloir trop asservir, au final, quand le danger s’éloigne, le peuple enchainé et humilié se soulève, se révolte et ça leur retombe sur la gueu….

    Aimé par 1 personne

  4. L’avalanche de chiffres est typique de celui qui n’a pas un message clair à transmettre et qui espère ainsi sidérer celui qu’il veut convaincre. C’est ce que font aujourd’hui de mauvais chercheurs et de mauvais cadres incapables de présenter quelque chose sans la béquille d’une grande quantité de « powerpoints » surchargés de chiffres. Le plus déplorable est que les masses d’information disponibles ne sont pas utilisées de façon scientifique en cherchant à tout expliquer (en science quand un seul fait ne rentre pas dans le cadre c’est le signe qu’il faut chercher une meilleure théorie) mais seulement en sélectionnant ce qui va dans leur sens du moment et tant pis si d’autres données vont dans un autre sens ! C’est de la com-propagande-manipulation et rien d’autre.
    La question est bien sûr de savoir quel objectif réel poursuivent nos gouvernants : sauver leur peau en évitant d’être suspectés de ne pas en faire assez ? Faire avancer leur agenda de domination d’un peuple qui penche dangereusement (à leur gout) vers des formes de populisme et un rejet de plus en plus grand du mondialisme qui a leurs faveurs ?
    Cela dit j’engage tout ceux qui le peuvent à éplucher les données disponibles. Même si elles sont de mauvaise qualité, il y en a beaucoup trop pour les truquer facilement (je rappelle le bon mot de Churchill qui disait ne pas croire aux statistiques sauf s’il les avait fabriquées lui-même).
    Je le fais moi même régulièrement (et sans prétentions !) Dans mon dernier essai, je m’interroge notamment sur l’évolution différente (pas besoin de calcul, regarder la courbe suffit !), d’un pic à l’autre, de la mortalité des populations fragiles et des populations dans la force de l’âge. Cela me semble un signe assez clair d’une montée de l’immunité collective qui est le tabou absolu de ceux qui refusent l’idée qu’une épidémie puisse s’éteindre sans des actions très fortes (confinement, arrêt de la société, vaccin…)
    https://jcbwordpresscom.wordpress.com/2020/12/10/covid-19-evolution/

    Aimé par 1 personne

    • cgn002 dit :

      Pourquoi ne pas s’appuyer sur ces courbes qui montrent que :
      – malgré des mesures drastiques, juguler la progression des hospitalisations et des réanimations présente une grande inertie;
      – le flux d’hospitalisations est reparti récemment à la hausse alors que sur la 1ere vague la descente était régulière…
      Par contre aucune courbe ou rapport qui montre le niveau des séquelles soit après avoir contracté sans hospitalation, soit après sortie de l’hopital…
      On constatera trop tard les dégâts réels de cette épidémie sur le plan (purement) sanitaire…
      Nier cet aspect ne permet pas de promouvoir l’immunisation du plus grand nombre par la solution de laisser la contamination se diffuser librement.
      Il existe désormais d’autres solutions comme la détection de masse, et très important, l’isolement des cas contagieux (La France est nulle sur le fait que ses lois ne permettent pas d’entraver la liberté des gens contagieux, alors qu’elle se permet d’entraver très gravement la liberté de tous les français).

      J'aime

    • Je ne suis pas sur qu’il y ait une grande différence entre laisser la contamination se faire librement et isoler modérément les contagieux. D’une part on peut être contagieux avant d’être détecté, d’autre part il y aura toujours des réfractaires (cf les boites de nuit sauvages) comme il y en avait durant la prohibition. Tout au plus on peut espérer freiner un peu la diffusion mais cela ne fera alors que demander un tout petit peu plus longtemps pour atteindre le même nombre de victimes au final. L’isolement ne peut marcher que s’il est absolu mais c’est intenable dans la durée et cela conduit à l’effondrement du pays.

      J'aime

    • cgn002 dit :

      Perso je pense qu’il faut réaliser des détections de masse et isoler fermement les cas contagieux. Avec 3 aléas : le volontariat, la contamination après le test, le manque de fiabilité des tests.
      Ces campagnes doivent être effectués en un minimum de temps avec une monopolisation maximale des agents testeurs.
      NB : Si on laisse circuler un nombre incontrôlé de cas positifs, la décroissance après le pic, sera très longue, trop longue.
      Le budget pour faire cette opération est très inférieur aux conséquences économiques des solutions actuelles. Faut il vouloir se donner les moyens de ces solutions, et surtout vouloir …

      J'aime

    • Le chiffre des « cas » est difficile à interpréter. Le mode de calcul vient de changer récemment et en plus il y a maintenant les tests antigéniques. La vision des médecins de ville (réseau sentinelle) est plus optimiste car il ne comptabilisent que les cas avec symptômes justifiant que le patient consulte. Si l’on s’en tient au nombre de personnes à l’hôpital ou en réa, cela continue à s’améliorer quoique un peu moins vite qu’il y a une quinzaine de jours.

      J'aime

  5. E Marquet dit :

    « Les faits sont têtus. Il est plus facile de s’arranger avec les statistiques » disait Mark Twain.
    Et puisqu’il faut bien sourire un peu en ces temps liberticides, on attribue à A. Levenstein, économiste américain, la définition suivante : « Les statistiques c’est comme le bikini. Ce qu’elles révèlent est suggestif. Ce qu’elles dissimulent est essentiel ».

    Aimé par 3 personnes

  6. cgn002 dit :

    Ce qu’ il manque à la France, ce sont des chercheurs (trouveurs) de solutions pertinentes, …
    donc des élites Compétentes.
    Les discours ne viennent qu’après, …normalement.
    Notre Executif nous inonde de discours pour exprimer plus ou moins directement leur impuissance, jusqu à en mentir sans jamais s’en excuser.
    Le « normal » et le bon sens ne sont plus réservés qu’aux faiseurs sans pouvoir, derniers maillons de la nation France.
    Ils sont priés de laisser faire ceux qu’ils n’ont même pas choisis (élus sans adhésion legitime), ou ceux en qui on ne pas faire confiance, tellement ils méprisent ceux qui créent leur richesse et leurs privilèges, au détriment des veritables et honnêtes citoyens contributifs.

    J'aime

    • xc dit :

      Effectivement. Il y a des écoles de médecine, de Droit, de commerce… mais rien pour enseigner la gestion des épidémies.

      J'aime

  7. jfsadys dit :

    Je partage le lien ci-dessous parce que j’en partage le contenu:

    http://www.koztoujours.fr/cest-lalarme

    Aimé par 2 personnes

  8. Philippe dit :

    Bonjour maxime, bonjour à tous,

    Au risque de passer pour un vilain complotiste, un enfoiré ou autre peu importe.
    J’en parlais avec les deux médecins de mon club. Halte à la peur et à la psychose. Si l’on s’en tient aux chiffres du gouvernement. Aujourd’hui 56940 décès ce qui représente 0.00849% de la population, 2370000 contaminés soit 3% de la population, 2139000 n’ont aucuns symptômes 161000 en guérissent. Seulement 1% ont des séquelles. A savoir que les individus grippés sont comptés COVID.
    Je pense que nous devons relativiser. Selon les chiffres de l’OMS, si je fais le pourcentage nous sommes à 0.0226% de la population mondiale qui est décédée de la COVID, cela représente que 2.1% des décès mondiaux. Nous sommes loin d’une épidémie de grande ampleur. Pour Ebola le taux de mortalité était de 66% ce qui est autrement plus grave. De plus les langues dans les services hospitaliers commencent à se déliées, car des gens sont comptés décès COVID, alors qu’ils sont décédés d’autres pathologies. Pour exemple, dans notre hôpital, le chirurgien de notre club nous disait qu’un accidenté de la route décédé suite à des lésions importantes était compté COVID.
    Ce qui est encourageant du fait des effets secondaires qui semblent plus importants chez Pfizer que ceux qu’ils nous ont affirmés, Sanofi et GSK font machine arrière et repoussent la mise sur le marché du vaccin. Car pour toute personne censée, il est impossible de mettre au point un vaccin en six mois. Je pense que nous aurions vécu le plus grand scandale sanitaire. Il y a tellement de milliards à se faire que ce vaccin est plus une guerre commerciale entre les laboratoire, à qui sauvera le monde, qu’une réelle protection efficace de la population. D’ailleurs les épidémiologistes qui encouragent le vaccin ont tous des intérêts financiers avec les laboratoires.
    Je n’ai jamais cédé à la panique, et je continue de vivre normalement, j’ai 3 fois plus de chance de mourir d’un problème cardio vasculaire que du COVID. J’ai 4 fois plus de chance d’avoir un cancer. Et cela ne m’empêche pas de vivre, et ceux qui vont payer le prix fort ce sont les personnes âgées, qui vont encore être emprisonnés. Et ils décéderont par glissement comme beaucoup dans les EHPAD, qui furent comptés COVID, dans la solitude et la tristesse loin de leurs proches. Nous sommes dans la maltraitance psychologique. La secte médiaticopolitique se garde bien de nous parler des suicides, des artisans commerçants et des jeunes gens dans la précarité, ce chiffre est en augmentation depuis 3 mois. Certains sont même comptés décès COVID. Même les médias locaux n’en font pas leur une. Dans mon département, il y a eu depuis un mois 6 suicides. Dont un restaurateur, chez qui j’ai mangé 3 fois. Aucun article dans la presse local. Juste la rubrique nécrologique qui disait, je cite « décédé à l’âge de 44 ans. » Il laisse une veuve et deux enfants.
    J’espère que la raison et l’intelligence vont prendre le dessus, afin de retrouver nos libertés de plus en plus menacées.

    Aimé par 4 personnes

    • xc dit :

      Désolé de le dire comme ça, mais vous raisonnez comme si rien n’avait été fait, en France et dans le reste du monde, pour limiter la propagation du virus.

      Aimé par 1 personne

    • Philippe dit :

      Bonsoir xc,

      Ne vous méprenez pas, relisez mon texte, je n’ai pas dit que rien a été fait, mais il faut arrêter tous les jours 7/7 24/24 de nous dire que nous allons tous mourir ou aller en réanimation. De culpabiliser sans arrêt les français. Prenons du recul. Le nombre de décès et de REA est faible par rapport à la population. Je ne dis pas que rien a été fait, il faut simplement relativiser. Et les médecins qui font preuve de bon sens et d’intelligence le disent. La saturation des Réanimation ne date pas du COVID, c’est faux.
      Nous ne pouvons pas mettre les gens sous cloche pendant des années. Les virus font partie de la vie sur terre. Certains tuent d’autres sont bénéfiques. La fonte du permafrost va dévoiler d’autres virus. Ce sera à notre corps et nos anticorps de s’adapter à ces nouvelles règles. Vouloir tout aseptiser, le zéro mort, le zéro risque n existe pas et n’existera jamais. C’est à l’homme de s’adapter à la nature et non l’inverse. La nature est parfaite l’homme ne le sera jamais. il est fragile et mortel et nous devons l’accepter. Mais il s’est adapté depuis des siècles.
      Des milliers de gens meurent de cancers et de problèmes cardio vasculaires chaque année est-ce que l’on nous montre tous les jours des cancéreux en phase terminal dans les hôpitaux en criant vous aurez tous le cancer, Non! J’ai perdu ma nièce et mon cousin de cancer de 50 ans et 28 ans, c’est terrible mais c’est la vie. Nous devons l’accepter. Et par contre on demande de pardonner des voyous qui tuent, ce n’est jamais de leur faute il faut être clément. Cela c’est inacceptable, ce n’est pas une chose normale de la vie.

      Aimé par 1 personne

    • E Marquet dit :

      Philippe,
      Aïe ! Vous avez voulu parler, je suppose, de « toute personne sensée » (pleine de bon sens), et non « censée ».
      Nous sommes censés (supposés) respecter les gestes barrières…..si nous sommes sensés.

      J'aime

    • Philippe dit :

      Bonjour E Marquet

      Tout à fait, erreur de ma part, merci pour la remarque.
      Bien à vous

      J'aime

  9. jfsadys dit :

    Bonjour Sganarelle, « on ne voit pas bien où se situe l’espoir » écrivez-vous, je vous propose d’espérer en ce qui suit:

    Les 14 œuvres de miséricorde :

    « Donner à manger aux affamés, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, accueillir les étrangers, assister les malades, visiter les prisonniers, ensevelir les morts ».

    « Conseiller ceux qui sont dans le doute, enseigner les ignorants, avertir les pécheurs, consoler les affligés, pardonner les offenses, supporter patiemment les personnes ennuyeuses, prier Dieu pour les vivants et pour les morts ».

    J'aime

  10. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Personnellement je pense que la seule statistique qui vaudra sera celle que nous ne tarderons pas à avoir, c’est-à-dire celle du nombre total de morts de l’année 2020, que nous pourrons comparer à celui des années précédentes. Tout le reste n’est que manipulation, mais à quelles fins ?

    Aimé par 2 personnes

    • Pheldge dit :

      tout à fait ! et miraculeusement cette année, la « grippe saisonnière » comme il faut désormais l’appeler, n’aura fait que quelques dizaines de morts au lieu des 9000 habituels …

      J'aime

  11. Ping : Covid19, les statistiques ne font pas une politique (pour Figaro Vox) | Qui m'aime me suive...

  12. Anonyme dit :

    A un moment STOP, ,,arrêter d « emmerder les Français ,penser vous un instant ,que les Français veulent attraper ce covis ? donc masque obligatoire partout ,,,après on verra,,,,

    J'aime

  13. Madzi dit :

    Et si à tout ce marasme on rajoute ce qui suit, qu’en diriez vous Monsieur Tandonnet ? https://blogs.mediapart.fr/ricardo-parreira/blog/091220/semiologie-la-police-dans-l-epicentre-de-la-violence

    J'aime

  14. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    « Toute période de crise grave appelle à l’union sacrée de la nation derrière ses chefs ».
    Mais c’est exactement ce que les médias sont en train de confirmer puisque le sondage réalisé quelques heures après le discours du 1er ministre d’hier soir indique que 75% des Français approuvent les mesures de couvre-feu à partir du 15 décembre et que même 98% (???) seraient favorables au couvre-feu du 31 décembre.
    Devant ces chiffres absurdes, manipulés et parfaitement mensongers on ne peut que rester les bras ballants.
    Continuons donc à nous entasser dans les transports en commun et dans les magasins mais surtout n’allons pas dans les théâtres et les cinémas où les meures de distanciation physique ont pourtant montré leur efficacité.
    « Les Français sont des veaux »….disait un véritable homme d’Etat. Il avait bien raison

    Aimé par 1 personne

    • G Bayon, oui, mais qu’approuvent-ils, la fin de l’Ausweis? Noël « préservé »? les sondages plus généraux sur la confiance au PR et au gouv sont nettement plus sévères…
      MT

      Aimé par 1 personne

    • jfsadys dit :

      Je continue à refuser de dire et d’écrire que les Français sont des veaux, certains le sont mais certains ne le sont pas du tout. Le « les » est de trop. La preuve? Les commentaires sur ce blog et sur d’autres et surtout la preuve dans la vie réelle, dans la vie de tous les jours où beaucoup de Français s’organisent entre eux pour ne pas ajouter du malheur au malheur. Les Gilets jaunes et les Blak Blocs et les zadistes ne sont pas des veaux non plus.

      Aimé par 1 personne

    • Pheldge dit :

      nos compatriotes sont habitués depuis des décennies à l’omniprésence étatique, il est donc prévisible qu’au moindre coup de vent ils se réfugient apeurés dans les jupons gouvernementaux, pour contraignants et liberticides qu’ils soient. La liberté va de pair avec la responsabilité, et ça, ça fait peur, depuis toujours. Encore une fois, relisez la Boétie !

      J'aime

  15. Michèle Machenin-Murzilli dit :

    Cher Monsieur Maxime qui a « tant donné » et donne encore des propos d’une clarté époustouflante. Au début je pensais que vous étiez une personne, comme tant d’autres, qui avait le courage et l’intelligence, et le désir de s’exprimer. « Il manque à la France un discours d’espérance ». Dans ce cas, il faut se prendre en main soi-même, et ne surtout pas entendre chaque jour les informations contrôlées, détournées par le Gouvernement sur les chaînes télévision ordinaires.

    Ce qu’il se passe à Paris n’est pas la même chose que ce qu’il se passe en « province »… Nous, lorsque 5 gars se tuent en hélicoptère pendant un entraînement de secours qui, en principe, leur permet en tant qu’opérationnels dans des conditions dangereuses, de sauver et porter secours par la voie du ciel, des gens qui skient tout aussi dangereusement de nos jours, et sans échauffement, je comprends tout à fait que le gouvernement ait imposé la fermeture des remontées mécaniques, (ce qui est franchement une aberration, malgré tout), soit-disant pour ne pas surcharger notre unique hôpital régional, déjà débordé par les cas de Covid (pour cause, on ne soigne pas les gens contaminés/contaminants avec l’HCQ, l’AZI+le zinc, on oublie de leur proposer de bien booster leurs défenses immunitaires (vitamines C, D, et surtout manger correctement). Certains le font et le savent naturellement parfaitement, d’autres sont tout aussi parfaitement ignorants et négligeants. Et d’autres gens sont totalement démunis.

    Quant aux statistiques que vous décrivez et dont nous sommes engorgaillés (c’est savoyard), jusqu’au cou, effectivement, cela créé un climat social plus que désagréable. Rire ou sourire avec les yeux, ça se fait, mais franchement il manque quelque chose d’essentiel, les expressions du bas du visage ! Nous aimerions, parfois, tellement être invisibles !
    Mon ange de l’espérance est bien là et il est vraiment invisible ! Allez, courage à tous, soyez sages et souriez-vous devant le miroir chaque matin !

    Aimé par 2 personnes

  16. pabizou dit :

    Il sera bientôt temps de poser les questions qui fâchent . Pourquoi le plan prévention des maladies infectieuses respiratoires a été négligé depuis Flamby, pourquoi l’HCQ a été interdite alors que l’on a plusieurs décennies de retour concernant sa non dangerosité et les précautions nécessaires lors de son usage, pourquoi faire semblant d’attendre un vaccin au lieu de traiter la maladie sans attendre son aggravation, pourquoi acheter une quantité monstrueuse de remdisivir, un médicament inefficace, pourquoi utiliser des tests non fiables comme référent à des décisions impactant la vie et l’avenir des gens
    La Pravda a bien fait son travail, qui a entendu parler de la plainte pour génocide contre ce gouvernement de fonctionnaires décérébrés ?
    Quand au vaccin, inutile d’imputer l’échec prévisible à venir au manque de confiance envers ce gouvernement, le manque de recul en se qui concerne les effets secondaire à moyen et long terme couplé aux incertitudes sur son efficacité suffisent largement à expliquer les réticences de certains à se faire vacciner, moi le premier d’ailleurs et pourtant je ne peux que reconnaitre l’utilité des vaccins pour certaines maladies qu’il ont permis d’éradiquer . Une autre raison de le refuser, comme je refuse déjà le vaccin anti grippe tient dans le fait que ce sont des maladies saisonnières et que l’efficacité diminue avec l’âge, ce qui les rend pratiquement inutiles les sujet à risques étant âgés .
    Tout ceci fait qu’il m’arrive de me demander à qui profite le crime et si on gratte un peu un nauséabond fumet de corruption se dégage très rapidement donc, pour l’union sacrée derrière cette équipe de bras cassés qui ne méritent plus le moindre respect ce sera sans moi jusqu’à ce qu’il retrouvent leur place dans les poubelles de l’histoire .

    Aimé par 1 personne

    • pabizou dit :

      @ xc, si c’est tout ce que vous avez trouvé pour défendre l’indéfendable, c’est un peu court, la Pravda n’est pas une référence . Espérons donc que la plainte pour génocide posée par un médecin militaire contre Macron et son gouvernement aura la suite qu’elle mérite .

      J'aime

    • BerndeRoan dit :

      Bonjour,
      Comme la majorité des Français, je suis effondré par la gestion de cette crise.
      Sans revenir sur toutes les incohérences infligées, je me questionne sur le simple manque de bon sens de nos dirigeants. Le laboratoire qui mettra au point un vaccin pour le retour au bon sens fera, encore une fois, fortune…
      Comment continue-t-on de gérer cette pandémie en jacobins inflexibles ? N’y a-t-il pas, sous les directives politiques, des personnes de bon sens dans chaque région, avec une vraie connaissance des particularismes locaux, pour piloter intelligemment cette crise ?
      Toute révérence gardée pour la fonction, lorsque je vois notre premier ministre dans ma petite lucarne, je pense inévitablement à un comique troupier. Cette perception personnelle me navre.
      La déliquescence de ce pays est affligeante, bien que normale avec l’enfant qui nous gouverne, sans oublier ses prédécesseurs qui ont préparé son berceau, mais sans doute nécessaire pour qu’un véritable sursaut puisse se produire, et que la France renaisse.

      J'aime

  17. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Si le pouvoir considère qu’il a remporté une victoire, il faut qu’il soit bien conscient que c’est avant tout une magnifique victoire à la Pyrrhus. Le grand vizir est une mauvaise Cassandre. Qui croit encore à ses fadaises ? Qui croit encore aux chiffres officiels annoncés quotidiennement ? Qui peut croire encore, ou a pu croire, que les choix faits par nos clowns étaient les bons ? Qui croit encore que les usines à gaz monté à grand renfort de communication auront des retombées positives sur notre quotidien ?
    La décrédibilisation du pouvoir est totale et ce dernier aura beaucoup de mal à retrouver le minimum de confiance qui lui est indispensable pour exister. Ça explique une bonne partie les crispations observées et la dérive liberticide que nous subissons. Autour de moi, je ne compte plus ceux qui conspuent ces décisions incompréhensibles surtout que de plus en plus de personnes savent qu’ils existent, en dehors des produits qui ont fait l’actualité depuis 10 mois, des moyens de traiter cette infection (https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2020/12/02/traitement-du-covid-19-cessez-cette-hypocrisie-mortelle/ ; https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2020/12/06/le-traitement-du-covid-existe-1/ ; https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2020/12/10/le-traitement-du-covi-19-existe-2-ivermectine-efficace-a-100/). Le taux de létalité, extrêmement faible en est la preuve. Les coronavirus existent depuis longtemps et ils existeront probablement encore longtemps après que le dernier homme aura disparu. Etre positif à des tests, dont tout le monde sait qu’ils sont sujet à caution, n’indique rien d’autre que les intéressé ont été en contact avec ce virus. Quant à le développer, c’est autre chose. Alors je repose cette question, pourquoi et surtout pur qui nos dirigeants persistent-ils dans cette voie?

    Bonne journée
    .

    Aimé par 1 personne

  18. Sganarelle dit :

    Pas facile de parler d’espérance à un malade gravement atteint et nous sommes un pays malade physiquement matériellement et moralement .
    Quant aux chiffres l’être humain en est la victime depuis sa naissance , tout est chiffré comptabilisé et répertorié , il reste peu de place à l’improvisation et la fantaisie .Or on sait que rien n’est plus facile à falsifier et à interpréter mais la multitude fait loi et le nombre la force et la vie s’organise autour des statistiques.
    La mondialisation n’arrange pas les choses, elle laisse peu de place à l’individu, tout est fait en faveur par et pour la collectivité et la notion de démocratie est la victoire du plus grand nombre.
    On ne peut pas reprocher aux gouvernements de suivre les chiffres pour orienter leur politique, en revanche nous matraquer des pourcentages régulièrement n’arrange pas notre quotidien ..mais à part la disparition du virus on ne voit pas bien où se situe l’espoir.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.