Les 65 ans suicidaires

« Damien Abad a profité de l’occasion principalement pour s’adresser à la droite, celle qui est favorable au report à 65 ans de l’âge légal pour une retraite à taux plein. « On assume le recul de l’âge légal de la retraite », a tonné le député de l’Ain face à des bancs LR plutôt soudés. « La droite retrouve des couleurs dans le Parlement et dans le cœur des Français », veut-il croire. »

L’impératif d’alternance n’appartient à aucun parti. Après 5 ans de désastreux hollandisme et un bilan En Marche qui s’annonce guère meilleur, l’alternance politique en 2022 s’impose comme une nécessité vitale pour le pays. Ce dernier, accablé et traumatisé par l’une des pires déceptions politique de son histoire, éprouve un profond besoin de renouveau de l’espérance. Or, cette France martyrisée par le mépris n’est pas prête à s’engager dans la voie d’un nouveau psychodrame sur les retraites. Proposer, dans une plateforme électorale, la retraite à 65 ans, serait suicidaire. Le pays n’aime pas la démagogie. Il ne voudra pas d’un retour irresponsable à la retraite à 60 ans que proposent les partis extrémistes. Cependant, après toutes ces années de chaos et de provocations stériles, il ne votera jamais pour la retraite à 65 ans. Peut-être est-elle inévitable à long terme dans le cadre d’une démarche expliquée, progressive et négociée. Mais la raison politique et le réalisme, le respect du devoir d’alternance, interdisent aujourd’hui de l’inscrire dans un  projet politique. A la veille d’une crise économique planétaire qui s’apprête à tout balayer sur son passage,  les Français ont besoin d’être protégés, rassurés, apaisés autour d’un projet axé sur l’autorité de l’Etat, la restauration de la démocratie, le redressement du niveau scolaire, la maîtrise des frontières. Les Français n’accepteront jamais de faire l’objet d’une nouvelle vague de morgue  et de provocation de la part d’élites dirigeantes qui prétendraient, à l’image de l’équipe actuelle, en perdition, faire leur bien contre eux. Il serait non seulement suicidaire – obérant les chances d’alternance –  mais d’une bêtise sans nom, d’offrir aujourd’hui au Français, pour unique perspective, un nouveau séisme sur les retraites.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

33 commentaires pour Les 65 ans suicidaires

  1. Georges dit :

    L’union européenne devrait initier une standardisation salariale ,fiscale ,sociale ,médicale ,militaire ,bancaire .Oui je rêve mais je suis un utopique congénital et il n’y a ,actuellement ,aucune médication pour en venir à bout.

    J'aime

  2. Ping : Les 65 ans suicidaires | Boycott

  3. carlo dit :

    « Carlo, les directives et règlements européens n’imposent rien sur l’âge de la retraite, c’est une question qui relève de chaque pays.  »
    Si, indirectement, car la réforme des retraites est rendue obligatoire par le respect de la règle des 3% contenue dans le traité de Maastricht.
    Mais mon idée était plutôt que l’emploi de l’expression  » partis extrémistes » valide la grille de lecture d’EM selon laquelle il y a d’un côté le camp du bien (les partis modérés et proeuropéens) et de l’autre le camp du mal ( les partis « extrémistes » et euroscetiques). Selon cette grille de lecture, le camp du bien a vocation à s’élargir en regroupant toutes les personnalités « raisonnables » issues du PS et de LR.

    J'aime

  4. Coucou dit :

    Bonjour à vous, de la lecture et encore de la lecture,

    Ce qu’elle retient du 11 Septembre, ce sont les cris de joie dans son collège, dans la cité. « Ce qu’on pouvait entendre, déjà à l’époque, dans la bouche de ces gamins, ce qu’on pouvait lire dans les copies de ceux qui, jeunes encore, fréquentaient la mosquée, c’était délirant », se souvient-elle. Et c’est parce qu’elle n’a pas eu peur de parler de ce « délire », de raconter ce qu’elle voyait et entendait, au jour le jour, dans ses classes et dans les couloirs, qu’elle a rejoint l’équipe qui se constituait alors autour de Georges Bensoussan et qui allait donner naissance aux Territoires perdus de la République. L’objectif était simple : montrer à tous ce qui, déjà, crevait les yeux de certains, encore trop seuls, trop inaudibles, politiquement incorrects.

    “Génération ‘J’ai le droit’”, de Barbara Lefebvre Albin Michel, 240 pages, 18 €.

    https://www.valeursactuelles.com/societe/barbara-lefebvre-la-combattante-93266

    Nous avons cru que les droits de l’homme valaient partout et pour tous. Ils sont désormais dénoncés à l’extérieur par les autres civilisations et à l’intérieur même de nos démocraties. Comment penser cette crise ? Comment y répondre ? Comment maintenir l’idée de l’Universel ? Par l’une des grandes philosophes d’aujourd’hui.
    Après la Seconde Guerre mondiale et la chute du mur de Berlin, nous avons cru à la victoire définitive de notre vision du monde, caractérisée par l’individualisme libéral, le cosmopolitisme et la démocratie des droits de l’homme. Mais depuis le tournant du siècle, plusieurs cultures mondiales s’opposent clairement et fermement aux principes occidentaux considérés jusque-là comme universels. La démocratie est décriée ou dégradée, et l’autocratie nommément défendue, en Chine et à Singapour, dans certains pays musulmans, en Russie. En outre, apparaissent au sein même de l’Occident des gouvernements dits populistes ou illibéraux, opposés au libéralisme et à l’individualisme postmodernes. Ce débat conflictuel déployé tant sur le plan occidental que sur le plan mondial traduit un nouvel assaut de la vision du monde traditionnelle, holiste, face à la vision progressiste et individualiste.
    Des deux côtés fleurissent les excès. En Occident, l’humanisme classique transformé en humanitarisme. En face, des cultures parfois devenues des idéologisations de leurs traditions. C’est un énième épisode, mondialisé, de la discorde entre les modernes et les anti-modernes : ce qu’on a appelé au xxe siècle la  » guerre des dieux « .

    Le crépuscule de l’universel (Français) Broché – 13 février 2020
    de Chantal Delsol (Auteur) Cerf

    Aimé par 1 personne

  5. Papi 2.0 dit :

    Nous devons apprendre à ré initialiser le disque dur de nos certitudes. L’effondrement de l’ex URSS nous a été annoncé comme la fin de l’Histoire et le triomphe de la démocratie. L’élection démocratique de Poutine, Trump, Erdogan, Bolsaro, Johnson et bien d’autres élections démocratiques par ailleurs dans le monde nous invitent à tempérer notre enthousiasme démocratique. L’effondrement de l’ex URSS s’est fait sans violence, sans guerre civile, sans massacres de masse, sans déportations de masse vers la Sibérie. La réunification de l’Allemagne s’est faite elle aussi sans violence sans guerre civile sans camp de ré éducation. Les partis communistes d’Europe se sont considérablement affaiblis ainsi que les partis socialistes par ricochet. Les questions qui se posent aujourd’hui: jusqu’où les droites vont-elles se déchirer entre elles? l’Europe peut-elle imploser comme l’ex URSS et l’ex Yougoslavie? Les débats publics de notre époque sont souvent sur l’immigration, l’insécurité, le chômage, le trou de la sécu, les retraites, l’école, le terrorisme, l’islamo-fascisme, la burqa, le voile, le nikab, le burkini, le grand remplacement. Et puis voilà soudain qu’un virus de la grippe plus méchant que celui que nous connaissions jusqu’à présent envahit nos écrans de télé, nos écrans d’ordi, nos écrans de smartphone. Il se répand à une vitesse incroyable. L’Evêque nous donne de nouvelles consignes pour nos rencontres et nos messes: ne vous touchez pas, ne vous embrassez pas, ne vous prenez pas dans les bras. Nous observons le prêtre: il tousse beaucoup, il se mouche, il n’a pas de gants. Est-il bien prudent d’aller communier? Depuis quelques jours je fais les courses en grande surface entouré de personnes de plus en plus nombreuses à porter des masques, des gants. De plus en plus de personnes refusent de me serrer la main, de m’approcher. Des écoles ferment et renvoient les enfants chez eux. Des Epahd refusent aux adultes de rentrer voir leurs parents. D’anciens élèves me disent « ils vont fermer ma salle de sport, mon salon de coiffure, mon magasin ». D’anciens collègues se demandent s’il faut poursuivre les activités chorale. Israël refuse que notre prêtre et ses pélerins viennent en Terre Sainte. Le voyage est annulé. Est-ce que tout cela va faire pschittt et s’arrêter aussi vite que c’est parti ou prendre encore plus d’ampleur? Comment dois-je me comporter avec mes enfants et petits enfants? Est-ce bien prudent d’aller voter le week-end prochain? Ce soir je suis inscrit à un grand repas organisé par une association humanitaire dois-je y aller ou annuler? Je suis en âge de mourir de cette nouvelle grippe. Ah zut de zut je commençais à aimer la vie que j’ai. Je suis pas prêt à la quitter . Mon Dieu laissez-moi vivre encore un peu. Voilà que moi aussi je suis obligé de ré initialiser le disque dur de mes convictions. Mais vous qui me lisez que pensez-vous de tout cela?

    J'aime

    • Annick Danjou dit :

      Et bien moi qui vous lis je vous conseille de rester prudent et de ne pas avoir trop de contacts avec tous les gens que vous côtoyez normalement. C’est plus sérieux dans l’état actuel des événements.

      J'aime

  6. Philippe Dubois dit :

    Bonjour Maxime

    Abad a voté pour la loi Avia
    Il peut raconter ce qu’il veut…..

    Sur le fond, LR aurait pu également travailler sur la durée de cotisation
    Parce que que partir à 65 ans, ce n’est pas la même chose si on a commencé à bosser
    – à 25 ans comme gratte papier dans une collectivité locale,
    – à 17 ans comme ouvrier dans une fonderie
    – à la brigade des feuilles

    J’ai dit travailler ?
    Bon, OK, je sors

    Aimé par 1 personne

  7. pier21 dit :

    C’est l’éternel dilemme, faut-il? Peut-on? faire le bonheur des gens malgré eux? Surtout quand l’autre terme de l’alternative (le malheur) en l’occurence « la faillite du système de retraite » apparaît bien lointaine, sinon improbable.
    L’opinion raisonne (plutôt « résonne ») sur des prémisses fausses (J’ai cotisé tant donc je devrai toucher, alors qu’il ne s’agit que d’une créance , avec toutes les incertitudes attachées à ce mot!
    Donc, Maxime, vous avez raison, avoir raison seul est la pire des situations!
    Il faudra beaucoup de pédagogie, de subtilité, sinon de ruse ou de cynisme pour faire accepter ce qui spontanément est inacceptable!
    Mais quel(s) homme(s) ou femmes politiques auront le charisme nécessaire?
    Ne vaut-il pas mieux finalement que la solution s’impose d’elle-même dans le chaos et la souffrance? Car je m’aperçois que les sociétés ont une grande, autant qu’étrange, faculté d’adaptation.
    Après tout, les gens n’ont que ce qu’ils ont cherché et en politique plus qu’ailleurs « on ne cesse de se plaindre des conséquences dont on a chéri les causes!

    J'aime

  8. Alain De Vos dit :

    Nous voyons chaque jour ce qu’un branleur et ses inféodés peuvent faire de mal à un peuple.
    Je rêve d’un retour au gaullisme.

    J'aime

  9. cyril dit :

    bonjour à tous,
    je suis entièrement d’accord avec vous, Maxime, il est urgent d’attendre.
    Le 1er ministre E Philippe est un grand partisan des 65 ans pour la retraite, j’espère qu’il va vite quitter ce poste, il n’a pas beaucoup de considération sociale en faveur des « sans grades », il a de nombreuses responsabilités dans la crise des gilets jaunes et des grèves contre la reforme des retraites, c’est un opportuniste assumé ! cyril

    J'aime

  10. Janus dit :

    Vous avez une fois de plus entièrement raison, Maxime. Mais que les députés LR n’aient pas d’autre thème pour retrouver leur « cohésion » est significatif de leur impuissance et peut-être de leur bêtise. Les sujets rassembleurs sont suffisamment nombreux pour éviter comme la peste les quelques sujets sur lesquels les français ne sont pas d’accord entre eux. D’autant que l’age moyen effectif de départ à la retraite étant désormais de 64 ans, il est inutile de se battre sur un objectif quasiment déjà atteint. D’autre part le déficit des régimes de retraite, dans le cadre actuel, n’est pas tel qu’une bonne gestion de l’État dans son ensemble ne dégage les ressources nécessaires pour y faire face sans réforme imbécile ni traumatisme grave. Et ceci d’autant que les baby boomers dont je fais partie, ont désormais une espérance de vie limitée à 10 ans… Et que donc la pression démographique inversée, les régimes de retraite n’auront que peu de difficultés à régler au delà de 2030…
    Mais quand on est c… c’est pour la vie entière disait la chanson.
    Bref les LR aseptisés, châtrés intellectuellement par 14 ans de Chiracisme et 5 de Sarkosysme ne sont plus rien qu’un petit club de has been qui remuent péniblement des idées du temps passé et ne réfléchissent surtout pas à la conquête du pouvoir, satisfaits sans le dire qu’ils sont de l’action de Macron et de ses séides (Dont ils admirent avec envie la façon dont Macron a cassé la révolte des gilets jaunes et la rébellion concernant les retraites, surtout par comparaison avec les atermoiement de JUPPE-CHIRAC en 1994 sur les mêmes thèmes).
    Tout cela est désespérant, tragique .

    J'aime

    • carlo dit :

      – « Il est inutile de se battre sur un objectif quasiment déjà atteint »
      – « La pression démographique inversée, les régimes de retraite n’auront que peu de difficultés à régler au delà de 2030… »
      –  » Les LR [sont] satisfaits sans le dire (…) de l’action de Macron et de ses séides (Dont ils admirent avec envie la façon dont Macron a cassé la révolte des gilets jaunes et la rébellion concernant les retraites )
      Entièrement d’accord avec vous Janus.

      J'aime

    • Janus, il y a de tout dans les députés LR et beaucoup de personnes remarquables que lesquelles repose notre espérance de sortir la France de l’impasse.
      MT

      J'aime

    • Philippe Dubois dit :

      @ Maxime
       » il y a de tout dans les députés LR et beaucoup de personnes remarquables »
      Je n’en vois au maximum que six

      Les autres se sont couchés et sont donc définitivement à classer dans la catégorie des traîtres.
      A leur propos, on pourrait paraphraser cette citation :
      « Ils sont arrivés aux portes du pouvoir, ils y sont restés, comme paillassons »

      J'aime

  11. Bernet Louis dit :

    Mr Tandonnet, Dieu sait que nombre d’entre vos lecteurs apprécie vos articles. Mais là, la souris ”moi” grignote la montagne ”Vous”. Comment pouvez-vous écrire :…”qu’il est interdit de s’inscrire dans un projet politique”. Eu égard à la situation, dans laquelle les équipes Hollande-Macron ont mis la France, il faudrait donc se taire, ne rien proposer et dire amen. De façon certes subtile, un appel à soutenir la politique du Gvt, de LREM, et du Pr Macron, est semble-t-il clair, tout en étant En Même Temps ambigu, en regard de ce que vous constatez et dénoncez avec force. La souris (mâle blanc…) en a les mains qui tombent des bras”. Pour reprendre une belle formule de Luc Ferry. Les mots ont un sens dit-on, ce doit être une erreur. Ne perdez pas de temps à répondre. Je ne sais vraiment plus où j’habite… mes mains sont tombées par terre… c’est la faute à Voltaire….Bien à vous.

    Aimé par 1 personne

    • Louis Bernet, je n’ai jamais écrit « il est interdit de s’inscrire dans un projet politique ». Ce n’est même plus de la caricature, c’est un pur détournement de propos.
      MT

      J'aime

  12. Tarride dit :

    Cher Maxime Tandonnet

    La position actuellement soutenue par « Les Ré »publicains » s’agissant de la retraite est évidement politiquement suicidaire et n’apparait pas évidente loin s’en faut sur le plan financier.

    Je n’ai jamais compris, pour ma part, la notion  » d’âge d la retraite. Il n’y a aucune raison qu’un individu, un avocat par exemple, ou un haut fonctionnaire qui a travaillé toute sa vie dans des conditions confortables prenne sa retraite au même âge qu’un ouvrier du bâtiment ou qu’un gendarme. J’observe d’ailleurs que les hauts fonctionnaires ou les hauts cadres du secteur privé se plaignent plus de la « retraite couperet » que d’un âge de retraite trop élevé.

    Dans la mesure où les réalités démographiques rendent nécessaire une réforme, celle-ci ne présente pas un caractère d’urgence et devrait être à mon sens fondée sur quatre données :

    – La définition d’un âge de retraite pour chacune des grandes catégories d’emploi, en stricte fonction de leur pénibilité physique
    – La mise en place d’un bonus pour ceux qui prolongeraient leur vie active au-delà de l’Age minimum, mais sans malus pour ceux qui partiraient à l’âge défini dans leur catégorie.
    – La prise en compte de la maternité pour l’amélioration de la pension.
    – Le traitement des personnes qui changeraient de catégorie au cours de leur carrière, et cette question reste et de loin la plus épineuse mais ne me semble pas être la plus fréquente.

    Bien à vous

    Etienne Tarride

    Aimé par 3 personnes

  13. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    39 ans après la décision démagogique de F. Mitterrand de ramener l’âge de départ à la retraite de 65 à 60 ans on ne peut que constater les dégâts politiques causés au fil des gouvernements et des réformes qui se sont succédés pour corriger cette aberration ou plutôt cette faute politique.
    Je ne partage pas votre avis sur le prétendu refus des Français pour un départ à la retraite à 65 ans pour les raisons suivantes :
    – Tout d’abord le constat qu’une majorité des Français qui pourraient partir aujourd’hui à la retraite à 62 ans, reportent d’eux-mêmes de plusieurs mois leur départ effectif soit parce qu’ils se sentent encore en bonne forme physique et intellectuelle, soit pour profiter d’un bonus pour cotisation au delà du nombre de trimestres de cotisation requis.
    – Tous les Français ont pris conscience que la durée de vie s’allongeait pour tout le monde et qu’il n’est pas incohérent de travailler un peu plus longtemps pour les personnes qui sont toujours en bonne santé.
    – L’âge d’arrivée des Français sur le marché du travail a reculé depuis les décisions stupides d’entraîner une grande partie de notre jeunesse vers des études supérieures alors qu’elle n’en a pas la capacité intellectuelle et qu’elle se retrouve quelques années plus tard bardée de diplômes sans valeur sur un marché du travail qui ne les reconnait pas et donc au chômage et obligée de se réorienter professionnellement.
    – La stagnation voire la baisse du niveau des pensions de retraite depuis 10 ans montre de plus en plus de retraités pauvres. A travers ce que vivent leurs grands parents et parents, les Français en ont pris conscience et ont pris la décision de reculer leur âge de départ à la retraite de manière à capitaliser un peu de bonus précité pour augmenter un peu leur pension.
    – L’allongement de la durée des crédits immobiliers (25 voire 30 ans) qui nécessite de disposer de revenus salariés pour les rembourser et donc incompatible avec une pension de retraite.
    – La nécessité pour de nombreux Français d’aider financièrement leurs enfants, petits enfants voir de financer pour partie les coût exorbitants des maisons de retraite où séjournent leurs parents.
    – Les Français ont maintenant bien compris que la réforme des retraites inconséquente proposée par E. Macron a pour principal objectif de réduire une nouvelle fois le niveau des pensions.
    Je crois que les Français souhaitent dans leur majorité voir la fin des régimes spéciaux devenus injustes et qui plombent les comptes du budget National et ont pris également conscience de l’évolution des âges de départ en retraite dans tous les autres pays.
    Le départ à la retraite à 65 ans n’est donc plus un tabou pour la plupart des Français bien plus lucides que nos politiciens et vouloir le nier ne me parait ni responsable ni sérieux.

    J'aime

    • Gérard Bayon, je n’ai pas vu de sondage sur les 65 ans et ignore ce qu’en pensent vraiment la majorité des Français. La question est de savoir, à mes yeux, si la France après la succession de drames et de crises qui se sont enchaînées depuis ( 5 ou 6 ans) est prête à affronter un nouveau séisme sur les « 65 ans » – car il serait inévitable – ou si les futurs dirigeants doivent privilégier l’apaisement, la réconciliation et l’unité nationale.
      MT

      J'aime

  14. carlo dit :

    « Il ne voudra pas d’un retour irresponsable à la retraite à 60 ans que proposent les partis extrémistes. »
    Je crois qu’il faut éviter de s’exprimer de cette façon car c’est adopter la grille de lecture d’EM avec d’un côté les modérés, les réalistes, le camp du bien et de l’autre les extrémistes, les utopistes, le camp du mal.
    Adopter cette grille de lecture, c’est envoyer le message que la politique actuelle, essentiellement dictée par les directives et les traités européens, sera poursuivie après 2022 et que, dans le meilleur des cas, on aura affaire à une simple « alternance », c’est-à-dire à un changement d’équipe, et non à une véritable « alternative » impliquant un changement de cap, notamment sur les sujets cités (restauration de l’autorité de l’Etat et de la démocratie, redressement du niveau scolaire, maîtrise des frontières).

    J'aime

    • Michel Fremondiere dit :

      les partis extrémistes,, ,,qui on raison ,40 ans de cotisations c « est tres bien ,eux sont pour ,maitrise des frontières ,redressement du niveau de l’école ,restauration de l » autorité de l » état ,Mais c’est ce que propose ce RN?

      J'aime

    • Carlo, les directives et règlements européens n’imposent rien sur l’âge de la retraite, c’est une question qui relève de chaque pays. Quant à la démagogie, elle est bien l’un des drames dont la France est victime en ce moment.
      MT

      J'aime

  15. carlo dit :

    « Il serait non seulement suicidaire – obérant absolument toute perspective d’alternance –  mais d’une bêtise vertigineuse, d’offrir aujourd’hui au Français pour seule perspective un nouveau séisme sur les retraites. »
    Absolument, d’autant plus qu’on voit bien que l’aspect le plus contesté de la réforme Macron est justement la mesure d’âge qui se dessine et qui aura pour effet mecanique un nouveau recul de l’âge de départ à la retraite.
    Le candidat qui veut gagner la prochaine election presidentielle devra être capable, comme EM et MLP, de transcender le clivage gauche-droite. Proposer le retour de la retraite à 60 ans ne va pas dans ce sens et serait en effet « irresponsable ».

    J'aime

    • Coucou dit :

      Zemmour et Hubert Védrine

      J'aime

    • Bebop76 dit :

      J’aurais apprécié votre commentaire…
      Je suis souvent en phase avec Zemmour et d’une manière générale avec le face à l’info, remarquable émission sur C News, animée par Christine Kelly. J’ai toujours également apprécié Hubert Vedrine pour son sens aigu de la géopolitique. Et ce débat fut remarquable, avec un Vedrine cadrant parfaitement Zemmour. C’est de ce genre de débats qu’il est possible de se faire une opinion circonstanciée sur les évènements

      Aimé par 1 personne

    • Michel Fremondiere dit :

      tout le monde connais les fraudes et les fraudeurs,, ,trop d « intérêt en jeu,,,

      Aimé par 1 personne

    • Coucou dit :

      Bonjour BeBop76, mon commentaire, comme vous débat remarquable , Merci, Bonne journée

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.