Le souffle dévastateur du covid 19

La peur de l’épidémie de covid 19 déferle sur la planète avec un effet dévastateur. Le contraste entre les faits et leur perception donne le vertige: certes les statistiques du nombre de morts, une trentaine en France et des milliers dans le monde, ainsi que du nombre de personnes contaminées, le caractère méconnu de ce virus, ont de quoi inquiéter. Phénomène comparable à une grave épidémie de grippe? Danger d’une toute autre nature? Qui peut le dire? Mais quoi qu’il en soit, le constat objectif du nombre des victimes est hors de proportion avec la vague de panique qui en découle: paralysie de la vie sociale, arrêt des mouvements de personnes, course à l’isolement, effondrement des marchés boursiers, du commerce mondial, de l’activité industrielle et des cours du pétrole, bref, la globalisation, emportée comme un château de cartes…Le souffle du covid 19  est aussi ravageur pour la raison humaine. Qu’une personne, avec l’autorité de ministre, puisse oser déclarer que cette crise est l’opportunité de « réaliser de bonnes affaires à la bourse », alors que des centaines de milliers d’hommes et de femmes vont perdre leur emploi, est un signe emblématique de l’époque: le dieu fric justifiant tous les cynismes, égoïsmes et tous les mépris. Rien n’est plus odieux et signe de folie  que les récupérations politiciennes en tout genre de cette tragédie: les uns surjouent la peur, de toute évidence, par des paroles irresponsables, avec l’unique intention  de noyer leurs échecs et le désastre à venir des élections municipales; tandis que d’autres (de l’extrême gauche à l’extrême droite) pratiquent la politique du pire dans une surenchère de gesticulations qui puent la démagogie. Le matraquage médiatique autour des « protections particulières » entourant les plus hautes autorités nourrit le scénario de la dramatisation. Il est particulièrement indigne et emblématique de la déconnexion des élites dirigeantes. Quel message! Toutes les vies et toutes les santés n’ont-elles pas la même valeur et la même utilité, dans une société supposée démocratique? Le souffle dévastateur covid 19 est en train d’anéantir nos derniers repères qui subsistaient encore. Son impact sur la politique française, totalement imprévisible, sera titanesque.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

69 commentaires pour Le souffle dévastateur du covid 19

  1. Trigwen dit :

    Ce Covid 19 est un sale virus certes mais est-ce une raison pour les responsables politiques d’en parler sans cesse ? Non ! Est-ce une raison pour les medias de toutes sortes d’occuper 80 % de leurs J.T. à parler de ce virus et des victimes.
    Qu’on conseille aux gens de prendre certaines protection est une bonne chose puisqu’il vaut mieux prévenir que guérir.
    Malheureusement ces medias font dans la sous information et participent activement au sentiment de panique. On nous donne des chiffres qui annoncent près de 3000 personnes contaminés et plus de 50 décès. Mais qu’est ce que représentent au juste ces chiffres ? Ça, ils se gardent bien de le préciser. 2876 personnes contaminées pour 67 millions d’habitants dans le pays, cela représente 4 habitants pour 1000 ! Donc quasiment rien !
    61 décès pour 2876 contaminés, cela ne représente que 2,1% des malades donc moins que la grippe !
    Dans le monde, on a environ 120 000 contaminés et 4351 décès soit 3,6% ! Ne parlons pas de ce que ça représente par rapport au 7 milliards 700 millions d’habitants sur cette terre. Des clopinettes ! Heureusement, la majorité des Français ont encore du bon sens et continuent de vivre en prenant les précautions élémentaires. Pour ce qui est de nos politiques, sans doute vont-ils enfin constater qu’il est grand temps de s’occuper des hôpitaux, des urgences et de prendre en compte le personnel soignant.
    Pour ce qui est des grandes entreprises et économistes partisans de l’ultra libéralisme qui ont pensé que délocaliser allait être un plus pour leurs profits, ils s’aperçoivent que cette mondialisation soit disant heureuse présentent de gros inconvénients et que rien ne vaut la réindustrialisation d’un pays.

    J'aime

    • Stéphane B dit :

      Bonjour le breton exilé d’un breton immigré dans le 22

      Allez lire https://h16free.com/2020/03/11/65594-cette-affreuse-mondialisation-qui-combat-le-coronavirus

      Et ne me parlez pas d’ultralibéralisme quand vous ne savez pas ce que sait. Quant aux entreprises qui ont délocalisé, a priori, vous ne vous êtes pas posé la question du pourquoi du pourquoi afin d’en trouver la cause primaire. Pourtant, vous vous dites capable de vous renseigner, d’analyser avant de commenter.

      J'aime

    • Sganarelle dit :

      Un peu de pudeur s’il vous plait . Vous ne connaissez rien à ce nouveau virus et les «  autorités médicales » non plus . Il se propage de façon exponentielle et attaque les poumons. Le comparer à une grippe est une erreur.
      Dans la mesure où il y a des porteurs sains il est ridicule de donner des chiffres’ lesquels d’ailleurs varient à chaque minutes.
      Calfeutrez vous à domicile , soignez vous tout seul car les hôpitaux sont surchargés et priez Dieu ça changer un peu des habitudes.
      Bonne chance

      J'aime

  2. Annick Danjou dit :

    Vatican – le 12/03/2020 à 17:21:00 Agence I.Media
    Coronavirus: Tribune des correspondants français en Italie et au Vatican
    Journalistes en Italie et au Vatican pour des médias français et francophones, nous couvrons depuis le début la crise épidémique du coronavirus dans la Péninsule. Nous avons pu constater la progression fulgurante de la maladie et avons recueilli les témoignages du personnel de santé italien. Beaucoup nous font part de la situation tragique dans les hôpitaux : les services de thérapie intensive saturés, le triage des patients, ceux – les plus faibles – que l’on sacrifie faute de respirateurs artificiels suffisants.

    Par conséquent, nous considérons qu’il est de notre responsabilité d’adresser un message aux autorités publiques françaises et européennes pour qu’elles prennent enfin la mesure du danger. Tous, nous observons en effet un décalage spectaculaire entre la situation à laquelle nous assistons quotidiennement dans la péninsule et le manque de préparation de l’opinion publique française à un scénario, admis par l’énorme majorité des experts scientifiques, de propagation importante, si ce n’est massive, du coronavirus. Hors d’Italie aussi, il n’y a plus de temps à perdre.

    Nous estimons qu’il est de notre devoir de sensibiliser la population française. Souvent, les retours qui nous arrivent de France montrent qu’une grande partie de nos compatriotes n’a pas changé ses habitudes. Ils pensent qu’ils ne sont pas menacés, surtout lorsqu’ils sont jeunes. Or, l’Italie commence à avoir des cas critiques relevant de la réanimation dans la tranche d’âge 40-45 ans. Le cas le plus éclatant est celui de Mattia, 38 ans, sportif et pourtant à peine sorti de 18 jours de thérapie intensive. Il est le premier cas de Codogno, fin février, au coeur de la zone rouge dans le sud de la Lombardie. Par ailleurs, certains Français n’ont pas conscience qu’en cas de pathologie grave, autre que le coronavirus, ils ne seront pas pris en charge correctement faute de places, comme c’est le cas en Italie depuis plusieurs jours. Soulignons aussi que le système sanitaire impacté aujourd’hui est celui du Nord, soit le meilleur d’Italie, un des meilleurs en Europe. La France doit tirer les leçons de l’expérience italienne.

    Manuella Affejee, de la rédaction francophone de Radio Vatican
    Delphine Allaire, de la rédaction francophone de Radio Vatican
    Salvatore Aloïse, correspondant ARTE
    Olivier Bonnel, de la rédaction francophone de Radio Vatican
    Bertrand Chaumeton, réalisateur radio
    Marie Duhamel, de la rédaction francophone de Radio Vatican
    Ariel F. Dumont, correspondante de Marianne, Le Quotidien du Médecin
    Antonino Galofaro, correspondant Le Temps
    Bruce de Galzain, correspondant permanent de Radio France en Italie
    Claire Guigou, journaliste à l’agence I.MEDIA
    Marine Henriot, de la rédaction francophone de Radio Vatican
    Arthur Herlin, directeur de l’agence I.MEDIA
    Richard Heuzé, Politique internationale
    Blandine Hugonnet, journaliste pigiste
    Franck Iovene, AFP
    Éric Jozsef, correspondant Libération et RTS
    Anne Le Nir, correspondante RTL/La Croix
    Marc-Henri Maisonhaute, journaliste pigiste
    Francesco Maselli, correspondant l’Opinion
    Alban Mikoczy, correspondant France2/France3
    Jean-Charles Putzolu, Radio Vatican
    Quentin Raverdy, journaliste pigiste
    Xavier Sartre, de la rédaction francophone de Radio Vatican
    Eric Sénanque, correspondant RFI au Vatican
    Valérie Segond, correspondante Le Figaro
    Nicolas Senèze, envoyé spécial permanent de La Croix au Vatican
    Anne Tréca, correspondante RTL
    Valentin Pauluzzi, correspondant L’Equipe
    Arman Soldin, envoyé spécial AFPTV
    Matteo Cioffi, correspondant sportif Rfi
    Natalia Mendoza, correspondante de France 24
    Manuel Chiarello, JRI indépendant

    Aimé par 1 personne

  3. Stéphane B dit :

    Bonjour

    Soyons comptable. Le corona va tuer quoi ? 100 à 500 personnes en France maximum ? Qu’est-ce que ça représente réellement sachant que ce seront les plus fragiles et des personnes âgées, voire très âgées, qui partiront, autrement dit des personnes qui peuvent encore profiter mais qui savent que leur génération disparaît.
    Ceci est fortement faible à la vue des mesures prises.
    Or, ces mêmes mesures vont entraîner une catastrophe économique avec des entreprises qui vont fermer à la chaîne, des employés qui vont se retrouver au chômage, qui vont déprimer et sans aucun doute, car c’est la suite logique, se suicider. Après les entreprises classiques, c’est celles des banques et assurances qui vont suivre, qui vont se retrouver en défaut.
    Le suicide touche 10000 personnes par an (plus de 100 000 tentatives) en France et tous les gouvernement s’en foutent.

    Mais tout ça, au regard du virus, c’est quantité négligeable. Pourtant, je n’ai pas le sentiment que ça sente bon.

    Enfin, maintenant, c’est open bar au niveau de la production de fausse monnaie, de la monnaie de singe pour soi-disant soutenir le marché, comme le faisaient les économies soviétiques. Je n’ai aucun doute sur la réussite et les conséquences d’une telle idée en regardant l’état de déliquescence dans lequel se trouvaient ces formidables économies de l’Est, de Cuba, de Corée du Nord ou du Venezuela.

    J'aime

  4. De Furst dit :

    Tout cela n’est que la conséquence de la déliquescence d’une caste politico médiatique qui s’efforce depuis un demi siècle de détruire toute les valeurs qui font la solidité d’une communauté pour faire accepter leurs immondes turpitudes.

    J'aime

  5. lugardon dit :

    « La seule façon de mettre les gens ensemble, c’est encore de leur envoyer la peste. »

    Albert Camus

    Ou le coronavirus ?

    Aimé par 1 personne

    • lugadon, belle citation qui tombe à pic!
      MT

      J'aime

    • carlo dit :

      @ André Lugardon
      Que cette épidemie tombe bien ( à certains égards) pour le pouvoir en place et même qu’elle puisse avoir pour effet indirect de renforcer la cohésion nationale n’implique cependant pas que la situation ne soit pas sérieuse et que l’objectif principal soit de ne pas en faire trop, comme le pensent nos dirigeants.

      J'aime

    • Papi 2.0 dit :

      Carlo merci de votre commentaire. Je suis partagé entre deux sentiments contradictoires sur la situation présente: c’est sérieux et c’est pas pas sérieux. Et je fais et je me comporte pour moi, nos enfants et petits enfants comme si c’était sérieux. Mais je me souviens quand même de l’emballement H1N1 avec Madame Roselyne Bachelot. Il y a eu des morts et des morts jeunes et ça a fait flop au fil du temps. Je pourrais vous faire d’autres commentaires encore mais je ne veux pas envahir le blog de Maxime Tandonnet et je préfère surtout attendre et voir comment les choses vont évoluer. Nous vivons une époque étonnante. Il se passe beaucoup de choses que je n’avais même pas imaginées une seconde quand je me faisais des scénarios catastrophes dans mes jeunes années. Bon dimanche à vous. Je vais m’enfermer dans ma chambre et lire.

      J'aime

  6. carlo dit :

    « Les uns surjouent la peur »
    Je ne crois pas que ce soit le cas de EM qui, à tort ou à raison, prend des risques en refusant jusqu’à présent d’adopter des mesures aussi strictes que celles qui ont été décidées en Chine (avec un relatif succès ) ou en Italie.

    J'aime

  7. Janus dit :

    Nous verrons, mais comme certains de vos lecteurs, je pense que cela n’aura pas plus d’impact sur la vie politique que cela. Les français ont la mémoire courte, vivent dans un pays de cocagne assez bien organisé, ils ont des économies colossales, à la différence de l’État impécunieux et ils gèrent individuellement leur petites affaires avec un certain talent. Les mesures de restrictions vont accroitre encore la propension des français à épargner et le redémarrage de l’économie après cette crise qui sera terminée, comme toutes les grippes, au printemps, sera important. Et si cela nous amène à raisonner stratégie d’autonomie, cela aura été un bien pour la France, car tous ont pu mesurer l’impact catastrophique de la mondialisation sur notre autonomie dans les domaines vitaux.
    Ce benêt de LEMAIRE se félicite de la création de fonds souverain pour la France, mais celui-ci créée, il invite quataris et saoudien au capital. Ce crétin diplômé, dont parle avec férocité Emmanuel Todd, n’a pas le mot autonomie dans son dictionnaire…
    Quant aux réserves stratégiques, il me paraît de plus en plus nécessaire d’en avoir au niveau individuel et cela fait plusieurs années, comme le faisait mes parents dans les années 50 (souvenirs cuisants de la guerre ) que je stocke un certain nombre de denrées essentielles à la vie quotidienne en en gérant le renouvellement régulièrement et aujourd’hui, sans rien changer à mes habitudes, j’ai pléthore de livres à lire et tout ce qu’il faut pour soutenir un siège sans avoir besoin de frotter mon nez à celui de mes semblables et cela coronavirus ou pas. Rappelez vous les consignes étonnantes donnée par le gouvernement allemand à ses ressortissants leur demandant de prévoir tout ce qu’il faut pour survivre en autarcie totale pendant au moins 10 jours. Et à l’époque on ne parlait pas de coronavirus, mais peut-être de crise de la dette en occident, ou bien de crise migratoire qui me parait beaucoup plus dangereuse que le virus..

    J'aime

    • janus, je voulais dire politique au sens le plus général de la culture politique, pas forcément le vote de dimanche.
      MT

      J'aime

    • Sganarelle dit :

      Bravo pour vos réserves Janus je souhaite qu’elles durent plusieurs mois tout comme celles de ceux qui ont entassé en prévision de la guerre….(pour la dernière ces prévoyantes fourmis n’en n’ont hélas pas eu assez pour quatre ans !

      J'aime

    • Janus dit :

      A sganarelle : Que cela dure plusieurs mois ou 4 ans, cela n’est pas le problème : Pendant que ça dure, c’est mieux que de n’avoir rien. Dans le passé, on considérait la prévoyance comme une vertu, aujourd’hui, à l’ère du juste a temps, on considère la prévoyance avec ironie, comme une douce manie. Nous verrons bien ce qui adviendra, quoiqu’il en soit le whisky à la main, je pourrais lever le verre amicalement à votre santé !

      J'aime

  8. carlo dit :

    « Mais quoi qu’il en soit, le constat objectif du nombre des victimes est hors de proportion avec la vague de panique qui en découle»
    Certes, mais le cas de la Chine fournit matière à réflexion. Ce pays a en effet pris des mesures très strictes qui semblent avoir porté leurs fruits. Il est en outre difficile d’imaginer que ces mesures, qui ont un coût économique très important, aient pu être prises pour des raisons démagogiques, ou du fait d’une application aveugle du principe de précaution.
    Par ailleurs, l’OMS juge la situation dans le monde alarmante.

    J'aime

    • Annick Danjou dit :

      Tout à fait Carlo les universités américaines ferment leur porte et renvoient les étudiants chez eux. La Chine a évité le pire en prenant ces décisions et les chinois savent ce que cela va leur coûter.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.