« Le jour d’après »

60 parlementaires ont lancé un débat en ligne sur « le jour d’après », c’est-à-dire après le virus et après le confinement. Il faudra, selon eux, « réapprendre à vivre en concordance avec la nature, [afin] de réinventer le lien social et le vivre-ensemble, de développer la solidarité́ internationale plutôt que de favoriser le repli sur soi (sic). » Bref, transformer le monde avec les formules bienheureuses qui le mènent depuis des années. Alors que 8000 Français sont morts dont 2000 dans la misère et la solitude des EHPAD, que des dizaines de millions souffrent en ce moment le martyre dans le confinement de leur réduit, sans jardin ni balcon, « le jour d’après » est à la mode et les députés LREM inventent des lendemains qui chantent. Comme dans une réminiscence des idéologies du XXe siècle, ils promettent l’avenir radieux. C’est à chaque fois la même histoire: fuir la réalité dans la parole creuse. Au fond, les marchands d’illusions veulent refaire, avec « le jour d’après », l’imposture du « nouveau monde » de 2017. De l’humiliation et la douleur d’une nation, ils entendent extraire un idéal, beau rêve progressiste d’harmonie et de bonheur. Et derrière cette démarche, il y a évidemment l’euphorie anticipée de la réélection élyséenne, leur unique obsession, et la perspective de perpétuer la magie du mandat ayant fait d’eux des gens importants. Mais le jour d’après, le véritable jour d’après, sera tout autre chose. Ce jour d’après s’annonce comme une vague épouvantable de chômage qui va priver des millions d’hommes et de femmes de leur gagne-pain et de l’outil de leur dignité; la ruine des petits commerces, de l’artisanat, de centaines de milliers de PME; une poussée de la pauvreté; un cumul de déficits et de dettes titanesques, de violentes en sanglantes secousses planétaires comme il en naît de toutes les récessions géantes. Le jour d’après, les Français n’oublieront pas forcément et si vite leurs morts dans les EHPAD ou les décès faute de places en réanimation, les vertigineuses volte-face de leurs dirigeants sur les masques, sur les tests, sur le chloroquine, et sur la nécessité de prendre des précautions, reconnue si tardivement. Ils n’auront pas forcément tout oublié, par exemple de la scène martiale du 7 mars les invitant à ne pas craindre le virus. Peut-être même que le jour d’après, les Français ne suivront pas comme un immense troupeau hébété,  la béatitude enchantée qui ruisselle en permanence des chaînes de télévision  et de radio. Peut-être même auront-ils à l’esprit de  demander quelques comptes ou au moins quelques explications. Qui sait? Quant à la suite politique, ou électorale, qui peut sérieusement prétendre aujourd’hui avoir la moindre idée de ce que sera dans deux ans la réaction populaire à cette effroyable séisme ?

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

71 commentaires pour « Le jour d’après »

  1. Zonzon dit :

    Aléatoire est le long chemin de ces particules indistinctes, lovées dans la nourriture traditionnelle d’un nomenklaturiste de Wuhan, qui se retrouvent inopinément dans les narines d’un modeste pensionnaire d’un Ehpad des environs de Noeux-les-Mines.

    La Mondialisation c’est ça !

    Aimé par 1 personne

  2. Zonzon dit :

    Il n’y a pas que la pandémie !

    Il y a aussi le tourisme transcontinental des week-ends bobos et les excentricités sexuelles exotiques consommées sur place !

    La Mondialisation c’est ça !

    J'aime

  3. Zonzon dit :

    « Allez enseigner à toutes les Nations » dit-Il

    Et les Nations sont venues «s’»enseigner sur place !

    J'aime

  4. cyril dit :

    merci Sganarelle de vos enseignements et de votre sagesse, Cyril

    J'aime

  5. Citoyen dit :

    « réapprendre à vivre en concordance avec la nature, [afin] de réinventer le lien social et le vivre-ensemble, de développer la solidarité internationale plutôt que de favoriser le repli sur soi (sic). »
    Ce passage ressemble, à s’y méprendre, à un manifeste de vermine pastèque … ça commence mal !…
    Et quand on va sur leur site, ça vaut le déplacement … dans les sujets proposés, il y a, à hurler de rire …

     » « le jour d’après » est à la mode et les députés LREM inventent des lendemains qui chantent.  »
    Il y a de ça ! … Dans le monde psychiatrique, il me semble que c’est qualifié de fuite en avant … qui permet d’échapper au présent …
    Mais surtout de noyer le poisson, en parlant d’autre chose … ce qui permet d’évacuer les sujets qui fâchent … à commencer par les responsabilités !

    J'aime

  6. Coucou dit :

    Bonjour à vous, le jour ou le monde d’après ?,

    Alors que des mosquées profitent de la crise sanitaire pour faire sournoisement retentir l’adhan, l’appel à la prière du muezzin, il est important de rappeler en quoi cet appel est problématique, et pourquoi il ne peut pas être mis sur le même plan que les cloches des églises.
    https://www.causeur.fr/le-muezzin-et-les-cloches-175121

    J'aime

    • Citoyen dit :

      Contre le dérangement sonore occasionné par le muezzin, pour ceux qui habitent dans cet environnement, et sont indisposés, des solutions existent … il suffit de couvrir ce bruit par un autre bruit …
      Cela peut-être l’occasion, pour les possesseurs de motos à l’échappement pas très réglementaire, de faire chanter leurs moteurs en chœur … Ou pour d’autres catégories possédant des enceintes haut rendement des quelques centaines de watts, placées sur leur balcon, leur toit, ou leur jardin s’ils en ont un, de faire savoir leur dérangement en diffusant de l’AC/DC par exemple, à bon niveau, qui devrait couvrir le bruit ambiant …
      La méthode est simple, elle consiste à couvrir un bruit désagréable, par un autre qui l’est moins … Une manière de faire comprendre à ceux qui dérangent, qu’ils sont un dérangement …

      J'aime

  7. Zonzon dit :

    @ Janus le 7 avril à 10 h 43
    « Alexandre le Grand ou Auguste …  » …. et si on essayait des Purs ?

    Sémantique. Remigrer alors que nous sommes là depuis pas mal de temps ? Plutôt désimmigrer parce que … quand même … ils sont trop nombreux !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.