Relire « l’étrange défaite » (Marc Bloch)

Aveuglement, indécision, déconnexion, atermoiements, improvisation, impréparation, lenteur, tergiversations,  grandiloquence, pagaille, incurie, gesticulation, indiscipline, panique, pénuries, désorganisation, incompétence,  du plus haut sommet à la base… Ne sombrons pas dans le ridicule d’un rapprochement général entre la crise du coronavirus et la IIe guerre mondiale. Pourtant, la manière dont la France réagit à une tragédie, même cent fois moins sanglante, donne lieu à de saisissantes ressemblances… Mêmes réflexes, mêmes caractéristiques! Relisons l’Etrange défaite de Marc Bloch, qui n’a pas vieillit d’une ride!  Relisons-le pour comprendre ce qui se passe  en ce moment.

*********************************************************************************

Marc Bloch est né en 1886. Ancien élève de l’école normale supérieure, il est agrégé d’histoire, fondateur, avec Lucien Febvre, des Annales d’histoire économique et sociale. Ancien combattant de 1914-1918, mobilisé volontaire en 1940, bien que père de six enfants, il a été le témoin direct de la débâcle. Grand résistant, il a été arrêté par la Gestapo et fusillé le 16 juin 1944. Son manuscrit a été sauvé de justesse par des proches à qui il l’avait confié.

L’étrange défaite de Marc Bloch pointe la responsabilité directe des élites dirigeantes et militaires dans  débâcle de juin 1940 : « Quoi que l’on pense des causes profondes du désastre, la cause directe fut l’incapacité du commandement ». Pour lui, le désastre fut avant tout celui de l’intelligence: les politiques comme les militaires français n’ont pas su penser, anticiper, concevoir, les changements du monde: « En d’autres termes, le triomphe des Allemands fut, essentiellement, de nature intellectuelle et c’est peut-être là ce qu’il y a eu en lui de plus grave. » Le politique, le commandement et les stratèges de l’armée française en sont restés, sur le modèle de batailles front contre front, 1914-1918, alors que, dans un contexte profondément différent, l’ennemi misait sur les offensives éclairs, le mouvement. « Les Allemands ont fait une guerre d’aujourd’hui, sous le signe de la vitesse […] Nous n’avons pas su ou pas voulu comprendre le rythme, accordé aux vibrations accélérées, d’une ère nouvelle« . Selon Marc Bloch: « Ils croyaient à l’action et à l’imprévu. Nous avions donné notre foi à l’immobilité et au déjà fait. »

Pourtant, l’auteur ne limite pas les causes de la catastrophe aux carences de la pensée des dirigeants du pays et des stratèges de l’armée. Il met en cause le déclin intellectuel de la société française dont celui des élites est le reflet. « Les états-majors ont travaillé avec les instruments que le pays leur avait fournis […] Ils ont vécu dans une ambiance psychologique qu’ils n’avaient pas toute entière créée. » Marc Bloch  déplore l’état d’esprit général qui imprègne la France dans les années 1920 et 1930. A vrai dire, nul ne trouve grâce à ses yeux: la presse, les fonctionnaires, les chefs d’entreprise, les  industriels, les syndicats de salariés, les politiques de droite et de gauche – à équivalence -, le peuple lui-même,  sont à ses yeux, tous à leur niveau, responsables du désastre. Le pays – avant tout ses élites dirigeantes mais aussi sa population – a trop tardé à regarder la réalité en face, il s’est enfoncé dans le déni. Il s’est enseveli la tête dans le sable et quand il s’est réveillé, il était trop tard.

Le point le plus fascinant de cet ouvrage: au cœur du désastre se trouve le déclin intellectuel de la France et notamment l’affaiblissement de l’enseignement de l’histoire (déjà!). L’histoire donne la vision en perspective qui permet de disposer du recul nécessaire face aux événements en cours et par là même d’en lire mécanisme, de les interpréter et d’anticiper: « Le passé a beau ne pas commander le présent tout entier, sans lui, le présent demeure inintelligible. Pis encore peut-être: se privant délibérément, d’un champ de vision et de comparaison assez large, notre pédagogie historique ne réussit plus à donner, aux esprits qu’elle prétend former, le sens du différent ni celui du changement. » Bien au-delà de la seule étrange défaite de 1940, ce petit ouvrage est une sublime source de réflexion générale sur notre époque contemporaine. Il décrit un pays, en particulier ses élites dirigeantes, dépassé par les événements et l’évolution du monde qu’il n’a pas vu venir… Il est stupéfiant d’actualité.

Maxime TANDONNET

 

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

59 commentaires pour Relire « l’étrange défaite » (Marc Bloch)

  1. H. dit :

    Bonjour à tous,

    Un texte dont je voudrai croire qu’il n’est en rien prophétique mais qui colle hélas trop bien à notre quotidien : https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2020/03/17/letat-durgence-ne-sarretera-pas-avec-le-coronavirus/
    Extrait : « L’état de peur est l’ingrédient de base pour l’affirmation d’un autoritarisme ou pire, d’un système totalitaire… tout ne peut pas être justifié au nom de l’urgence, surtout lorsque certaines restrictions ou justifications ne semblent pas être temporaire. ».

    Bonne journée

    Aimé par 1 personne

  2. Alceste T., misanthrope de passage dit :

    Laissez donc Marc Bloch tranquille, et occupez-vous plutôt de nous dire comment votre fixette personnelle (et erronée) sur la réduction des dépenses publique est compatible avec la nécessité, que nous constatons aujourd’hui, de garder un hôpital public ayant suffisamment de marge en cas de crise.

    Dites nous aussi comment LR, qui a eu pour seul et unique axe de tout privatiser et de tout laisser délocaliser, nous a conduit à une situation où nous ne pouvons pas fournir de masques aux soignants, etc.

    Les LR nous ont imposé leur idéologie européiste et d’ouverture des frontières, nous n’en voulions pas et voilà celle-ci nous amène dans le mur. Quelles conclusions allons-nous en tirer ?

    J'aime

    • Philippe Dubois dit :

      On peut réduire les dépenses publiques sans euthanasier les infirmières ou les pompiers

      Il suffit de tailler dans la bureaucratie étouffante qui empêche les gens de travailler et de vivre normalement,
      A commencer par l’hôpital public, qui s’effondre sous le poids de sa sur-administration.

      Aimé par 2 personnes

  3. cyril de fayet dit :

    merci Maxime pour cette réference historique, tellement nécessaire et qui manque à la nouvelle géneration, collégiens, lycéens.
    Le Pdt Macron n’a pas eu le courage de prononcer le mot « confinement » , quelle faiblesse ? quel calcul politique ? Lamentable.
    Ces mesures coercitives sont elles prononcées selon l’art 16 de la constitution ? cyril

    J'aime

  4. Janus dit :

    Les bobos, les règles et l’avenir de la France :
    Une nuée de bobos parisiens s’est abattue sur Deauville hier et ce matin (Environ 10 000 personnes selon les infos locales). Ce matin, plus de lait ni nouilles dans les magasins, familles en vélo sur les pistes cyclables et piétons se baguenaudant tranquillement en groupe sur les planches. Ce midi, idem malgré les instructions de confinement, nombreuses personnes en jogging dans les allées, groupes se promenant sous le soleil printanier, séance de yoga sur les planches etc,etc. « Même pas peur ! »
    Je comprends maintenant l’étrange défaite et je peux prédire que ce ne sera pas la dernière. Il n’est plus temps d’un tel diagnostic. Il faudrait désormais Philip K. Dick ou Heinlein pour décrire le boboland finissant. Peut-être ce virus sera-t-il l’un des 4 cavaliers de l’Apocalypse, la révélation de notre néant et de nos prétentions abyssales . Si ce virus touche ces gens, ils seront les premiers à ameuter le ban et l’arrière-ban et à protester contre l’amateurisme de nos dirigeants, le manque de moyens et la pénurie de soignants. Mais toute réflexion faite, je crois que nos gouvernants ne peuvent rien pour un tel peuple que Voltaire décrivait comme « dur et léger » et que c’est en connaissance de cause qu’ils ont repoussé à l’ultime la décision du confinement.
    CPEF
    Dieu nous préserve de ressembler à ces gens…

    Aimé par 2 personnes

    • Freddie dit :

      Bien d’accord Janus. Ce n’est pas qu’à Deauville. J’ai une copine sur une autre ville de la côte normande qui me téléphone la même chose : conduite insouciante et magasins dévalisés. Ils pensent être à l’abri dans une zone un peu moins touchée vu la faible population hors saison, et arrivent en masse. C’est comme les réfugiés des conflits inter-islamiques qui se précipitent en France pour y installer la loi musulmane. Philosophe, ma copine déclare qu’on pardonne aux Parisiens, parce que malgré tout ils font beaucoup tourner l’économie locale, largement organisée autour de leur accueil. Mais le prix sera sûrement élevé.

      J'aime

  5. colococo2 dit :

    Non non… 1939 Gamelin non !

    J'aime

  6. Papi 2.0 dit :

    « Tous les arts ont produit leurs merveilles, l’art de gouverner n’a produit que des monstres. » (Saint Just)

    J'aime

  7. E Marquet dit :

    Coronavirus, Elections municipales, Etrange défaite, j’ai lu avec intérêt, bien qu’avec retard, ces billets et leurs commentaires, qui s’ajoutent à ce dont les médias et leurs commentateurs plus ou moins inspirés, nous abreuvent. Je n’aurais rien à y rajouter d’original, et j’appliquerai donc le conseil d Epictète « Sois le plus souvent silencieux, ne dit que ce qui est nécessaire et en peu de mots ».
    Toutefois, en ce premier jour de « confinement », et suite à la succession des interventions, jusqu’à l’overdose, sur la pandémie en cours, j’ai repensé au très beau passage sur la Rumeur du Livre XII des « Métamorphoses d’Ovide » , le voici :
    « Au milieu du monde, il est un lieu, entre terre, mer et plages du ciel, frontière du monde triple, d’où l’on voit ce qui est partout, même loin des régions, où toute voix pénètre dans des oreilles creuses.
    La Rumeur y vit. Elle s’est choisi une maison sur les hauteurs, avec d’innombrables accès, mille ouvertures sur les toits, aucune porte pour fermer l’entrée.
    De nuit, de jour, la maison est ouverte. Toute entière de bronze sonnant. Toute entière elle vibre, renvoie les paroles et répète ce qu’elle entend.
    Aucun repos, aucun silence, en aucun lieu.
    Ce n’est pas du bruit, mais un murmure de petites voix. Comme les vagues de la mer, si on les écoute de loin, comme le son quand Jupiter fait claquer les nuages noirs, des derniers grondement du tonnerre.
    La foule vit dans l’entrée. On y va, on y vient, peuple léger.
    Des inventions mêlées de vérité y flânent, des milliers de rumeurs, des paroles confuses y roulent, comblent de leurs discours des oreilles vides, colportent les récits, et la taille du mensonge croît.
    Un nouvel auteur ajoute quelque chose à ce qu’il a entendu.
    Ici sont la Crédulité, l’Erreur sans scrupule, la Joie vaine, les Terreurs d’épouvante, la jeune Révolte, et les Murmures dont on ignore l’auteur.
    Tout ce qui passe dans le ciel, sur la mer et sur la terre, la Rumeur le voit. Elle-même l’enquête dans le monde entier. »

    Aimé par 3 personnes

  8. H. dit :

    Ĺa vidéo dure presque cinquante minutes mais je crois qu’elle est à voir pour mieux appréhender la crise bancaire qui s’annonce en Europe. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec le monétarisme, les explications de Jean-Pierre Chevallier sont très claires et rendent nettement plus compréhensible la situation économique actuelle. L’enregistrement date du 3 mars dernier ce qui peut expliquer certaine prise de position. C’est là : https://www.tvlibertes.com/politique-eco-n-254-vers-un-tsunami-bancaire-en-europe

    J'aime

  9. cgn002 dit :

    Dans leur course folle (vers un absurde narcissique) les concernés du moment ne risquent pas de s’arrêter sur le miroir de leurs tares.

    J'aime

    • Annick Danjou dit :

      Nicole Odera dans un commentaire de l’article de R de Castelnau dans vu du droit, dit à ce dernier « vous retardez très cher; je ne sais pas ce qu’on lui a promis…mais elle vient de faire un super rétropédalage disant qu’on a déformé ses propos. Honte de rien »

      J'aime

    • Sganarelle dit :

      Les médecins conscients de ce qu’est un virus inconnu, comment il opère et comment il peut muter ont assez vite compris l’ampleur d’une épidémie probable dans une population non avertie et mal préparée.
      mais il ne faut pas affoler les populations et conserver un optimisme facteur de calme politique. Dire que nos hôpitaux en grande difficulté ne sont pas capables de faire face à ce genre de catastrophe est fort mal venu de la part du citoyen lambda..alors de la part d’un ministre qui est supposé gérer une crise c’est impensable.
      Que madame Buzyn ait abandonné son poste au début de la bataille semble à sa défaveur bien qu’on en ignore les raisons profondes.
      Cependant on peut dire que ce gouvernement d’amateurs a réagi avec retard et sans préparation aucune donnant une impression de précipitation et d’incohérence remarquables. Pour couronner le tout il a suivi sa politique en n’annulant pas des élections à risque car il est impossible d’aseptiser vraiment un endroit hors une salle d’opération.,et toutes réunions sociales est meurtrière.
      Maintenant il se range derrière l’avis des scientifiques dont la grande partie avoue ne rien savoir de ce virus ce qui en augmente l’importance. Pourtant l’exemple de nos voisins auraient dû aider à prendre des décisions plus.rapides et moins précipitées , mais comme toujours nos gouvernants n’entendent que ce qui leur convient.
      Madame Buzyn n’ est pas un bon ministre , maintenant elle essaie d’être un bon médecin et il faut saluer son courage et sa franchise .
      « Étrange dêfaite ou plutôt étrange pouvoir » dites-vous H … Non : Pouvoir responsable et coupable.

      Aimé par 1 personne

  10. Ping : Relire « l’étrange défaite » (Marc Bloch) | Raimanet

  11. MARECHAL dit :

    Bonjour Maxime, bonjour à tous ..

    Emmanuel Macron je cite :
     » Hier n’est pas demain  »
    Ce à quoi nous répondons :
     » Ma grand mère n’est pas ma sœur, et mon cousin n’est pas mon oncle ..  »
    Merci de votre attention

    Aimé par 1 personne

    • there dit :

      @maréchal merci ! Je note que votre réponse pour nous très humoristique n’est pas inutile pour les progressistes qui nous « dirigent » … à l’attention spéciale de Mr M et ma femme n’est pas ma mère et inversement .

      Aimé par 1 personne

  12. Janus dit :

    Ma fille travaille dans une agence immobilière à Deauville : Les consignes de confinement ne sont pas respectées : pas de télé travail ni d’analyse des possibilités techniques pour y avoir recours, pas de fermeture au public bien que les affichettes aient été apposées sur la porte (On ouvre aux clients lorsqu’ils passent et bien que ce qu’ils demandent aurait pu être traité par téléphone, des commerciaux mandataires donc non salariés qui entrent et sortent sans souci des barrières microbiennes ou virales, pas de gel hydroalcoolique ni de masque etc, etc. C’est ma fille qui a du editer les attestation pour l’ensemble du personnel. Ce matin à Nantes à la BNP : demande de renseignements pour un problème de carte bleue : le personnel est présent, masqué et répond a travers la porte sans l’ouvrir sauf nécessité absolue. Les grandes entreprises vont faire face au problème en respectant les consignes, les artisans et professions libérales vont traiter le problème à la franchouillard, et il n’y a aucune raison d’enrayer avec une telle indiscipline et bêtise, la progression de l’épidémie d’autant qu’à Deauville les parisiens sont descendus en masse avec la quantité non identifié de positifs au coronavirus et tombent sur la petite ville bien sage comme la vérole sur le bas-clergé breton…
    Bref, tout va bien , dormez braves gens, le pouvoir tutélaire et bienveillant veille sur vous !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.