Du chaos à la barbarie et comment en sortir (pour le Figaro)

Ci-dessous mon article publié dans le Figaro de ce matin, le 9 octobre:

Après la tragédie de la préfecture de police de Paris, une question mériterait d’être posée : comment un natif de Fort-de-France, chef-lieu de la Martinique, un département aussi emblématique du patriotisme français, peut-il soudain basculer dans le fanatisme sanguinaire. La nature, paraît-il, a horreur du vide. Quel néant, quel nihilisme, la chute dans l’islamisme radical vient-elle combler?

Les Français ont le sentiment, d’année en année, que le pays fait peu à peu naufrage dans une sorte de chaos politique, social et éducatif. Les sources de ce désordre se situent au plan culturel. L’anomie, ou la perte des repères traditionnels, est au cœur de ce processus.

L’État, la nation ? Qu’en reste-t-il au-delà des gesticulations, coups de menton et bravades stériles ? Le pays est comme livré à lui-même, privé de la protection du Leviathan de Hobbes, censé mettre fin à la guerre de tous contre tous. En matière de régulation des migrations et de contrôle des frontières, le sentiment dominant est que plus personne ne maîtrise rien en Europe et les passeurs esclavagistes imposent leur loi aux États réduits à l’impuissance. Par ailleurs, la violence quotidienne -coups, insultes, vols avec violence, cambriolages, agressions sexuelles, voire meurtres- se banalise depuis des décennies au point que nul n’en parle plus désormais.

L’école ? Elle connaît une crise sans précédent qui s’exprime dans la généralisation des agressions envers les professeurs. Les études soulignent un effondrement du niveau scolaire qui touche tous les enseignements, autant l’orthographe que les mathématiques. L’école est aussi le lieu privilégié de l’hypocrisie française. La politique de nivellement par le bas, sous couvert d’égalitarisme, se traduit par la neutralisation des examens (le bac) et la suppression des concours (Science po). Or le saccage de l’éducation nationale n’empêchera jamais la bourgeoisie privilégiée de se « reproduire » en fermant les yeux sur la tragédie des collèges, lycées et universités de banlieue.

La solidarité ? Dans un pays qui, malgré des dépenses sociales gigantesques , compte 9 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, des banlieues urbaines en proie au chômage de masse, à l’échec scolaire et aux trafics,et  plus de 4 millions de mal logés ?

La famille ? La conception classique de la famille se disloque alors que la loi est en train d’inventer, de produire l’enfant sans père.

La politique ? La vie publique nationale, relatée par les médias, est devenue emblématique du pire de la société française : principe d’irresponsabilité couvrant les pires échecs et comportements indignes, culte narcissique de la personnalité, copinage Elle donne le sentiment tragique d’un clan obsédé par la perpétuation de ses prébendes, au service exclusif de ses intérêts matériels et de vanité.

La France n’est probablement pas isolée dans cette crise de l’identité politique qui touche le monde occidental, y compris les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie. Pourtant, elle est probablement la plus touchée. Le fanatisme, la violence sanguinaire, le terrorisme islamiste, sont les fruits de déviances individuelles, d’influences extérieures, mais aussi de la montée du chaos nihiliste au sein du pays et de la perte des repères d’une société.

Une seule question devrait se poser aujourd’hui : comment essayer d’en sortir ? Quelle entreprise de renouveau permettra d’offrir une autre alternative aux générations futures que le chaos nihiliste et ses conséquences tragiques?

De fait, il existe deux voies possibles. La première est celle de l’illusion. Elle consiste à tout attendre de la figure du chef de l’Etat tout puissant – l’actuel ou tout autre, de l’extrême gauche à l’extrême droite – qui voile la désintégration en profondeur de la nation et de ses valeurs. La seconde est celle du retour à l’ordre républicain, au sens de la res publica, la chose publique, une prise de conscience générale de la marche à l’abîme et l’émergence d’un groupe d’hommes et de femmes désintéressés pour eux-mêmes, déterminés, par la voie démocratique, à inverser la tendance et à engager la France dans une autre direction.

Maxime TANDONNET

 


Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

33 commentaires pour Du chaos à la barbarie et comment en sortir (pour le Figaro)

  1. Annick Danjou dit :

    « Les Musulmans de France manifestent contre le terrorisme et la radicalisation : moins de 20 personnes présentes… »
    On est loin du compte mais merci à ceux qui l’ont fait!!!

    J'aime

  2. André Lugardon/jfsadys dit :

    Maxime Tandonnet a souvent écrit qu’en France il était impossible de débattre de certains sujets. Je partage son point de vue et je me risque à une liste de sujets non-débattus:

    Pas de débats sur la guerre d’Afghanistan, d’Irak et de Libye.
    Pas de débats sur les réformes à répétition de l’Education Nationale.
    Pas de débats sur les privatisations successives qui ont été faites.
    Pas de débats sur les réformes qui ont été faites ou qui sont en cours.
    Pas de débats sur l’aménagement urbain des 70 ans écoulés.
    Pas de débats sur les mutations économiques passées présentes et à venir.

    Je laisse à chacun de poursuivre la liste de ce dont nous devrions débattre.

    J'aime

  3. Simon dit :

    J’ai passé commande des livres de Henri Guaino et Julien Aubert !

    Aimé par 1 personne

    • PenArBed dit :

      Henry Guaino  » Ils veulent tuer l’Occident » – Éditions Odile Jacob – mars 2019
      « Ne pas voir la crise de la citoyenneté minée par le communautarisme radicalisé, le culte hargneux des origines, la guerre hystérique des mémoires, le cynisme dans l’économie, la violence dans l’école, dans la rue, dans les transports en commun, dans les hôpitaux, dans les quartiers où l’on caillasse les pompiers. Les agressions contre les policiers, les émeutes urbaines à répétition, les voitures qui brûlent les nuits d’énervement et dans ce qu’on lit sur certains murs les lendemains d’attentat témoigneraient-ils, dans le Nouveau Monde, d’une vitalité de la citoyenneté ?
      Et voilà que maintenant des voix, et non des moindres, s’élèvent du « Nouveau Monde » pour évoquer à leur tour les années sombres qui ont débouché sur la solution finale et la Seconde Guerre mondiale. Mais ces voix ne disent pas : nous avons fabriqué un monde qui met la civilisation et l’humanité en péril et nous devons le changer au plus vite. Elles disent que pour échapper au malheur, il faut combattre la « lèpre nationaliste » et le populisme. C’est prendre la conséquence pour la cause : dans les années 1930 ce n’est pas le nazisme qui a fait la crise de la civilisation, mais la crise de la civilisation qui a enfanté le nazisme. Avant 1914 ce n’est pas le nationalisme qui a rendu les sociétés malades, mais les sociétés malades qui ont nourri le nationalisme. Quand la société est malade et que tous les jours on aggrave sa maladie, aucun comité de vigilance antifasciste ne peut empêcher que survienne le malheur quel que soit le nom qu’on lui donne. Dans l’Histoire, ce malheur qu’engendrent périodiquement les sociétés malades s’est appelé « guerre », « guerre civile », « fascisme », « nazisme », « persécution », « génocide », nul ne sait ce que ce sera son nom demain, ni la forme qu’il prendra, mais ce qui est sûr, c’est que tant qu’il demeurera une nature humaine les mêmes causes profondes produiront sur elle les mêmes effets ».

      Aimé par 2 personnes

  4. Annick Danjou dit :

    Quand des salafistes s’en prennent à une association de défense de la laïcité
    Vous avez lu cet article sur le point? C’est plutôt effarant. Nous avons connu St DENIS quand elle était encore une ville française, les communistes, les uns après les autres, en ont fait ce qu’elle est devenue. On ne peut plus y mettre un pied.

    J'aime

  5. michel43 dit :

    tiens,,tiens , certains aurait t » il perdu la mémoire ,l’Islam et les fanatiques Islamique ,mais les catholiques on eu aussi les fanatiques ,certes moins violent ,mais déterminer ,le vrais problème de l’Islam ,la religions prime telle sur l’Etat ,puis le financement des pays étrangers ,ainsi que les Imans ,et la constructions payer part c’est pays ,puis les prêches ,jamais en Français ,nous avons donner le bâton pour nous faire battre ,ce que peut de gens ose dire ,c’est l’invasion de l’Europe part cette religions , l’Etat est faible ,ainsi que certains politiciens qui eux , vise les élections et leurs intérêts ,le mal étant fait ,il va falloir réagir ,,comment ,,la est le problème

    J'aime

  6. Francoise Paillot dit :

    j’ai lu, il y a un grand nombre d’années, que le 3ème grand conflit mondial serait européen et religieux, je crois que nous en prenons le chemin. Les français et les européens ne se laisseront pas enlever leur mode de vie, et, ils ne se soumettront jamais à l’islam conquérant, ils ont combattu le nazisme, ils combattrons l’islamisme. Nous ne sommes pas des musulmans, ni des africains, nous avons nos cultures, et nous avons un talon commun, l’Europe.

    J'aime

  7. Coucou dit :

    Bonjour à vous, que penser vous de cela, sur radio espérance, de Guillaume de Prémare, la tentation totalitaire, avec Macron.
    https://player.radio-esperance.fr/?radio=antenne-principale&media=audio&option=reecouter&date=1570600830&id=458051

    J'aime

  8. Sganarelle dit :

    L’Islam prétend convertir les infidèles et instaurer sa religion d’Etat avec ses propres lois dans notre pays
    Nous n’en sortirons pas à moins d’employer les mêmes armes’ on ne lutte pas contre une idéologie avec des fusils on lutte en imposant une autre idéologie qu’on défend tout autant.
    Il est largement temps d’arrêter de prendre des gants sous prétexte de laïcité ou d’amalgame et protéger nos êglises vandalisées ; il faut fermer les mosquées dangereuses et cesser de dénigrer moquer et ridiculiser ce qui fut notre religion. On n’y gagne rien que le mépris .
    Nos classes dirigeantes ne sont que la vitrine de ce que nous sommes . Privés de sens , sans idéal sans boussole c’est pour l’homme moderne le règne de l’égocentrisme du profit et de la malhonnêteté .Comment voulez-vous que de jeunes qui n’ont rien à perdre ne suivent pas les sirènes d’un Islam qui prône des valeurs que nous sommes dans l’incapacité de réinventer?

    Je crois en effet que si nous sommes incapable de revirement et de fermeté Daech ou ses acolytes gagneront . Sans aller jusqu’à prêcher pour un christianisme politique je suis persuadée que si nous continuons à n’offrir que notre vide , nos discours et notre mea-culpa de colonisateur c’en est fini de notre culture et de notre pays.

    Aimé par 3 personnes

    • Simon dit :

      Je suis en accord avec vous. La nature a horreur du vide. Tout à été fait pour rabaisser le christianisme qui fait, qu’on soit croyant ou non, partie de notre identité. Il n’est que de voir des Twitter haineux à l’encontre de l’église ou des catholiques. Ceux qui ont abattu Il a religion, se prennent pour des démiurges (confère la loi de bioéthique et l’anthropologie nouvelle mouture) et poussent toujours plus loin l’individualisme et le communautarisme.
      Nous avions un magnifique modèle à offrir aux nouveaux arrivants susceptible de nous lier et d’intégrer ces derniers, qu’en avons nous fait ? Quand je vois le travail accompli par le secours catholique, discrètement, sans prosélytisme, j’espère que cela porte des fruits.
      Il est inquiétant de voir de jeunes Français se convertir à l’islam qui lui ne se prive pas d’être prosélyte. Mais quand le culte du moi et la consommation sont érigés en valeur, comment ne pas s’étonner ?
      Ayant fait récemment un séjour en Pologne, j’ai eu l’impression de voir la France des années 70, peu métissée et fière de son identité, j’ai vu nombre de visages souriants ouverts, paisibles. J’ose à peine vous parler de la Fete-Dieu, jour férié, des processions denses parcourant Cracovie. Je me rappelle à peine de cette fête qui animait les villages dans ma petite enfance. Ce séjour m’a rendue joyeuse et ma fait mesurer tout ce que nous avons perdu.

      J'aime

    • PenArBed dit :

      Saint Thomas d’Aquin (1224-1274):  »La somme des gentils » – livre premier De DEO UNO page 15
       »Mahomet a séduit les peuples par des promesses de voluptés charnelles au désir desquelles pousse la concupiscence de la chair. Lâchant la bride à la volupté, il a donné des commandements conformes à ses promesses, auxquels les hommes charnels peuvent obéir facilement. En fait de vérités, il n’en a avancé que de faciles à saisir par n’importe quel esprit médiocrement ouvert. Par contre, il a entremêlé les vérités de son enseignement de beaucoup de fables et de doctrines des plus fausses. Il n’a pas apporté de preuves surnaturelles, les seules à témoigner comme il convient en faveur de l’inspiration divine, quand une œuvre visible qui ne peut être que l’œuvre de Dieu prouve que le docteur de vérité est invisiblement inspiré. Il a prétendu au contraire qu’il était envoyé dans la puissance des armes, preuves qui ne font point défaut aux brigands et aux tyrans. D’ailleurs, ceux qui dès le début crurent en lui ne furent point des sages instruits des sciences divines et humaines, mais des hommes sauvages, habitants des déserts, complètement ignorants de toute science de Dieu, dont le grand nombre l’aida, par la violence des armes, à imposer sa loi à d’autres peuples. Aucune prophétie divine ne témoigne en sa faveur; bien au contraire il déforme les enseignements de l’Ancien et du Nouveau Testament par des récits légendaires, comme c’est évident pour qui étudie sa loi. Aussi bien, par une mesure pleine d’astuces, il interdit à ses disciples de lire les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament qui pourraient le convaincre de fausseté. C’est donc chose évidente que ceux qui ajoutent foi à sa parole, croient à la légère ».

      Aimé par 1 personne

    • Coucou dit :

      Bonjour Sganarelle, pour éclairé un peut sur l’islam, comprendre?https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/autour-du-livre-le-messie-et-son-36102

      Nous somme pas loin de la soumission ? et du partage, partition, de la France.

      Aimé par 1 personne

  9. new dit :

    Il ne faut pas se faire d’illusion, l’Europe sera en guerre contre l’islam un jour ou l’autre et plus cela tardera plus ce sera sanglant.
    Nous ne pouvons que maudire ceux qui auront facilité cette infiltration quel qu’en soit le prétexte
    (fausses études, regroupement familial, maladie, emprunts aux monarques du pétrole….lâcheté, bêtise …).

    Aimé par 1 personne

    • André Lugardon/jfsadys dit :

      Remarquons aussi que l’Europe est en guerre depuis Valérie Girscard d’Estaing: Afghanistan, ex-Yougoslavie, Irak, Libye, Ukraine.

      J'aime

  10. Duff dit :

    Bonjour à tous,

    Bien d’accord avec votre billet. J’ai réagi aussi, à chaud ce qui n’est guère conseillé mais les événements se suivent et se renssemblent terriblement.

    Bien sûr on va me dire que c’est l’affreux libéral qui s’exprime mais au fond les valeurs qu’on doit protéger étaient celles des lumières et que – presque – tous avaient accepté.

    Disons les choses encore plus crûment, cette-foi-ci on pourrait me taxer d’extrême droite… Quiconque croît que la charia est supérieure aux lois en vigueur en France n’a pas sa place sur le territoire si ce n’est en prison en cas d’infraction à ces fameuses loi. Point.

    Quel glissement. Quand on découvre pourquoi l’édification du Sacré Coeur sur la colinne de Montmartre fut un affront fait aux laïcards voire bouffeurs de curé de la gauche anticléricale fervents soutiens de la loi de 1905 par ce qu’on appellerait la droite « réac » et de ce que la gauche est devenue… lécheuse de babouches par pur clientélisme électoral… Ils sont loin les grands principes de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen. Foutu texte affreusement libéral, satanée laïcité de la gauche républicaine d’il y a 100 ans.

    Quand on fait de jolis discours larmoyants et que dans les faits on ne fait rien pour transformer ce modèle social hautement désintégrateur, ce n’est plus de l’impuissance assumée, c’est de l’indécence. Le pouvoir de changer des choses dans ce pays, les gouvernants l’ont toujours. Oui ils l’ont toujours. Il n’y a personne à bruxelles ou à Berlin qui commande à l’état français de fermer les yeux sur les activités les plus néfastes des islamistes, de laisser une jeunesse livrée à elle-même préférer le traffic de drogue, des solutions de repli extrême parce que l’école, la justice, la police et le marché du chômage sont devenus des farces socialistes qui au nom de l’égalité perpétuent une inégalité aussi flagrante que auto-destructrice.

    Comme vous le dîtes, je le perçoit ainsi, le terreau de l’extrémisme c’est le renoncement des gens modérés à faire respecter leurs valeurs, avoir un état fort sur le régalien, une vraie justice, une vraie école etc. Les extrémismes se nourissent de ces failles béantes.

    cdlt

    Aimé par 1 personne

  11. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Le constat est implacable mais bien réel et tout à fait objectif.
    En revanche, les deux options proposées pour sortit de ce bourbier où nos politiciens de droite, de gauche et du centre pataugent et se complaisent depuis 40 ans ne me paraissent pas viables. Celle qui consiste à espérer la prise de conscience d’un groupe d’hommes et de femmes désintéressés relève actuellement de l’utopie tant le rare personnel politique en âge de prendre les affaires en mains serait immédiatement vilipendé, marginalisé, diffamé par toutes celles et ceux qui profitent et jouissent de la situation actuelle ainsi que par les médias aux ordres. Ce groupe de femmes et d’hommes d’Etat ne peut émerger à mon avis, qu’après une implosion de toute la classe politique qui surviendrait après une crise sociale majeure qui peut se produire à tout moment tant le climat social actuel ressemble à une poudrière.
    Quant à l’autre alternative : celle de l’illusion, nous y baignons depuis 25 ans et je ne crois pas qu’en dehors de celles et ceux de moins en moins nombreux qui profitent de l’aubaine, que cette conjoncture puisse durer encore très longtemps tant le ras le bol de nombreux Français qui se généralise est maintenant prégnant.
    Dans tous les cas et malheureusement, je ne vois pas d’autre solution qu’une révolte populaire qui balaierait toute cette clique de narcissiques malfaisants.

    Aimé par 2 personnes

    • André Lugardon/jfsadys dit :

      Monsieur Bayon bonjour, vous écrivez :  » Ce groupe de femmes et d’hommes d’Etat ne peut émerger à mon avis, qu’après une implosion de toute la classe politique qui surviendrait après une crise sociale majeure qui peut se produire à tout moment tant le climat social actuel ressemble à une poudrière. » Nous sommes en implosion des principaux partis de gouvernement.

      « je ne vois pas d’autre solution qu’une révolte populaire qui balaierait toute cette clique de narcissiques malfaisants. » La révolte des gilets jaunes est une révolte populaire mais le peuple de gauche et de droite n’a pas suivi et est resté chez lui.

      J’ai un trou de mémoire: à quand remonte la dernière révolte »réussie » en France?

      Aimé par 1 personne

    • PenArBed dit :

      Henry Guaino  » Ils veulent tuer l’Occident » – Éditions Odile Jacob – mars 2019
      « Quand l’assise de la civilisation se fissure et que le sentiment d’insécurité, de vulnérabilité culturelle et sociale se développe, ce n’est pas l’ouverture à l’autre qui est au bout du chemin mais la radicalisation et le rejet de l’autre, de celui qui nous renvoie l’image insupportable de notre propre faiblesse. Et celui-là devient l’ennemi qui ressoude le groupe contre lui. C’est le rôle de la culture, de la religion et de la civilisation de faire en sorte qu’il ne soit pas nécessaire de réitérer périodiquement, autrement que symboliquement, cette violence sacrificielle pour refaire l’unité du groupe. Mais le besoin est si puissant qu’elles n’y suffisent pas toujours. Alors revient l’ennemi et contre lui le conflit armé, la guerre civile, la révolution sanglante. Il ne faut jamais perdre de vue cette vérité profonde ».
      (…) « On ne peut espérer conjurer le sort qui menacerait de nous entraîner sur une pente aussi fatale que celle des années 1930 en sommant les gens de choisir aux élections entre le camp du bien et celui du mal lorsque c’est le camp qui se prétend celui du bien qui fait le plus mal. Il nous faut prendre ce mal au sérieux. Il y a « ils » mais il y a « nous », aussi, parce que, si la responsabilité d’une petite oligarchie, de la trahison des clercs, est première, les grands malheurs collectifs ne se produisent jamais uniquement par leur faute. Il faut pour que la catastrophe survienne qu’un peu tout le monde, d’une façon ou d’une autre, y ait mis du sien. Il y faut une sorte de consentement général auquel chacun a contribué plus ou moins soit parce qu’il n’a pas su, pas vu, pas compris ce qui se passait soit parce qu’il n’a pas trouvé assez de forces en lui pour s’y opposer. Pensons à ce que l’on appelle l’esprit munichois en 1938. Les négociateurs n’étaient pas seuls à vouloir à tout prix la paix avec Hitler : la foule qui vint acclamer Daladier à sa descente d’avion exprime ce « lâche soulagement » général qu’évoqua Léon Blum ».

      J'aime

    • Gerard Bayon dit :

      @André Lugardon/jfsadys
      Je réponds à votre question « taquine » .
      Personnellement, je pensais que le mouvement des gilets jaunes était de nature à aboutir à minima au changement de gouvernement. Malheureusement, cette « révolte » n’a été ni encadrée, ni maitrisée et a de plus été dévoyée par les « black blocs ». Malgré un soutien de plusieurs mois mais silencieux d’une majorité de Français, ce mouvement a fait long feu. Dont acte, mais depuis un an les évènements ont évolué, la colère et les revendications de plusieurs catégories de salariés se sont rajoutées à celle des gilets jaunes de la 1ère heure et rendent le climat social encore plus tendu.
      Par ailleurs, le projet abscons de réforme des retraites est de nature à augmenter une tension de plus en plus sensible pour la plupart de nos concitoyens qui ont bien compris que quelle que soit l’issue des pseudos négociations en cours, ils devraient travailler plus longtemps pour disposer d’une pension plus réduite, tout cela fait donc craindre un « automne chaud » socialement notamment si les bénéficiaires actuels des 42 régimes spéciaux se décidaient à recréer un chaos semblable à celui de 1995.

      J'aime

    • André Lugardon/jfsadys dit :

      Bonsoir Gérard Bayon, oui j’ai fait un peu de provoc à votre égard. Je vais essayer de m’en expliquer. J’avais 15 ans en Mai 68 et j’ai participé à tout ce à quoi j’ai pu participer avant que mes parents me retirent du Lycée où Alain Juppé était un brillant élève. (Moi pas) Il m’a fallu beaucoup d’années pour comprendre que pour d’anciens résistants notre comportement d’adolescents qui n’avaient connu que le bonheur a pu sembler déplacé. J’ai donc appris la politique dans la rue. J’ai eu très vite le sentiment que les gauches de gouvernement ne voyaient pas d’un très bon oeil notre agitation. Mais je me souviens que tout le monde s’est arrêté de travailler ou presque et là dans de telles situations tout est possible. Mais Mai 68 n’a pas eu de suite politique et les partis traditionnels de l’époque ont repris les choses en main. Dès le début du mouvement des gilets jaunes j’ai eu cette impression que les partis politiques « traditionnels » restaient à distance et je suis d’accord avec vous il n’y a pas eu une suite politique or à un moment ou un autre il faut faire de la politique. Il faut une traduction politique d’un mouvement social. Pour le moment ce n’est pas le cas. En plus depuis maintenant plusieurs années il y a combats dispersés et jamais en même temps. Tout le monde ne se rassemble pas pour agir ensemble au même moment. Alors peut-être que mon analyse est fausse et que l’automne sera brûlant mais il peut l’être aussi au niveau international et des événements extérieurs peuvent venir contrarier les manifestations des Françaises et des Français en colère.

      Aimé par 1 personne

  12. PenArBed dit :

    Henry Guaino  » Ils veulent tuer l’Occident » – Éditions Odile Jacob – mars 2019
    « Ils veulent tuer l’Occident…
    Ils veulent fabriquer un homme nouveau coupé de son histoire, de ses racines intellectuelles, morales, spirituelles, de sa civilisation.
     
    Civilisation, culture, société : nous habitons en elles et elles nous habitent. Ma génération est née dans un monde où la conscience que chacun avait de sa singularité et le sentiment d’appartenir à quelque chose de plus grand qu’il portait en lui allaient de soi. Ce n’est plus le cas. L’une des caractéristiques propres à l’Occidental moderne est qu’il a de moins en moins conscience d’être partie prenante de choses qui le dépassent. Il a de plus en plus la conviction qu’il se suffit à lui-même, ne dépend que de lui-même et il regarde la démocratie comme le droit de faire ce qu’il lui plaît. Il a de plus en plus tendance à croire que la civilisation, la culture, la société ne sont pas ses affaires de sorte qu’il les laisse dépérir. C’est tout un univers d’idées et de sentiments, il y a quelques décennies encore synonyme de civilisation, qui s’effondre par pans entiers dans l’indifférence quasi générale, libérant les pulsions primitives et sauvages qui préparent les grandes tragédies de l’Histoire.
    Nous ne pouvons comprendre ce qui nous arrive sans faire un détour par les idées. Il est commode de penser que seuls les intérêts mènent le monde et gouvernent nos vies. En réalité, pour le meilleur et pour le pire, ce sont les idées et les sentiments qui les gouvernent. »

    Aimé par 1 personne

    • André Lugardon/jfsadys dit :

      De Gaulle a écrit dans un de ses discours: « Les idées justes mènent le monde ».

      J'aime

  13. bsa dit :

    L’état c’est à dire bruxelles + les gouvernements des diverses préfectures que sont devenus les pays, à pour seule politique de détruire les nations, cultures, traditions de l’empire pour les remplacer par la seule technique, process et autres automatismes, c’est à dire la cybernétique. La culture musulmane, l’islam sous toutes ses formes prend la place, c’est tout simple. Cela permet à l’état de diviser et détruire encore mieux, en ayant un bouc émissaire tout prêt sous la main. C’est tout bénéfice. Et les morts ma foi, ce sont des broutilles sans importance face au projet comme sait si bien le hurler qui vous savait. On peut clairement dire une fois de plus que c’est l’état qui est assassin. Et ethnocide depuis la fin de la 2eme guerre mondiale.

    Aimé par 1 personne

  14. Tracy LA ROSIÈRE dit :

    L’HYDRE
    Le chef de l’Etat appelle la Nation à se mobiliser face à « l’hydre islamiste ».
    Rappelons que l’hydre était un monstre au corps de chien et à neuf têtes de serpent dont chacune avait la propriété de repousser aussitôt qu’elle était tranchée. Héraclès, pour accomplir le second de ses douze travaux, eut toute les peine à en venir à bout. Il dut brûler toutes les têtes de l’hydre.
    Autant dire que lorsque Macron appelle à se mobiliser contre l’hydre islamiste il commet un petit péché d’hypocrisie. Un de plus. Car l’hydre est partout. Elle s’immisce dans les services publics, les administrations et jusqu’au plus haut de l’Etat. Ça s’appelle le complexe raciste, la culpabilité post-coloniale, les prétendues phobies à l’islam, l’homosexualité, la couleur de la peau, le handicap… tous supposés travers qui paralysent les citoyens, l’administration les services publics, la tête de l’Etat. Çela engendré, au bas mot, de la naïveté, de l’indulgence, voire de la complicité avérée.
    Christian Estrosi, Maire de Nice et qu’on ne saurait suspecter d’extrémisme, était invité, ce matin de G. DURAND sur Radio Classique. Relatant quelques faits de cet acabit, il disait que l’Etat obligeait les maires à attribuer des logements sociaux en priorité aux déboutés du droit d’asile, aux dépens des Français « pure laine » (c’est moi qui souligne).
    Alors, quand Macron appelle à une « société vigilante », de qui se moque-t-il ?

    Aimé par 1 personne

    • PenArBed dit :

      Caroline Galactéros –  »Être ou ne pas être Charlie » – le 15 janvier 2015 – Son blog http://galacteros.over-blog.com/
      « Comment en est-on arrivé là ? En laissant nos élites politiques détricoter méthodiquement le lien national, en parlant d’intégration plutôt que d’assimilation, de « musulmans de France » plutôt que de « Français musulmans », en tenant la souveraineté et l’intégrité culturelle du pays pour des évidences. En favorisant l’amalgame entre des populations déshéritées et des minorités militantes agressives. En encourageant le communautarisme au prétexte d’une conception « ouverte » (à tous les vents) du trio de nos « valeurs nationales », liberté, égalité et fraternité. En renonçant, par clientélisme ou complaisance béate, à affirmer les valeurs chrétiennes fondatrices de notre pays à travers les siècles. (…) L’Europe elle-même, creuset d’un multiculturalisme débridé célébré comme un progrès ineffable, a eu peur de son ombre et a renoncé à afficher ses origines chrétiennes comme si c’était une tare. Bref, on refuse d’admettre que notre République, depuis au moins trente ans, saisie d’un angélisme pathologique, a installé les maux sur lesquels prospère, aujourd’hui, la contestation ultra-violente de l’État. Un État qui fait passer des lois strictes et protectrices de la laïcité ou de la sécurité, mais ne les fait pas appliquer, offrant son poitrail nu à la dague de l’attaquant. Nous payons aussi le prix de ces inconséquences délétères.
      (…) Car le pire est à venir. La période d’incubation du virus est achevée. Ce qui s’est passé n’est pas la queue d’une comète mais sa tête, le coup de semonce d’un combat asymétrique multifront pour la déstabilisation de notre État, de notre pays (bien au-delà de la forme républicaine du régime qui n’est pas attaquée en tant que telle), dans le cadre plus global d’une lutte à mort contre les modes de vie et de pensée occidentaux et démocratiques. Cette guerre, n’en déplaise aux multiculturalistes éthérés, exprime dans l’ultra-violence d’avant-gardes déterminées un « choc de civilisations » qui ne peut plus être nié et qu’il faut regarder en face.
      Ce choc se joue sur plusieurs fronts et selon plusieurs modes d’action (violence terroriste mais aussi action sociale et caritative de masse dans certains États pour acheter la complaisance de populations abandonnées par les pouvoirs en place). Au loin d’abord, au sein même des pays musulmans ; chez nous ensuite, entre ces communautés instrumentalisées dont les phalanges agissantes sont désormais entrées en dissidence ouverte contre l’État perçu comme faible ; enfin entre ces pays, du Golfe notamment, qui jouent double jeu depuis des lustres en finançant leur paix sociale par le soutien au djihadisme international et commencent seulement à en voir les limites, et nos États déliquescents, où prospèrent désormais des milliers de « bombes humaines à retardement » qui cherchent à disloquer nos sociétés pour prendre l’ascendant.
      Ceux qui osent dénoncer cette progressive et insidieuse déliquescence démographique, sociologique, culturelle et religieuse de la chair même de la nation sont voués aux gémonies, promptement diabolisés comme antirépublicains fascisants. L’anathème s’abat, étouffe la réflexion et la résistance ».

      Aimé par 1 personne

  15. lucky look dit :

    Monsieur Maxime Tandonnet,
    Excellent article qui résume la situation dans laquelle s’est embourbée notre pays et que l’équipe présidentielle n’est pas capable de solutionner ; bien au contraire depuis la signature du pacte de Marrakech par Macron sans avoir au préalable consulté notre parlement (c’est d’ailleurs un acte de traitrise commis par celui-ci et qui devra être jugé pour cela lorsque son mandat sera achevé).

    La fin de votre billet propose de trouver un groupe d’hommes et de femmes désintéressés pour eux-mêmes, déterminés, par la voie démocratique, à inverser la tendance et à engager la France dans une autre direction.

    La cinquième république n’étant plus adaptée aux circonstances actuelles, il est urgent de prendre de nouvelles dispositions par la voie du référendum d’initiative populaire, car ce n’est pas Macron qui va scier les pieds du fauteuil où il trône.

    Si nous ne tentons rien ils continueront à détruire notre pays.

    J'aime

  16. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Cet article est un constat sans concession de la situation politique de la France confrontée à l’islam.
    Pour en sortir vous prônez le retour à l’ordre républicain.
    Croyez-vous vraiment qu’il suffira d’un « groupe d’homme et de femmes », quelles que soient leurs qualités, pour en sortir, alors que nous avons renoncé à notre souveraineté au profit de l’UE à laquelle nous lient quantité de traités dont nous ne pourrons pas nous affranchir sans être condamnés par les tribunaux internationaux ?

    Aimé par 1 personne

  17. Fredi M. dit :

    La violence de notre société est devenue tellement banale que même les chaînes d’info ne prennent plus la peine de passer en édition spéciale pour un évènement aussi tragique et inconcevable que celui de la PP.
    La violence est devenue routine entre deux pages de pub.

    J'aime

  18. Tout cela est incontestable. Mais est-ce du à des élites égoïstes ou incapables ? Ou bien est ce du à une population ayant de profondes déficiences structurelles ? (ou les deux à la fois !) Il y a des exemples dans le monde de pays conservant une éducation de qualité (souvent des pays asiatiques), d’autres refusant l’entrée d’éléments dégradant leur société (Japon, Hongrie…). Des solutions sont donc possibles mais cela demande des générations pour que les mentalités évoluent (en bien ou en mal !)

    J'aime

  19. artofuss dit :

    A reblogué ceci sur MEMORABILIA.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.