Le pouvoir et la mort

« Sous l’ancien régime, le détournement des fonds publics était puni de la pendaison », a déclaré l’un des procureurs du procès Fillon. La justice de l’ancien régime était arbitraire, rendue par les seigneurs en fonction de l’ordre dont relevaient les justiciables, pratiquait la torture et la peine de mort pour un simple vol. A-t-on jamais vu, depuis 1789, un juge républicain s’y référer comme modèle? Et depuis l’abolition de 1981, un magistrat en appeler à la peine de mort? Embaucher sa femme et la faire travailler près de soi, de la part d’un parlementaire, sur des fond publics, est certes une pratique douteuse: qui dit argent public dit mise en concurrence d’un emploi ouvert à tout un chacun en fonction de ses compétences. Cependant, cette pratique était légale et totalement banalisée: 140 parlementaires utilisaient ouvertement des proches dans leur équipe. L’accusation envers le couple Fillon porte sur la réalité du travail de l’épouse. Qu’en est-il de la preuve du travail des proches des autres parlementaires qui se sont adonnés à la même pratique – sans compter tous les autres qui l’ont fait sournoisement? Et les ministres avec leur cabinet? Il fallait que le procès Fillon ait lieu. Il est l’arbre qui cache la forêt. Il a un caractère fondateur. Le scandale Fillon est directement à l’origine de l’explosion en plein vol de l’élection présidentielle de 2017 et du triomphe d’un « nouveau monde ». Il conditionne la légitimité de ce « nouveau monde ». Des hommes et femmes qui ont pris une part active au quinquennat 2007-2012, la plupart sont englués dans d’épouvantables affaires judiciaires. Ils n’ont sûrement pas fait pire que les autres mais ils incarnent ce que l’idéologie dominante et invasive, le supposé « progressisme » entend tuer par tous les moyens: une vision de la France, de l’Etat, de la société, de la démocratie. Mais pourquoi donc choisir l’action publique, le service de la France à travers la politique, pour finir comme le couple Fillon, traîné devant les médias, traités comme des criminels, promis à la pendaison, dans l’humiliation et  face à la jubilation intérieure, jouissive, de la foule des salauds – au sens sartrien? Consacrer sa vie au bien public, à l’intérêt général, à la vie démocratique – au suffrage universel – au gouvernement de la France, pour en arriver là…  Tout ceci est bien répugnant.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

84 commentaires pour Le pouvoir et la mort

  1. Trigwen dit :

    Fillon était un réel danger pour Emmanuel Macron et ceux qui le suivaient. François Fillon a été victime d’un superbe complot ourdi par ses adversaires et certains de son propre camp qui n’attendaient que çà pour rejoindre LaREM.
    Il fallait une bête à abattre et on l’a choisi lui avec la complicité ouverte des médias qui se sont acharnés sur lui et son épouse. Il a été trainé dans la boue, vilipendé comme s’il avait commis le pire des crimes alors que bien d’autres ont fait pareil que lui à la même époque. Malheureusement pour ce couple en marche pour l’Elysée, il a été victime du retour d’une morale extrême, le retour de l’ordre moral digne des années 50 venu d’une certaine bourgeoisie.
    Ils ont les victimes de la bien-pensance, de l’obligation de soi disant transparence à travers bien des hommes au pouvoir sont passés au travers. D’ailleurs comment se fait-il que Richard Ferrand accusé et mis en examen dans une histoire de mutuelle soit encore président de la Chambre des députés ?
    Pourquoi s’est-on empressé de chasser Bayrou et de Sarnez en trouvant comme par hasard des fautes à juger si ce n’est parce que ces deux là étaient les plus propres de ce gouvernement et surtout pas tout à fait d’accord avec la direction que prenait la politique de Macron.
    Peut-on s’interroger ? Oui et on peut même se dire « cherche à qui profite le crime ? »
    Tout comme toi je trouve que cette affaire Fillon et la façon dont il est jeté aux chiens et mis au ban de la République sont tout à fait répugnantes.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.