Entre ambition et dignité

L’engagement politique ne devrait être rien d’autre qu’une mission de représentation de la collectivité, fondée sur le suffrage universel, et limitée au temps nécessaire, celui où les circonstances se prêtent au service de l’intérêt général.  Les politiques qui savent s’arrêter et passer à autre chose, quand leur temps est fini, méritent notre estime. Signe d’une conscience nourrie de principes, d’une culture et d’une intelligence qui l’emportent in fine sur les délires de gloriole. Mme Kosciusko-Morizet, par exemple, a échoué à Paris, elle est passée à autre chose et nul n’en parle plus: voilà qui est tout à son honneur. Au contraire, M. Manuel Valls fut pendant un temps un espoir de la politique française. La France a, en effet, besoin d’un centre-gauche républicain, réaliste et ferme sur les sujets migratoires ou de laïcité. Il a brièvement incarné ce modèle. Puis, son parcours a tourné à la déception: spectaculaires accès de colères et de sectarisme (« le terrorisme, c’est vous! »); bilan de cinq années auprès de M. Hollande qu’il a refusé d’assumer en chargeant violemment ce dernier après-coup; départ en Espagne – Barcelone -; aujourd’hui velléités de retour et de ralliement à la présidence Macron. Se rend-il seulement compte à quel point nul ne l’attend plus? De même, M. Jean-François Copé revient médiatiquement à la faveur des municipales de Meaux. Il a choisi le chemin inverse pour son retour: celui de l’attaque virulente contre la présidence Macron.  D’accord. Mais alors, pourquoi ne pas dire la vérité? M. Copé fut l’une des personnalités de droite, à l’origine, les plus dithyrambiques envers cette présidence. Certes, il a le droit absolu de changer radicalement d’avis. Mais à la stricte condition de reconnaître son erreur initiale. Je me suis trompé. Lourdement trompé. Voilà une phrase, de temps en temps, qui serait tout à l’honneur des politiques.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Entre ambition et dignité

  1. Papi 2.0 dit :

    Je vote: quelqu’un décide à ma place.
    Je ne vote pas: quelqu’un décide à ma place.
    Viendra-t-il le temps où nous déciderons ensemble de notre destin au lieu de laisser quelques personnes en décider à notre place?

    Aimé par 1 personne

  2. Timéli dit :

    « En avouant ses erreurs, on met la raison au présent et le tort au passé » (Duc de Levis).

    J'aime

  3. Citoyen dit :

    Sur la première partie du billet, je partage le propos à 100%, Maxime.
    Par contre, s’agissant du roquet, « un espoir de la politique française » !?… et même « pendant un temps »…… Comment dire … ?
    De plus, « réaliste et ferme sur les sujets migratoires » ?… Wouah !… ça ne m’avait pas effleuré …
    Je crains que nous n’ayons pas vu le mème film, ou alors j’ai manqué un épisode …
    Cela dit, quand on se retrouve dans sa situation, après avoir frisé le sommet, il est bien compréhensible que certains ont du mal à s’en remettre, et sont prêts à faire n’importe quoi pour remonter sur les planches …
    Mais avec Copé, comme bien d’autres qui bougent beaucoup d’air en se déplaçant, on ne sait plus si c’est le vent ou la girouette qui tourne …
    Quant à dire qu’ils se sont trompés …, faut être raisonnable …, ce n’est pas vraiment dans les meurs de ceux qui ont les dents qui rayent le parquet …

    J'aime

  4. Michel Fremondiere dit :

    forcément , il y en a qui change de partis , comme de chemise ,d’autre ne respecté pas , la volonté populaire ,le NON au référendum ,Copé on le connais bien, il est comme Bertrand ,s’allier avec la gauche et les communiste pour un poste Valls est un traite de gauche ,arriviste , grâce a la double nationalité ,et le Sarkozy ,fossoyeur de notre droite ,qui continue a se prendre au sérieux ,une seule a eu le courage de dire ,quelle a fait une erreur ,Mme LEPEN ,a la présidentiel ,la politique est devenue un jeu pour s « assurer un salaire ,triste tout cela ,mais malheureusement vrais

    J'aime

    • Michel Fremondière, si vous pouviez dire à votre grande copine de ne pas refaire la même erreur de se présenter en 2022 pour faire gagner l’autre… Merci beaucoup.
      MT

      Aimé par 3 personnes

    • alexrebelde dit :

      Marine Lepen a été elle a été tellement… caricaturale, que je me suis même demandé si elle n’avait pas été payée pour cela.

      Aux prochaines élections présidentielles, si elle gagne, ce sera uniquement à cause des conséquences de toutes les erreurs de Macron. Elle, elle n’y sera pour rien !
      Elle est même capable de le faire gagner tellement elle est nulle.
      Hélàs…

      Aimé par 2 personnes

    • Fredi M. dit :

      vous pouviez dire à votre grande copine de ne pas refaire la même erreur de se présenter en 2022 pour faire gagner l’autre…
      Donc il faut laisser en place les incapables ?

      J'aime

    • Michel Fremondiere dit :

      Maxime , contrairement a vous , MOI je suis de la droite molle , et effectivement je soutiens notre allier de la droite dite extrême ,et je vous laisse volontiers Sarkozy et Macron ,

      J'aime

  5. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    En rejetant la candidature de M. Valls, les Barcelonnais ont vu plus juste que les Français. Comment accorder la moindre confiance à ce politicien opportuniste qui croyait qu’avec le carnet d’adresses et l’argent de sa nouvelle épouse, toutes les portes lui seraient ouvertes. Je ne lui vois aucune nouvelle possibilité de briguer un quelconque mandat en France dans son ancien fief où il avait d’ailleurs été élu député d’extrême justesse, pas plus qu’au gouvernement compte tenu de ses relations passées avec le Président actuel et du souvenir qu’il a laissé à la toute la classe politique.
    Quant à F. Copé, je n’ai pas oublié le minable spectacle des élections pour la présidence de l’UMP de novembre 2012, du duel féroce avec F. Fillon, des tricheries et des règlement de compte par ces deux obsédés afin de pouvoir se présenter à la présidentielle suivante. L’avenir politique de F. Copé restera à sa maire ou peut-être, comme son ancien compère devant un tribunal dans le cadre de l’affaire Bygmalion où il a brillé jusqu’à maintenant par sa lâcheté.
    D’une manière générale et pour éviter ce carriérisme politicien professionnel, les mandats de nos politiciens devraient, constitutionnellement être limités, comme pour le président de la République à deux consécutifs mais demander ceci qui parait pourtant raisonnable et sain, c’est se fourvoyer puisque nos « chers » députés et sénateurs réunis ne voteront jamais une telle mesure….et pour cause !

    Aimé par 1 personne

    • Citoyen dit :

      Eh oui, Gérard Bayon, faut les comprendre …, ce n’est pas facile pour eux de scier la branche sur laquelle ils se sont confortablement installés …

      J'aime

  6. Ping : Entre ambition et dignité | Boycott

  7. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, Bonjour à tous,

    Ce que vous décrivez, c’est ce qui fait la différence entre l’homme ou la femme d’Etat et le politique.
    Le politique pense à sa gamelle alors que l’homme d’Etat pense aux générations futures.
    Combien se disent, je fus désavoué, donc je me retire, je passe à autre chose.
    Peu sont capables de faire quelque chose de leurs dix doigts dans le civil. Voir un politique s’accrocher à n’importe quel siège est une chose fréquente en France. Ils peuvent critiquer Poutine, ils sont pires. Le paysage politique français est fait majoritairement de carriéristes et d’opportunistes sans envergure. Ils ne voient même plus que 80% des français ne peuvent plus les souffrir. Il y a une détestation du politique en France que n’a jamais connu notre pays.
    Il n’y a plus ou ils sont très rares d’hommes et de femmes de convictions. Lorsque je vois que des individus se présentent sous l’étiquette de deux partis, il faut sacrément être lâche, opportuniste et carriériste. imaginez tous ces politicards en cas de conflits, il y en aurait des collabos.
    Les politiques français m’écoeurent de plus en plus, ils sont prêts à toutes les bassesses, les trahisons, les mensonges pour se maintenir sur le dos du contribuable.
    Le spectacle de l’Assemblée Nationale est de plus en plus affligeant et ridicule, du niveau adolescent pré pubère attardé, pas un d’eux ne se remettra en cause, et encore moins chez les LREM du fait qu’ils nous expliquent que nous ne comprenons rien et qu’ils sont trop intelligents et trop subtils pour que nous les comprenions.
    Les mots permanents des politiques : » Il faut faire de la pédagogie » ce qui n’est guère flatteur pour notre éducation nationale qui donc ne sort que des débiles sans cervelles qui ne comprennent rien.
    Reconnaître ses erreurs n’est guère dans l’ère du temps, Nombre de politiques, de dirigeants de cadres, de petits chefs font des erreurs et se déchargent lâchement sur leurs subordonnés en criant que c’est uniquement de leur faute.
    Ne parlez pas d’honneur des politiques, c’est un mot qu’ils ignorent. Les hommes d’honneur sont rares aujourd’hui, c’est une espèce en voie de disparition…

    Aimé par 4 personnes

  8. lugardon dit :

    « J’ai compris que tout le malheur des hommes venait de ce qu’ils ne tenaient pas un langage clair. »

    Albert Camus

    « La peste » 1947

    J'aime

  9. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Dans le domaine du retrait de la vie publique après un échec, les pays anglo-saxons se posent en modèle. Pour ne prendre qu’un exemple, je citerai Margaret Thatcher. Après son éviction du pouvoir, elle a fait profil bas. En France, c’est « l’éternel retour » en permanence signe que quelque chose ne tourne pas rond. Manuel Valls est à lui seul une caricature et sa tentative pathétique à la mairie de Barcelone le discrédite complètement. Après tout, il a été premier ministre d’un pays aux ambitions mondiales (et qui n’a plus d’argent suite à la gestion au cordeau des 40 dernières années). À titre purement personnel, j’aurai su que mon vote aurai servi à cette gabegie que j’aurai cesser de voter beaucoup plus tôt. Je ne pardonnerai jamais ces mensonges qui nous ont conduits dans l’impasse actuel.

    Bonne journée

    J'aime

  10. carlo dit :

    « Je me suis trompé. Lourdement trompé. Voilà une phrase, de temps en temps, qui serait tout à l’honneur des politiques. »
    Oui, et c’est ce qu’on aimerait surtout les entendre dire à propos de la construction européenne.
    Quant à Manuel Valls, il n’a fait que de mauvais choix (et cela continue). Rappelons-nous qu’il était partisan du « non » à Maastricht …. et qu’il a fait campagne pour le oui.
    Son sens de la discipline à l’égard de son parti ne l’a pas empêché de ne pas soutenir le candidat du PS à la dernière election présidentielle.
    Il fait partie de ces hommes politiques dont on souhaiterait en effet qu’ils sachent « s’arrêter et passer à autre chose, quand leur temps est fini » … surtout lorsqu’ils ne méritent pas particulièrement notre estime.

    Aimé par 1 personne

  11. Fredi M. dit :

    Je retourne ma veste
    Toujours du bon côté

    J'aime

  12. Mildred dit :

    Et vous vous étonnerez, monsieur Tandonnet, que les électeurs aient une furieuse envie de sanctionner tous ces traîtres et tous ces opportunistes qui, quoiqu’il arrive, dès qu’une élection se profile, sont toujours là pour nous expliquer qu’ils sont les meilleurs ?

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.