Réflexion sur les huées contre le président

[Je m’exprime ici comme auteur du livre sur l’histoire des présidents de la République, Perrin, 2013 et 2017*]

De la manifestation contre le théâtre ou se trouvait le président de la République et son épouse, qui fait la une de nombreux journaux, et son traitement médiatique, quelques leçons se dégagent:

  1. L’indignation politico-médiatique et la place donnée à l’incident sont excessives: il y a eu un rassemblement et des huées comme cela arrive souvent, mais pas que l’on sache de tentative d’agression physique.
  2. Le manque de respect envers le chef de l’Etat est certes scandaleux. Cependant, dans une République, il n’est pas plus scandaleux que le manque de respect envers n’importe quel citoyen. Le chef de l’Etat, en République, est un homme comme un autre. Il en serait tout autrement dans une monarchie ou un empire. Mais nous sommes en République. Sa soirée gâchée vaut strictement autant que la soirée gâchée de n’importe quel citoyen.
  3. Que la soirée du président de la République et de son épouse ait été perturbée est certes inadmissible. Mais ce n’est pas plus inadmissible que tous les désagréments, toutes les souffrances qu’endure chaque Français, individuellement, dans une société de chaos et d’anarchie: agressions, insultes, entassement dans les transports…
  4. Les chefs de l’Etat successifs sont personnellement responsables des manifestations de manque de respect dont ils font aujourd’hui l’objet: ils payent leurs provocations verbales, des « sans dents » aux fainéants, réfractaires ou ceux qui ne sont rien, etc.
  5. L’attitude des manifestants anti-macron est plus stupide qu’autre chose: comment mieux le  re-légitimer qu’en le victimisant? On imagine les croquants indignés devant leur écran de télévision qui s’identifient à la (supposée) victime…
  6. Dans des circonstances analogues, face aux mêmes manifestants – témoignage vécu  – un autre président serait sorti sans protection policière pour aller s’expliquer avec les perturbateurs, qui auraient fini par l’applaudir, non pour sa politique, mais pour son aplomb et pour son courage physique.
  7. La prise à partie d’un chef de l’Etat est un signe: elle est la réponse au syndrome de l’enfermement derrière les murailles de l’Elysée, de l’éloignement, de  la déconnexion, de l’abîme séparant la classe dirigeante du peuple, d’un état d’esprit révolutionnaire.
  8. L’ensauvagement de la société, la stupéfiante banalisation d’une violence et d’un chaos devenus chroniques (dont cette anecdote n’est qu’un symptôme mineur), sont le fruit de l’abolition de la démocratie française, depuis élections tronquées de 2017 à l’invraisemblable micmac électoral  autour des élections municipales. Quand plus personne ne peut croire au suffrage universel comme mode de règlement des désaccords, seules restent la colère, la rue et la violence.                        *

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

44 commentaires pour Réflexion sur les huées contre le président

  1. Trigwen dit :

    Qu’on le veuille ou non, qu’on l’aime ou non, qu’on ait voté pour lui ou non, le Président de la République a été élu démocratiquement à la majorité absolue.
    Qu’importe si ce pourcentage a été faible à cause du nombre de suffrages, si les abstentionnistes ne sont pas venus, c’est qu’ils ne se sentaient as concernés ou n’ont pas réfléchi à cette phrase d’un constitutionnaliste qui disait « Au premier tour on choisit, au second tour on élimine. »
    Que cela plaise ou non, le Président de la République de par son élection est investi de la magistrature suprême. Pour cette raison, on lui doit le respect car de par ses fonctions, il représente tous les Français et la France à l’étranger. Dans un tribunal, si un prévenu ou un témoin se laisse aller à certains propos, il peut être condamné pour outrage à magistrat. Il en est de même pour le premier magistrat de France.
    Si le délit d’offense au chef de l’Etat a été définitivement supprimé en août 2013, certaines de ses dispositions persistent. Dans les faits, les infractions qui pouvaient être condamnées en invoquant le délit d’offense au chef de l’Etat sont toujours répréhensibles : elles tombent sous le coup de l’injure ou de la diffamation.
    Pour injure à l’encontre du président de la République, on peut écoper d’une amende montant jusqu’à 12 000 euros, sans compter les éventuels dommages et intérêts qui peuvent être demandés.
    Comme l’indique l’article 31 de la loi de 1881 sur la liberté la presse, la diffamation du président ou de ses ministres constitue une infraction répréhensible particulière. Dans le pire des cas, l’amende peut monter jusqu’à 45 000 euros, sans compter les éventuels dommages et intérêts. Initialement, un individu reconnu coupable pouvait être condamné à de la prison. A certains égards, on pouvait y voir une transposition dans notre droit du crime de lèse-majesté. La peine de prison a ensuite été abandonnée au profit d’une amende de 45 000 euros. »
    Dans les faits, il est peu probable qu’on écope d’une amende dépassant quelques centaines d’euros. Les dédommagements qui pourraient être demandés ne devraient pas non plus excéder 100 ou 200 euros.
    Alors, on aime ou on aime pas mais si un Président de la République passe par chez nous et qu’on ne l’apprécie, plutôt que d’aller sur son passage pour l’insulter ou l’injurier, autant rester chez soi ou aller ailleurs.

    J'aime

  2. carlo dit :

    @ Citoyen
    « Il faudrait d’abord que vous soyez en mesure de fournir votre définition de la fraude »
    Je n’ai pas à vous fournir ma propre définition de la fraude fiscale. J’emploie cette expression dans le sens qui est le sien et que vous pourrez trouver dans n’importe quel dictionnaire.
    « il n’y a que ceux qui sont payés par les contribuables qui peuvent frauder »
    Cette discussion n’a pas de sens. Permettez-moi de l’interrompre.

    J'aime

  3. Gritti Francis dit :

    Compliment pour votre blog cher Monsieur. Il reste qu’avec un peu de recul, le peuple réalisant toujours enfin ce que les médias lui inculquent, que je regrette quand la presse annonce  »Macron a fait ceci ou cela ». Moi qui suis un vieux réac vu que j’ai soixante-dix ans et que j’ai toujours beaucoup travaillé, je pense que d’appeler les gens en précédant par Monsieur, Excellence, Maître… me paraît la moindre des choses. L’autre jour sur une chaîne un journaliste forçait le trait en insistant moult fois sur le  »monsieur » alors qu’il s’adressait à un évêque ; manière de lui dire qu’en notre laïcité  »tu n’es rien d’autre ». Or il s’adressait bien à sa fonction. Où je conclus que par leur brutalité, inélégance signalée, les médias sont fortement à l’origine de la haine ambiante. Je n’ose évoquer la façon dont ils relatent le Pdt Trump, le salissant également à la manière dont ils ont traité le Pdt Reagan et dont ils disent aujourd’hui que ce fut l’un des meilleurs présidents. Ben oui, j’ai un ami notaire et quand je le vois je lui dis  »salut mon pote » et on déconne ; mais si c’est pour affaire je l’appelle  »Maître ». Juste un vieux réac…

    Aimé par 2 personnes

  4. Annick Danjou dit :

    Urgent pas de chinoiseries en ce moment attention!!

    J'aime

  5. Annick Danjou dit :

    Une journaliste portugaise: « Quand vous suivez un ministre en France, vous êtes dans un autre monde. Vous grillez tous les feux rouges, vous faites de bons repas avec de grands vins, le tout aux frais du contribuable… Aux Etats-Unis, tous les repas sont facturés au président ! »

    Essayez de trouver la vidéo c’est édifiant et c’est la France.

    Aimé par 1 personne

  6. Coucou dit :

    Bonjour à vous, de grand danger le guette,

    https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand-63000/actualites/se-croyant-envoute-par-le-president-de-la-republique-un-habitant-du-puy-de-dome-ambitionnait-de-le-kidnapper_13726494/#refresh

    En effet, ce Congolais de 40 ans affirmait être « envoûté » par le chef de l’État français. Mais ce n’est pas tout. Il est allé encore plus loin et a fait partir de son intense volonté « de le kidnapper et de le torturer ». Rien que ça. Le parquet de Clermont-Ferrand a vite été mis au courant de cette histoire. Dès vendredi soir, la police a recherché le quadragénaire mais n’est pas parvenue à mettre la main dessus.
    Il a été hospitalisé en psychiatrie
    Mais ce n’est sans compter sur la collaboration de ce Congolais. En effet, ce dernier a redonné signe de vie dès le lendemain matin puisqu’il a lui même appelé le commissariat pour répéter son intention. Il a ainsi répété son projet si peu ordinaire aux alentours de 10h30. Cette fois-ci, les policiers sont venus le récupérer directement à son domicile, dans un foyer de l’association de la Croix Marine, à Ceyrat. Au vu de ses propos quelque peu confus, il a été hospitalisé d’office en psychiatrie lors de la soirée de de la samedi soir.

    J'aime

  7. Zonzon dit :

    RECTIFICATIF
    … en une époque très occupée !
    Mille excuses

    J'aime

  8. Zonzon dit :

    LA VIE THÉÂTRALE

    C’est, en des instants de grande désolation politique que nous arrive, pour nous ragaillardir, cette bouffonnerie des Bouffes du Nord. En direct !

    On y joue « Les mouches » de Jean-Paul Sartre … ça m’intéresse … je l’ai vu dans le temps … une de ces pièces que l’auteur put faire représenter devant un parterre chamarré d’officiers de la Wehrmacht en une époque très occupé !

    On vient me prévenir. Je me mets le doigt dans l’oeil : il s’agit de « LA mouche », une pièce moderne …

    Connais pas !

    On m’apporte le synopsis :

    « Années 1960, au cœur d’un village. Robert vit avec sa maman Odette. La relation mère-fils est inquiétante et désopilante à la fois. La cinquantaine, dégarni, bedonnant, Robert passe le plus clair de son temps enfermé dans le garage où il tente de mettre au point une machine à téléporter. On assiste au quotidien de ce drôle de couple, ponctué par des expériences de téléportations plus ou moins réussies.
    La relation des deux personnages est un clin d’œil à l’épisode La Soucoupe et le Perroquet de l’émission belge Strip-tease. Un travail corporel, des effets spéciaux, une esthétique du temps des prémices de l’informatique, La Mouche est un laboratoire d’expérimentations scéniques et visuelles, un extraordinaire terrain de jeu pour les artistes. »

    Fascinant !

    On me rapporte que Monsieur le Président de la République vient d’assister à une représentation, en compagnie de sa dame. J’en ai les larmes aux yeux, cela me rappelle la première de « Tête d’Or » en 59 avec le Président d’alors ….. euh !

    On me montre le décor : sur la scène est arrimée une caravane modèle 1950 parée d’enjoliveurs aux couleurs verdâsses ; bon chic,bon genre, un habitat pour GJ dont manifestement le frigo « n’est pas vide le 15 du mois » au motif qu’ils n’ont pas de frigo.

    On ne me dit rien sur les odeurs. Nous espérons que les narines présidentielles n’ont pas été incommodées par des effluves fécales qu’agrémentent les mises en scène contemporaines des tarés à la mode, principalement dans les pièces où Jésus tient le premier rôle !
    [ Théâtre du Rond-point]

    Il paraît qu’il y a eu des incidents !

    Il y a quelque chose de pourri au royaume de France !

    Aimé par 2 personnes

  9. michel43 dit :

    osons dire la vérité , depuis que Macron fut élues, c « est le foutoir, partout, dans tout ,encore deux ans a attendre, j’espère ,qu » en 2022 ,les Français ne feront pas la même erreur ,avec EUX , on ne sait jamais

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.