Cette Europe des Nations qui nous manque tant

Au début des années 1960, le général de Gaulle proposait son « plan Fouchet » de création d’une Europe des Nations. L’idée était d’instaurer un gouvernement ou état-major politique commun des grandes nations européennes en charge des décisions stratégiques , internationales ou militaires s’appuyant sur un secrétariat commun. Il a été rejeté par l’Allemagne et le Benelux qui lui ont préféré la supranationalité, c’est-à-dire la construction européenne par la bureaucratie (Commission), le carcan normatif (règlements et directives), les jurisprudences (Cour de Justice) et bien plus tard cette caricature de parlement européen qui représente tout sauf la volonté des peuples. De cet échec historique, il ne reste que les ruines d’une Europe fragmentée entre des Etats déchirés, faibles et  impuissants et qui poursuit sa lente décomposition dont le Brexit n’est qu’une étape supplémentaire. Il est désespérant de voir cette Europe au sens politique et géographique du terme, incluant le Royaume-Uni, de loin la première puissance économique mondiale au regard du PIB additionné de ses Etats, potentiellement géant politique et militaire planétaire, réduite à n’être qu’un nain lâche, soumis et impuissant devant les coups de force de M. Erdogan. Le chantage aux migrants est une abomination. Il est un crime contre des êtres humains (déplacements massifs de populations) et un crime contre les Etats (forcer leurs frontières). Il est un acte de guerre. L’Europe déchiquetée, fragmentée, asservie, tremble devant le dictateur. C’est lui qui devrait trembler devant une Europe unie des Nations, coalisée, confédérée, alliance soudée par l’histoire, la culture, la communauté d’intérêts, parlant d’une seule voix et prête à agir comme un seul homme.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

34 commentaires pour Cette Europe des Nations qui nous manque tant

  1. André Monrocher dit :

    Comment ne pas être d’accord avec ce constat de M. Tandonnet ?

    Dans une de ses interviews, Vladimir Boukovski, ancien dissident interné psychiatrique pour cause d’opinion pendant douze ans avant d’être expulsé d’URSS en 1976, déclarait un jour, à propos de l’UE qu’il considérait comme un copié-collé de Union Soviétique à l’occidentale :

    « *J’ai vécu dans votre futur, et ça n’a pas marché* ». Et il développait :

    « *On nous avait dit que le but de l’URSS était de créer une nouvelle entité historique : le peuple soviétique, et qu’il fallait oublier nos nationalités, nos traditions et nos coutumes. C’est la même chose avec l’UE. Ils ne veulent pas que vous soyez anglais ou français, ils veulent que vous soyez tous une identité nouvelle historique : les Européens. Faire disparaître vos sentiments nationaux et vous forcer à vivre en communauté multinationale. 73 ans de ce système en URSS ont abouti à plus de conflits ethniques que nulle part ailleurs dans le monde. L’une des grandes ambitions de l’URSS était de détruire l’état nation. C’est exactement ce que nous voyons en Europe aujourd’hui. Bruxelles veut engloutir les états nations pour qu’ils cessent d’exister. *

    *Le système soviétique était corrompu de la tête aux pieds, il en est de même pour l’UE. La corruption endémique que nous voyions dans la vieille URSS a fleuri en UE. Ceux qui s’y opposent ou qui la dénoncent, sont réduits au silence ou punis. Rien ne change. En URSS nous avions le goulag, on l’a aussi dans l’UE : un goulag intellectuel nommé le « politiquement correct ». Quand quelqu’un veut dire ce qu’il pense sur des sujets de race ou de genre, ou si ses opinions diffèrent de celles approuvées, il sera ostracisé. C’est le début du goulag, le début de la perte de votre liberté. *

    *En URSS on pensait que seul un état fédéral éviterait la guerre. On nous raconte exactement la même chose dans l’UE.*

    *Bref, la même idéologie et les mêmes systèmes. L’UE est le vieux modèle soviétique servi à la mode occidentale. Comme l’URSS, l’UE porte en elle les germes de sa propre perte. Hélas, quand elle s’écroulera, et elle s’écroulera, elle laissera derrière elle une immense destruction et de gigantesques problèmes économiques et ethniques. Le vieux système soviétique n’était pas réformable, l’UE ne l’est pas plus* ».

    […] « *Regardez le nombre impressionnant d’immigrants venus du tiers-monde et qui vivent aujourd’hui en Europe. Cette immigration a été encouragée par l’Union Européenne. Que va-t-il se passer en cas d’effondrement économique ? Nous assisterons probablement, comme dans les dernières années de l’Union soviétique, à un développement inimaginable des conflits ethniques. Aucun pays n’a connu de tensions ethniques comparables à celles qui ont eu lieu en Union soviétique, à l’exception peut-être de la Yougoslavie. Et c’est exactement ce qu’il va se passer ici aussi. Nous devons nous préparer à cette situation. Le gigantesque édifice bureaucratique va s’effondrer sur nos têtes* ».

    Aimé par 5 personnes

  2. Aurelien dit :

    Lentement tous les états membres vont devenir ingouvernable, l’Allemagne rentre dans cette spirale depuis quelques mois. Le Brexit sera forcément une réussite car les britanniques vont simplifier leur gouvernance, seul les états membres encore assez fort et courageux qui quitteront le navire assez tôt survivront, pour les autres je vois bien une partition lente dans le chaos (France, Espagne, Belgique, Allemagne…).

    Aimé par 1 personne

  3. cyril dit :

    bonjour Maxime, bonjour à tous, les hommes politiques pensent qu’une Europe forte passe par une Europe fédérale qui parlerait d’une seule voix , mais cela est un échec. Je m’inclue parmi eux car j’y ait cru aussi ! mais avec les attentats de 2015 et 2016, j’ai ouvert les yeux et compris que sans le contrôle des frontières , la France est perdue. Vous avez raison, cher Maxime, le General de Gaulle aussi. Cyril.

    Aimé par 1 personne

  4. Timéli dit :

    Erdogan, en tenant de tels propos, a signé la condamnation de la Turquie à rester en dehors de l’UE. Son attitude, manifestement, est ignoble et inacceptable.

    J'aime

  5. Papi 2.0 dit :

     » Le chantage aux migrants est une abomination.  »

    La guerre qui consiste à s’en prendre à des civils et à les chasser sur les routes pour déstabiliser l’adversaire est une abomination.

    La guerre qui consiste à s’en prendre aux civils pour en faire des armes de destruction massive est une abomination.

    La guerre qui consiste à s’en prendre aux civils pour en faire des armes de dissuasion est une abomination.

    Je me demande de plus en plus souvent si je verrai avant de mourir à nouveau des manifs contre la guerre?

    « Arrivée la guerre, le diable agrandit son enfer. » (Proverbe Espagnol)

    J'aime

  6. Ping : Cette Europe des Nations qui nous manque tant | Boycott

  7. there dit :

    Merci Monsieur Tandonnet, il est bon de se sentir moins seul. Souscrivez vous à ce qu’a exposé P de Villiers dans son livre « j’ai tiré sur le fil du mensonge etc. » ? La réalité est elle aussi noire ?

    Aimé par 1 personne

  8. artofuss dit :

    A reblogué ceci sur MEMORABILIAet a ajouté:
    C’est en effet un casus-belli, auquel il y a quelques décennies seulement on aurait répondu par quelques divisions bien équipées. Sans être particulièrement belliciste, je suis de ceux qui déplorent la faiblesse en matière de respect du territoire et de la souveraineté. Le message de faiblesse envoyé depuis trop longtempos aux ennemis extérieurs mais également intérieurs, et il y en a, est proprement suicidaire. Nous nous réveillons tout à coup au milieu d’un réseau d’ambitions mais aussi de haines culturelles et revanchardes dont notre rêve de paix à tous prix nous a depuis quelques temps masqué l’existence. Pour résumer, le monde ne change pas, relisez donc Samuel Huntington !…

    Aimé par 1 personne

  9. Fredi M. dit :

    Il est un acte de guerre.

    Oui.

    Aimé par 1 personne

  10. La réponse au chantage aux migrants pourrait être simple si l’Europe en avait la volonté :
    1 déployer des gardes cotes supplémentaires en protection (et augmenter cette flotte rapidement)
    2 les charger de remorquer immédiatement vers le point de départ toute embarcation ayant réussi à s’approcher, assurer une protection par navire de guerre si nécessaire
    3 renforcer la protection aux frontières terrestres les plus exposées, les pays alliés envoyant des détachements de forces à ceux qui sont en première ligne.
    4 mettre dans des embarcations légères (par beau temps seulement bien sur pour que la possibilité de rejoindre la côte soit certaine) tous ceux qui ont pu passer par voie terrestre et remorquer ces embarcations à la limite des eaux territoriales turques
    Et bien entendu la Turquie étant au moins en état de guerre froide avec l’Europe, il faut en tenir compte, cesser toute aide, toute négociation de future adhésion, et enclencher des sanctions économiques.
    Ce n’est bien sûr qu’un vœu pieux, l’Europe et la France (son gouvernement tout au moins) n’étant manifestement pas sur cette ligne ferme.

    Aimé par 3 personnes

    • artofuss dit :

      A 100% d’accord, et ce d’autant plus que certains gardes-côtes grecs commencent à donner des signes d’exaspération tout à fait compréhensibles, comme aujourd’hui où ils ont tiré à balles réelles dans l’eau tout près des embarcations de « migrants »: il vaudrait nettement mieux mettre en place un dispositif réfléchi que risquer des incidents violents dont les Turcs tireraient argument pour une escalade…et nos banlieues pour des déprédations. N’oublions pas les mots de Herr Dogan: « Nos minarets sont nos baïonettes , etc »… j’ai oublié la suite mais tout le monde la connait…

      Aimé par 1 personne

  11. Tracy LA ROSIÈRE dit :

    Très bien.
    Un souverainiste adhère à cette Europe des Nations.
    Reste à trouver des partisans pour soutenir ce rêve et secouer le cocotier.
    Il ne faut pas se faire d’illusions : l’Europe actuelle, consternante d’impuissance, bureaucratique, adémocratique, convient parfaitement à la caste privilégiée, progressiste-diversitaire, mélangiste, universaliste, cette caste qui cadenasse le pouvoir avec le fric, le mensonge et la démagogie comme système.

    Aimé par 1 personne

  12. PenArBed dit :

    Intervention de M. Gabriel Robin
    ambassadeur de France, ancien directeur des Affaires politiques au MAE, ancien ambassadeur auprès de l’OTAN, au colloque : « Refaire l’Europe ? Aperçu rétrospectif et esquisse d’une politique » du 2 décembre 2013. Source site fondation-res-publica.org
    « Nous sommes devant un phénomène historique de très grande portée. Le changement a deux conséquences nocives. Non seulement l’Europe est décalée, elle n’a plus beaucoup de sens, mais elle est devenue un danger pour le
    monde et un danger pour ses États membres.
    Elle est un danger pour le monde parce qu’elle est construite au rebours du monde. Ne voulant pas accepter la mondialisation dans son principe, elle se fonde sur des principes qui sont exactement opposés à ceux de la communauté mondiale. La communauté mondiale est pour la souveraineté nationale, pour le respect des frontières, contre l’ingérence, pour les institutions onusiennes.
    L’Europe est contre tout cela. L’Europe ne veut plus des États-nations, les frontières ne doivent pas les arrêter. L’ingérence est un droit. Elle n’a pas sa place dans les instances onusiennes, et, quand elle en a l’occasion, elle s’en passe. Quand il lui arrive d’obtenir leur autorisation, c’est pour n’en faire ensuite qu’à sa tête, comme on l’a vu dans l’affaire libyenne (où elle a obtenu une autorisation et en a profité pour renverser Kadhafi).
    L’Europe est devenue un danger parce qu’elle cumule les illusions de la puissance (tous ensemble nous, Européens, sommes très forts, nous pouvons dicter notre loi à tout le monde) et les impuissances de la faiblesse : dès qu’il est question d’agir il n’y a plus personne. Rien n’est plus dangereux que ces colosses aux pieds d’argile qui font les fiers à bras et sont incapables d’agir. »

    Aimé par 1 personne

  13. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Si je vous ai bien compris, vous pleurez aujourd’hui sur le lait renversé par vos amis LR, européistes à tous crins, dont le premier acte de bravoure dès l’élection de Sarkozy aura été cette forfaiture à l’encontre du peuple français qui, en 2005 s’était déclaré, par référendum, pour un NON franc et massif, contre le traité établissant une Constitution pour l’Europe, acte qu’à juste titre, lui et ses comparses, n’ont pas fini de payer.

    J'aime

  14. Coucou dit :

    Bonjour, un peu de lecture sur Paris, Bonne journée,

    Disparition des ouvriers parisiens
    Je mise sur Paul-Jean Toulet, mort en 1920. Certains éditeurs mieux inspirés s’éloignent de ces avenues rectilignes, celles de l’hommage factice et télécommandé en publiant des livres disparus. L’Esprit du Temps, maison girondine de qualité, ressort un curieux ouvrage intitulé La Bièvre, les Gobelins, Saint-Séverin, « paru sous cette forme, pour la première fois en 1901, à La société de propagation des livres d’art à 695 exemplaires numérotés ». Le texte de Huysmans (1848-1907) était illustré par des eaux-fortes et des gravures sur bois de Louis Auguste Lepère. Le petit éditeur de Bègles nous restitue cette édition dans une version originelle. Préparez vos mouchoirs car ce voyage fascinant dans une capitale industrielle a des relents de misère, de chaux et de peausseries abandonnées. Cette odeur de boyaux, de cuves pestilentielles et de bains fumants pique les yeux et ronge l’âme. Ce monde à jamais englouti, la disparition des ouvriers au cœur de la ville, est à peine imaginable.
    https://www.causeur.fr/joris-karl-huysmans-bievre-gobelins-saint-severin-173299

    J'aime

  15. Colococo2 dit :

    C’est toi qui écrit ça ? J’en reste sur le cul !

    J'aime

  16. C’est toi qui écrit ça ? J’en reste sur le cul ! dit :

    C’est toi qui écrit ça ? J’en reste sur le cul !

    J'aime

  17. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Je suis effaré du battage médiatique concernant les banalités autour du coronavirus, l’utilisation du 49.3 et les pronostics relatif au nombre de sièges de conseillers municipaux espérés par LREM après les prochaines élections municipales.
    Peu de place dans l’information pour ces dizaines de milliers de migrants qui se regroupent à la frontière de la Grèce et les menaces de R.T.Erdogan pour en laisser passer des millions d’autres.
    Nos gouvernants Européens dignes de Ponce Pilate, toujours aussi inefficaces et lâches, déclarent que ce sujet doit être traité par l’Europe alors qu’ils savent parfaitement que la Commission est fracturée par ses divisions internes notamment sur ce sujet.
    Et pourtant , il devient urgent que nos soi-disant « élites » se posent et surtout règlent la question de cette immigration anarchique subie.
    A mon avis, l’Europe doit accueillir les réfugiés mais en réfléchissant à leur retour ultérieur dans leurs pays lorsque les conflits seront terminés et en l’annonçant clairement à ces personnes mais parallèlement elle doit se montrer très ferme et organiser le retour sans délai dans leurs pays d’origine de tous les migrants économiques que l’Europe n’a plus les moyens d’accueillir.
    « En même temps » il faut engager d’urgence des négociations diplomatiques avec des gouvernants pour lesquels nous n’avons aucune sympathie : notamment V. Poutine, R.T. Erdogan, et Bachar El Assad, mais c’est bien là le rôle des diplomates.
    Laisser la Grèce exsangue comme nous avons laissé l’Italie se débrouiller seule face à ce problème est la honte de cette Europe particulièrement impuissante et stérile.

    J'aime

  18. Michel Fremondiere dit :

    bien ,les Britannique sont partis ,mais cela ne va pas changer grand chose ,cars eux on besoin de l » Europe ,et de toute façons ,ayant garder leurs monnaie ,il avait le beurre et l’argent de ce beurre ,le plus grave, le président Turque ,élues démocratiquement ,comme chez nous en FRANCE ,pose problème ,cars il empoche des dizaine de milliard ,et de plus ,il est notre allier dans l , »Otan,,,Non cela n’est pas un crime ,cars de tout temps il y eu l’immigration ,voyer la guerre d » Espagne ,celle de l’Algérie ,puis les Portugais ,l’Allemagne qui en a fait rentrer des millions ,a désormais un vrais problème , trop ,c’est trop ,et le peuple vote contre ,la crise de ce virus ,va probablement remettre certaine chose en place ,la mondialisation touche a sa fin ,,,

    J'aime

  19. Jean-Bernard Lasserre dit :

    Je suis évidemment en accord avec vos propos sur l’Europe. Si je puis me permettre, je vous conseille toutefois d ‘écouter l’entretien particulièrement intéressant donné voici quelques jours à Bordeaux par François-Xavier Bellamy. Il ouvre tout de même des perspectives.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.