Les ravages de la mégalocratie

Comment en est-on arrivé là? Jamais, depuis 1944, la France n’avait connu un tel désastre au sommet. Tout part de la désintégration de la vie politique. La crise de confiance des Français  remonte à quatre décennies environ. A l’origine, elle est liée à l’impuissance publique et la faillite des gouvernants, depuis le début des années 1980,  dans sur la lutte contre le chômage et l’insécurité. Elle s’aggrave par paliers (par exemple la déception de l’élection de Jacques Chirac après 1995). Elle s’est brutalement accélérée à partir de 2011 avec une série de grands scandales (DSK, Cahuzac). Elle atteint un premier stade paroxystique lors des présidentielles de 2017 avec le scandale autour de la candidature Fillon, l’explosion des partis politiques. De ce champ de ruines encore fumantes émerge la présidence Macron. Dès lors, la vanité d’un individu autoproclamé Jupiter s’impose sur les débris de la vie démocratique: l’intérêt général, le débat d’idées, la joute majorité/opposition, désormais anéantis. L’Assemblée nationale et le Gouvernement sont réduits au rôle de faire-valoir. Désertant l’idée même de bien commun, la vie politique se tourne vers l’exaltation du faux dieu engendré sur les ruines de la vie politique. Le bien de l’Etat et de la société, la réalité n’ont plus la moindre importance. Peu importe que la Nation s’effondre toujours un peu plus dans le déclin, le chaos, le nihilisme et la violence. Bien au contraire, la magnificence de l’idole se nourrit par contraste d’un désordre qu’il convient d’alimenter par les provocations en tout genre.  Un seul impératif: sublimer l’image élyséenne en vue de la perpétuation – la réélection – en donnant l’illusion de la « transformation » promise lors de sa campagne électorale. Mais de la supposée transformation à la véritable destruction, il n’y a qu’un pas. D’où une réforme des retraites, partie d’un délire des grandeurs, qui n’est plus, après un mois et demi de reculades et concessions, qu’un monstrueux saccage, une usine à gaz aux coûts astronomiques – comme le souligne le Conseil d’Etat lui-même –  et entraînant toujours plus la loin la France dans les profondeurs de l’abîme. Une priorité absolue sur laquelle tous les Français de droite, de gauche, du centre, devraient s’unir: en finir avec la mégalocratie qui achève de détruire notre malheureux pays.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

65 commentaires pour Les ravages de la mégalocratie

  1. JulesXR52 dit :

    Votre analyse est certes bonne. Mais pourquoi, dans les causes de ce désastre qui hypnotise tous ceux qui ont un minimum de sensibilité politique, ne parlez-vous pas des électeurs ? 20 millions de « cons » qui ont voté pour Macron au 2e tour des présidentielles de 2017, ça pose problème tout de même, non ?

    J'aime

  2. carlo dit :

    François Mitterrand avait parlé de « coup d’Etat permanent » à propos des institutions de la Vème République … avant d’exercer lui-même la fonction présidentielle de façon autocratique, se permettant même de faire écouter certains Français.
    Mais le diagnostic porté n’était-il pas le bon ?
    Les institutions de la Vème République permettent en effet au Président de la République d’empiéter sur les pouvoirs du Gouvernement et du Parlement, avec leur accord tacite (et coupable).
    Les membres du Gouvernement et les députés de la majorité considèrent en effet qu’ils tirent leur légitimité de l’élection du Chef de l’Etat, surtout depuis que les élections législatives ont lieu immédiatement après l’élection présidentielle.
    Mais le PR tire sa légitimité du Peuple qui l’a élu. S’ensuit-il symétriquement que le Peuple peut s’arroger ses pouvoirs ?
    Je le répète : comment le mépris du Droit – en quoi réside en grande partie le mal français – pourrait-il ne pas se développer si le bon exemple n’est pas donné au sommet de l’Etat ?
    C’est pourquoi ma préférence irait vers un candidat incarnant la figure du sage et s’engageant à respecter strictement la Constitution, ce qui, en démocratie, devrait être la moindre des choses.
    En même temps, j’ai bien conscience que l’inculture juridique des Français, due en grande partie à leur mépris du Droit, rendrait inaudible une telle candidature pourtant inspirée par le simple bon sens.

    J'aime

  3. MARECHAL dit :

     » On ne peut pas changer les gens tu sais. On peut juste leur montrer un chemin, puis leur donner envie de l’emprunter. »
    Laurent Gounelle

    Aimé par 1 personne

  4. carlo dit :

    Hier, EM a reçu Cedric Villani à l’Elysée pour tenter de le faire renoncer à sa candidature aux élections municipales.
    CV ayant refusé, certains reprochent au chef de l’Etat son manque d’autorité.
    Mais est-ce vraiment le rôle du PR de départager des candidats aux municipales comme un vulgaire chef de parti ? Est-ce à cette fin qu’il a été elu ? Est-ce pour cela que les Français mettent à sa disposition autant de moyens ?
    Au-delà du cas d’EM, ne faudrait-il pas enfin s’interroger sur la nature exacte des fonctions du PR et sur la façon dont il serait possible d’encadrer l’exercice de celles-ci, notamment pour qu’il ne s’arroge pas des pouvoirs qui ne sont pas les siens ?
    Le Conseil constitutionnel ne devrait-il pas informer les candidats que l’élection présidentielle n’a pour but de faire valider … un programme de gouvernement et rappeler à l’ordre tous ceux qui promettent aux Francais de faire des choses qui ne relèvent pas des compétences du PR ?
    La fonction première du PR étant de veiller au respect de la Constitution, ne serait-on pas en droit d’exiger des candidats à l’élection presidentielle, ainsi que des présidents élus, qu’ils s’y conforment strictement ?
    Comment le mépris du Droit – en quoi réside en grande partie le mal francais – pourrait-il ne pas se développer si le bon exemple n’est pas donné au sommet de l’Etat ?

    J'aime

  5. luc dit :

    Selon moi, il y a 2 raisons à la crise actuelle en France.

    – Tout d’abord, nous n’avons pas pris la mesure des changements qui ont eu lieu dans les années 70.
    Comme la fin du 15ème siècle, les années 70 ont changé le monde.
    La chute Constantinople, l’apparition de l’imprimerie et la découverte de l’Amérique ont marqué la fin du Moyen Age.
    De la même manière, la crise de 73, l’ouverture de la Chine au capitalisme et la chute du Shah d’Iran nous ont fait entrer dans un nouveau monde.

    – Ensuite, depuis les années 70, la France a préféré le statu-quo, un statu-quo financé par toujours plus d’impôts et de dettes, en espérant le retour des 30 glorieuses qui ne sont jamais revenues.
    Sur la PAC, la SNCF, l’éducation, la FranceAfrique, la sécurité sociale.. rien n’a changé depuis des décennies.

    Au final, dans le monde, ce sont les pays, qui n’ont pas fait de réformes, qui sont les grands perdants.

    Aimé par 1 personne

  6. Timéli dit :

    Il n’y a rien d’étonnant dans cette description apocalyptique de la situation dans laquelle se trouve, aujourd’hui, le pays. Beaucoup d’ingrédients ont été réunis pour en arriver là.Est-il besoin de rappeler ce que disait Voltaire : « La politique a sa source dans la perversité plus que dans la grandeur de l’esprit humain ».

    J'aime

  7. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, bonjour à tous,

    La médiocrité, la bêtise sont la règle.
    Vendredi soir lors des voeux de notre maire, nous avons eu la visite du député Cormier Bouligeon de la LREM. Un moment d’anthologie, nous avons eu un bon béni oui oui, répétant mot pour mot ce qu’on lui a dit de dire. Il a fait comprendre aux Maires présents de ne pas se plaindre. Vanté les monstres que sont le Com com. Com com à qui l’on dit:  » vous avez toute autonomie à la seule et unique condition que vous fassiez ce que l’on vous dit. » Circulez il n’y a rien à voir.
    Et le summum, fût lorsqu’il affirma que Macron avait fait le nécessaire pour que les Etats-Unis et l’Iran ne fassent pas la guerre. Qu’il avait un fort pouvoir au Moyen-Orient. (sic)
    Vous citer toutes les aberrations et inepties qu’il a dites en 15 minutes seraient trop long à écrire.
    En fait, il nous a fait comprendre que chez les LREM, ils étaient beaucoup trop intelligents pour que l’on comprennent, qu’ils nous construisaient un nouveau monde.
    Voilà un bon opportuniste, sans charisme, insignifiant, ancien du PS, qui à l’impression d’être un personnage important investit d’une mission suprême, aider à la construction d’un nouveau monde merveilleux. Un béni oui oui macronien.
    Le spectacle était tellement pathétique que nous avons préféré en rire.

    Aimé par 3 personnes

    • Citoyen dit :

      Ce qui est hallucinant, Philippe, voire même effrayant, est que ce genre d’illuminé soit payé par les contribuables pour voter des lois !
      Et plus inquiétant encore, le fait que pour arriver à raconter de telles inepties, il soit, au moins en partie, convaincu de la véracité de ses propos …
      Un indicateur du niveau de la représentation nationale !

      Aimé par 1 personne

    • Coucou dit :

      Bonjour à vous, et que pensée vous de cela,

      Régis De Castelnau
      @R_DeCastelnau
      La catastrophe des députés LREM. Un concours à celui qui sera le plus infect, ou le plus ahuri. Si Mila avait critiqué la religion catholique, elle aurait été menacée de mort, de viol, et insultée par des cathos? Dire ça est une saloperie. Mais qui sont ces gens ? #JeSuisMila https://twitter.com/Tancrede_Crptrs/status/1220693231219773441

      Tancrède ن
      @Tancrede_Crptrs
      Selon @TurquoisNicolas, Mila aurait reçu les mêmes menaces si elle avait tenu les mêmes propos contre la religion catholique.

      Malheureusement pour lui, @AlexDevecchio lui rappelle que « l’humoriste » de France Inter n’a pas été menacé de mort … 🙄🤫#JeSuisMila

      Vidéo intégrée

      J'aime

  8. Alain De Vos dit :

    S’i pouvait s »inspirer en lisant la Parole de Dieu, le profit pour eux et la France serait grand

    Aimé par 1 personne

  9. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Deux articles à lire. L’un d’Authueil, qui connait très bien la vie parlementaire (http://authueil.fr/post/2020/01/24/L-étrangeméthode-du-gouvernement-sur-la-réforme-des-retraites) et qui démontre que la montagne a accouché d’une souris (toute petite la souris) et le mépris qu’elle éprouve pour le Parlement (qui fait très peu pour faire penser le contraire), l’autre porte sur la dictature que serait devenu notre pays (https://www.contrepoints.org/2020/01/26/362989-vivons-nous-en-dictature-certainement-pas), terme trop fort que je remplace par médiocrature ou démocrature. Je souligne cependant qu’il y a longtemps que les libertés individuelles n’ont pas été aussi bafouées qu’en ce moment dans ce pays (sur ce sujet, l’erzast de parlement qui fait office de pouvoir législatif joue un rôle non-négligeable dans la dégringolade que connait notre pays).

    Bonne journée

    J'aime

  10. Sganarelle dit :

    Et le cirque continue en prenant pour cible la mairie de Paris. Les manœuvres politiciennes vont bon train et on aura une Idée du niveau intellectuel du pays à l’annonce des résultats d’une ville emblème du pays.

    J'aime

  11. MARECHAL dit :

    Vous avez une vision des choses tellement édifiante Maxime, ce doit être votre année de naissance qui veut ça, l’année de la déclaration du général de Gaulle .. « Je vous ai compris ! »
    Si je puis me permettre; à quelques jours de l’Anniversaire de monsieur Sarkozy, je me suis surpris à rêver les yeux ouverts … En effet, un grand pays comme la France a besoin d’une grande voix pour le défendre.

    J'aime

  12. charles902 dit :

    Bonjour Mr Tandonnet

    mégalocratie = médiocratie

    Il y a actuellement manque de compétence des hommes politiques qui se réfugient dans l’apparence en se basant destruction de l’esprit critique de leurs électeurs . Or dans une classe où les élèves subissent un professeur ignare, le niveau de la classe baisse.
    C’est le « délit de belle gueule », le règne de la nunucherie excusé par la sacrosainte loi de la démocratie: plus on est nombreux à avoir tort, plus on a raison d’avoir tort.

    « Laissez dire les sots, le savoir fait tout » disait La Fontaine. comment s’assurer que les candidats soient des sachant plutôt que des gesticulants? comment éviter cette emprise du marketing des qualités superficielles et des promesses trop générales pour être honnêtes? Tout est là, je crois.

    Aimé par 2 personnes

  13. Infraniouzes dit :

    L’ambiance politique actuelle en France est calamiteuse. Un petit président, parmi les plus grands dans sa catégorie, ne cesse de parler, de ratiociner tout azimut sans ralentir sa logorrhée, ivre qu’il est de son verbiage. Souvenons-nous de la rareté des prises de paroles de De Gaulle, ses interventions soigneusement préparées et enrichies par la qualité de son verbe.
    On en est loin et la pauvreté intellectuelle de nos diplômés augure mal de l’avenir. Mais qu’on se rassure: ce ne sont que les porte-voix de puissants hauts fonctionnaires (ou hommes d’affaires) qui leur soufflent ce qui est doit être dit et fait. Donc: trois petits tours et puis s’en vont. Et au suivant !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.