Où commence l’inacceptable?

« Et que feriez vous à leur place? » Bonne question. Gouverner dans l’apocalypse est de toute évidence une épreuve terrible. Qui voudrait être à leur place aujourd’hui?

Les dirigeants politiques à la tête du pays, depuis des années, sont avant tout des artistes de la  communication. Ils ne sont, pour l’essentiel, ni des visionnaires, sensible à la tragédie de l’histoire et son caractère imprévisible, capables d’anticiper sur l’événement, ni des hommes d’action, susceptibles de faire des choix cruciaux et de décider. Ce sont de brillants acteurs médiatisés, des séducteurs, des virtuoses dans l’art des illusions et des chimères. Tel est le fruit du déclin de l’instruction et de la médiatisation à outrance de la vie publique.

L’absence d’anticipation, les erreurs d’appréciation et les volte-face, font partie des aléas de la vie gouvernementale. Ils relèvent de la responsabilité politique, et non de la responsabilité pénale. En cette période d’anéantissement de la démocratie parlementaire, il incombera au peuple (s’il en est capable) d’en tirer les conclusions le moment venu.

En revanche, par delà les vicissitudes et les errements d’une gouvernance de crise, il est des comportements qui sont par définition impardonnables, inacceptables dans toute tragédie collective et qui eux, ne relèvent pas de l’erreur ni de la responsabilité politique, mais de la faute morale. Voici des bornes qui ne devraient jamais être franchies:

  • Rejeter les torts de l’imprévision et de carences sur les autres, sur les prédécesseurs ou les conseilleurs, réels ou supposés, c’est-à-dire se défausser de ses propres responsabilités;
  • Se moquer du monde, des millions de personnes plongés dans le malheur, en se livrant, dans pareilles circonstances, à toute forme de communication narcissique ;
  • La mauvaise foi, l’entêtement, l’incapacité à accepter la critique et à reconnaître ses torts même les plus évidents;
  • Profiter du chaos et du désarroi pour imposer des mesures non strictement nécessaires et touchant aux libertés, à la démocratie ou aux droits sociaux de la nation;
  • Etre affleuré par l’idée même de mettre à profit la tragédie d’une nation dans un objectif personnel de conquête ou de conservation du pouvoir.

Maxime TANDONNET

 

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

83 commentaires pour Où commence l’inacceptable?

  1. pabizou dit :

    je ne comprend pas . Qu’est ce c’est les droits sociaux de la nation? La solidarité obligatoire? La pluralité de l’information payée par l’impôt et qui transforme la presse en organe inféodé au pouvoir? Le baratin des syndicats qui permet la survie du communisme malgré ses échecs? L’étatisme forcené charge de cacher sous le tapis les méfaits d’une constitution inadaptée a un monde ouvert, manipulable a volonté par le choix d’en confier la garde a un conseil constitutionnel entre les mains de politiques qui n’ont qu’une envie, la traficoter a l’avantage de l’idéologie du moment . Allant même jusqu’à supprimer le crime de haute trahison . Le mépris des droits naturels s’inscrit dans tous les droizaquis qui n’ont pas de raison d’être et sont en opposition frontale avec la liberté et le droit de propriété . C’est tout ceci, et bien d’autres choses encore qui explique que nous en soyons arrives a ce point de déliquescence dans presque tous les domaines . Peut on vraiment s’étonner qu’une caste n’ai de cesse de consolider son pouvoir lorsque les victimes sont consentantes et même en redemande parce que c’est plus facile de suivre que de se poser des questions . Cette crise sanitaire est une aubaine pour certains et ils feront tout ce qu’i!le pourront pour cacher leurs échecs et si possible en tirer profit . Pour moi, elle sera sans doute une preuve de plus que sans réels contre-pouvoir la démocratie et l’étatisme sont incompatibles .

    Aimé par 2 personnes

  2. Anonyme dit :

    « Gouverner dans l’apocalypse est de toute évidence une épreuve terrible.  » Ils ne gouvernent pas dans l’apocalypse, ils SONT l’apocalypse.

    J'aime

  3. Coucou dit :

    Bonjour à vous, et voilas que le tour de France ce délocalises aussi !
    https://www.lepoint.fr/cyclisme/exclusif-le-tour-de-france-2020-aura-lieu-en-coree-du-sud-01-04-2020-2369676_3959.php
    *****************************
    Quand l’Europe se réveillera-t-elle de son sommeil géopolitique ? Le directeur de la Croix Rouge chinoise, Sun Shuopeng, le 20 mars, critique publiquement, à Milan, le gouvernement italien et le peuple d’Italie pour son laxisme. Imaginons la scène inverse : un responsable médical européen vilipendant le gouvernement chinois pour son incurie. Que n’entendrions-nous pas ! Néo-colonialisme, orientalisme, racisme… Mais, ici, tout le monde dodeline du chef et commence à battre sa coulpe : ne sommes-nous pas incapables de construire des hôpitaux en trois mois ? Des millions de masques en une semaine ? Seul la Chine le peut ! Ainsi soit-il…

    https://www.causeur.fr/la-redoutable-diplomatie-du-masque-chinoise-174768

    J'aime

  4. Janus dit :

    C’est affreux, tout a déjà été dit, tout a déjà été pronostiqué et nous n’en avons pas tenu compte. Mais il est vrai que plus personne ne lit :
    « Après avoir pris ainsi tour à tour dans ses puissantes mains chaque individu, et l’avoir pétri à sa guise, le souverain étend ses bras sur la société tout entière ; il en couvre la surface d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule ; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige ; il force rarement d’agir, mais il s’oppose sans cesse à ce qu’on agisse ; il ne détruit point, il empêche de naître ; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger » (Tocqueville).

    Je lis a présent le livre de l’historien américain R.M. DOUGLAS « Les expulsés » sur les expulsions de 1945 à 1949 des populations d’origine germanique dans les pays de l’Est européen (Pologne, Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Roumanie, Hongrie) Les horreurs nazis ont été égalées voire dépassées dans l’indifférence générale et avec l’esprit de vengeance, compréhensible, mais effrayant. C’est ce qui arrive aux peuples imprévoyants et légers, gouvernés par des voyous ou des escrocs. Pour ce qui est de la Pologne, de la Hongrie et de la Tchécoslovaquie, c’est le résultat dramatique du désastreux traité de Versailles voulu par l’immonde Clemenceau, qui porte une très lourde responsabilité dans les événements tragiques qui ont suivi de 1938 à 1949 : Il ne faut JAMAIS faire confiance à un socialiste.
    Et tout cela devrait nous alerter sur ce qui nous arrivera dans 20 ans avec l’afflux de populations allogènes désormais inassimilables pour des raisons de nombre et de prégnance de la culture islamique. Les premiers signes nous apparaissent avec évidence dans le refus suicidaire des banlieues de respecter le confinement et l’explosion corrélative des structures hospitalières de Seine-Saint-Denis et la démission de l’État.

    Aimé par 1 personne

  5. L’apocalypse est un mot grec qui désigne la révélation.
    La crise sanitaire a permis de révéler la lâcheté d’Agnès Buzyn.
    C’est une excellente révélations.
    D’autres révélation suivront, sur les traitres !

    Aimé par 1 personne

  6. cyril de fayet dit :

    Maxime, je trouve bien vu votre différence entre énarque et technocrate ! en effet il convient d’éviter de faire l’amalgame trop vite,
    merci pour la qualité de ce blog-rebelle !
    cyril de fayet

    J'aime

  7. cyril de fayet dit :

    bonjour Maxime, votre article est très intéressant, mais je n’aurais pas employé le mot « apocalypse »
    qui signifie fin du monde. Nous vivons une periode tres difficile, certes, mais il faudra bien que la vie continue ! nous, nos enfants, petits enfants devront construire un avenir meilleur. Il faudra changer des comportements, replacer l’homme au centre du monde, pas l’argent et le business.
    c’est sans doute hypothétique ?? cyril

    J'aime

  8. Alain De Vos dit :

    EM demande l’unité! Mais, nous sommes unis mais pas derrière lui.

    J'aime

    • A de Vos, contre lui?
      MT

      Aimé par 1 personne

    • Alain De Vos dit :

      En fait, avec cette question c’est lui-même,E M, qu’il interroge et tout ce qu’il a fait ou ce qu’il n’a pas fait pour obtenir une véritable union.
      Comment serions-nous unis derrière lui pour le futur; aucune raison valable ne se dégage dans ce sens.
      Je sens qu’il nous rejoue toujours la même scène : le pourrissement, la reprise en main par des mots sans suite réelle mais surtout avec toujours l’index pointé vers l’UE comme un sauveur alors qu’aucune prospérité n’est née de celle-ci.
      Va-t-on mettre fin à cette UE?? Et reprendre notre marche là où nous lavions laisser il y a 40 ans.

      J'aime

  9. Sganarelle dit :

    Le portrait est criant de vérité.
    Quand l’épidémie sera sur sa fin nous allons nous retrouver enfin avec des millions de masques et du matériel commandés actuellement et qui n’arrivent pas ..et alors on s’en débarrassera..et rebelotte.
    Ça s’appelle «  gouverner »

    Aimé par 1 personne

  10. Janus dit :

    Une reflexion sur le confinement et ses effets : http://www.autochtonisme.com/2020/03/confinement-et-violence.html
    Si cette analyse prospective est fondée,nous allons vers des lendemains qui chantent…

    Aimé par 1 personne

  11. Al West dit :

    Cher Maxime,

    Le 1er point est, il me semble et comme souvent avec ce gouvernement, cité comme comportement « à problème » dans l’échelle des comportements. C’est pas moi c’est l’autre… (un peu puéril, mais n’est-ce pas logique avec un président-enfant ?)

    Sur 4ème point (« Profiter du chaos et du désarroi pour imposer des mesures non strictement nécessaires… ») : le gouvernement n’a-t-il pas profité du conseil des ministres exceptionnel dédié au Covid 19 pour annoncer l’utilisation de l’article 49.3 de la Constitution afin d’adopter sans vote la réforme des retraites ? (source : https://laviedesidees.fr/Savoir-et-prevoir.html?fbclid=IwAR2A1B-wmcXMDQd1a_9kzul_47vySYpuhrdZX9Uk7uGy9UAsuVyJs-4vq1k)

    Aimé par 1 personne

  12. pgibertie dit :

    A reblogué ceci sur LE BLOG DE PATRICE GIBERTIEet a ajouté:
    La volonté de discréditer le protocole Raoult en multipliant les fausses nouvelles est inacceptable

    J'aime

  13. François Martin dit :

    Bonjour à tous, puis-je en proposer une autre? « Faire passer le souci de son image et de sa popularité avant l’intérêt général ». Cela rejoint ce que vous dites sur la société de communication. Je fais bien sûr allusion au fait que nos dirigeants auraient sûrement pu anticiper certaines décisions (achat de matériel de protection, dépistage, interdiction de rassemblements) mais qu’ils ont eu peur de l’image négative que cela donnerait d’eux, des critiques et même des moqueries qui s’étaient manifestées naguère à l’encontre de Mme Bachelot.
    Et cela, je le trouve très grave.
    En tout cas, merci de poursuivre ce blog!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.