Histoire d’O de Javel

Le service Désinfox coronavirus, mis en place avant d’être rapidement supprimé face aux critiques, a malheureusement été mal compris, a estimé ce vendredi 8 mai la porte-parole du gouvernement. « Quand vous entendez dans des vidéos qu’il faut boire de l’eau de javel pour pouvoir guérir du coronavirus, il est normal que le gouvernement souhaite faire en sorte que le maximum d’informations sûres et vérifiées soient mises à disposition. C’était l’unique but que nous recherchions. Malheureusement cela a été mal compris », a-t-elle souligné sur Europe 1.

Cette déclaration mérite toute notre attention, car elle n’a rien d’une improvisation, d’une maladresse. Elle exprime même à la perfection l’essence du mal politique actuel: les élites dirigeantes prennent les Français pour des imbéciles, des demeurés prêts à croire les pires inepties jusqu’à boire de l’eau de javel pour se soigner. Mais ce qui est le plus effroyable, c’est que cette croyance – selon laquelle les Français sont des imbéciles immatures – est profondément ancrée dans la tête de l’équipe dirigeante. Tout le reste en découle: dès lors que les Français sont considérés comme stupides, infantiles, il devient essentiel de les traiter comme de jeunes enfants de moins de sept ans dans une cour de récréation.

Ils ont  ainsi le droit de marcher pendant une heure, mais une heure seulement, pas une seconde de plus et dans un rayon d’un kilomètre. Attention! De marcher, oui, mais pas de courir: s’ils se mettent à courir, entre 10 H et 19H: 134 € d’amende. Pour sortir de chez eux, ils doivent se justifier en remplissant un formulaire méticuleux, exposant leur motivation, et surtout, sans rature ni correction (sinon , pan!). Il leur est strictement interdit d’aller à la plage, dans la forêt ou à la montagne, non pour des raisons sanitaires, mais « pour ne pas favoriser la tentation (sic) ». Car c’est bien aux dirigeants éclairés qu’il appartient d’éloigner le « petit peuple » de la tentation en l’éclairant sur la limite entre le bien et le mal, et en s’ingérant dans le plus intime de la vie privée.

Dirigeants éclairés? Comme si eux-mêmes avaient brillé sur l’anticipation de la crise, la cohérence du discours, la gestion des masques et des tests de dépistages… Traiter les Français plus bas que terre, les prendre pour des imbéciles, est une manière de leur faire expier des fautes qui ne sont pas les leurs en leur imposant un troublant esprit de pénitence. Si j’étais un responsable politique (ce que je ne suis pas et ne serai jamais), je conclurais mes discours de campagne en pointant du doigt la foule et en proclamant:

« C’est vous les chefs!  Le pire des crimes, en démocratie, c’est le mépris de ceux qui vous ont fait confiance en vous élisant. Il est interdit de vous traiter comme des enfants! Sous aucun prétexte! La France, c’est vous! De l’Elysée à la plus petite mairie, nous les politiques, sommes payés pour vous représenter! Et pour vous respecter!  Il n’y a pas d’idole, pas de sauveur ou sauveuse providentiel, pas de Jupiter ou autre demi-dieu!  Les seuls chefs, c’est vous! Nous les politiques sommes à votre service! Au service de la France! »

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

70 commentaires pour Histoire d’O de Javel

  1. Koufra dit :

    Propos inacceptables

    Maxime vos propos sont inacceptables !

    J’imagine que vos enfants vous dénonceront quand ils reprendront l école.

    Bienvenue en République Démocratique Allemande en Marche !

    https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200512.OBS28723/une-fiche-invitant-a-signaler-les-propos-inacceptables-des-eleves-sur-le-covid-agace-les-profs.html

    Amitiés

    Koufra

    J'aime

  2. bebert dit :

    Espérons que l’eau de javel soit bientôt classée substance vénéneuse

    J'aime

  3. Freddie dit :

    Jean Yanne, via Coluche, l’avait bien résumé. Allez sur youtube, cherchez « Coluche les cons » et visionnez le fameux extrait de Deux heures moins le quart avant Jésus Christ.

    J'aime

  4. cyril dit :

    Très bon article, Maxime, merci.
    En effet c’est insupportable d’être traité comme des gamins, une punition survient si je sors sans attestation. Il faut payer les fautes et erreurs de nos dirigeants, cela m’est doublement insupportable. Demain est le début du déconfinement, à chacun(e) d’être responsable et prudent afin que cela se passe le mieux possible, cyril

    J'aime

  5. Coucou dit :

    Bonsoir à vous, je trouve bien intéressant,conférence de Michel Houellebecq en Argentine,

    L’incorrect. La chaîne Youtube du ministère argentin de la Culture diffuse une passionnante conférence donnée par l’auteur de Soumission à Buenos Aires en janvier dernier. Extraits choisis d’une véritable feuille de température du paysage intellectuel français.

    Depuis une vingtaine d’années est apparu en France un phénomène assez étonnant, qu’on voit dans beaucoup de médias mais tout particulièrement dans le média dominant, le quotidien de référence le Monde, qui est manifestement un organe central de ce que l’on appelle le “politiquement correct” mais que je préfère appeler le “nouveau progressisme”. […] Immédiatement après 1945 et jusqu’à il y a à peu près vingt ans, les prolétaires, les ouvriers et plus généralement les pauvres bénéficiaient d’un a priori favorable dans les médias de l’élite. Ils étaient considérés comme respectables et leur point de vue considéré comme intéressant. De toute évidence, cette analyse était due à la domination du Parti communiste. Peu à peu, après 1968, cette domination intellectuelle s’est effritée et a subi un coup fatal avec la publication de l’Archipel du Goulag en 1974 par Soljenitsyne, livre qui a vraiment changé l’histoire du monde. Peu à peu, avec le déclin du parti, le respect envers le prolétaire a commencé à décliner. Et on a vu apparaître ce que l’on peut appeler une révolte des élites contre le peuple.

    https://www.valeursactuelles.com/societe/michel-houellebecq-les-elites-haissent-le-peuple-67809

    J'aime

    • Papi 2.0 dit :

      « Et on a vu apparaître ce que l’on peut appeler une révolte des élites contre le peuple. » Et désormais on peut lire et entendre ici et là « Il faut en finir avec le programme du conseil national de la résistance, il faut en finir avec l’héritage gaulo-communiste ».

      J'aime

    • cgn002 dit :

      @ coucou
      Une phrase bien caractéristique de nos élites :
      « Les intellectuels à l’heure actuelle sont des observateurs, des commentateurs engagés des faits de société. […] »
      Je rajouterais qu ils se contentent de tenter de tout comparer avec un référentiel appris, et non auto-construit sur la base du raisonnement et de la prise de hauteur (philosophique ou longtermiste).

      J'aime

    • Merci, très intéressant
      MT

      J'aime

  6. Citoyen dit :

     » Le service Désinfox coronavirus, mis en place avant d’être rapidement supprimé face aux critiques … »
    Bigre !!!… y’ a pas à dire, ce sont des rapides !
    Le service « Désinfox » a trouvé que la potion « Désintox » qui se répand sur le web, est mieux achalandé que la sienne ??? … Voyez-vous ça ?!?!… C’est plutôt curieux ….

     » Si j’étais un responsable politique (ce que je ne suis pas et ne serai jamais)  »
    Hé hé …, Maxime … Avec un discours pareil, vous ne risquez pas de vous faire élire … Vous feriez peur à ceux qui ont pris l’habitude de se faire materner par l’état-nounou …. Ils seraient décontenancés, déstabilisés … Ils penseraient que vous leur voulez du mal !…

    J'aime

  7. Pheldge dit :

    Bonjour M. Tandonnet, je crois que cette histoire d’avaler de l’eau de javel, vient de la relation d’une conférence de presse de Donald Trump, par des journalistes français, toujours prompts à ridiculiser le POTUS. La réalité étant comme toujours plus subtile et plus nuancée, comme le dit cet article de Dreuz. (il faudrait également visonner la conférence de presse, mais je n’ai pas trouvé de lien )
    https://www.dreuz.info/2020/04/25/les-journalistes-sont-des-blaireaux-ils-inventent-que-trump-veut-soigner-le-coronavirus-avec-de-leau-de-javel/
    En tout cas, ce nouveau revirement, montre une fois de plus l’amateurisme des clowns qui prétendent nous gouverner …

    Aimé par 3 personnes

  8. fraternel dit :

    ils nous prennent pour des imbéciles !c’est surtout qu’il ne fallait point critiquer les décisions prises ni accepter la contradiction et il a suffit qu’un inconscient raconte une absurdité que l’on prenne cela pour dire vous voyez bien!heureusement que nous avons mis cela en place!mais quelle bande d’hypocrites!non ce sont des journalistes qui se sont révoltés en voyant que l’on voulait supprimer leur moyen d’expression critique ah ben oui tous les journalistes ne sont pas des bénis oui oui du gouvernement!

    J'aime

  9. Sganarelle dit :

    Arrêtons d’abord avec «  la pédagogie » ce terme exaspérant concerne l’éducation des enfants pas celle des adultes.
    Parlons d’enseignement ou d’information les mots ne manquent pas en français ..mais on traduit de l’anglais comme Les «  distanciations sociales » qui ne sont que les « distances physiques » bien plus exactes et précises.
    Puisqu’on chipotte sur le langage en utilisant des périphrases pour ne pas fâcher , le terme méprisant de pédagogie ne devrait pas s’appliquer à moins de nous prendre pour des enfants.

    J'aime

  10. E Marquet dit :

    L’infantilisation de la société est un sujet à la mode repris à longueur d’articles et d’éditoriaux par ceux-là même qui l’entretiennent à plaisir. Si elle n’est pas contestable, la question pourtant devrait être : Pourquoi la Société dans son ensemble accepte-t-elle d’être infantilisée, si ce n’est par son propre refus d’autonomie ?
    Notre société de consommation nous gave d’images, de conseils de bien être, de loisirs etc…
    Notre Etat est devenu notre nounou et nous vivons à l’abri d’une grande nurserie.
    D’un côté, grâce ou à cause de l’instantanéité des médias, nous vivons perpétuellement dans l’émotion et la compassion (marches blanches, petites bougies, fleurs et nounours) ou/et dans la panique et la violence (cellules psychologiques, action en justice, demandes de réparation).
    Prédateurs ou victimes, tour à tour, nous souffrons de notre manque d’autonomie, car nous avons laissé à d’autres le pouvoir de décider à notre place.
    Par confort, manque de courage ou paresse, nous nous sommes laissé dépouillés de notre liberté, et nous nous offusquons aujourd’hui d’être traités comme des enfants incapables de se débrouiller seuls, de prendre de bonnes décisions ou de juger ce qui est bon pour eux.
    Privés de notre libre-arbitre, l’Etat nourricier nous dit ce que nous devons ou pas manger, boire, fumer, lire et même penser.
    L’Etat est devenu écrasant car, au lieu de tracer les grandes lignes de son action, de poser les limites nécessaires et de rappeler les règles structurantes de notre vie commune, il s’est mué en parent rassurant, protecteur et maternant, ce qui n’est pas son rôle, et a déresponsabilisé ses citoyens.
    Nous avons plus ou moins renoncé, souvent par la contrainte, à conduire notre vie personnelle et sociale, en en assurant personnellement la responsabilité.
    Toutefois, nous avons toujours la possibilité de reprendre cette liberté qui permet à chacun de modifier l’état des choses qui lui sont extérieures par des choix conformes au vrai bien. Faut-il encore le vouloir, avoir le courage de sortir de la nurserie étatique et accepter d’assumer les risques inhérents à cette liberté !

    Aimé par 3 personnes

    • cgn002 dit :

      Cette démarche de déresponsabilisation est rondement menée par Macron (mais pas que), et personne ne retrouve à redire lorsque par exemple, il proclame avec forte conviction l’incontournable « état providence » dont il aurait compris le fort désir « populaire »…

      J'aime

    • E Marquet, nous avons sans doute trop oublié ce lien entre risque et liberté.
      MT

      J'aime

  11. Florence dit :

    Votre billet est parfait, Maxime Tandonnet ! Cette infantilisation doublée de culpabilisation est totalement insupportable.
    Merci à vous.

    Aimé par 1 personne

  12. André Monrocher dit :

    Bonjour Maxime Tandonnet,
    « Le pire des crimes, en démocratie, c’est le mépris de ceux qui vous ont fait confiance en vous élisant », dîtes-vous. Chus tout à fait d’accord. Mais de quelque côté que l’on se tourne dans l’histoire…, y compris celui où l’on pourrait imaginer davantage de considération et de respect du peuple (je dis bien : imaginer). Sieyes (pour ne rien dire de Mirabeau, le Comte de Mirabeau) affirmait en 1789 que la France ne devait pas être une démocratie mais… « un état représentatif » : « Les citoyens […] n’ont pas de volonté particulière à imposer. S’ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif ; ce serait un État démocratique. » « Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants. » (Discours du 7 septembre 1789). Cet homme avait peur et se méfiait du peuple.
    Plus près de nous un certain Lénine : rentier Issu de la petite noblesse de province, habité lui aussi d’un profond mépris pour les citoyens de base, qu’il juge inapte à gouverner hormis via des représentants professionnels, massacre les paysans, les ouvriers, c’est à dire le peuple révolté par la collectivisation de la terre, les famines, et par… lesdits massacres.
    La liste est longue, qui vient jusqu’à notre époque et l’engeance méprisable et haïssable qui est au pouvoir et favorise l’abrutissement des masses via la destruction idéologique de l’école, via des émissions télévisuelles débilitantes, et la société de consommation qui conduit à des kilomètres de queue devant Mac Do. AM.
    PS. Une information qui m’est parvenue depuis la Polynésie française, me renvoie à un ancien échange en rapport avec la fuite en province de nombreux parisiens au début du confinement, et des interdits municipaux et préfectoraux qui en avaient résulté (et qui vous choquaient). Le tribunal administratif de Tahiti, a annulé récemment les dispositions du haut-commissaire local concernant couvre-feu, confinement et interdiction de la navigation de plaisance car « portant une atteinte grave à des libertés fondamentales ». Le document est intéressant. Je puis vous le faire suivre, s’il vous intéresse. Mais peut-être en avez-vous déjà pris connaissance.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.