Le mal de la politique française

“Dans quelle mesure trouvez-vous que le gouvernement français gère bien, ou mal, l’épidémie de coronavirus?”, 59% des personnes interrogées entre le 26 et 27 mars répondent par la négative, contre 36% qui pensent l’inverse. Ce score traduit un bond spectaculaire de 18 points d’opinions négatives par rapport à la vague réalisée les 19 et 20 mars derniers (sondage institut Yougov)

Grosso modo, les deux tiers des Français ne font pas confiance à leurs autorités politiques pour faire face à la crise du coronavirus. Dans une période aussi tragique – 2000 morts annoncés – cette crise de confiance, en plein cataclysme,  est quelque chose d’inédit et de monstrueux.

Elle est le produit de la faute originelle de la politique française, sa faute éternelle, la source de son mal profond et de sa déchéance. Les dirigeants politiques n’ont de cesse que de prendre les gens pour des c… pardon, pour des imbéciles. Ce n’est pas que le peuple ait par définition toujours raison. La vox dei n’est qu’un mythe parmi d’autre. Le peuple se trompe parfois, notamment quand il vote. Simplement, en tant qu’être collectif, il n’est pas aussi stupide que ne le croient intimement, profondément, même inconsciemment, les milieux du pouvoir.

L’image assumée du « thaumaturge », le président comme un roi de France qui guérit par sa seule présence, en témoigne. Les milieux dirigeants sont animés par la certitude qu’on peut indéfiniment mener le peuple par des « songes » comme disait l’autre (Chateaubriand), l’apprivoiser, le diriger par des histoires, des légendes, des contes ou des mensonges. Ils croient que les mots « union sacré, guerre, guerre, guerre, (même quand la tragédie est, par sa nature, tout autre chose qu’une guerre), l’invocation des tranchées et de Clemenceau suffisent à emporter la conviction. Autrefois, on parlait de propagande, sans que ce mot n’ait le caractère péjoratif qu’il a pris. Aujourd’hui, on dit communication: le sens est le même. La propagande ou la communication ont leurs limites.

En cette période si difficile, les Français attendent de leurs dirigeants autre chose que du cinéma et de la frime ou toute autre manifestation de vanité. Ils attendent un discours simple, concret et authentique, les yeux dans les yeux : où sont les masques et les tests de dépistages, les places en réanimation? Pourquoi rien n’a-t-il été anticipé depuis janvier? Pourquoi ce sinistre fiasco de la puissance publique? Et que fait-on pour y remédier? Pourquoi s’est-on si lourdement, si longuement et si gravement trompé sur l’ampleur de la maladie? Pourquoi ses plus hauts dirigeants les ont-ils invités, encore jusqu’au 11 mars, à continuer à vivre sans changer leurs habitudes, avant de basculer cinq jours plus tard dans un autre monde?

Les Français n’attendent pas des miracles de leurs dirigeants, mais un minimum, un minimum de vérité, de sincérité – voire même de  mea culpa. La question de « l’unité nationale » n’a strictement rien à voir. Ceux qui ont fauté ou se sont trompé, ont été négligents ou défaillants, doivent assumer leurs erreurs en temps réel pour éviter qu’elles ne se reproduisent indéfiniment et ouvrir d’autres pistes.

Le professeur Juvin, un grand scientifique, méritant notre confiance en tant que médecin, accuse les « conseillers » de trahison (sic) et dédouane les grands « politiques ». Le professeur Juvin, qui encore une fois, comme médecin et scientifique, mérite notre infini respect, commet-là une erreur fatale: de fait, les politiques choisissent eux-mêmes leurs conseillers et sont donc responsables de ce choix. Si par malheur, ils laissent les conseillers décider à leur place, ils sont aussi entièrement responsables et fautifs de leur propre démission. S’ils gardent auprès d’eux des conseillers incompétents ou malhonnêtes, ils sont aussi responsables de leur maintien. Enfin, la vérité, c’est que les grands maîtres actuels de la politiques n’écoutent pas vraiment leurs conseillers ou si rarement. Convaincus, à tort, de la supériorité de leur instinct, ils n’écoutent bien souvent qu’eux mêmes. Ensuite, il est facile de chercher des boucs émissaires et de dédouaner les véritables responsables en accusant les conseillers de trahison.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

84 commentaires pour Le mal de la politique française

  1. MISSONNIER dit :

    C’est loin d’être une guerre.

    En période de guerre, il y a un adversaire, un ennemi, une entité avec une stratégie.
    En guerre, on se donne les moyens, et tous ces moyens doivent ainsi être employés afin de s’assurer une victoire au moindre coût humain et non quoiqu’il en coûte.
    La guerre est une forme normale des relations entre les hommes. Le mythe de Dyonisos nous enseigne que l’espèce humaine elle même naît des résidus d’un crime.
    Néanmoins la guerre n’est pas une fatalité. La guerre n’est pas une règle de conduite. Elle n’a aucun fondement moral, elle est même une tare de l’humanité. Elle est tout au plus le substitut condamnable d’une autre façon de faire de la politique ou de ne plus pouvoir faire de politique.
    Alors non, ce n’est pas une guerre, c’est une faillite.
    Une faillite de la technocratie déconnectée du terrain depuis des décennies qui pourrait accoucher à une révolution, à cette forme de volonté générale qu’ exprime l’esprit d’un peuple comme le souligne Rousseau dans le Contrat social, répondant ainsi aux carences de réformes politico-idéologiques.

    Il n’y nullement besoin de guerre pour développer des vertus telles que le courage, la fierté et l’honneur, que l’ on retrouve au sein de nos soignants, policiers, pompiers, caissières, éboueurs, bénévoles…. A ceux qui sont au front et qui ne désertent pas.

    Aimé par 1 personne

  2. Anne dit :

    Je dois dire que je ne comprends pas la situation actuelle.

    E.Philippe fait des points tous les jours, E.Macron se déplace à travers la France, des masques arrivent enfin …de Chine. On va dire au gvt que c’est grâce à la coopération internationale, mais il me semble que ces masque, on les a achetés.
    Un pont aérien! Ridicule.

    Je faisais partie du CHSCT de mon entreprise au moment de la grippe H1N1. Les médecins du travail et le cabinet médical avaient été réquisitionnés pour vacciner. Mais tout le monde était très calme.
    Je me souviens de la polémique sur. certaines conditions de vaccination, par exemple dans des hangars, ce qui avait été mal vécu.

    Mais il n’y a pas eu cette panique et ce confinement. Et je crois que les doses de vaccin sont restés parce que les français ne se sont pas fait vaccinés.

    Il n’y a pas eu non plus de polémique sur le traitement, comme avec la chloroquine.
    Je suis sidérée par l’attitude du gouvernement (S.NDiaye en premier) et des médias.

    Aimé par 2 personnes

  3. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Les masques arrivent enfin : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-la-france-a-commande-au-total-un-milliard-de-masques-a-la-chine_3889037.html

    Mieux vaut tard que jamais mais il va vraiment y avoir des comptes à rendre. Toutes les plaintes ne pourront pas être écartées : https://www.vududroit.com/2020/03/pandemie-et-carences-de-letat-les-voies-judiciaires-pour-en-demander-raison/
    Qu’on invoque pas le manque de moyens. Il y en a beaucoup trop pour déployer l’arsenal de répression routière après la plus stupide décision prise par un premier ministre avec des effets très visibles, 9 morts en moins en 2019 : https://realitesroutieres.fr/les-80km-h-inefficaces-3239-morts-en-metropole-en-2019-9-morts-vs-2018-6269/ . Au jour d’aujourd’hui, les mensonges et l’incompétence officielles ont tué1995 personnes en un mois (source BFM). Il est vrai qu’une société orwellienne est à ce prix : https://realitesroutieres.fr/les-voitures-a-radars-embarques-un-dispositif-de-controle-au-service-du-pouvoir-6186/ . Dans son roman 1984, Orwell avait été réellement visionnaire. Paradoxe suprême, c’est dans le pays dit des « Droits de l’homme » que ça se met en place. Idéologie, quand tu nous tiens!
    J’ose espérer que l’intéressé, ainsi que son gouvernement de fantoches, aura la pudeur de démissionner après cette crise dont il porte avec son mentor l’entière responsabilité. S’il ne le fait pas, la parole publique n’aura plua aucune valeur et plus personne ne votera.

    Bonne journée

    J'aime

  4. Michel Fremondiere dit :

    pensez vous que le moment est de tirer sur le président ? je ne l’aime pas , mais quand même,,,ce virus est combattue part nos médecins , qui d « ailleurs ne sont toujours pas d » accord ,mais au point ou nous en somme tout est bon pour le vaincre ,vu notre situations , espérons que se sera pour bientôt ,

    J'aime

    • Papi 2.0 dit :

      Tirer sur le Président… mais c’est tout ce que nous pouvons faire et c’est sans gravité aucune … à ce jour un clavier d’ordinateur n’a encore tué personne… Le confinement c’est génial. Plus de réunions politiques, plus de réunions syndicales, plus de messes, plus de fêtes, plus d’activités caritatives, la télé en libre accès jour et nuit pour se faire peur, angoisser encore plus. . Canapé toute la journée pour tout le monde. Et pour celles et ceux qui n’ont pas de canapé et de toits, la rue nuit et jour rien qu’à eux. C’est génial non? Allez nous ferons une petite pause cet été et puis nous remettrons ça cet automne. Et nous finirons tous par faire nos courses sur Amazone et dans les Drives des grandes surfaces. Les réfractaires, les traînes savates s’y mettront aussi. Les gauches et les droites divisées, Macron ne risque pas grand chose non?

      Aimé par 2 personnes

    • pabizou dit :

      La chasse aux nuisibles est ouverte toutes l’année

      J'aime

    • Papi 2.0 dit :

      Pabizou, en Lot-et-Garonne le confinement concerne aussi les chasseurs de nuisible. Tirer pour de vrai sur quiconque n’arrangera pas du tout la situation présente. Je ne pense pas que cela soit directement lié au coranovirus mais nous en sommes déjà à quatre morts en Lot-et-Garonne au fusil de chasse depuis que la pandémie occupe toutes chaînes de télé et les journaux locaux à longueur de journée et de nuit.

      J'aime

    • Michel Fremondiere dit :

      papi,,,si les claviers d » ordinateurs peuvent TUER,, ,certains se suicides ,voir les jeunes sur les réseaux sociaux,,,

      Aimé par 1 personne

    • Stéphane B dit :

      Papi, vu que le gibier (chevreuil mais surtout sanglier) est tranquille, il va pouvoir se reproduire tranquillement et grandir tranquillement. Le confinement a du bon pour eux, mais pas pour les agriculteurs qui vont voir leurs champs labourés, ni pour les sociétés de chasse qui vont alors souffrir financièrement.
      Comme l’écrivait Bastiat, il y a ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas. Et ce qu’on ne voit pas sont des choses plus dramatiques que ce qu’on voit.

      Aimé par 1 personne

    • Papi 2.0 dit :

      Oui vous avez raison Michel Fremondière j’avais oublié le point que vous soulevez, j »étais resté sur le plan politique.

      Aimé par 1 personne

    • Papi 2.0 dit :

      Tout à fait exact Stéphane B et les renards vont aussi probablement proliférer.

      Aimé par 1 personne

  5. E Marquet dit :

    Relisons La Fontaine, « Conseil tenu par les Rats » avec la morale suivante :
    « Ne faut-il que délibérer, 
    La Cour en conseiller foisonne,
    Est-il besoin d’exécuter,
    L’on ne rencontre plus personne ».

    Cette fable critique la Cour du Roi, peuplée de conseillers.
    Les suggestions sont faciles, l’action plus difficile. Entre réunions et conférences, chacun y va de son avis, de vrais problèmes sont soulevés, des solutions suggérées, mais finalement aucune action concrète n’est actée, chacun ménageant prudemment ses intérêts personnels. Personne pour mettre en oeuvre un plan d’action.
    Au lieu de : « on pourrait faire », « il faudrait faire », on espérerait : «  quelles actions concrètes mettre en place ? » « dans quel délai ? » « qui s’en occupe ? » Comme la plupart du temps personne n’est responsabilisé, ces conseils ne sont que perte de temps, paroles au vent, et actions vouées aux oubliettes !

    Aimé par 1 personne

  6. Freddie dit :

    C’est marrant mais tout le monde ici prend Macron pour un nul doublé d’un sourd. Autour de moi (oui oui je confine, je parle de conversations téléphoniques) tout le monde pense que Macron le fait exprès (cf. traitement des gilets jaunes, encouragements à peine déguisés au terrorisme, etc.) On ne prête qu’aux riches et Macron est vu comme quelqu’un qui a une sérieuse dent contre nous. Personnellement, quand il a dit que voter n’était pas dangereux, je n’en ai pas cru un mot, et j’ai plutôt cru les médecins qui le traitaient de tous les noms. Je ne pouvais pas risquer de contaminer une personne âgée dont je m’occupe et me suis donc abstenue d’y aller. J’étais pourtant archi motivée et inscrite sur une liste électorale. C’est dire ! Un vrai mouvement démocratique (allez, je me fais ma seconde d’utopie) aurait été d’organiser le boycott total de ces élections et de bien faire comprendre à ce dangereux individu qu’on croit les médecins plus que lui.

    Aimé par 1 personne

  7. Stéphane B dit :

    Et que penser de celui, avec d’autres certes, qui a permis à notre prési.. d’accéder au pouvoir, surtout à la lecture de son article du 6 mai 2009.
    https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/avancer-par-peur_758721.html
    Je le cite:
    « Une pandémie majeure ferait surgir la prise de conscience de la nécessité d’un altruisme, au moins intéressé. »
    « On devra, pour cela, mettre en place une police mondiale, un stockage mondial et donc une fiscalité mondiale. On en viendra alors, beaucoup plus vite que ne l’aurait permis la seule raison économique, à mettre en place les bases d’un véritable gouvernement mondial. »

    Finalement, cette crise avantage parfaitement certaines personnes qui ont des aspirations mondialistes pour mettre à terre les Etats nation. Vu les mesures prises, notre modèle économique va s’effondrer.
    L’immigration forcée qu’on nous impose est aussi une arme pour détruire la culture des pays occidentaux.

    Si les conseillers dont parlent le Pr Juvin, ce dont je ne doute pas, sont du même acabit que le jacquot Attali, qu’ils aient la même vision (sûrement même vu qu’ils sont issus du même sérail), nous avons donc à craindre pour l’avenir.

    Aimé par 4 personnes

  8. Papi 2.0 dit :

    J’ai lu ce matin sur Facebook une expression qui m’a rappelé des souvenirs de jeunesse:

    « Macron est un tigre en peluche ».

    Ceci dit ou plutôt écrit je ne voudrais pas être à la place.

    J'aime

  9. Anonyme dit :

    Voici un petit rappel sur les 245 milliards d’euros de dépenses dans les infrastructures de transports annoncés par le gouvernement de Nicolas Sarkozy en 2010.

    Fini « le Schéma national des infrastructures de transport(SNIT) élaboré sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

    Chiffré à 245 milliards d’euros et comprenant 70 projets, ce schéma était jugé irréalisable, l’agence chargée de le réaliser ne disposant que d’un budget d’un milliard d’euros par an.

    Deux scénarios économiques ont donc été retenus : le premier est basé sur des investissements compris entre 8 et 10 milliards d’euros et le second, plus optimiste, envisage un montant de dépenses compris entre 28 et 30 milliards d’euros.

    Au grand désespoir des élus locaux des régions concernées, les autres projets ferroviaires sont repoussés à des horizons plus lointains, comme le raccordement LGV Rhin-Rhône, la LGV reliant Limoges à Poitiers et la liaison nouvelle Montpellier-Perpignan. »

    Finalement, pour les dépenses publiques, il n’y a plus beaucoup de différences entre la gauche et la droite.

    Source
    Le rapport Duron sème le trouble dans le BTP
    https://www.batiactu.com/edito/le-rapport-duron-seme-le-trouble-dans-le-btp–35585.php

    J'aime

    • pabizou dit :

      Quelle droite? RN, socialiste-nationaliste . LaRem, centre de recyclage pour PS et LR . LFI, voiture balai aux relents moisis du communisme et autres marxistes (anti capitalistes) Désolé, j’ai beau chercher, je ne vois pas de droite dans le paysage . Par contre ce que je n’ai pas de mal à trouver, ce sont les étatistes bornés qui pleurnichent sur la perte de leurs liberté et qui en redemande une dose de plus à chaque occasion . 80% de ce que l’état fait est un échec, et vous en voulez encore plus? La SNCF est l’exemple parfait, le rail anglais était dans le même état de composition avancée en 1980 . Aujourd’hui, il nous taille des croupières: trains à l’heure, sécurité des réseaux . Bien sûr c’est devenu plus cher, le contribuable ne paie plus sans utiliser le rail, l’usager paie le service rendu . Ca vous choque? pas moi, j’ai pour habitude, je sais, c’est bête, de payer ce que j’achète sans demander à mon voisin de le faire à ma place . Alors ne venez pas pleurer sur l’incompétence de nos derniers présidents, vous vouliez des nounous, vous les avez . Et ce n’est pas la peine d’espérer que cela change tant que les français ne feront pas le choix de s’assumer . Tout ce qui se passe aujourd’hui est le résultat de décennies de lâchetés collectives, de refus de la responsabilité de chacun, de petites mesquineries, de jalousies maladives . Taper sur le riche, quel riche d’abord? celui qui bosse comme un malade pour engraisser le Molloch administratif, qui se fait traiter de salaud de patron par ceux qui oublient un peu facilement que personne ne les empêche d’en faire autant s’ils veulent avoir un chance d’obtenir la même chose . Le collectivisme, sous toutes ses forme a toujours échoué, qu’il soit de droite ou de gauche n’a pas la moindre incidence sur le résultat . Que les capitalistes de connivence pleurent sur des marchés financés par tous ceux à qui n’utiliseront pas leurs services me laisse totalement indifférent, le mésinvestissement dont ils espéraient tirer parti leur échappe? La belle affaire

      Aimé par 2 personnes

  10. Mildred dit :

    Non, monsieur Tandonnet, les Français n’attendent plus de discours, ils attendent des actes qui ne viennent pas. Et voilà que les responsables politiques de cette situation appellent au secours.
    Mais à tous, les Français demanderont des comptes.
    S’ils sont condamnés et que personne n’ose leur appliquer la sentence, qu’ils viennent me chercher !

    Aimé par 1 personne

  11. Je vous approuve totalement. Il est insupportable que ceux qui nous ont mis dans une telle situation (et je ne songe pas qu’au virus, leurs mauvais choix sont bien plus larges) réclament l’union nationale derrière eux. Il faut certes de l’union et de la solidarité dans une telle situation mais il serait normal que le pouvoir en place reconnaisse ses torts et n’ait plus comme objectif que de chercher un relatif consensus et de le gérer au mieux sans cacher les difficultés (notamment les pénuries) en attendant la mise en place d’un gouvernement plus en phase avec la population. En d’autres termes, le gouvernement (et les forces qui sont derrière) est disqualifié et devrait avoir la décence d’annoncer qu’il va gérer les affaires courantes pendant une transition aussi courte que possible et sans revendiquer son maintien au pouvoir ultérieur. Il serait donc normal que le président annonce d’ores et déjà qu’il remettra son mandat et celui des députés en jeu dès que le gros de l’épidémie sera passé.

    Aimé par 3 personnes

    • Tracy LA ROSIÈRE dit :

      « les forces qui sont derrière « ?
      Rappelons-nous, monsieur, la fameuse parabole de l’abeille et du frelon du comte de SAINT-SIMON (petit cousin du mémorialiste) selon laquelle la société des hommes ne saurait pas se passer de ceux qu’il nommait les « producteurs » ou les « abeilles » (parmi lesquels on reconnaîtra, en cette période de crise sévère, les soignants, les paysans, les ouvriers, les policiers, les pompiers…) et auxquels le pouvoir devrait revenir. Il y opposait « les frelons » (qui vivent du travail des autres et dont il disait « qu’il n’en résulterait aucun mal politique pour l’Etat. » De ceux-là, disait-il, la société peut parfaitement se passer.
      « Les forces qui sont derrière », ce sont les frelons !
      Oui, le pouvoir doit revenir aux premiers, faute de quoi rien ne changera.
      Cordialement.

      Aimé par 5 personnes

    • Lo GLT dit :

      Frelons ou mouches à m…..? Mes cours d’entomologie datent de plus de 35 ans mais je ne crois pas me tromper en pensant que ce sont les seconds.

      Aimé par 2 personnes

    • Michel Fremondiere dit :

      vaste rigolade ,vous faite quoi de la république , le président est élue pour cinq ans part le peuple,ainsi que les députes, ,alors attendons la fin du mandat

      J'aime

    • JC Barescut, logique oui, mais dans les faits inconcevable.
      MT

      J'aime

  12. Colococo2 dit :

    Fais attention à toi Maxime tu te mets à parler comme moi. 🤣🤣🤣

    Aimé par 1 personne

  13. Artiste dit :

    La honte c’est qu’il n’y ait pas de plan d’urgence prévoyant ce type de problème dont on savait très bien qu’il pouvait advenir,la responsabilité des politique et de la haute administration plethorique est là.Les postes étant dévolus aux copains et au coquins l’incompétence est devenu la norme.En accor avec Charles Gave et comme cela est la règle en Angleterre un fonctionnaire qui se présente à une élection devrait démissionner de la fonction publique et il ne devrait pas être possible d’effectuer deux mandats successifs.

    Aimé par 2 personnes

    • Lo GLT dit :

      Les plans existent . Par exemple, pour les hôpitaux ce sont les plans blancs…Tout est sur le papier. Par exemple la gestion des stocks (pb : il n’y en a pas faute d’imprévisions et/ou de moyens). J’ai eu a expertisé il y a 2 ans le travail d’une stagiaire (en Licence Professionnelle) qui actualisait le plan blanc d’un hôpital aixois. Actualisation (hors délai légal) d’un document produit 7 ans auparavant par un autre étudiant (en master)…On se rend compte que tout cela ce n’est que du papier pour se mettre à peu près à couvert (vis-à-vis de la justice) au regard des textes réglementaires. A l’évidence, la technocratie nous fait brasser bcp d’air, on s’active, on sue à grosses gouttes et cela donne l’impression que l’on travaille pour du concret en cas de sérieux pbs. En fait c’est du reporting et uniquement cela. Et puis, lorsque les vrais pbs arrivent (loi de Murphy) on a l’impression que le monde s’effondre. Heureusement, il y a alors les « braves » (au sens le plus noble du terme) gens qui sur le terrain font leur devoir avec passion (aujourd’hui soignants et non soignants des hôpitaux, fdo, pompiers, ambulanciers, producteurs de denrées, transporteurs, livreurs, …) bref tous ceux qui permettent à des gens comme moi de rédiger sereinement ce commentaire. Merci à eux toutes et tous. Et HONTE à ceux qui lèvent le doigt pour recevoir honneur, médaille et avantages et qui sont inutiles voire dangereux (par leur indécision et incompétence) quand le monde s’écroule.

      Aimé par 1 personne

    • Artiste, oui, des « plans » il y en a plein les tiroirs, ce qui manque c’est les moyens et surtout l’audace.
      MT

      J'aime

  14. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Dans une telle situation de chaos, il me semble qu’un Président quel qu’il soit et même s’il a tendance à n’écouter que son instinct, est forcément obligé de tenir compte des paroles de ses conseillers et des experts qu’ils a choisis et à qui il accorde par définition un minimum de confiance.
    Bien sur, vous bien mieux placé que nous pour en témoigner, mais je ne crois pas que N. Sarkozy ait pu prendre les décisions qu’il a pris en 2008 sans avoir tenu compte des conseils et recommandations d’experts et conseillers financiers, des banques etc.
    Aujourd’hui, E. Macron qui ne dispose d’aucune connaissance en matière de virologie ou en traitement d’une pandémie, ne peut pas se fier à son instinct qui manifestement lui a sacrément manqué lorsqu’il a reçu l’avertissement de l’OMS et de sa ministre de la santé le 11 janvier dernier.
    Et c’est bien cela que les Français lui reprochent.
    Qu’il soit impuissant et ignare dans le domaine médical, personne ne lui en fera le reproche, mais en revanche et alors qu’il était prévenu, qu’il n’ait pas anticipé, organisé, devancé ce qui nous arrive et qu’en plus lui, et ses ministres persistent à mentir et minimiser la situation face à l’évidence et au simple constat de bon sens des Français, cela devient insupportable et inadmissible.
    Qu’il soit incapable d’écouter les cris d’alerte de médecins dont les compétences professionnelles et le dévouement ne peuvent être mis en cause comme lors de sa visite le 27/02/2020 à l’hôpital de la Santé-Salpêtrière, pendant laquelle un médecin neurologue l’a alerté devant les caméras des médias quant à la gravité de la situation et la nécessité de donner des moyens urgemment aux hôpitaux, n’est pas acceptable.
    Qu’a retenu E. Macron de cette entrevue ? Moins de 48h plus tard, devant les mêmes caméras, il brocardait ce médecin, « simple neurologue » et porte-paroles des soignants en colère qui n’avait pas de compétence en matière de traitement du virus. Comme il se moquait encore publiquement la semaine passée de celles et ceux qui avaient annoncé la crise.
    Si aujourd’hui le professeur Juvin et plusieurs de ses confrères tiennent les propos qui vous choquent c’est sans doute qu’ils ne trouvent aucun écho ni réaction appropriée aux multiples alertes qu’ils ont lancé publiquement auprès de plusieurs conseillers du Président depuis 15 jours et qu’ils espéraient et attendaient probablement que ces conseillers et médecins « godillots » proche de l’Elysée fassent prendre conscience au Pouvoir de l’acuité de la situation.

    Aimé par 4 personnes

    • G Bayon, ce n’est pas tellement que ces propos me choquent. Ils sont fréquents mais je pense qu’ils tapent à côté de la plaque: ce sont les politiques qui choisissent et nomment ou révoquent leurs conseillers et donc les politiques qui sont seuls responsables (même si les conseillers sont lâches ou nuls).
      MT

      Aimé par 1 personne

  15. Tracy LA ROSIÈRE dit :

    Placardons ce slogan, diffusons-le, donnons-lui la plus grande diffusion :
    LA GUERRE C’EST LA PAIX
    LA LIBERTÉ C’EST L’ESCLAVAGE
    L’IGNORANCE C’EST LA FORCE
    (George ORWELL – « 1984 »)
    Tout va bien !

    Aimé par 1 personne

  16. Cyril45 dit :

    Bonjour Maxime,
     » L’image assumée du « thaumaturge », le président comme un roi de France qui guérit par sa seule présence, en témoigne.  »
    Je crois que le Roi prononçait simplement : « Le Roi te touche, que Dieu te guérisse « . Le monarque français savait bien que la guérison n’était pas de son fait ou de sa seule présence, et qu’il fallait s’en remettre à Dieu avant toute chose. Mais ça, c’était avant.

    Aimé par 1 personne

  17. Janus dit :

    « ne demandez pas trop à l’État, il ne vous donne que ce qu’il vous a pris », disait un Président de la République en juin1940… La reconstruction de l’économie française sera en soi un chantier de nature à mobiliser les énergies comme l’avait fait le général De Gaulle en 1958 (mais il est vrai que la 4e république, si minable sur le plan politique ne l’avait pas été autant sur le plan économique et la base dont hérita de Gaulle n’était pas aussi vérolée qu’aujourd’hui). Il faut juste souhaiter qu’émerge un homme politique digne de ce nom rapidement pour rassembler les énergies et reconstruire ce qui doit l’être. Il faudra aussi juger les escrocs pitoyables qui sont à l’origine de cette catastrophe en remontant jusqu’aux gouvernements Sazkozy et Hollande.
    d’ici là nous aurons à gérer l’explosion des banlieues qui commence par une explosion des contaminés au coronavirus (Seine-saint Denis déjà).
    Hauts les coeurs

    J'aime

    • Janus, vous touchez une vraie question (de mon point de vue!): si la IVe République a fait des choses importantes, notamment en matière économique, c’est peut-être qu’elle n’était pas si nulle sur le plan politique, au-delà des clichés habituels.
      MT

      J'aime

    • Michel Fremondiere dit :

      en matière économique, c’est nous le priver qui remplissons les caisses de l « état ,et personne d « autres ,eux , se charge de les vider, et de faire de nombreuses dettes ,

      J'aime

    • Janus dit :

      Oui, vous avez raison. Seulement elle n’a pas eu le courage moral d’abord, politique ensuite de gérer dans l’honneur la décolonisation, comme elle n’a pas su sortir du guêpier indochinois à temps et en évitant tout ce qui a suivi (guerres d’Indochine et guerre du Vietnam). Et on retrouve quelques ordures socialistes tout au long de cet échec dont l’ Arsouille dont certains commentateurs imbéciles osent dire qu’il a été le dernier grand Président de la république : Il a été le GRAND FOSSOYEUR de la France, c’est le seul titre auquel il peut prétendre…Il serait important d’écrire l’histoire des erreurs dramatiques, des escroqueries innombrables dont l’Arsouille a été prodigue !
      Vous avez d’autant plus raison que nombre de techniciens de la Ve république ont été puisés par les gaullistes dans le personnel politique de la VI e république

      J'aime

  18. Pierre-Jean dit :

    @Maxime Tandonnet,
    Je pense que vous êtes bien indulgent à l’égard des « français » (catégorie très générale à propos de laquelle il faudrait introduire quelques distinctions utiles), réservant votre courroux uniquement pour les hommes politiques. Car après tout ce sont les « français » qui ont voté pour ces personnes, 1ère possibilité, ou les « français » qui, se comportant en enfants gâtés, se croient dispensés de se déplacer pour voter, 2nde possibilité. Vous affirmez que nos dirigeants prennent les « français » pour des idiots (vous utilisez un autre terme, mais cela revient au même) : mais n’ont-ils pas raison sur ce point, malheureusement ?

    Aimé par 1 personne

    • Pierre-Jean, pas vraiment de l’indulgence, c’est le constat que les peuples en général ne sont pas plus idiots que ceux qui les dirigent ou sont supposés les diriger…
      MT

      J'aime

  19. Stéphane B dit :

    Oups j’ai validé trop tôt.

    Quant aux conseillers, ils sortent tous du même moule, pas un seul n’a un parcours atypique. Et pire, mais vous pourrez confirmer ou pas, je suis sûr que si l’un d’eux ne va pas dans le sens des autres, il est mis au rebut. Enfin, les concernant, l’effet meute joue. Je présume que pour beaucoup, être conseiller est une porte ouverte pour l’avenir, un honneur dont ils seront bien tirer parti plus tard, lorsqu’ils seront remerciés ou quitteront volontairement l’institution.
    C’est un peu aussi ce que dit Eric Verhaeghe dans sa vidéo:

    Il est donc trop facile de s’en prendre aux conseillers. Il faut avant tout s’en prendre à la personne qui les a choisis.

    Aimé par 2 personnes

  20. Stéphane B dit :

    Bonjour

    Je sais que ce n’est pas le sujet du billet mais je réagis sur 2000 morts annoncés en France, c’est 5% de mortalité en plus. Comme beaucoup des personnes qui décèdent sont âgées, comptablement, ce sera une baisse les années suivantes.

    Les politiques devraient méditer davantage sur la maxime populaire: le peuple a tort mais il a souvent raison.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.