Police/témoignage

La sortie du confinement mental – deux mois et demi sans parler d’autre chose que du covid19 – s’effectue en fanfare avec un zoom géant concernant les accusations de « racisme dans la police ». Mais la nouvelle scène de matraquage médiatique est à sens unique. Certes, des actes inadmissibles s’y produisent, comme dans toutes les institutions, mais il faudrait les chiffrer pour montrer à quel point ils sont ultra-minoritaires. De même il serait utile de rappeler les mesures prises, les enquêtes et les sanctions sévères qui tombent (le nombre de révocations annuelles, plus élevé dans la police que tout autre corps de fonctionnaires.). Il faudrait surtout rappeler quelle est la réalité de la vie d’un policier: en région parisienne, un sur dix est blessé en service, le plus souvent à la suite d’une agression. Et encore ne parle-t-on pas des insultes, des crachats et jets de pierres qu’ils subissent. Cela n’excuse rien évidemment, mais quitte à parler de la réalité, il faut la dire en entier. Voici une petite anecdote, dont je certifie sur mon honneur qu’elle est authentique. C’était il y a trois ou quatre ans, un peu plus peut-être, je discute avec une toute jeune femme en uniforme, affectée dans un quartier dit sensible de la région parisienne. Nous sommes à part, hors présence de ses collègues ou de la hiérarchie. Les yeux sont rougis. « Vous ne pouvez pas savoir ce qu’est ma vie. Il n’y a pas un jour, pas une nuit où je ne suis insultée, traitée de sale pute et menacée de viol ou de meurtre, de viol surtout, et où je n’essuie des crachats. Vous ne savez pas ce que c’est, vous, que de vivre la peur au ventre, du matin au soir ».  Au commissariat voisin, trois policiers s’étaient suicidés, en moins de 18 mois. Attention, je ne dis pas que cela justifie, excuse quoi que ce soit de comportements marginaux qui sont évidemment inadmissibles et sanctionnés. Je dis simplement que quitte à aborder un sujet, il faut l’appréhender dans sa globalité.

(Les sites d’information ou politiques autres que ceux figurant au blogroll ci-joint ne sont pas autorisés à reprendre ce billet)

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

52 commentaires pour Police/témoignage

  1. Trigwen dit :

    Il est plus que regrettable de mettre au pilori toute une profession qui met sa vie en danger au quotidien en particulier dans ces quartiers peuplés d’immigrés dont certains sont des crapules finies, multirécidivistes et parfais plusieurs fois condamnées. Des crapules qui ne respectent rien ni personnes et haïssent la police parce qu’elle représente l’ordre, l’Etat et nuit à leurs business illégal et juteux. Laisser sous-entendre et dire qu’il n’y aurait que des brutes épaisses, violentes et racistes dans la police est révoltant.
    Il n’y a pas plus de racistes dans cette profession qui a malheureusement à sa tête un Ministre de l’Intérieur qui devraient les appuyer dans ces cas et les défendre. Un ministre qui ne fait rien en ce sens sauf de brefs discours en leur honneur. Mais quand il s’agit de les défendre, il n’y a plus personne car ces femmes et hommes politiques n’ont rien dans le pantalon. Ils craignent un embrasement dans ces cités lancé par une minorité très active plutôt que d’envoyer en masse des policiers pour ramener de l’ordre et y placer des agents des R.G. qui feraient un excellents travail. Les pires complices de ceux qui attaquent nos policiers sont les medias qui mettent en avant ces faits pour meubler leurs J.T. ou vendre du papier comme s’il s’agissait d’une catastrophe nationale, des medias qui ne cessent par leurs « reportages » à charge de mettre de l’huile sur leu.oin .Des medias qui sont, par leur action nocive et toxique, les complices de toutes ces racailles en les laissant s’exprimer et dire leur contre vérité.
    Il en est de même pour les policiers que pour les enseignants et les prêtres qui, selon les sous-entendus des pseudos-journalistes seraient en grande partie des pédophiles. Combien d‘affaires de pédophilie parmi ces enseignants et ces curés : peu mais ils représentent une classe plus en avant pourcentage sont des professions qui représentent moins de personnes que dans la population de la France dans laquelle on ne trouve en pourcentage pas plus de pédophiles que parmi eux. Il est plus aisé pour ces journaleux de mener à l’abattoir un enseignant ou prêtre accusé de pédophilie car ils sont peu nombreux et permettent à la presse de faire la une de leurs J.T. ou de leurs quotidien. En parlent-ils autant quand il s’agit d’un citoyen lambda dont la profession n’est pas mise en avant ? Non parce que cela n’intéresse personne sauf les victimes et leurs familles. Il en est de même avec nos policiers accusés de porter tous les péchés et vices de la terre mais, dans ces histoires où on tire à boulets rouges sur eux, jamais les journalistes n’en parlent au conditionnel oubliant que toutes ces personnes ne sont en aucun cas encore jugées et bénéficient avant tout de le la présomption d’INNOCENCE, mot absent du vocabulaire des journalistes.
    Des journalistes très enclins à donner plus la parole, parfois très douteuses et mensongère, aux crapules qui se disent victimes des policiers. De plus, combien de journalistes recoupent leurs informations avant de faire leur une ? Combien vont fouiller dans le passé de la pseudo victime ? Une infime minorité ! Et pourtant, dans l’affaire Adama Traore, celui n’était pas un saint, un pauvre petit noir inoffensif et innocent, loin de là : ce même Traore avait été condamné avec un de ses frères 17 fois pour, entre autres des faux en écritures publiques aggravés, des dénonciations calomnieuse une modification de scène de crime, acte qui laisse penser qu’il avait quelque chose d’illégal à cacher.
    A quand un vrai Ministre de l’Intérieur qui prendra le taureau par les cornes, à quand un Ministre de l’Intérieur digne de ce nom qui protégera ses troupes au lieu de baisser son froc devant les voyous, à quand un Ministre de l’Intérieur qui prendra l’immigration illégale en main et appliquera vraiment la loi avec les retours au pays sans courber l’échine devant toutes ses associations manipulées désormais par des minorités qui sont souvent à leurs têtes et protègent tous ces clandestins ?
    Un homme avait eu le cran d’agir et ne s’était pas arrêté aux mots : Charles Pasqua qui était un homme d’action mais depuis aucun ne lui est arrivé à la cheville sauf peut être Manuel Valls qui a tenté de remettre les choses au point. Malheureusement, Valls devenait gênant pour son parti dogmatique et pour l’extrême-gauche aussi, s’est-on arrangé pour le faire chuter.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Adama_Traor%C3%A9

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.