La folie des grandeurs (et ses ravages)

« La folie des grandeurs » film culte réalisé par Gérard Oury, avec Louis de Funès et Yves Montand en 1971. 

Monsieur François Hollande quand il fut élu président de la République en 2012, voulait  « réenchanter le rêve français ». Son successeur, tour à tour, promettait l’avènement de Jupiter, un « nouveau monde », le « renouvellement », la « transformation de la France », la « refondation de l’Europe », désormais la réinvention (« se réinventer »). Derrière ces grands mots, il y a toute une vision de la politique qui découle à la fois du système présidentiel français et du naufrage narcissique touchant la classe dirigeante, l’un et l’autre se nourrissant mutuellement. Le résultat est une fuite permanente dans le grandiloquence et dans la vanité, tournée vers un objectif d’auto-sublimation.  Et en parallèle, cette vision se traduit par le déni éperdu de la réalité quotidienne. L’idée même d’anticiper sur les dangers d’une pandémie – dès que les signes en furent connus, en décembre 2019 – en adoptant les mesures nécessaires pour s’assurer de stocks de masques, de tests de dépistages, de places en réanimation suffisants, à l’image de l’Allemagne, les Pays-Bas la Suisse ou de la Corée,  n’était évidemment pas à la hauteur de grandes ambitions universelles à la dimension de ces « Messieurs/Dames » engagés dans la « transformation » de la France sinon de l’Europe et du monde. Nous vivons en ce moment les ravages de la politique mégalomaniaque. Pour les individus au pouvoir, le danger politique, électoral, n’est pas vraiment, comme ils le prétendent aux fins de se rassurer, la « menace populiste », cet épouvantail sur lequel ils comptent s’appuyer pour poursuivre encore 120 ans leurs méfaits. Le danger électoral, pour eux, est dans l’émergence à l’échelle politique et médiatique nationale, d’un groupe de personnalités sérieuses, responsables, réalistes, pragmatiques, désintéressées pour elles-mêmes, déterminées à se mettre au travail, qui sauront convaincre les Français que la politique n’est rien d’autre que le service discret et modeste, actif plutôt que bavard, de l’Etat et de la France.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

37 commentaires pour La folie des grandeurs (et ses ravages)

  1. Zonzon dit :

    Habituellement discrets, sauvages œuvrant dans le silence profond de leurs laboratoires, des scientifiques prennent goût à venir se pavaner à l’Athélée !

    Ils auraient mieux à faire, seuls les Bac + 15 suivent !

    Et ils font du tort aux communiquants professionnels qui vont se retrouver au chômage !

    J'aime

  2. Zonzon dit :

    Le premier objectif d’une réforme constitutionnelle : écarter du Pouvoir tous ces citoyens bas de gamme – intellectuellement et moralement insuffisants – qu’on appelle politiciens.

    J'aime

  3. Zonzon dit :

    LES HOMMES, LES FEMMES

    Les mères de famille sont plus utiles à la Nation que les sous-marinières.

    J'aime

  4. Zonzon dit :

    « … un groupe de personnalités sérieuses, responsables, réalistes, pragmatiques, désintéressées pour elles-mêmes, déterminées à se mettre au travail … ». Ceux-là s’appellent des « Purs » ou encore des « Sages » !
    Depuis 1974 nous n’en avons jamais vu un seul dans le sérail politique ! Il faut donc les chercher ailleurs que chez les politiciens.

    « … qui sauront convaincre les Français que la politique n’est rien d’autre que le service discret et modeste, actif plutôt que bavard, de l’Etat et de la France. »

    Pour qu’ils puissent œuvrer efficacement une réforme constitutionnelle drastique est indispensable.

    Le peuple les désignera non comme des personnalités, plus ou moins célèbres dont on n’a que faire, mais comme porteurs de projets sur lesquels ils s’engagent au prix de leur honneur.

    Au terme de leur mandat ils deviendront des pairs, des honorables – qui formeront des chambres de contrôle – ou seront poursuivis et condamnés pour indignité nationale.

    Les projets, ce n’est pas ce qui manque : désimmigration, frexit, Europe des Agences, équilibre budgétaire, politique de la famille et de la vie, réforme du syndicalisme, du pouvoir judiciaire …

    Aimé par 1 personne

  5. Alain RAYNAUD dit :

    Dans plusieurs de vos « billets » vous faites allusion à un groupe de personnes soucieuses du Bien commun, de personnes plaçant le service comme tâche première. Ces personnes existent-elles réellement, ou ce n’est qu’un rêve d’une France solidaire ?

    J'aime

    • cgn002 dit :

      Ces personnes ont toujours existé et existeront toujours.
      Elles deviennent hélas de plus en plus minoritaires.
      Le premier motif de résignation, c est justement de penser que tout type de valeur n est plus possible (comme la notion de service rendu, le courage, le désintéressement, l altruisme, etc).
      Il est bien évident que lorsque on vous inculque l égoïsme l individualisme et la lâcheté, avec récompense ou approbation associée, il est difficile de redresser le mauvais pli…

      J'aime

  6. there dit :

    Les êtres dont vous parlez existent bel et bien mais étant ce qu’ils sont ils fuient les cercles des mignons et du pouvoir, cette fange les rebute, ils sont trop intelligents pour ignorer qu’ils seraient mangés par la pesanteur du monstre – L Elysee est nommé « le château » belle référence au fulgurant Kafka – . Un jour, bien sûr cette pyramide d ineptie nous tombera sur la tête. Les petits faquins fuiront alors un pouvoir bien trop risqué pour eux . Il faut espérer que ces hommes valeureux puissent prendre les rênes. Ce n’est pas gagné car les temps troublés sont aussi favorables aux sanguinaires. Nous verrons bien , ou pas .

    Aimé par 1 personne

  7. Sganarelle dit :

    La folie des grandeurs n’est que la conséquence de l’hubris humain qui est une des figures de la démesure . A se vouloir l’égal de Dieu ou de Jupiter l’être humain est atteint de la folie des grandeurs et croit diriger la nature et son destin. Nous en avons la triste expérience actuellement face à un virus dont on ne sait pratiquement rien. Ainsi nous avons cautionné et encouragé des expériences dignes de Frankenstein sorties toutes droites des labos chinois , mais il n’était pas question de les effectuer chez-nous, l’éthique et la SPA n’auraient pas autorisé les clones et autres avancées dans la recherche des chimères. Que l’erreur soit probable ou non et peu importe la provenance , il reste que nous payons très cher la présence d’un tout petit virus qui peut anéantir notre monde.
    Rien que ça devrait nous incliner à plus d’humilité. Nos dirigeants qui se croyaient les maîtres des horloges montrent leur incapacité leurs failles et leur vrai visage et les scientifiques qui s’affrontent nous montrent que nous sommes tous infiniment petits et que nous broyons du vent quand nous ne sommes pas dangereux.

    Aimé par 1 personne

  8. Solomiac dit :

    Ce groupe de personne actif et pragmatique qui veulent être au service des français existe déjà, pas besoin de l’attendre comme le messie et de parler dans le vide : IL EXISTE !!!!!
    Mais les français préfèrent voter pour leurs bourreaux……….
    Thierry SOLOMIAC

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.