Le mécanisme de la diabolisation

M. Michel Onfray a lancé un magazine numérique intitulé Front populaire destiné à promouvoir la parole de personnalités qui pensent en dehors des sentiers battus sur l’Europe, l’euro, la nation, la mondialisation, la culture, le capitalisme… Quelques noms figurent parmi ses futurs contributeurs éventuels, Ph Villiers, JP Chevènement, le professeur Raoult. Il n’en a pas fallu moins pour que le mécanisme de diabolisation se mette en route. Les noms d’oiseaux volent dans la presse la mieux pensante, celle qui prétend dicter l’ordre du bien et du mal, la loi de la pensée correcte : « réacosphère », « extrême droite », Boulanger, Doriot, Déat, etc. Il ne manque plus qu’Hitler, Mussolini et Franco. Pas Mao et Pol pot, ces grands criminels de masse, pour lesquels nos gardiens du temple conservent un vieux fond de tendresse. La diabolisation ne joue pas contre le lepénisme qui dispose bien au contraire d’un accès ouvert et permanent aux médias radio-télévision, et, désormais bien calé à sa place dans le système, comme tremplin des victoires passées, présentes et à venir du « progressisme ». Mais il se déchaîne invariablement contre toute initiative venant troubler l’ordre idéologique français, maniant son outil privilégié, le point Godwin, c’est-à-dire l’assimilation, en dépit du bon sens,  à l’Hitlérisme et tout ce qui s’y rattache directement ou indirectement. Faute d’argumentation ou d’aptitude à argumenter, les pires insultes, les crachats glaireux, les flots de haine, se déchaînent contre toute tentative de desserrer l’étau de la pensée conforme et susceptible d’ébranler le pilier central de l’idéologie française ou de perturber son monopole. La méthode est ancienne: dans les années 1930, le parti communiste, branche française de l’internationale communiste ou Komintern, puis de nouveau dans les années 1950, traitait invariablement de réactionnaire, fasciste ou de nazi toute approche critique à son endroit ou envers l’Union soviétique de Staline. Le parti communiste a plus ou moins disparu de fait ou il n’en reste que des miettes. Pourtant, sa méthode a triomphé.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

50 commentaires pour Le mécanisme de la diabolisation

  1. cgn002 dit :

    A signaler l excellente et incontournable réponse de MO au journal Le Monde :
    https://frontpopulaire.fr/o/Content/co64179/police-mentale-et-ministere-de-la-verite

    J'aime

    • Citoyen dit :

      Ah, il faut bien reconnaitre que sur ce coup, Onfray a été grandiose !
      Autant à l’Immonde qu’à l’Abérration, il leur a taillé un costume grand luxe, dont ils ne vont plus pouvoir se séparer …
      Tout y passe !… ils en ont pour des lustre à déglutir le dessert sans pouvoir le digérer …
      Quand Onfray se lâche vraiment, ça mérite le déplacement !
      Chapeau l’artiste !

      J'aime

    • cgn002 dit :

      Il est normal qu’avec les emmer…rs, (disons les irrespectueux), arrive un moment où les pendules doivent être remises à l heure… !
      L église remise au milieu du village si vous voulez.
      MO rend ainsi service à ceux qui ne montrent pas dans les faits leur bienveillance (ou qui contournent, volontairement ou pas, leur malveillance).
      Réponse bienveillante donc de sa part ! ! !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.