Un peu de vérité ne fait pas de mal

Le Figaro de ce matin, à la suite de l’assassinat de Samuel Paty par un islamiste, publie sur deux pages, 18 et 19, le grand entretien de M. Guillaume Perrault avec M. Jean-Eric Schoettl, ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel. Cet entretien renoue avec un principe noyé dans le vacarme de l’indignation, la grandiloquence et les annonces tonitruantes: celui de respect de la vérité. Il s’adresse au lecteur en adulte responsable, contrairement à la grande explosion politico médiatique, aussi flamboyante qu’éphémère.

Depuis quarante ans, la mise en place au nom de l’Etat de droit d’un épais carcan de normes et de jurisprudences, en provenance de la cour européenne des droits de l’homme, du Conseil constitutionnel, plus récemment de la  cour de justice de l’Union européenne paralyse l’action publique en matière de sécurité et notamment de lutte contre le terrorisme, mais aussi de maîtrise des flux migratoires.

Le juriste montre, exemples à l’appui, comment, de fait, la jurisprudence de la Cour EDH interdit d’expulser un terroriste, ou rend son expulsion quasi-impossible; il explique comment les jurisprudences empêchent de fermer durablement une institution ou une association prosélyte; il prouve comment le couvercle jurisprudentiel rend de fait impossible la régulation de l’immigration familiale ou de l’asile ou la lutte contre l’immigration illégale.

La vérité est que le pouvoir en la matière appartient désormais aux juridictions protectrices des individus et non plus à des dirigeants élus au suffrage universel. Le juridisme poussé à son paroxysme, devenu une fin en soi tue le droit. L’excès de droit tue l’Etat de droit. M. Schoettl dit la vérité, une vérité que connaissent tous ceux qui ont été confrontés à l’exercice du pouvoir.

Alors dans ce contexte d’impuissance publique, il reste aux dirigeants nationaux la gesticulation, la logorrhée, la posture, pour leurrer le peuple et préparer leur réélection. Pédaler dans le vide est désormais le lot du pouvoir politique. La question n’est plus de se donner le meilleur gouvernant, mais le meilleur illusionniste. Il leur reste à s’ébattre dans le néant pour faire semblant, faire croire. Leurrer, tromper, abêtir le peuple, jongler avec les mensonges, les postures, le grand spectacle.

Pour tenter de briser ou fissurer le carcan d’impuissance, il faudrait un immense courage des dirigeants politiques, une vision de long terme, une formidable intelligence de l’histoire, force de caractère, compétence et sens de l’Etat et un peuple uni derrière eux dans un esprit de confiance indéfectible. Un peuple uni dans la confiance et des hommes d’Etat dignes de ce nom: aucune de ces conditions n’est aujourd’hui réunie et aucune des perspectives annoncées comme possibles par les sondages ne permet d’espérer, à ce jour, un redressement fondamental.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

106 commentaires pour Un peu de vérité ne fait pas de mal

  1. Anne-Marie G dit :

    In fine, cette prise de pouvoir du pouvoir judiciaire au nom des droits de l’homme n’est-elle pas la conséquence de la désaffection de l’Etat-nation au profit du futur Etat mondial ? Ne correspondrait-elle pas plutôt à la volonté dissimulée des politiciens de préparer le futur Etat mondial, dont l’U.E. constituerait une première étape ? Au-dessus des politiciens, s’est instaurée un nouveau dogme, via l’enseignement supérieur, en provenance des USA mais pas seulement, en faveur du « multilatéralisme », arbre qui cache pudiquement la forêt de l’Etat mondial, à la réalisation encore lointaine.
    On peut entendre cela comme un complot, avec ses réunions multilatérales régulières à l’échelle internationale dans la mesure où le but des protagonistes divers est dissimulé et se prépare avec des mesures aux échelons nationaux – du moins dans les pays occidentaux – de plus en plus restrictives de la liberté d’expression et de la souveraineté des peuples.
    Cette idée d’un Etat mondial a sans doute inspiré la création de l’ONU et peut-être de la SDN.
    Voilà mon humble avis sur toutes questions qui selon moi ne sont que les conséquences de ce projet mondialiste : le gouvernement mondial unique.
    Il est temps que tous ceux qui refusent ce sinistre projet s’unissent et préparent leur défense avant que le transhumanisme dans un avenir proche ne donne tous moyens aux gouvernants d’arraisonner les esprits pour en faire au sens presque littéral leurs choses. Et alors il en serait fini de l’humanisme et des notions d’humanité et de dignité que la loi de bioéthique commence déjà à malmener de façon préoccupante.

    J'aime

  2. Trigwen dit :

    Le jour où nous aurons un chef d’Etat digne de ce nom qui agira au nom de la France et des Français d’abord, un grand pas aura été franchi.
    Le jour où ce chef d’Etat enverra promener les injonctions de la Cour Européenne des Droits de l’Homme et la Cour Européenne de justice, nous aurons fait un grand bond.
    Le jour où ce chef d’Etat et le gouvernement qu’il aura choisi décideront seuls d’expulser les immigrés clandestins et les immigrés extrémistes sans passer par les juges et toutes les instances qui retardent ces expulsions, alors nous auront fait un bond immense. Le jour où ces gouvernants feront voter une loi qui décidera que la nationalité est celle du droit du sang et non celle du droit du sol nous aurons fait un bond et nous ferons réfléchir bien des potentiels candidats à l’immigration clandestine.
    Le jour où ce chef d’Eta fera voter une loi qui permettra de déchoir de leur nationalité française les binationaux et que ce président n’aura que faire des refus de certains pays de donner des visas consulaires, alors là, nous commencerons à faire réfléchir certains et un commencement de victoire sera peut être entamé.
    Et qu’importe les remontrances de la Communauté européenne et de ses technocrates à l’abri des terroristes, technocrates qui n’ont jamais souffert des attentats sanglants, qu’importe les protestations des pays où on renverra les immigrés illégaux car ces pays ont plus besoin de nos aides que nous n’avons besoin d’eux

    J'aime

  3. Georges dit :

    La démocratie est le meilleur moyen pour nous conquérir .

    J'aime

  4. Koufra dit :

    Bonjour Maxime,

    Est il possible de quitter la CEDH sans quitter l Europe ?

    Amitiés

    Koufra

    J'aime

    • Gribouille dit :

      Non, ce n’est pas possible (appartenir à la CEDH est une condition d’adhésion à l’UE).

      De plus, le traité de Lisbonne passé par M. Sarkozy, en dépit du résultat du referendum de 2005, fait obligation à l’UE d’adhérer à la CEDH, c’est à dire en particulier à la cour de justice de l’UE de suivre les décisions de la CEDH.

      On voit par là que le « gouvernement des juges » n’est pas une fatalité, mais le résultat des décisions de certains hommes politiques.

      Hommes politiques républicains, rassurez-vous.

      Ah, si la CEDH voulait…nous ferions monts et merveilles. Mais le pays n’est pas uni dans la confiance.

      J'aime

    • Koufra, sans quitter l’UE? oui, ce sont deux choses différentes, mais la question n’est pas de quitter la CEDH qui comporte certaines garanties parfois utiles face à l’arbitraire (liberté d’expression, droit à un procès équitable…) mais de l’assortir de réserves d’interprétation sur l’expulsion des terroristes par ex.
      MT

      J'aime

    • Pheldge dit :

      « qui comporte certaines garanties parfois utiles face à l’arbitraire » donc vous sous-entendez que sans la CEDH nous sommes dans un pays totalitaire ? Euh, MT, je ne voudrais pas être discourtois, mais sur ce coup là, je suis plus qu’étonné par votre commentaire.

      J'aime

    • Pheldge, non rien à voir avec la question du totalitarisme mais quand tous les recours sont épuisés devant la justice nationale la Cr EDH peut donner raison à des justiciables victimes de l’arbitraire surtout en matière de liberté d’expression: je parle en connaissance de cause, pas pour moi mais des relations.

      J'aime

  5. Anonyme dit :

    L’idéologie de la repentance mortifère nous plombe depuis des décennies.J’ai récemment visionné la trilogie d’Alexandre Arcady et son »grand pardon » qui contenait tous les ingrédients de la propagande envers notre identité .Bernard G…..y tiens le rôle d’une petite frappe soucharde homosexuelle perfide (le français moyen dans l’esprit du réalisateur) et face à lui le solide parrain pied noir qui se rallie à son alter ego maghrébin afin de donner la leçon à la vilaine .Dans son autre film ,Philippe Noiret y est dépeint comme le monstrueux colonialiste FRANÇAIS ,du sos racisme dans toute sa splendeur.

    J'aime

  6. Georges dit :

    La sortie du groupe d’influence que représente la CEE me semble inéluctable et VITAL.

    J'aime

  7. Coucou dit :

    Bonjour à vous tous,

    Après la décapitation de Samuel Paty, les pédagogues invitent les professeurs français à instaurer le sacro-saint dialogue dans les salles de cours à la rentrée. Analyse.

    Ainsi, il faudrait engager le débat pour savoir s’il est admissible de décapiter quelqu’un ? Mais enfin, quel débat? Quel dialogue? Quand aura-t-on la lucidité d’admettre que le dialogue est un signe de faiblesse face à des gens qui n’ont pas la moindre envie de parvenir à un consensus de vie commune et ne conçoivent notre cohabitation que sur le mode de la soumission?

    https://www.causeur.fr/samuel-paty-dialogue-ecole-185685

    Aimé par 3 personnes

    • cgn002 dit :

      A rajouter ici :
      « Cessons d’idolâtrer le dialogue: il n’a de raison d’être qu’entre des personnes qui s’estiment mutuellement et s’accordent sur un objectif commun. Clairement, nous ne sommes pas dans cette configuration. Choisir la voie du dialogue avec des gens qui nous méprisent et nous détestent, ce n’est ni honorable ni digne, c’est minable et lâche. Ce n’est, pour citer le titre de Marianne cette semaine, qu’une manière parmi d’autres de « se coucher ». »

      Aimé par 1 personne

  8. Coucou dit :

    Bonjours à vous tous,

    N’ayez pas peur ! Ouvrez les portes au Christ

    Homélie du saint pape Jean-Paul II (fêté aujourd’hui), au début de son pontificat, le 22 octobre 1978 :

    N’ayez pas peur ! Ouvrez les portes au Christ

    Pierre est venu à Rome ! Qu’est-ce qui l’a guidé et conduit vers cette ville, le cœur de l’Empire, sinon l’obéissance à l’inspiration reçue du Seigneur ? Peut-être ce pêcheur de Galilée n’a-t-il pas voulu venir jusque-là ? Peut-être aurait-il préféré rester sur les rives du lac de Génésareth, avec sa barque et ses filets ? Mais, conduit par le Seigneur et obéissant à son inspiration, il est venu jusqu’ici !

    Selon une vieille tradition, pendant la persécution de Néron, Pierre aurait voulu quitter Rome. Mais le Seigneur est intervenu ; il est venu à sa rencontre. Pierre s’adressa à lui et lui demanda : « Quo vadis, Domine ? » (« Où vas-tu, Seigneur ? ») Et le Seigneur lui répondit aussitôt : « Je vais à Rome pour être crucifié une seconde fois. » Pierre retourna à Rome et il y est resté jusqu’à sa crucifixion.

    L’époque actuelle nous invite, nous pousse, nous oblige à regarder le Seigneur et à nous plonger dans l’humble méditation du mystère du pouvoir suprême du Christ.
    Celui qui est né de la Vierge Marie, le Fils du charpentier – comme on avait coutume de l’appeler –, le Fils du Dieu vivant, comme l’a confessé l’apôtre Pierre, est venu pour faire de nous tous « un royaume de prêtres ».

    Le Concile Vatican II nous a rappelé le mystère de ce pouvoir et le fait que la mission du Christ – Prêtre, Prophète-Maître et Roi – continue dans l’Église. Tout le Peuple de Dieu participe à cette triple mission. Et si, autrefois, on déposait sur la tête du Pape la triple couronne, c’était pour exprimer, à travers ce symbole, le dessein du Seigneur sur son Église, à savoir que toute la hiérarchie de l’Église du Christ, et tout le « pouvoir sacré » exercé par elle, ne sont qu’un service, le service qui tend à un unique but : la participation de tout le Peuple de Dieu à cette triple mission du Christ et sa constante fidélité à demeurer sous le pouvoir du Seigneur, lequel tire ses origines non des puissances de ce monde mais du mystère de la Croix et de la Résurrection.

    Le pouvoir absolu et très doux du Seigneur répond à ce qu’il y a de plus profond en l’homme, aux aspirations les plus nobles de son intelligence, de sa volonté, de son cœur. Ce pouvoir ne s’exprime pas en langage de force, mais dans la charité et la vérité.

    Le nouveau successeur de Pierre sur le Siège de Rome élève aujourd’hui une prière fervente, humble et confiante : « Ô Christ, fais que je puisse devenir et demeurer un serviteur de ton unique pouvoir ! Un serviteur de ton pouvoir tout imprégné de douceur ! Un serviteur de ton pouvoir qui ne connaît pas de déclin ! Fais que je puisse être un serviteur ! Ou mieux le serviteur de tes serviteurs ».

    Frères et sœurs, n’ayez pas peur d’accueillir le Christ et d’accepter son pouvoir !
    Aidez le Pape et tous ceux qui veulent servir le Christ et, avec la puissance du Christ servir l’homme et l’humanité entière !

    N’ayez pas peur ! Ouvrez, ouvrez toutes grandes les portes au Christ ! À sa puissance salvatrice ouvrez les frontières des États, les systèmes économiques et politiques, les immenses domaines de la culture, de la civilisation, du développement. N’ayez pas peur ! Le Christ sait « ce qu’il y a dans l’homme » ! Et lui seul le sait !

    Aujourd’hui, si souvent l’homme ignore ce qu’il porte au-dedans de lui, dans les profondeurs de son esprit et de son cœur. Si souvent il est incertain du sens de sa vie sur cette terre. Il est envahi par le doute qui se transforme en désespoir. Permettez donc – je vous prie, je vous implore avec humilité et confiance – permettez au Christ de parler à l’homme. Lui seul a les paroles de vie, oui, de vie éternelle !

    https://www.lesalonbeige.fr/nayez-pas-peur-ouvrez-les-portes-au-christ/

    Aimé par 1 personne

  9. Annick Danjou dit :

    Moi ce matin je pense que rien ne bougera. La minute de silence à l’école dans les quartiers ça va changer la face du monde. C’est d’un ridicule! Il y aurait tant d’autres choses à faire et tant de décisions à prendre. Une semaine plus tard, tout retombe et certains n’y pensent même plus. Après l’espoir, le désespoir!

    Aimé par 5 personnes

    • alexrebelde dit :

      Faux !
      Pour moi il y aura un « avant » et un « après ».
      La tolérance et la retenue que je pouvais avoir « avant », n’existera-plus.
      Que ce soit dans l’espace public ou professionnel, je ne laisserais absolument plus rien passer.
      L’islam intégriste, l’islam « revendicateur » n’a pas sa place en France.

      Donc, OUI, quelque chose à changé : dorénavant, je combattrais l’islamisme, l’islam non tolérant, revendicateur… de toutes mes forces et par tous les moyens nécessaires. Et quand je dis tout, c’est vraiment TOUS.

      PS : Je me suis converti à l’Islam il y a plusieurs dizaines d’années par amour et par nécessité. La femme de ma vie est marocaine. Hors, selon la loi marocaine, une musulmane ne peut-pas épouser un non-musulman. Et lorsque vous vous convertissez, on vous demande de choisir… un prénom musulman,
      Comme quoi, concernant l’importance des prénoms, Zemmour à vraiment raison.

      J'aime

  10. Freddie dit :

    La seule vérité, c’est que le Coran nous condamne, et que contrairement à nos ancêtres, nous ne lui retournons pas la politesse.
    Tout le reste est échappatoire : incriminer les réseaux sociaux comme si l’islam les avaient attendus pour tuer les chrétiens, incriminer un droit européen derrière lequel nos élus sont trop contents de se déresponsabiliser, dissocier les musulmans qui vont jusqu’au bout de la masse passive, etc. A chaque fois, on accuse les outils et dérives de la modernité et l’état de notre société, alors qu’il s’agit d’une guerre de religion plus que millénaire. Notre vice ? L’orgueil. On se croit charitables, on se croit accueillants, on se croit plus civilisés, on veut rééduquer l’autre hors de ses croyances. Il faudrait essayer de sortir de cet orgueil pour commencer à réfléchir sainement aux solutions.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.