France abandonnée

Notre pays traverse une nouvelle tempête. Depuis dix jours, la grève des transports en commun empoisonne la vie quotidienne des Français et plus particulièrement des Parisiens. A la veille de la période des fêtes, les commerces et la restauration sont frappés de plein fouet. Le conflit menace de s’embraser avec les médecins et les transporteurs routiers. Face à ce nouveau désastre, la parole politique est défaillante. Il ne se trouve pas une seule voix pour porter la confiance et la sagesse. La parole politique se dérobe. Qui croire, qui écouter dans la tempête?

Une vidéo circule, montrant M. Delevoye, haut-commissaire, artisan de la réforme controversée, martelant comme un Leitmotiv l’impératif d’exemplarité, d’intégrité et de transparence.  La France sidérée, abasourdie, apprend, comme dans une hallucination, que l’emblématique donneur de leçon national, l’un des inspirateurs de la présidence actuelle et de son « nouveau monde » dissimulait une dizaine de mandats dont certains rémunérés voire même illégaux. Cette vidéo est accablante, elle donne le vertige. Après DSK, Cahuzac, Thévenoud, etc. c’est le tour de M. Delevoye, pivot de la réforme en cours et depuis des décennies, étendard de la vertu civique. Et les plus hautes autorité lui accordent le « bénéfice de la bonne foi ». Mais en qui voulez-vous que les Français puissent avoir confiance?

Bien sûr, le Premier ministre est en ce moment partout sur les écrans et les « experts » s’émerveillent du retour, depuis dix jours, à l’esprit de la Constitution: Matignon qui gouverne et un chef de l’Etat prenant de la hauteur. Mais les Français sentent bien toute l’ambiguïté de cette soudaine inversion des choses: l’occupant de l’Elysée, rompant avec son omniprésence invasive quotidienne, s’abrite aujourd’hui derrière son chef de gouvernement. Tel est bien le signe d’un malaise. S’il se protège, par cette discrétion nouvelle, tellement inusuelle, c’est bien parce qu’il anticipe sur un désastre social ou la reculade à venir qu’il pense ainsi éviter de devoir assumer. Mais qui donc le subterfuge pourrait-il abuser?

Quant aux oppositions elles sont aussi en pleine déconfiture. Les « extrêmes » ne cessent de faire naufrage dans les extravagances et les provocations au point qu’il n’est même pas sûr qu’ils profitent de la débâcle actuelle. Mais surtout, la droite dite de « gouvernement » est absente, comme éberluée, assommée, en perdition, déchirée à la veille des municipales entre l’esprit de trahison et la chasse aux sorcière (ci-joint entretien avec Atlantico). Sur la tragédie que vit la France, elle est inaudible: pas un mot de compassion pour les usagers dans la souffrance, pas une voix pour exiger du pouvoir qu’il mette fin sans délai au saccage de la nation, pas une parole pour dénoncer sa mortelle dérive mégalomaniaque et la prise en otage du pays pour une simple affaire de posture narcissique, l’illusion de la fermeté autour d’une réforme fantôme. La France est plongée dans le chaos et les ténèbres d’un néant politique sans aucun précédent.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

42 commentaires pour France abandonnée

  1. MARECHAL dit :

    Nous comprenons mieux pourquoi Jacques Chirac avait peu d’estime pour Delevoye …
    Il disait de lui je cite :  » C’est un grand con. D’abord parce qu’il est grand, ensuite parce qu’il est con  »

    Claude

    J'aime

  2. Ping : France abandonnée | Raimanet

  3. IRIS dit :

    M. Tandonnet ,
    […pas un mot de compassion pour les usagers dans la souffrance, pas une voix pour exiger du pouvoir qu’il mette fin sans délai au saccage de la nation…]
    La droite est absente, vraiment ? C’est que vous ne l’écoutez pas; quelques exemples :
    Guillaume Peltier ‏ 4déc. 2019
    Non aux blocages contre la France qui travaille ; non à l’injuste réforme Macron ; oui à une vraie réforme des retraites fondée sur le travail & la justice sociale (pénibilité, droits familiaux, pouvoir d’achat…).
    Les Républicains ‏ 4 déc.
    Sur les retraites, nous souhaitons : Aucune baisse des pensions, aucune augmentation des cotisations mais un allongement de la durée de cotisation. Préserver les caisses autonomes bien gérées. Sortir des régimes spéciaux. Préserver les droits familiaux et conjugaux.
    Guillaume Larrive 7 déc. 2019
    Pourquoi le Premier ministre E Philippe PM ne vient-il pas présenter à l’Assemblée nationale la réforme des retraites, conformément à l’article 50-1 de la Constitution ? Le pouvoir macroniste a tort de piétiner les institutions, au risque d’être prisonnier de la rue.
    Constance Le Grip ‏ 9 déc.2019
    @LCI retraites grève transports publics service public service minimum garanti remboursement automatique des titres de transport usagers droits des usagers
    Christelle MORANÇAIS‏ 10 déc. 2019
    800.000 grévistes face à 27 millions actifs, j’ai envie de dire stop ! Oui à la liberté de la grève.. Mais oui au droit de travailler et de circuler ! grève 10decembre RTLMatin
    Christelle MORANÇAIS‏C 10 déc.
    Pour nos commerçants & artisans, 1ers employeurs de France, ces blocages sont dramatiques en cette période de Noël où ils réalisent entre 30% et 50% de leur chiffre d’affaires. J’en appelle à la responsabilité collective pour préserver nos emplois.
    Annie Genevard ‏ 10 déc.2019
    Les commerçants sont doublement impactés : par le climat social (Gilets jaunes et grèves) et par le @gouvernementFR fossoyeur de dispositifs qui avaient fait leurs preuves pour aider les commerçants notamment FISAC. L’aide de 5 millions proposée est dérisoire !
    Constance Le Grip‏ 14 déc. 2019
    « Nous demandons instamment un service minimum vraiment garanti, et appelons à une trêve de Noël! »grèves @BFMTV
    Constance Le Grip‏ 13 déc.
    Greve « Nous appelons au remboursement des titres de transport de la RATP. Quant le service public normal n’est plus assuré, il faut rembourser ! » CNEWS
    Eric Woerth‏ 14 hil y a 14 heures
    Le temps de la grève doit être suspendu pendant les vacances de noël. La CGT doit faire preuve d’humanité @LaMatinaleLCI @LCI canal
    Voir aussi les questions posées au gouvernement à l’Assemblée Nationale, au sénat…

    J'aime

    • Iris, des déclarations dispersées et incohérentes… J’attends beaucoup plus que cela.
      MT

      J'aime

    • Anonyme dit :

      il y Upr homme réfléchi connaissant bien tous les sujets homme capable de gouverner la France on n’en parle jamais mais pourquoi donc ?sortir de l’Europe pourquoi pas l’euro coûte chère aux Français

      J'aime

  4. Georges dit :

    Une nouvelle crise mondiale majeure pointe son nez ,les États Providence vont disparaître pour laisser place à des conflits civils majeurs alimentés par la décroissance et la propagande écologiste (Taxe carbone en prime)qui lui est intimement liée .Ajoutez une immigration organisée dans le seul but d’opposer les communautés ,sacré cocktail détonnant n’est-il pas.

    J'aime

  5. Koufra dit :

    Bonjour

    La France abandonnée ?!

    Monsieur Le Drian veut que les djihadistes détenus en Irak soit jugés par une intance juridique internationale sous égide de l ONU… bref il veut sauver les djihadistes français de la peine capitale.

    On sera rappèlera des « pirates somaliens «  qui avaient tues des ressortissants français et qui une fois ramenés en France pour être jugés… furent libérés et indemnisés par l’état …

    Compte tenus des foncions actuelles et passées de monsieur le Drian, du fait que la France a équipé formé et armé nombre de djihadistes alors qu’il était en fonction, il conviendrait de le juger pour intelligence avec l ennemi, actuellement, il cherche à sauver ses anciens complices.

    Donc la France abandonnée, non… la France Trahie par une élite qui ne cherche qu’à s enrichir sur la bête et un peuple qui oublie de plus en plus qu’il en est un.

    http://www.20minutes.fr/article/2675479/api-rss

    Aimé par 2 personnes

    • Annick danjou dit :

      Le Drian c’est aussi ça, faites ce que je dis, pas ce que je fais, un vrai socialiste qui s’arrange en fonction de ce qui l’arrange. Mais apparemment personne n’a plus rien à dire à son sujet alors que lui aussi il les accumule les différents mandats. Mais les bretons ne sont pas mieux, ils râlent mais ils acceptent qu’un des leurs ne respectent pas la loi. Après on s’étonne que certains maires voyous soient encore réélus.

      « Attaqué sur la question du cumul des mandats, il remporte le scrutin avec 51,41 % des voix au second tour, contre 29,72 % pour Le Fur, et 18,87 % pour Pennelle. Après avoir été nommé ministre de l’Europe et des Affaires étrangères le 17 mai 2017 (grâce à Philippe comme quoi on peut manger à tous les rateliers), il démissionne de la présidence de la région le 2 juin suivant, tout en restant conseiller régional »

      Aimé par 1 personne

    • PenArBed dit :

      Régis Debray  » Mon bilan de faillite » source l’Express.fr du 29 avril 2018 :
       »On ne peut plus rien attendre de notre classe dirigeante, l’énarchie au pouvoir, que du suivisme et de l’aliénation. Désormais, gouverner, c’est suivre et gérer les émotions collectives, autrement dit : se mettre en scène au petit écran ».
      Pierre Joseph Proudhon, député en 1848 :
       »Les représentants du peuple n’ont pas plutôt conquis le pouvoir, qu’ils se mettent à consolider et à renforcer leur puissance. Ils entourent sans cesse leurs positions de nouvelles tranchées défensives, jusqu’à ce qu’ils réussissent à s’affranchir complètement du contrôle populaire. C’est un cycle naturel et que parcourt tout pouvoir : issu du peuple, il finit par s’élever au-dessus du peuple ».

      Aimé par 1 personne

    • Koufra, très bien dit!
      MT

      J'aime

  6. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Encore un signe du naufrage que vit notre pays : https://www.lefigaro.fr/flash-actu/toulouse-une-creche-vivante-interrompue-au-cri-de-stop-aux-fachos-20191215
    Une crèche attaquée à Noël. Pauvre pays. Comme le dit bien le proverbe chinois, le poisson pourrit bien par la tête. Les métastases s’étendent.

    Aimé par 2 personnes

  7. E Marquet dit :

    Eternel « faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais ». On aimerait que chacun incarne les valeurs qu’il dit soutenir, que les idées correspondent aux actes, et nous sommes face à l’incohérence. Cynisme, hypocrisie, bêtise ? Au plus haut sommet de l’Etat cela devient un vrai naufrage !
    Quant à la droite, nous en sommes déjà depuis longtemps orphelins !

    Aimé par 1 personne

  8. janus dit :

    Pour avoir travaillé dans le nord a un poste de responsabilité, j’ai connu indirectement M; DELEVOYE lorsqu’il était maire de la petite commune de Bapaume et plus tard Président de l’association des maires de France : L’archétype du 3e couteau qui ne doit sa carriere d’apparatchik qu’à son appartenance à la franc maçonnerie qui se nourrit de ces ambitieux sans talents auxquels elle permet de rêver à de brillants destins inaccessible sans son appui.
    Cette seule appartenance rend compte de l’absence de moralité et de scrupules du personnage : creux, inepte, sans aucun talents ni compétences et perclus de certitudes, celles de son obédience, sans laquelle il n’est RIEN…
    Rappelez vous les diatribes d’Eric de Montgolfier, dit Eric le rouge sur les mêmes frères à Nice…N’oubliez pas que le vaillant de Montgolfier avait commencé sa carrière à Lille. il savait de quoi il parlait….
    Tout fonctionnaire ou homme public devrait être astreint à déclarer son appartenance à la franc-maçonnerie.

    Aimé par 3 personnes

    • Fredi M. dit :

      Un franc mac catégorie « C » quoi…
      Le genre de mec on lui refile la déclaration universelle des droits de l’homme le jour de sa réception il l’encadre et l’affiche bien en vue dans son salon.

      J'aime

  9. carlo dit :

    @ E Marquet
    « Il serait bien vaniteux de croire que [nos gouvernants] sont seuls concernés par ces « plaies de l’âme » »
    Bien entendu. Mais les gouvernants ont un devoir d’exemplarité. Comment promouvoir le respect du droit alors que les politiques affichent le plus souverain mépris à l’égard des lois, ainsi que le montrent les nombreuses affaires les concernant, la dernière en date touchant Jean-Paul Delevoye, « étendard de la vertu civique » (Maxime Tandonnet) choisi pour piloter une réforme censée être inspirée … par le souci de la justice ?
    Faut-il s’étonner, dans un tel contexte, que certains, y compris ici-même, osent parler de « racket » à propos de l’action des pouvoirs publics pour lutter contre la violence routière ?

    Aimé par 1 personne

    • pabizou dit :

      Comment expliquez-vous que les pays qui n’ont pas choisi la voie des limitations abusives, comme nous, aient tous, au minimum des résultats identiques, quand ce n’est meilleurs que les notres? Si vous arrivez à m’expliquer ça, d’une manière crédible, je ne parlerai plus de racket mais d’escroquerie .

      J'aime

    • H. dit :

      Rouler à 90 n’a rien à voir avec la violence routière. Cette limitation de vitesse faisait l’objet d’un consensus assez bien respecté. Il faut être un parfait imbécile pour y toucher et prétendre résoudre ainsi le douloureux problème de la mortalité routière surtout quand, comme c’était largement prévisible, il n’y aucun effet tangible sur le chiffre de morts constat. C’est quoi la prochaine étape de ce délire, 70? 60?
      Il est par ailleurs proprement ahurissant, mais pas surprenant dans ce pays vu l’indigence des parlementaires, que l’exécutif passe commande de centaines de radars mobiles ou non sans qu’aucun contrôle ne soit effectué par le parlement tant sur les marchés passés que sur la pertinence de cette mesure. Si ce n’est pas du racket fiscal, comment se fait-il que Bercy en escompte des revenus pour le budget de l’état ? Si la mesure avait du sens, on devrait avoir une baisse significative du nombre d’infractions constatées ainsi que du montant des amendes encaissées sans parler d’une baisse sensible des accidents mortels. Et puis, si nos dirigeants veulent que ce type de décision soit respecté, qu’ils commencent par se les appliquer. Je suis très loin de penser que tous les cortèges officiels que je croise dans Paris aient tous une réelle justification. Charité bien ordonnée commence par soi-même.

      Aimé par 2 personnes

    • carlo dit :

      @ Pabizou
       » je ne parlerai plus de racket mais d’escroquerie »
      « Escroquerie » ne conviendrait pas non plus car l’Etat est parfaitement dans son rôle lorsqu’il cherche à lutter contre la violence routière. Chacun sait que la vitesse est un facteur de risque aggravant, et chacun peut aisément comprendre que la surfréquentation du réseau routier impose une baisse de la vitesse. En ville, la vitesse a d’ailleurs déjà été réduite, fort opportunément, en 1990.
      Par ailleurs, les routes, dont tout le monde paie la construction et l’entretien, n’appartiennent pas qu’aux « as du volant », ou plus exactement à ceux qui se considèrent comme tels ; elles appartiennent aussi aux automobilistes âgés, aux cyclistes, et même aux piétons. Nous vivons dans une société qui se veut inclusive. Nos routes se doivent donc de l’être aussi.
      Quoi qu’on pense de cette mesure, il est abject de qualifier de « racket », ou d’escroquerie, une décision dont le but est de préserver des vies humaines, ou même « simplement », si j’ose dire, l’intégrité physique de toutes les victimes potentielles de ces pseudo-« as du volant » inconscients qui se refusent à comprendre que la route se partage.
      Vous aurez deviné, Pabizou, que je n’espère pas vous convaincre. Si j’ai pris la peine de réexpliquer tout cela, c’est à l’intention des lecteurs occasionnels que les mots que vous employez inconsidérément (« racket », « escroquerie ») pourraient égarer.

      Aimé par 1 personne

    • Stéphane B dit :

      @ carlo. J’étais enquêteur comprendre pour agir (ECPA dans le jargon administratif mais ils ont fait sauter ces cellules alors me parler d’attaquer les violences routières, à d’autres). Une enquête ECPA comprenait automatiquement un membre de la DDT(M) (ex DDE qui était aussi le rapporteur), un médecin, un chargé d’entretien (psychologue ou autre fonction y ressemblant), un membre des forces de l’ordre, un expert automobile. Nous pouvions aussi compléter l’équipe par un monsieur Moto ou tout autre personne qui pourrait nous amener des explications. Une enquête durait trois mois et était très pointue.

      Mon rôle était d’enquêter sur des accidents de la route afin d’en déterminer les causes mais sans regarder les responsabilités. En gros, si l’accident a eu lieu, nous cherchions son pourquoi du pourquoi du pourquoi. Nous cherchions la cause primaire. Est-ce dû à la vitesse, à l’âge des conducteurs, à l’alcool, à la courbe du virage, à une mauvaise signalisation, ….
      Et si la vitesse pouvait intervenir dans l’accident, aucune enquête n’a mis en évidence son rôle primaire. La vitesse n’était qu’une conséquence, pas une cause. De toutes mes enquêtes, nous n’avons pu établir qu’une seule fois que l’accident a eu lieu à cause d’une vitesse « excessive », environ 60km/h en ville, mais la personne qui traversait (et a été tuée) était habillée de noir, il pleuvait à torrent, le passage piéton n’était pas éclairé, il faisait nuit, la personne qui conduisait avait bu (1g d’alccol par litre de sang) mais pour couronner le tout, c’était sa route habituelle, qu’elle connaissait sur le bout des ongles. Avec un radar, cette personne serait passée à la bonne vitesse mais aurait quand même tapé le piéton, car il se mouvait avec difficulté du fait de son âge et de son poids.
      Aussi, installer des radars ne sert à rien pour lutter contre l’accidentologie si on ne combat pas les causes primaires, mais cela ne se combat avec des radars car on joue ici sur la personne en elle-même, son éducation.
      Je le dis haut et fort: installer des radars en baissant la vitesse autorisée et en disant que c’est pour lutter contre la violence routière, c’est au mieux du foutage de gueule, moyennement de la fumisterie et totalement une couverture légale pour du racket.

      Aimé par 2 personnes

    • Stéphane B dit :

      Je précise que nous ne devions rendre compte de nos actes et faits qu’à une seule personne: le préfet du département. Nous étions sollicités uniquement que par la prise d’un arrêté préfectoral, car ces enquêtes étaient en plus de nos missions habituelles.

      J'aime

    • carlo dit :

      @ H
      « Si ce n’est pas du racket fiscal, comment se fait-il que Bercy en escompte des revenus pour le budget de l’état ? »
      Il est tout de même assez logique que des amendes rapportent de l’argent… D’autres sanctions (suspension définitive du permis de conduire, peines de prison …) seraient envisageables. Je ne pense pas que ces peines alternatives auraient votre préférence.
      « Si la mesure avait du sens, on devrait avoir une baisse significative du nombre d’infractions constatées ainsi que du montant des amendes encaissées sans parler d’une baisse sensible des accidents mortels. »
      Que la présence de radars ne soit pas aussi dissuasive qu’on pourrait l’espérer n’implique pas qu’en leur absence le nombre des infractions demeurerait stable. Par ailleurs, la limitation de la vitesse n’est pas destinée à réduire seulement le nombre des accidents mortels.
      « si nos dirigeants veulent que ce type de décision soit respecté, qu’ils commencent par se les appliquer. »
      Je vous accorde évidemment que nos dirigeants devraient donner l’exemple, mais qu’ils se comportent mal ne donne aucunement le droit d’en faire autant. Nul ne peut se prévaloir des errements d’autrui pour justifier ses propres turpitudes.

      J'aime

    • carlo dit :

      @ Stephane B
      Je vous remercie de votre témoignage.
      « De toutes mes enquêtes, nous n’avons pu établir qu’une seule fois que l’accident a eu lieu à cause d’une vitesse « excessive » »
      La vitesse est toujours un facteur aggravant. Réduction de la vitesse et sécurité vont de pair et c’est pourquoi nous réduisons spontanément notre vitesse en cas de danger.
      La règle de bon sens est que chacun doit rester maître de son véhicule. Or il est évident qu’on maîtrise mieux son véhicule quand on réduit sa vitesse. On surprend aussi moins les autres usagers de la route lorsqu’on roule soi-même moins rapidement. Le simple bon sens et la nature elle-même (en l’occurrence notre propres réflexes) nous enseignent tout cela.
      « Avec un radar, cette personne serait passée à la bonne vitesse »
      On devrait respecter les limitations de vitesse parce que c’est une obligation et non à cause de la présence d’un radar. Comme vous le dites, beaucoup reste à faire en matière d’éducation.

      Aimé par 1 personne

    • Philippe Dubois dit :

      @ carlo : 15 décembre 2019 à 17:41
      Vous écrivez : « une décision dont le but est de préserver des vies humaines, »

      C’est là, à mon avis, que vous avez tort.
      – Déjà, penser que les nuisibles au pouvoir et en particulier celui de Matignon pourraient prendre une décision allant dans le sens du bien commun, montre au mieux une grande naïveté.
      – Ensuite, Stéphane B. l’a bien expliqué et on peut ajouter le cas du Danemark qui a augmenté la vitesse autorisée de 80 à 90 et a vu la mortalité baisser, probablement grâce à une augmentation de la vigilance

      Cette décision a été prise pour trois raisons, toujours selon mon avis :

      1. Montrer au populo que l’état est tout puissant et peut vous emm…. selon son bon plaisir alors que votre seule possibilité est de la fermer et d’obéir (Bon, c’est raté, les gilets jaunes ont détruit les radars)

      2. L’aspect racket financier : il faut bien que cet état devenu un parasite insatiable trouve de l’argent pour financer toutes les gabegies

      3. Contribuer encore à abîmer la confiance qui doit exister entre la population et les forces de l’ordre, en transformant la gendarmerie en gestapo des routes ; on peut voir aussi ce phénomène dans la répression policière et judiciaire contre les gilets jaunes.
      Or, détruire la confiance qui doit exister entre FDO et population est une des premières mesures prises par les dictatures

      J'aime

    • Stéphane B dit :

      Juste un point que vous oubliez carlo. Une vitesse trop basse favorise l’inattention, les gens n’allant pas vite ont plus tendance à flâner, à regarder ailleurs, notamment sur des grandes lignes droites comme dans les landes ou ailleurs. On néglige alors les fondamentaux.
      Chaque médaille a son revers.
      Pour info, au début des Gilles et John et des radars bâchés, ces derniers enregistrés la vitesse quand même mais la photo était noire, logique. Sauf que le nombre de morts n’a pas augmenté pour autant. Dès lors, la vitesse n’est pas la cause.

      J'aime

    • Citoyen dit :

      Haha! carlo, je vois que vous avez trouvé à faire l’unanimité, avec vos délires de sécurité routière et racket associé … ça m’évite de poursuivre sur le sujet !
      D’autant que la discussion ne présente aucun intérêt. Je n’ai pas l’intention de convaincre.

      @H
      C’est tout à fait ça. Et encore, à 90 c’était déjà une ineptie … alors à 80, il n’y a plus de terme pour décrire la débilité …

      @Stéphane B
      Je ne savais pas que vous étiez dans cette discipline.
      Je partage totalement le point de vue.
      J’ajoute même, que les limitations débiles peuvent devenir des sources d’accident, en fabricant des légumes amorphes chez ceux qui savent conduire, par l’effet d’une totale déconcentration sur la route …

      J'aime

  10. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Un politicien d’extrême gauche avait qualifié F. Hollande de capitaine de pédalo, je serais tenté de qualifier C. Jacob et G. Larcher de capitaines du bateau ivre d’A. Rimbaud.
    On retrouve dans leurs comportements toutes les métaphores du poète : l’expérience, l’euphorie, le doute, le regret, la déprime etc.
    Ce parti est à la dérive, ses cadres n’ont qu’une obsession : magouiller le plus discrètement possible avec la secte LREM pour conserver le plus de mairies possible et éviter peut-être un nouvel échouement avant le naufrage.
    Alors que la situation de notre pays est d’une extrême gravité et que notre roitelet de président commence à sentir la fin de son règne, nous ne pouvons que constater l’impuissance en attendant la déroute de la droite républicaine qui pourtant bénéficie d’un boulevard pour s’imposer et reprendre la main et le pouvoir.
    J’imagine ce que doit ressentir N. Sarkozy en ces moments…
    Quelle honte, quelle abomination, quelle lâcheté, les mots me manquent pour qualifier cette droite-là qui ne mérite rien d’autre que ce qui lui arrive.

    J'aime

    • Pierre-Jean dit :

      @Gérard Bayon, la référence dans votre billet à Nicolas Sarkozy prête à tout le moins à discussion. Il n’ pas ménagé son soutien à Macron en maintes circonstances. Et, personnellement, je n’ai pas jamais « digéré » son ouverture à gauche juste après l’élection présidentielle de 2007, une forme de trahison, par plus que le sabordage du débat pourtant très attendu sur l’identité nationale, sabordage étroitement liée à la trahison susmentionnée bien entendu. Que dire aussi de l’abolition de la double peine, sans doute sous l’influence de son épouse Carla, très « gauche-bobo ». Sarkozy est finalement comme le reste des Républicains : après les effets d’estrade et de manche pendant les meetings, une certaine honte d’être de droite dans l’action politique.

      J'aime

    • Gerard Bayon dit :

      @Pierre-Jean,
      Je partage pour partie votre analyse et je rajouterais surtout les résultats du référendum de 2005 qu’il n’a pas respectés ce qui à mes yeux est bien plus grave que les tous les autres reproches et constitue même une faute majeure en terme de respect de la démocratie. Pour sa défense n’oublions quand même pas sa très bonne gestion de la crise financière de 2008.
      Mon propos précédent ne concernait que la manière lamentable dont a été dirigée l’UMP entre 2012 et 2015 puis LR depuis sa création en comparaison de la présidence de l’UMP assurée par N. Sarkozy entre 2004 et 2007. Cela avait quand même une autre allure !

      J'aime

  11. Infraniouzes dit :

    On peut penser ce qu’on veut mais je crois que l’atonie générale des partis vient du clientélisme effréné qui pourrit la vie politique. Beaucoup trop d’individus vivent exclusivement de la politique ou des retombées qui arrosent ceux qui ont pris le bon train. Ex. les trahisons des LR qui ont rejoint, toute honte bue, le camp d’en face qui tient le bon bout du manche. Donc l’objectif majeur de ces gens est d’être réélus à coup sûr, de durer dans leur profession. Aussi il faut en permanence caresser l’électeur dans le sens du poil particulièrement quand se profile à l’horizon une élection. On fait profil bas, on sort le dictionnaire des propos sucrés, des paroles verbales, des lieux communs habituels. On parle pour ne rien dire. Les tracts électoraux pour les Municipales vont être remplis de ces fadaises qui n’ont qu’un but: rassurer l’électeur et rafler la mise.
    C’est pour ça qu’une stricte limitation des mandats dans la durée mettra fin à cette mascarade.

    Aimé par 1 personne

  12. Citoyen dit :

     » Mais en qui voulez-vous que les Français puissent avoir confiance?  »
    En voila une bonne question, Maxime !…
    La vidéo parle d’elle-même …
    Delevoye s’inscrit bien dans l’appellation d’origine de l’association LREM (Les Ripoux Et Malfrats) …

    Quant au  » chef de l’Etat prenant de la hauteur « , il faut se retenir pour ne pas exploser de rire …. et s’il  » s’abrite aujourd’hui derrière son chef de gouvernement », c’est peut être qu’il sent qu’il va falloir le dégager … Faut dire qu’il l’avait déjà bien plombé avec le racket à 80 sur les routes … Le mettre sur le devant de la scène pour qu’il prenne les baffes, est plutôt malin …

     » Mais surtout, la droite dite de « gouvernement » est absente  » … Ce n’est que la confirmation, qu’à défaut d’avoir des idées, elle fait ce qu’elle à toujours fait depuis des décennies … A savoir, attendre que l’équipe en place se casse la gueule, pour prendre, par défaut, les fauteuils encore chauds … Pour refaire un tour de manège, jusqu’à se faire mettre dehors … Ainsi va la politique …

    Aimé par 1 personne

  13. carlo dit :

    « Tel est bien le signe d’un malaise.  »
    A moins qu’il ne s’agisse d’une nouvelle « habileté ». Le 1er Ministre monte au front en ajoutant une mesure paramétrique (que le PR avait pourtant écartée), de façon à pouvoir ensuite « lâcher » sur ce point et faire passer le reste de la réforme, dont il est moins question, l’attention s’étant désormais focalisée sur la mesure d’âge. Ainsi chacun serait dans son rôle : le 1er Ministre attirerait à lui les électeurs de droite, attachés au recul de l’âge de départ à la retraite, et le PR se donnerait le beau rôle aux yeux des électeurs de gauche qui sont opposés à cette mesure. Tout se présenterait alors pour le mieux dans la perspective des élections de 2022.
    A moins, bien entendu, qu’EP joue un jeu personnel, comme l’a fait en son temps EM, auprès de qui il est à bonne école, et qu’il s’arc-boute sur cette mesure d’âge au point de préférer démissionner avec les honneurs … pour devenir ensuite le champion de la droite en 2022 et mettre EM hors d’état de se représenter, faute d’un soutien suffisant à gauche. Bref, le genre de calculs et d' »habiletés » dont les français ont à juste titre horreur, à plus forte raison dans le contexte actuel de crise politique.

    J'aime

  14. Therese Salviat dit :

    cher Maxime Tandonnet, il serait peut-être temps que vous interveniez directement en vous présentant aux prochaines élections, y compris (et surtout) à la présidence…

    J'aime

  15. carlo dit :

    « La France sidérée, abasourdie, apprend, comme dans une hallucination, que l’emblématique donneur de leçon national, l’un des inspirateurs de la présidence actuelle et de son « nouveau monde » dissimulait une dizaine de mandats dont certains rémunérés voire même illégaux.
    Cette nouvelle affaire ne fait que confirmer que l’une des « plaies » de la France est le mépris du droit. Ce mépris n’est pas – malheureusement, serait-on tenté de dire – le seul fait de nos dirigeants. Il se traduit par une grande indulgence à l’égard de la fraude, notamment fiscale, et de certaines formes de violence, tout particulièrement sur la route.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.