L’abominable système présidentiel américain

Il ne faut pas se tromper: les Etats-Unis sont une grande nation, première puissance mondiale, terre d’innovation, de dynamisme et de mobilité, qui plus est, pays le plus ouvert et le plus hospitalier au monde à ceux qui l’aiment. Et n’oublions jamais ce que nous leur devons (1917-1918 et 1941-1945). Le déroulement de l’élection présidentielle 2020 en donne une image totalement dévoyée quasi monstrueuse: combat de vieux coqs hargneux, soupçons de fraudes massives, hallucinante partialité des médias et des réseaux sociaux – déclaration de Trump censurée par twitter -, judiciarisation, ruissellement d’argent (Biden a récolté 4 fois plus de fond des multinationales américaines), affligeante médiocrité des belligérants: le CV de M. Biden peut-être futur président des US fait froid dans le dos. Que le politiquement correct américain se soit cristallisé sur un tel visage, à l’heure de la grande chasse au harcèlement, est proprement invraisemblable et souligne la tempête de folie qui souffle. Ces élections donnent l’image d’une république bananière, sans foi ni loi, chaotique, désorganisée, corrompue jusqu’à la moëlle. Le spectacle offert est celui d’une violente déchéance, naufrage dans la violence médiatique, un pays au bord de la guerre civile. Tel est le fruit du système présidentiel à outrance: la conscience collective se polarise sur l’image médiatique d’un ou deux individus qui ne sont probablement pas, sur le fond, si différents l’un de l’autre, couvrant le néant absolu des débats d’idées et de projets. Il favorise une exubérance émotionnelle (amour ou haine) au détriment de la raison et de la réflexion; des passions nihilistes (vides) poussées jusqu’à la démence; se greffe sur un climat d’abrutissement et d’abêtissement général. Il amplifie artificiellement la polarisation de la société sur deux idéaux-type, celui l’Amérique profonde d’une part et celui des « élites » multiculturelles d’autre part. Il envenime les déchirements d’une société, attise les haines et l’intolérance, favorise la médiocrité insigne. La différence avec la France? Le grand cirque américain, cette effarante misère politique, est compensé par l’existence d’autres pôles de pouvoir: le Congrès, les Etats américains, de puissantes collectivités territoriales, le peuple qui peut être consulté par référendum dans chaque Etat. En France, nous n’avons même pas ce filet de sauvegarde. Ne rions surtout pas des Américains. Le trucage avéré des élections présidentielles de 2017 n’était pas mieux, bien que sous des formes moins tonitruantes. Le système français est au moins aussi minable et corrompu que celui des Etats-Unis.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

79 commentaires pour L’abominable système présidentiel américain

  1. Georges dit :

    Politique putanière et mafieuse .

    J'aime

  2. cyril dit :

    merci pour vos précisions Maxime au sujet de la fiche de Biden sur wikipedia.
    c’est juste dommage que des contributeurs du blog comme Citoyen n’hésitent pas à me tacler, a me faire un commentaire négatif dès qu’une phrase ne leur convient pas.

    J'aime

  3. Zonzon dit :

    Biden 2020.
    C’est comme si Juppé avait été élu en 2017 !

    Aimé par 2 personnes

  4. Zonzon dit :

    So long Donald …
    Voici le temps venu d’un Président à la triste figure.
    La mé*diatique française pavoise.
    Sûr qu’elle va avoir à cœur de faire aussi bien que sa sœur américaine pour faire réélire Macron en 2022 !

    J'aime

  5. Georges dit :

    Quelle époque pathétique ,décadente .J’ai l’impression que si l’Occident continue à se court-circuiter l’Islam prendra le pouvoir d’un coup de cuillère à pot.

    J'aime

  6. Gribouille dit :

    https://www.marianne.net/agora/entretiens-et-debats/eric-anceau-dans-lhistoire-les-moments-de-paix-entre-les-francais-et-leurs-elites-ne-sont-que-des-parentheses
     » Sans porter de jugement de valeur sur le bien-fondé de cet aggiornamento de nos élites, il est indéniable. À mes yeux, il est, avec la mise en spectacle de nos élites par les médias et par elles-mêmes, et le triomphe du court-termisme, le phénomène majeur de ces dernières années. Par une forme de pensée unique, l’immense majorité de nos élites a en effet considéré que l’avenir de la France passait désormais par l’intégration européenne et par la conversion au néolibéralisme pour une meilleure insertion de la France dans une mondialisation devenue inéluctable. »

    Le système présidentiel ne jouerait-il pas pour les énarques le rôle de bouc-émissaire, de paratonnerre, pour leur éviter de remettre en cause leurs choix ?

    Si tous les milieux dirigeants de l’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord sont partis dans les mêmes délires (mondialisation, Europe, réformes néolibérales, multiculturalisme…), délires qui ne sont nullement partagés en Asie, ce n’est pas la faute du système présidentiel.

    J'aime

  7. Georges dit :

    Kamala Harris sera peut-être présidente ,Bilder n’étant plus très vaillant .Vous avez remarqué l’émotion suscitée sur le web suite à la parution d’une photo de Kamala et sa petite-nièce ,comme c’est mimi….

    J'aime

  8. Ghislain dit :

    « Le trucage avéré des élections présidentielles de 2017 n’était pas mieux, bien que sous des formes moins tonitruantes » : je pense que vous faites référence à la mise en avant médiatique de Macron. Aux États-Unis, Trump faisait la quasi-unanimité des (grands) médias contre lui. Même à Fox News, chaîne que je regardais beaucoup à l’époque, beaucoup affichaient leurs réticences. Mais bon, c’était le candidat des Républicains, alors ils le soutenaient, comme à contre-cœur.
    Les Américains sont-ils moins perméables aux grands médias que les Français ? Ont-ils un plus grand esprit d’indépendance ? Je ne suis pas loin de le penser.

    J'aime

  9. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Peut-être ne serait-il pas inutile d’écouter l’avis de Régis de Castelnau répondant aux questions de Front Populaire sur le système présidentiel américain qui est loin de lui paraître aussi abominable que vous le dites :

    https://frontpopulaire.fr/o/Content/co291422/elections-2020-quelques-enseignements-a-tirer-du-systeme-americain

    J'aime

  10. Coucou dit :

    Bonjour à vous tous,

    Le Connétable et l’Arsouille. Les rencontres du Général de Gaulle et de Mitterrand
    par François MAURICE

    http://www.revuemethode.org/sf111622.html

    Sur France 2, « De Gaulle, l’éclat et le secret » est surtout l’occasion de méditer sur un géant mort il y a cinquante ans et sur la pénurie de grands hommes à une époque où ils seraient pourtant si nécessaires.

    https://www.causeur.fr/de-gaulle-eclat-secret-france-2-186493

    Paulomack • il y a 3 heures

    «De Gaulle était chrétien et souverainiste ce qui lui vaudrait aujourd’hui d’être catalogué à l’extrême droite ….
    On lui doit d’avoir :
    1- Sauver l’honneur de la France après la défaite éclair et la capitulation
    2- Fondé la 5è république
    3- Mis en place une politique d’indépendance nationale sur le plan financier, monétaire, militaire et diplomatique
    4- Mis en place un assainissement financier , le franc fort , la force de dissuasion nucléaire , le retrait de la France du commandement militaire intégré de l’OTAN,
    5 -Refusé l’ Europe supranationale ;
    6-Fait une ouverture en direction des pays communistes et du tiers-monde ( reconnaissance de la Chine populaire, voyage en Amérique latine ).
    En Novembre 1965 quand Roger Frey, ministre de l’Intérieur, lui propose de sortir le « dossier » de son adversaire De gaulle répond « …Vous ne m’apprenez rien. Mitterrand et Bousquet, ce sont les fantômes de l’antigaullisme issu du plus profond de la collaboration qui reviennent. […] Que Mitterrand soit un arriviste et un impudent, je ne vous ai pas attendu pour le penser. Mitterrand est une arsouille… »
    De Gaulle évidemment refusera d’utiliser ce dossier.
    C’est la qu’on voit la différence de classe avec les nains de jardin qu’on a aujourd’hui.

    Pour François Maurice (revue Méthode ) « …Il n’est pas question de comparer ici les deux hommes. D’ailleurs l’idée même de comparer ces deux hommes est une escroquerie intellectuelle. L’un a été un homme d’Etat qui s’est inscrit dans la continuité d’un Louis XI, d’un Charles V et qui a laissé son nom dans l’histoire au niveau de ceux d’un Napoléon ou d’un Louis XIV. L’autre est un homme politique qui, de manigances en retournements de veste, a obtenu la fonction de Président pour se contenter de régner sans réellement gouverner. Le premier a sauvé la France. Le second a initié sa destruction. … »
    +1000
    Voir Le Connétable et l’Arsouille. Les rencontres du Général de Gaulle et de Mitterrand
    http://www.revuemethode.org
    J’ai pas regarder ce Biopic
    Je préfère de loin lire les 3 tomes écrit par Jean Lacouture mais pour l’instant je ne suis pas assez motivé»

    J'aime

    • Coucou dit :

      Complément, texte de Michel Onfray,

      Michel Onfray: les extraits de son nouveau livre explosif sur de Gaulle et Mitterrand

      EXCLUSIF – Le nouvel ouvrage du philosophe se veut une contre-histoire du gaullisme, mais aussi, à la façon de Plutarque, une comparaison entre le Général et son éternel adversaire. Le premier en ressort sublimé ; le second misérable.
      Par Michel Onfray
      Publié le 30 octobre 2020 à 07:32, mis à jour le 30 octobre 2020 à 09:49

      «Après la mort du général de Gaulle, il ne fut plus question de grandeur. Le Général avait dit que le peuple avait choisi d’être un petit peuple, il eut donc de petits gouvernants. Le plus petit des petits de ceux-là eut à cœur de détruire tout ce qu’avait fait le général de Gaulle ; ce fut sa seule constance: faire que ce qui avait été grand devînt petit, comme lui – il s’appelait François Mitterrand.

      L’opposition entre Charles de Gaulle et François Mitterrand met dos à dos un homme qui lutte contre l’effondrement d’une civilisation et un individu qui se moque que la civilisation disparaisse pourvu qu’il puisse vivre dans ses ruines à la façon d’un satrape. Le premier donne sa vie pour sauver la France ; le second donne la France pour sauver sa vie. L’un veut une France forte, grande et puissante, à même d’inspirer l’Europe des États ; l’autre la veut faible, petite et impuissante, digérée par l’Europe du capitalisme. L’un est un sénateur romain ; l’autre un citoyen de Capoue.

      Michel Onfray. 2020

      https://www.lefigaro.fr/histoire/michel-onfray-les-extraits-de-son-nouveau-livre-explosif-sur-de-gaulle-et-mitterrand-20201030

      J'aime

  11. jfsadys dit :

    Perdons-nous notre temps en confinement ? (2)

    « Liberté de la fenêtre ouverte, liberté de la clef de chez soi que l’on a dans la poche, liberté du dimanche matin, liberté du travail terminé et même du travail qui commence, et la liberté si douce d’un tendre sourire qui nous accueille en rentrant chez soi, et toutes les libertés enfin qui du matin au soir et du soir au matin illuminent les souvenirs de ceux qui ne les connaissent plus. Chère et douce liberté, comme nous vous chérissons, comme nous saurons aimer plus tard tout ce qui mérite d’être aimé. Car l’amour comme le bonheur, comme la liberté se trouvent partout. C’est devenu un lieu commun de le dire et, parce que c’est un lieu commun, beaucoup oublient que c’est vrai et que cela implique une certaine manière de le chercher. Comme un paysage trop connu que l’on ne voit plus, comme un parfum trop constant que l’on ne sent plus, combien de trésors ont été ainsi gaspillés, combien de sourires ont été perdus. Tous ces sourires de la vie, nous pouvons y penser maintenant, il faut même que nous y pensions, il faut que reprenant une à une toutes les grandes valeurs humaines, nous les reconsidérions non plus sous l’angle de la routine et de l’entraînement à la banalité quotidienne, mais par rapport à notre vie la plus intime et la plus profonde. Il faut que demain, ouvrant les yeux sur sa liberté toute neuve, chacun puisse se dire : maintenant j’ai compris, je sais où sont la vrai liberté, le vrai amour et le vrai bonheur, je sais qu’il ne faut pas attendre passivement qu’ils nous viennent d’ailleurs, des autres, de la société, du ciel ! Je sais que c’est en nous d’abord qu’il faut les découvrir. Ils seront tels que nous les feront et cela il faut que mes enfants aussi le sachent, que tous les enfants de France le sachent”. »

    Source: http://www.museedelaresistanceenligne.org/media6326-Extrait-du-journal-de-dA?fbclid=IwAR18lmPCXMwAU1hsKNQi-2oYOdvFe-6iiIUedfYDqP-b5P3Q7UAnw2ZMVjw

    J'aime

  12. jfsadys dit :

    Perdons-nous notre temps en confinement? (1)

    « Si ce titre peut paraître à la majorité d’entre nous une plaisanterie d’un goût douteux, je tiens cependant à le mettre en évidence car il pose d’emblée un problème auquel je ne crois pas inutile de réfléchir. A l’heure où de grands événements se préparent, à l’heure où l’aube de la libération semble proche et où toutes les énergies vont être nécessaires à la France pour chasser l’envahisseur, nous ressentons plus que jamais la douleur d’être inutiles, impuissants, enfermés. » (…)

    « Malgré que nous sachions fausses les nouvelles, bonnes ou mauvaises, qui nous sont transmises, malgré que nous tenions à faire preuve vis à vis de nous même et des autres d’un réalisme raisonnable, nous en subissons tout de même un peu l’influence dans la monotonie d’une vie où chaque détail prend figure d’événement . Cependant, ce qui est un défaut peut devenir une qualité et notre vie intellectuelle toute entière peut en tirer avantage. » (…)

    « Comme nous en avons le temps, nous apprenons à bien lire. Non seulement nous ne rejetons plus des ouvrages que jamais nous aurions eu l’idée d’ouvrir autrefois (dans la vie libre) mais nous ne sautons plus des pages ou des chapitres. Et à lire ainsi nous faisons quotidiennement des découvertes : tel livre d’aspect ardu est en réalité plein de vie, tel autre si stupide contient cependant un passage curieux, une idée intéressante, tel ouvrage traitant d’une science qui nous était inconnue ou indifférente nous ouvre des horizons nouveaux sur un domaine insoupçonné. » (…)

    « Conversations, bavardages avec nos compagnons, c’est là que la plupart d’entre nous peuvent constater combien les relations que nous avions avec les autres étaient superficielles lorsque nous étions libres. Libre, nous fréquentions, et c’était bien naturel nos amis et nos compagnons de travail, chez tous plus ou moins, nous retrouvions la même préoccupation et par là, la même opinion liée au milieu commun dans lequel nous évoluions. Les autres, nous ne les évitions pas, mais c’étaient les occasions de les rencontrer et surtout de pouvoir parler librement de tout qui étaient rares. Ici nous sommes réunis à la fois par la force des événements et par une grande communauté de base dans nos idées. Tout, bien souvent dans la vie nous aurait séparé, nous avons évolué dans des milieux différents pratiqué des professions diverses, nous avons eu des goûts, des activités, des préoccupations de toute nature. Nous avons réagi de manières différentes aux grands problèmes de la vie. Libre, nous étions souvent surpris de voir les autres penser autrement que nous, nous les désapprouvions,souvent nous étions prêt à entrer en lutte contre eux. Presque jamais nous n’avions le temps ni la volonté de vraiment chercher à les connaître et à les comprendre. Ici tout nous rapproche. A la fois les petites misères de la vie quotidienne et les principaux parmi les grands problèmes de demain. Ici nous pouvons et nous avons le devoir de parler librement…. Et nous en avons le temps… amplement. Apprendre à se connaître est une joie et un devoir. C’est une joie, car en chaque homme que nous découvrons, il y a quelque chose que nous ne possédons pas et dont nous pouvons tirer à tous points de vue un grand profit : c’est la somme de ces expériences passées et de ces réactions humaines devant la vie. C’est un devoir aussi d’apprendre à nous connaître, car ce n’est pas seulement demain, c’est dès aujourd’hui que doit commencer le grand travail de reconstruction de la France.  » (…)

    Source: http://www.museedelaresistanceenligne.org/media6326-Extrait-du-journal-de-dA?fbclid=IwAR18lmPCXMwAU1hsKNQi-2oYOdvFe-6iiIUedfYDqP-b5P3Q7UAnw2ZMVjw

    J'aime

  13. Coucou dit :

    Bonjour à vous tous,

    Défense européenne : l’Allemagne jette le masque 6 nov. 2020

    La ministre allemande de la Défense vient de marteler que la défense européenne reposait sur l’OTAN. Une position décevante pour la France, mais qui a le mérite de la clarté, estime Philippe Migault

    En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/opinions/80521-defense-europeenne-allemagne-jette-masque-philippe-migault

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.