Six semaines et des questions

Le « conseil scientifique » propose une durée minimale de six semaines de confinement pour faire face à la tragédie de covid 19 et freiner l’explosion du nombre des victimes. Aucune décision n’a encore été prise par la puissance publique.  Il est hors de question de soulever la moindre critique sur le bien-fondé de cette proposition, de cet avis, qui repose sur des données dont seuls les scientifiques disposent. Mais des questions quand même, nombreuses questions qu’un citoyen lambda est en droit – en devoir – de se poser.

Cet avis prend-il en compte toutes les conséquences concrètes d’un confinement de six semaines au regard de ses avantages? D’une part, certes, il va sauver des vies, peut-être de nombreuses vies. D’autre part, il va en exposer d’autres. Imagine-t-on ce qu’est le confinement d’un mois et demi, quasi intégral, d’une famille nombreuse vivant en appartement dans un réduit de trois pièces, 70 m2 avec de jeunes enfants : le risque de dépression, de suicide, d’alcoolisme, de boulimie, de chute dans la démence, d’addiction aux jeux vidéo, de violences familiales, d’enfants traumatisés à vie, de solitude absolue (personnes âgées). L’avis du conseil scientifique sur les six semaines minimum de confinement, procède-t-il d’un rapprochement entre les vies sauvées et les vies perdues?  Ce ne sont que des questions de citoyen lambda.

Ce même avis prend-il en compte l’impact économique et social de six semaines minimum de confinement: l’arrêt quasi total de l’économie d’une grande nation industrielle, l’effondrement de sa production, le risques évident de pénuries, la vertigineuse explosion du chômage et des faillites de petites et moyennes entreprises, les artisans, commerçants, salariés ruinés par millions et par millions, les vagues de suicide et de dépression, de désespoir qui en résulteront? Cela est-il pris en compte dans l’avis du conseil scientifique?

Cet avis prend-il en compte aussi la portée morale, politique et philosophique d’un confinement d’un mois et demi, le basculement soudain des démocraties, que nous pensions protégées par l’Etat de droit, sous l’effet de circonstances exceptionnelles, dans un système de contrainte autoritaire qui suspend pendant six semaines, un mois et demi, minimum, l’une des libertés les plus fondamentales, emblématique de toute liberté, celle d’aller et venir? Prend-il en compte la portée morale et éthique d’une telle situation, le retour du plus sombre de la nature humaine, tel le goût de la jalousie, de la délation, de la dénonciation et la surenchère obséquieuse du zèle répressif qui se révèle sur le terrain de la vie quotidienne?

Autre question, le conseil scientifique a-t-il, avant d’émettre cet avis, exploré toutes les autres solutions possibles, et quel qu’en soit le coût: distribution de masques de protection à toute la population, tests de dépistage systématiques et obligatoires, confinement total limité aux personnes les plus à risque, plan d’urgence de développement des capacités hospitalière de réanimation – pour atteindre un niveau de développement sanitaire équivalent à celui de l’Allemagne où le nombre de morts est infiniment moindre,  expérimentation à grande échelle des propositions du professeur Didier Raoult (dans les conditions qu’il a prescrites), meilleure prise en compte des situations individuelles et familiales dans les conditions de confinement en valorisant la confiance – dans les Français – plutôt que la sanction?

Ce ne sont que des questions. Peut-être de questions idiotes. A force de poser des questions, et même des questions idiotes, on suscite la haine et la méchanceté. Exemple de message reçu hier sur un réseau social de la part d’un inconnu: « Monsieur Tandonnet. Vous n’êtes pas un homme heureux. Vous passez votre temps à diffuser de mauvaises ondes. Je vous conseille l’amour, l’amitié, le grand air et du bon vin. Vous verrez : cela ira mieux pour vous. Par les temps qui courent, votre venin est particulièrement toxique. De grâce, gardez-le pour vous ! »  

Merci à vous pour vos conseils, cher Monsieur.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

96 commentaires pour Six semaines et des questions

  1. Florence dit :

    Oui Monsieur Tandonnet, vous posez les bonnes questions que tous les Français de bon sens se posent :
    Où sont les masques ? Où sont les tests ? Où sont les respirateurs artificiels ? Où est la chloroquine ?

    Aimé par 2 personnes

  2. Cordouan dit :

    Cher Maxime, merci de votre lucidité, face à l’incompétence, la lâcheté et le mensonge qui caractérisent « nos » gouvernants et les médias à leur dévotion… Si j’en crois les sondages de ce jour la defiance envers l’exécutif est très très forte : la désinformation à propos des masques et les dires de dame Buzyn pèseront lourd au moment où, je l’espère, des comptes seront à rendre. Mais, hélas, ce jour là, ceux la mêmes, de vos amis LR, qui ont pesé en faveur de la tenue des municipales, auront ils le courage d’affronter la macronie ? J’en doute compte tenu de leur duplicité et, pourquoi ne pas le dire, des liens occultes qui transcendent les apparentes oppositions dont on connaît la force, notamment du côté du palais de Marie de Medicis…. Je fais le pari que, se sentant aux abois, face à la colère populaire, les ténors du système trouveront encore moyen de concocter pour la fin du quinquennat une vieille recette à la radsoc, oú au fond de sauce macronien, se rajouteront pour le ragoût les vieilles lunes du pseudo gaullisme social à la Larcher… À moins que dans la suite du virus, d’autres évènements redoutables ne viennent emporter la 5e république….

    Aimé par 1 personne

  3. Coucou dit :

    Bonjour, et on continu, vive L’UE,

    Le confinement dans les banlieues : selon Nunez ce ne serait «pas une priorité» 25 mars 2020, 18:20

    https://francais.rt.com/france/73153-confinement-dans-banlieues-pas-une-priorite-selon-nunez

    Les pays européens acceptent d’ouvrir les négociations d’adhésion de l’Albanie et la Macédoine 25 mars 2020, 14:10- Avec AFP

    https://francais.rt.com/international/73135-avenir-est-dans-ue-commission-europeenne-balkans-occidentaux

    Aimé par 1 personne

  4. cyril dit :

    cher Maxime, merci de vos billets qui nous élèvent la pensée et merci à Gerard Bayon pour vos precieux commentaires, cyril

    Aimé par 1 personne

  5. Fredi M. dit :

    À propos de l’expérimentation du professeur Raoult, un article instructif de Dreuz :
    https://www.dreuz.info/2020/03/24/jai-voulu-savoir-si-la-chloroquine-evite-le-coronavirus-chinois-jai-enquete-jai-la-reponse/

    Par ailleurs mea-culpa : dans un billet précédent j’ai mis en cause Xavier Bertrand sur la pénurie de masques. Il semble plutôt que les mesures économiques (et criminelles) aient été décidées dans le quinquennat suivant.

    J'aime

  6. Sganarelle dit :

    Pour résumer Macron a choisi l’économie plutôt que la santé .et il continue . En même temps il se pavane en Clemenceau qui va au front soutenir les troupes pour remonter dans les sondages.
    Pour des raisons de conflit d’intérêt son ex ministre de la Santé qui sent le mauvais vent venir essaie de rattraper sa conduite par une feinte contrition. Tous les autres sont dépassés et s’adaptent au jour le jour.
    Au lieu de rapporter des lauriers à l’exécutif ce drame l’enfonce dans l’incohérence et nous montre son incapacité. .

    Ce que vous dites monsieur Tandonnet est partagé par une majorité de lecteurs auxquels vous apportez une raison d’espérer, « les chiens aboient, la caravane passe » adage bien connu ..et mon souhait en ces temps pourris est : ..Que Dieu vous garde !

    Aimé par 2 personnes

    • Sganarelle, j’espère que tout cela va se payer…
      MT

      J'aime

    • pabizou dit :

      Macron n’a pas choisi l’économie . Si c’était le cas nous n’aurions pas un B. Le maire qui ne comprend pas le fonctionnement de l’économie, pas plus d’ailleurs que la majorité de ce gouvernement et des autres depuis Giscard . Il a choisi la démagogie et le copinage, le verbe plutôt que l’action, les apparences au détriment de la réalité, tout ça à la fois fait de lui un socialiste borné, certainement pas un économiste . En bon socialiste il a caché son incompétence et a détruit la classe moyenne qui est le pilier de la société et a, comme chaque fois le socialisme, tout tiré vers le bas, confondant égalité devant la loi et égalitarisme, détruisant les droits naturels au profit des droits à… totalement fictifs .. Aujourd’hui, le roi est nu

      J'aime

    • cgn002 dit :

      la clique de gauche déteste les questions d argent !
      normal le but est d utiliser l argent des autres
      et en France on trouve tous pleins de gens bienveillants qui croient – tels des bisounours – que les 65 % de leur contribution active seront utilisés à bon escient par des millions de fonctionnaires qui ne pensent majoritairement (maintenant) qu à pomper le gâteau… ! ! ! (l inventivité humaine dans ce sens est (a été) sans limite, visible ou invisible …)

      J'aime

  7. Janus dit :

    Pour ce que rire est le propre de l’homme disait ce bon Rabelais :
    En cette période un peu anxiogène, je vous transmets un petit tuyau pour apaiser un peu notre niveau d’anxiété. À la télé, un représentant du Dalaï-lama affirmait que pour obtenir la paix intérieure nous devions toujours finir ce que nous avions commencé, et qu’à cette condition nous bénéficierions davantage de calme dans nos existences.
    J’ai regardé autour de moi dans la maison pour trouver les choses que j’avais commencées sans les terminer….et….j’ai fini une bouteille de rosé de Provence, une bouteille de Bordeaux…une bouteille de Roussillon…une vouteille de vodka…une buteil de poaare…in rest dwiski et…un rom banc. Tou nimaggine pas com jem sens hachemen mieu mintnan. Psasse el mssage a tou ceux con bsoin de paix intrerieure et di leurke jeu lé zèm. Bon zournée.

    Aimé par 6 personnes

  8. Annick Danjou dit :

    Cher Maxime, vos articles sont des sources d’inspiration, de discussions parfois enragées, mais sont toujours l’occasion de partager des points de vue même contradictoires, et d’apprendre au gré de nombreux commentaires qui apportent des éléments nouveaux, des liens, des idées, que demander de plus? Rien à voir avec certains articles de médias qui, bien souvent, attisent la polémique, dénoncent, et ne permettent aucunement aux lecteurs de prendre du recul et de réfléchir. Merci pour tout le travail que vous faites et qui est colossal. C’est toujours un rendez vous attendu et agréable. J’apprécie également votre largesse d’esprit lorsque vous publiez des commentaires qui vous critiquent vertement.
    Mais en effet les vins que vous propose Tracy La Rosière sont un très bon choix , pas bon marché malgré tout!!
    Continuez, c’est tout le mal qu’on souhaite!

    Aimé par 2 personnes

  9. Annick Danjou dit :

    Je ne sais pas si c’est vrai mais si oui c’est impensable!

    J'aime

  10. E Marquet dit :

    « Agir en primitif et prévoir en stratège », écrivait le poète René Char.
    Nos élites dirigeantes sont hélas « trop intelligentes » comme nous l’avait rappelé un député LaRem pour agir en primitif, et trop approximatives et imbues d’elles-mêmes pour avoir une solide pensée stratégique.
    Nous sommes en guerre nous répète à l’envi le PR présenté par certains de ses admirateurs comme le nouveau Clemenceau dans les tranchées. Seulement « la stratégie est l’art de faire la guerre intelligemment » (Gal Le Borgne), et là, l’intelligence de nos élites est prise en défaut.
    Un bon stratège doit être extrêmement précis dans ses directives sinon c’est la paralysie. Sa capacité d’analyse et de synthèse est indissociable à la fois d’une bonne dose de culture générale, et d’une part d’instinct et d’astuce pour sentir ce qui se passe. Il a besoin d’agilité.
    Pourquoi confine-t-on, parce qu’on n’a pas anticipé. Avec la complicité du corps médical, on nous a dit que les masques étaient inutiles, parce qu’il n’y en avait pas. On nous a dit qu’il était inutile de tester la population, parce qu’il n’y avait pas de tests, on nous a dit, on nous a dit ….de gros mensonges.
    Alors, Il ne reste plus pour enrayer le phénomène de propagation qu’une hiérarchie de contrainte et de dépendance.
    Dans le commentaire à un précédent post, je disais que le confinement était une bombe à retardement. Les problèmes psycho-sociaux suite à cette décision éclair et non éclairée, d’assigner à résidence sans aucune préparation, une population entière, seront graves, sans même parler de l’écroulement économique.
    Depuis le début nos politiques naviguent à vue, sans politique claire, sans stratégie précise, aveugle à la réalité des faits.
    Nous gagnerons sûrement la bataille du virus (peut-être grâce à DR, le mouton noir des milieux scientifiques) mais dans quel état !
    Alors, cher Maxime, pourquoi prêter tant d’importance au message d’un inconnu !
    « La méchanceté boit elle-même la plus grande partie de son venin ». (Sénèque – Lettres à Lucilius).

    Aimé par 1 personne

  11. Anne dit :

    Chez le pharmacien ce matin, tous les employés portaient un masque. Le pharmacien m’a dit que eux avaient des masques parce qu’ils travaillaient et que pour moi ce n’était pas les masques c’était le confinement.
    D’autre part j’ai fanfaronné en disant que j’avais plein de gel Hydro-alcoolique chez moi (par habitude à cause du métro). Il m’a dit de le donner aux médecins qui en avaient besoin!

    J'aime

  12. Tracy LA ROSIÈRE dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Votre contradicteur vous invitait à boire du bon vin.
    N’étais-ce pas un conseil salutaire ?
    Convenons-en, devant l’incapacité du corps médical à nous trouver le remède, il faut tout essayer. Or, c’est une certitude, le virus truc-machin ne résiste pas dans le Meursault. La posologie idéale serait un verre à chaque fois. Si on veut se donner toutes les chances on peut doubler la dose. Évidemment c’est un peu cher mais il faut savoir ce qu’on veut.
    À savoir qu’un Auxey-Duresses, un Saint-Aubin ou un Rully conviennent tout autant.
    Enfin, rappelons ce que disait Antoine Blondin :
    REMETTEZ-NOUS ÇA !
    C’était sa réponse au questionnaire de Proust à la question « quelle est votre devise ? »

    Aimé par 3 personnes

  13. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, bonjour à tous,

    Toutes ces questions posées sont pertinentes. Quelles réponses apporter?
    En tous cas je constate que mère nature est entrain de nous donner une belle leçon d’humilité, elle nous montre que nous ne sommes rien et qu’elle peut nous détruire
    Ce qui est affligeant,c’est de voir une guerre des scientifiques à propos de la chloroquine, une guerre d’égos. Qui sera proclamé le sauveur de l’humanité? Seul le professeur Raoult reste en dehors de ces polémiques stériles.
    Ensuite on voit en campagne le désastre de la désertification, des communautés de communes, des petits commerces fermés, du manque de médecins. Les supermarchés sont pleins puis dévalisés, tout le monde se ruent. Là nous avons la démonstration de cette catastrophe, être obligé en période de confinement de faire 10 à 30 km pour faire les courses de premières nécessités. Faire des kilomètres pour voir un médecin. Faire des kilomètres pour aller travailler.
    On a assassiné ces épiciers, bouchers, boulangers ambulants qui aujourd’hui se révéleraient d’une grande utilité, au profit de grandes surfaces, qui aujourd’hui s’enrichissent à milliards grâce à cette épidémie. Le petit chocolatier du coin ne peut pas ouvrir pour vendre ses oeufs de pâques, mais la grande surface a le droit de se gaver. Le magasin de jardinage du coin ne peut ouvrir mais la grande surface a le droit de vendre du terreau et ses bêches (produits de première nécessité?)
    Le monde merveilleux de la mondialisation nous montre aujourd’hui face à une épidémie de grande ampleur, qu’il n’est qu’un colosse aux pieds, non pas d’argile, mais de sable.
    Est-ce que nos politicards d’opérette retiendront les leçons? J’en doute car plus préoccupés par leur carrière que par l’avenir de la France.
    Nous constatons aujourd’hui la faillite de quatre idéologies le mondialisme, l’européisme, le communisme et le nouveau monde Français. Renaud Girard en a fait la démonstration dans un article du Figaro. le 16 mars dernier.

    Aimé par 2 personnes

    • Papi 2.0 dit :

      Je suis d’accord avec votre analyse d’autant plus que je l’ai vécu du dedans, je suis né et j’ai grandi dans la forêt landaise et dès que j’ai pu je suis devenu instit de campagne.Je me suis jamais éloigné durablement de plus de 90 kms de mon village natal ce qui m’a valu parfois des sarcasmes de personnes dont je tairai le nom. Je pourrais ajouter que j’ai travaillé avec des femmes et des hommes qui essayaient de tricoter des mailles à l’endroit et une fois à la retraite j’ai continué à essayer de tricoter des mailles à l’endroit dans des assos humanitaires tournées vers l’extérieur de notre pays et vers l’intérieur de notre pays. Je sais que l’on me dira que les mailles à l’envers c’est utile aussi mais bon j’ai du mal à me faire à cette idée. Pour le futur je ne sais pas si les politiciens et les décideurs économiques vont en tirer les leçons. Ils vont peut-être au contraire tout faire pour accélérer le monde de demain qu’ils veulent et pas que nous voulons. Cela va dépendre de notre capacité de résistance. (Pour moi si possible non violente, je ne suis plus assez solide pour aller au combat frontal) Qui vivra verra.

      J'aime

    • Philippe, excellent article de R Girard, l’un des meilleurs sur la question!
      MT

      J'aime

    • cgn002 dit :

      pourriez vous nous permettre de le partager svp ?

      J'aime

  14. Gil dit :

    Bonjour,

    Tiens à propos de questions comment se fait il que les décès dans les ehpads ne sont pas comptés dans les décès du covid-19 (d’ailleurs on ne les teste surtout pas !!) alors qu’il y a plus ‘une centaine d’ehpads contaminés en IDF ? Ah les sacrés elites française bien pourries et toujours aussi sovietoïdes qu’à l’époque du nuage !!.

    Aimé par 2 personnes

  15. luc dit :

    Incroyable, les dépenses publiques ont encore augmenté en 2019.

    L’INSEE vient juste de publier les premières statistiques pour 2019.

    Avec une inflation de 1,1%, les dépenses publiques ont augmenté de 2,6%.
    Ceci malgré la baisse notable des intérêts de la dette (-12,2%).

    Bien entendu, il y aura toujours des personnes pour dire que « le manque de personnel à l’hôpital est lié à des politiques d’austérité budgétaire ».

    Aimé par 1 personne

  16. Stéphane B dit :

    Bonjour

    Ne pas réfléchir et poser ces questions est ce qu’on attendait et attend du gouvernement avant qu’il ne prenne une décision. Refuser de se les poser est assassin. Lesdites questions pourraient être résumées en une seule phrase:
    Le remède est-il pire que le mal ? En l’état des choses, je réponds par l’affirmative.

    J'aime

    • cgn002 dit :

      Trump a clairement tranché !
      Sans solution de secours rapide pour ralentir l épidémie aux USA, le mal prendra une tournure infiniment risquée…pour la population exposée, et elle est majoritaire d autant plus qu ils n ont pas la protection sociale…
      Bonne chance à eux ! ! !

      J'aime

    • Stephane B, le remède est-il pire que le mal? On est en droit de s’interroger, surtout au regard des choix différents effectués par l’Allemagne et de ses résultats.
      MT

      J'aime

  17. Liber dit :

    Nous ne sommes clairement plus dans un débat médical et scientifique, mais dans une franche opposition idéologique et politique.
    D’un coté les tenants (très souvent « Macronien ») des « process » étatiques, technocratiques et centralisés. Il faut noter que beaucoup de médecins de la nomenklatura universitaire et de l’APHP en font parti.
    De l’autre une approche plus individuelle, décentralisée, réaliste et libérale.
    Malheureusement on contera les points à la fin du match

    Aimé par 3 personnes

  18. Tracy LA ROSIÈRE dit :

    On peut accepter globalement (et par dépit car elle constituent un palliatif aux impéritie des pouvoirs publics et de leur nocive idéologie bruxelloise : masques, tests…) les mesures et en contester des détails. Ainsi de la suppression des marchés. C’est une erreur. Je suis allé sur un marché d’une grande ville samedi dernier : les dispositions avaient été prises pour éliminer les vendeurs de fringues, les barbus dépositaires du livre Saint et tous les bric-à-brac. Résultat, la population avait changé et des espaces énormes s’étaient créés permettant de respecter les distances voulues. On pouvait même se croire en France.
    En fait, la suppression de ces marchés résulte de ce qui se passe dans nos quartiers « sensibles » où l’autorité de l’Etat n’existe plus. Le « petit Blanc » a donc la double peine : il entretient ces populations indésirables à bout de bras ; il subit les conséquences de leur incivisme et de l’incapacité de l’Etat.

    Aimé par 4 personnes

    • cgn002 dit :

      itou pour les sorties dans les milieux quasi desertiques

      J'aime

    • Annick Danjou dit :

      L’esplanade du Trocadéro a retrouvé sa splendeur d’origine, la Tour Eiffel n’est plus entourée de vendeurs à la sauvette, l’Arc de Triomphe s’élève au milieu de la place et respire sans les centaines de voitures qui l’étouffent quotidiennement. Dommage qu’on ne puisse pas se balader à pied dans Paris en ce moment, comme vous dites on se retrouve en France tout à coup et quel bonheur!

      Aimé par 1 personne

    • cgn002 dit :

      La promiscuité n est pas une solution humaine…sauf que l homme s est conformé (adapté ) à une urbanité qui ne lui ressemble pas vraiment …mais il ne le sait pas (plus) !

      J'aime

    • Papi 2.0 dit :

      Et les palombes se posent sur les voies d’arrêt d’urgence de l’autoroute Agen Montauban (A20 BordeauToulouse). Elles mangent ce que les automobilistes jettent par les fenêtres. Si Dieu donne à manger aux oiseaux il nous donnera bien à manger aussi? 🙂

      Aimé par 1 personne

  19. Mildred dit :

    Et Régis de Castelnau qui vient de remettre deux thunes dans le bastringue :

    https://www.vududroit.com/2020/03/agnes-buzyn-toujours-plus-loin-dans-lindecence-letat-criminel-suite/

    Aimé par 2 personnes

  20. Maxime, s’agissant des conseils scientifiques, votre passage en cabinet a surement du vous montrer comment sont sélectionnés les membres de ces conseils : de préférence des personnes connues (important pour la com) et relativement dociles. On leur fixe ensuite des objectifs très limitatifs (surtout ne pas s’autosaisir sur des questions qu’on ne leur pose pas !) et enfin ils sont utilisés comment paravent sacrifiable si cela se passe mal. Enfin je crains que les vieilles gloires un peu dépassées soient surreprésentées et je doute que les scientifiques les plus dynamiques préfèrent passer leur temps dans ces conseils plutôt que dans leur laboratoire.
    Sur l’aspect économique, je suis étonné que l’on ne se pose pas la question de savoir si le remède n’est pas pire que le mal. Si l’on effondre l’économie au point de faire concurrence à l’Afrique, on aura au bout du chemin le niveau sanitaire et la durée de vie des Africains et cela même sans coronavirus. Et même si l’on ne recule que de quelques pour cent, cela se traduira aussi en vies perdues.
    Le confinement différentiel (les personnes à fort risque d’être contaminées avec des conséquences graves et celles pouvant contaminer les autres) aurait été la bonne solution. En libérant toutes les énergies, on aurait pu résoudre bien plus tôt cette question de masques qui est une forme de confinement permettant de continuer à faire marcher la société. Non seulement il y a eu un défaut d’anticipation de nos gouvernants mais en plus il y a une immodestie criminelle à ne pas vouloir analyser les enseignements d’autres pays (incidemment c’est une raison pour refuser la mondialisation homogénéisatrice, on a besoin d’explorer plusieurs pistes !).

    Aimé par 3 personnes

    • cgn002 dit :

      Quand on est incompétent, puis coupable et par ailleurs suffisamment protégé (la règle du N+1 et de la corporation), il ne reste plus qu à se focaliser sur une image qui préservera les privilèges de votre situation aux manettes.
      Principe de base de la haute administration.

      J'aime

    • H. dit :

      Je partage votre point de vue. De plus, la frontière est étroite entre un organe de réflexion et une chambre d’enregistrement des désirs du seigneur. A cet égard, l’assemblée nationale se pose en modèle. Un exemple m’est venu à l’esprit qui illustre, de mon point de vue, parfaitement la situation et qui est un parfait contre-exemple de ce à quoi nous assistons. Ça s’est passé la veille du jour J au moment où Ike a réuni une dernière fois son état-major et où il a écouté le météorologiste sur le temps qu’il allait faire le 6 juin au matin. Ensuite, il a pris seul sa décision et ne s’est pas réfugié derrière un collège d’expert afin de pouvoir expliquer, par la suite et en cas d’échec, qu’il n’avait fait que suivre l’avis des spécialistes. Cet homme a démontré, ce jour là, qu’il était l’homme de la situation. Pas surprenant qu’il soit devenu président par la suite. Au risque de paraître sévère, le traitement de la crise par nos autorités ne rentre pas dans ce schéma. C’est bien dommage.
      Pour les problèmes économiques, dont je me demande encore s’ils ont été correctement soupesés avant que cette décision de confinement eut été prise, je vous engage à lire ce papier de Charles Sannat. A défaut de l’agréer complètement, il a le mérite de bien poser les bases du débat. On ne stoppe pas impunément l’économie d’un pays sans qu’il n’y ait des conséquences graves. C’est là : https://insolentiae.com/pas-de-penurie-brutale-penurie-progressive/. Quand on sait que la zone euro est en sursis, que l’Europe telle qu’elle existe ne s’en remettra pas, il y a de quoi être inquiet. Quelle mouche a donc piqué nos dirigeants ?

      Aimé par 1 personne

    • H. dit :

      Complément. Patrick de Casanove est médecin généraliste dans les Landes : https://www.contrepoints.org/2020/03/25/367459-covid-19-hydroxychloroquine-ou-rien

      Aimé par 1 personne

    • Papi 2.0 dit :

      Quelle mouche a donc piqué nos dirigeants ? Passer à la vitesse supérieure, accélérer le tout informatique? Faire entrer dans nos vies de gré ou de force l’intelligence artificielle? Déclencher un conflit contre la méchante Chine qui nous envoie des virus? Les USA veulent rester la première puissance mondiale mais le sont-ils comme la France et l’Angleterre avant 14/18?

      J'aime

    • JC Barescut, c’était une époque étrange où l’on nommait de adversaires dans les comités en tout genre pour se faire taper sur les doigts.
      MT

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.