Reductio ad Hitlerum

Le « reductio ad hitlerum » est l’une des formes les plus évidentes de la crétinisation politique. Son principe est simple: abattre le contradicteur, ou l’adversaire idéologique en le traitant de nazi ou d’équivalent. La pratique est ancienne. Déjà, dans les années 1930, puis les années 1950 et 1960, une partie de la « gauche » idéologique la plus radicale avait pris l’habitude de disqualifier ses opposants en les accusant de fascisme ou d’hitlérisme dans une sorte de réflexe pavlovien: celui qui conteste est un nazi. On en vient ainsi à traiter couramment d’Hitler les plus grands héros de la Résistance au nazisme, tels de Gaulle ou Georges Bidault, ex bras droit de Jean Moulin et président du CNR. L’insulte est tellement courante qu’elle a pour effet de banaliser les véritables comportements, monstrueux, d’inspiration hitlérienne, par exemple le négationnisme des chambres à gaz et la haine ou le mépris des Juifs. Bêtise du reductio ad hitlérum et méconnaissance de l’histoire: la vérité c’est que nombre d’intellectuels, hommes politiques, journalistes bien pensants les plus prompts à se draper dans leur bonne conscience pour dénigrer leurs adversaires politiques en les traitant de de fascistes et d’hitlériens, les lèvres bavant de haine dans les années 1930,  devinrent par la suite, opportunément, les plus fervents partisans de l’occupation nazie et du régime de collaboration pétainiste: Déat,  Doriot et Marquet, pour les plus célèbres, mais aussi, une multitude de hérauts, parmi les plus virulents, de la bonne conscience humaniste dite de gauche à l’époque, dont les Bergerey, Challaye, Luchaire (pour ceux qui me viennent en mémoire) et qui rejoignirent une partie de l’extrême droite (Bucard, Henriot, Deloncle, Béraud, Cousteau), dans l’esprit de soumission au régime nazi. Alors, que les cracheurs de haine d’aujourd’hui, qui brandissent l’accusation d’hitlérisme à tout bout de champ, comme l’injure suprême, faute de capacité à argumenter, apprennent leur histoire et cessent de se ridiculiser tout en banalisant de manière scandaleuse les atrocités du régime hitlérien, responsable de l’anéantissement de l’Europe, d’une partie de la planète, et de la mort de 60 millions d’hommes.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

27 commentaires pour Reductio ad Hitlerum

  1. Georges dit :

    Ces « réducteurs « sont les pires raclures ,celles qui dénoncent allègrement en temps de guerre.Au fait ,reducto ad Stalinisme ,ça leur convient à merveille .

    J'aime

  2. Angil dit :

    Les partisans du ressentiment malveillant ne s’encombrent pas du nécessaire relativisme dans l’évaluation de toute chose !…

    J'aime

  3. carlo dit :

    @ Sganarelle
    « Les autre étiquettes homophobe sexiste antisémite et j’en passe ne valent guère mieux … C’est ainsi que Mme Veil fut insultée par les députés lors de la loi sur l’avortement ».
    Et c’est également ainsi que Greta Thunberg a été insultée par les climatosceptiques après son discours à l’ONU : trop jeune, pas souriante, autiste… Il s’agissait de la disqualifier afin de discréditer ses paroles. Mais Kant nous l’a enseigné : dans les questions relevant de l’usage exclusif de la raison, il ne s’agit pqs de se demander qui l’a dit ? mais qu’a-t-il dit ?
    Ecouter les scientifiques est un bon conseil, même s’il émane d’une jeune fille étrangère, peu souriante et qui n’a pas achevé ses études.

    J'aime

    • Stéphane B dit :

      Carlo, vous n’avez rien compris. Déjà, ceux que vous critiquez ne sont pas climatoseptiques mais climatoréalistes.
      Ensuite, ils ne nient pas un changement climatique, mais ils remettent en cause la pseudo-origine émise par des soi-disant experts qui sont mandatés pour une mission dont les contours sont délimités En l’occurrence, ce groupe d’expert, dans sa lettre de mission, ne doit pas tenir compte des aléas solaires entre autre chose. Dès lors, son raisonnement et ses conclusions sont biaisés.
      Et puis, vu que nous parlons expert, pourquoi ne pas écouter ces 37000 qui vont à l’encontre du GIEC https://www.wikiberal.org/wiki/Liste_de_scientifiques_sceptiques_sur_le_r%C3%A9chauffement_climatique ?
      Ils sont sceptiques sur la réalité d’un réchauffement climatique exceptionnel, son origine humaine ou sur le fait qu’il ait des conséquences négatives. Ils sont Prix Nobel, Ph.D., lauréats de nombreux prix, auteurs d’articles majeurs.

      Enfin, mettre sur le même pied Veil et Greta, c’est insulter Simone Veil et son vécu. Vous oubliez que votre chère Greta est manipulée par des lobbyistes qui comprend dans leur start up quasiment que des financiers; Faites un peu preuve d’esprit critique avant de répandre des inepties.

      Aimé par 1 personne

    • Annick Danjou dit :

      Carlo il est bon parfois de lire des avis contraires, quant à comparer Simone Veil à GRETA Thunberg, pour moi c’est une injure faite à la mémoire de cette grande dame qui restera à jamais une femme d’honneur et de courage. Merci à elle pour son dévouement et son implication sans faille.

      Avec la réunion du GIEC qui s’est tenue à Monaco et le congrès de l’ONU sur le climat, les médias traditionnels n’ont eu de cesse de diffuser des reportages ou des articles alarmistes sur ce qui nous attend en 2100. Il fallait attirer l’attention sur ces événements et soutenir les messages à faire passer.

      Dans le même temps, une pétition (1) regroupant, à ce jour, plus de 500 scientifiques et professionnels de treize pays différents, exerçant dans différents domaines des sciences de la Terre, s’est mise en place. Elle a été lancée par Guus Berkhout, géophysicien, professeur émérite à l’université de La Haye, en Hollande, ce pays dont une partie des terres est en dessous du niveau de la mer et dont les habitants auraient donc tout lieu de s’inquiéter des prévisions catastrophistes sur la montée du niveau des océans.

      Le texte de cette pétition a été adressé sous forme de lettre à António Guterres, secrétaire général des Nations unies, ainsi qu’à Patricia Espinosa Cantellano, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Il dit, en substance, qu’il n’y a pas d’urgence ou de crise climatique, que des facteurs naturels aussi bien qu’anthropiques provoquent un réchauffement, que le monde s’est réchauffé à un rythme inférieur à la moitié de ce qui était initialement prévu, que nous sommes bien loin de comprendre le changement climatique et que les politiques climatiques s’appuient sur des modèles inadéquats. Il évoque aussi le fait que le réchauffement n’a pas provoqué davantage de catastrophes naturelles (je vous en ai déjà parlé dans un article précédent), que le gaz carbonique (CO2) est l’aliment des plantes et le fondement de toute vie sur Terre. Il dit, enfin, que l’action politique doit respecter les réalités scientifiques et économiques.

      La presse est évidemment restée assez silencieuse, pour l’instant, si ce n’est Valeurs actuelles qui en a parlé, et Le HuffPost. L’article de ce dernier est probablement caractéristique de ceux qui suivront. En effet, il ne peut s’empêcher d’essayer de trouver des liens entre certains signataires et l’industrie du pétrole ou du gaz. Il est bien connu que ceux qui s’opposent à l’alarmisme climatique sont vendus à l’industrie pétrolière ! Cependant, ce même journal s’est-il déjà préoccupé des penchants politiques des promoteurs de l’alarmisme ?

      De nombreux professeurs ou chercheurs étant émérites, il s’attaque également ouvertement à l’âge de certains signataires et au manque de climatologues certifiés, c’est-à-dire s’intéressant exclusivement à l’effet du CO2. Interviewé, Benoît Rittaud, président de l’Association des climato-réalistes, explique cette situation par le fait que les chercheurs en poste n’osent pas signer par crainte de représailles contre les financements dont ils bénéficient pour leurs travaux ou par crainte de mise à l’écart par leurs supérieurs ou leurs collègues. Sur son site Mythes, Mancies & Mathématiques, il montre une lettre de renoncement qu’il a reçue de la part d’un ami climatologue. Il faut dire, cependant, que parmi les signataires figurent de vrais physiciens du climat et au moins une spécialiste réputée du permafrost.

      Voila où en est la science française dans le domaine de l’environnement, et ce qu’en relate la presse qui n’hésitera probablement pas à cautionner les discours de Greta Thunberg plutôt que le texte de cette pétition.

      N.B. : la pétition n’est pas close et le nombre de signataires devrait encore augmenter sensiblement.

      J'aime

    • carlo dit :

      @ Stephane B
      « Enfin, mettre sur le même pied Veil et Greta, c’est insulter Simone Veil et son vécu. »
      Je n’ai pas mis sur le même pied Simone Veil et
      Greta Thunberg. J’ai seulement fait remarquer que l’une et l’autre ont été attaquées sur ce qu’elles sont au lieu d’être critiquées (à juste titre ou pas, peu importe) pour ce qu’elles disent ou font.
      Dire qu’un texte de Victor Hugo et qu’une pub stupide comportent des mots, ce n’est pas mettre Victor Hugo et l’auteur de cette pub sur le même plan.
      « Faites un peu preuve d’esprit critique avant de répandre des inepties. »
      Je ne saurais trop vous recommander de suivre cet excellent conseil.

      J'aime

    • carlo dit :

      @ Annick Danjou
      « Quant à comparer Simone Veil à GRETA Thunberg, pour moi c’est une injure faite à la mémoire de cette grande dame qui restera à jamais une femme d’honneur et de courage »
      Où avez-vu que je « comparais » Greta Thunberg à Simone Veil ?
      Quand vous dites qu’il pleut à Brest et à Strasbourg, comparez-vous des villes ?

      J'aime

  4. c'est foutu dit :

    Je ne sais pas si vous vous rendez compte dans quel merdier nous avons mis la jeunesse Française. Il suffit de sortir un peu dans le centre de nos villes et de baguenauder pour découvrir qu’il y a plus jeunes gens descendants de l’immigration que de jeunes blancs.
    Idem sur les bancs des facs et des lycées et le baby boom prochain sera totalement métissé.
    Que faire ? Se cloitrer, se suicider, fuir mais où ?
    Et l’on nous demande de payer la casse.

    Aimé par 1 personne

  5. Sganarelle dit :

    Excusez-moi d’avoir confondu l’orthographe de madame Veil avec son homonyme philosophe

    J'aime

  6. Sganarelle dit :

    C’est la loi de Godwin et le triomphe des gens sans arguments au vocabulaire limité qui posent des étiquettes péremptoires sur tous les sujets. Godwin l’a fait remarquer et comme vous le dites monsieur Tandonnet ce n’est pas une nouveauté . Hitler l’immonde est ce qu’ils ont trouvé de plus injurieux mais les autres étiquettes homophobe sexiste antisémite raciste et j’en passe ne valent guère mieux . Pour les simplets la question est résolue pas la peine de s’expliquer et encore moins fournir des arguments , c’est ainsi que madame Weil fut insultée par les députés lors de la loi sur l’avortement. Le ridicule ne tue pas , la bêtise en revanche est mortifère.

    J'aime

  7. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Peu importe que ce soient une majorité d’élus – députés et sénateurs – du Front Populaire qui aient voté les pleins pouvoirs à Pétain en 1940, dès 1945 les intellectuels sous influence communiste ont imposé l’équation : droite = vichysme = fascisme.
    Comment s’étonner alors que même le RPF qui soutient De Gaulle – pas plus qu’aucun des partis de la IIIème, IVème, ou Vème République – n’ose se référer à la droite ?
    Le seul positionnement possible des partis de droite était alors l’anticommunisme. Mais quand en 1789 le Mur de Berlin est tombé, la droite qui avait toujours eu peur de se nommer, qui n’existait qu’en opposition à son adversaire n’avait plus qu’à disparaître. Elle a alors laissé la gestion du pays à sa technocratie prétendument neutre, mais en réalité subissant l’influence de la nomenklatura socialiste qui a fini par mettre au pas les technocrates de droite.
    C’est ainsi que Charles Million explique dans son ouvrage « La paix civile » publié en 1998 :
    « Je me rappelle fort bien que, dans les années 1970, quand je demandais avec étonnement pourquoi nous en restions à la planification d’État ou au contrôle des prix, on me répondait que « techniquement », il était impossible de faire autrement… »
    Ce même Charles Million a osé en 1998 fonder un mouvement politique : « La Droite », puis en 1999 un parti politique : « Droite Libérale Chrétienne », auxquels je suis fière d’avoir appartenu (carte N°60) et pour lesquels j’ai travaillé bénévolement pendant presque dix ans.

    Aimé par 1 personne

    • Mildred dit :

      Il s’agit évidemment de Charles MILLON ancien ministre de la Défense de Jacques Chirac.
      Président, si vous me lisez, pardonnez-moi cette bévue inexcusable.

      J'aime

  8. new dit :

    La Presse subventionnée Française est au service du chef de la nation tout comme le parquet de Paris. Le hic, c’est que ce chef a obtenu son investiture par tromperie ; puisqu’en réalité il est au service du grand capital international et de deux sectes internationales.
    Macron se moque de nous et poursuit par n’importe quel moyen l’œuvre de destruction de la France.
    Tout cela nous le savons, qu’attendons-nous alors pour réagir comme le fait Zemmour et lui demander de bien vouloir être notre prochain président, puisque Marion Maréchal ne se présentera pas, il ne lui reste qu’à former un parti !

    J'aime

  9. Citoyen dit :

     » Déjà, dans les années 1930, puis les années 1950 et 1960, une partie de la « gauche » idéologique la plus radicale avait pris l’habitude de disqualifier ses opposants en les accusant de fascisme ou d’hitlérisme dans une sorte de réflexe pavlovien: celui qui conteste est un nazi  »
    Ce qui, avec un peu de recul, est malgré tout très drôle … Cela montre, à leur insu, à quel point ils sont décérébrés, puisque le fascisme et l’hitlérisme sont une déviance naturelle de la gôche … Des individus, qui, à l’exercice du pouvoir, prennent conscience que l’imposition de leurs « délires gauchisants » à la population, ne peut que conduire au désastre, s’enfoncent un peu plus dans le délire pour se protéger, en basculant inévitablement vers l’autoritarisme …. Cela s’est vérifié partout sur la planète !

    Aimé par 1 personne

  10. Bernard dit :

    Bonjour Maxime, bonjour à tous,
    Tous ces zélateurs de la pensée unique me révulsent. Aujourd’hui nul n’est autorisé à émettre ses propres opinions sous risque d’être mis au pilori. Trop de compassions par des journaleux sans éducation primaire, secondaire et universitaire qui se vautrent dans la flagornerie pour plaire à ceux qui « règnent » sur le Peuple Français. Dans Le Point daté du 26 septembre, Franz Olivier Giesbert écrit un éditorial courageux, mais tout le monde n’est pas FOG. Samedi 29 septembre c’est Eric Zemour qui s’est peut être laissé entraîner plus loin qu’il ne faudrait. Mais enfin, nous avons le droit de revendiquer que notre façon de vivre chez nous c’est à prendre ou bien si cela ne plait d’aller s’installer ailleurs. Ah bon, ailleurs il n’y a pas notre générosité d’une redistribution à tout va d’aides sous toutes ses formes qui ne font que continuer de creuser nos déficits ?? Comme c’est étrange.

    Aimé par 1 personne

  11. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Tout le problème demeure l’inculture crasse de la plupart de nos « élites » politiques et médiatiques qui ont remplacé la lecture et la vraie culture universitaire et artistique par l’instantanéité et la prétention de pouvoir parler de tous les sujets quels qu’ils soient comme des experts. On ne peut constater jour après jour, débat après débat, que : superficialité, imprécision, suffisance, arrogance et lorsqu’ils sont à bout d’arguments : l’insolence et l’insulte gratuite.
    Même les « experts » ou ceux qui s’autoproclament comme tels, invités dans ces débats ne peuvent relever la médiocrité et l’insuffisance du raisonnement tant les échanges sont faussés.
    Ce qui relevait par le passé de la dialectique syndicale ou politicienne de quelques uns et qui constituait souvent d’un jeu, est devenu aujourd’hui le langage commun, la langue de bois, le mensonge permanent de tous ces gens-là.
    La triste actualité des conséquences de l’incendie de l’usine Lubrizol ou le pseudo débat sur le projet de loi sur la bioéthique en sont l’illustration parfaite.
    On est même en droit de penser que les conséquences de l’inculture de masse organisée par nos gouvernants depuis des décennies ne pourront qu’aggraver ce constat…jusqu’où ?

    Aimé par 1 personne

  12. André Lugardon dit :

    Anecdote vécue. Au moment de l’assassinat des journalistes de Charlie Hebdo j’ai voulu me démarquer de la phrase désormais devenue célèbre « Je suis Charlie ». Parce que j’étais un ancien lecteur de Charlie Hebdo. J’ai aimé et beaucoup appris dans le Charlie Hebdo de Cavanna et de Fajardie mais je n’aimais pas certaines choses dans le Charlie Hebdo de Philippe Val. J’ai donc écrit sur ma page Facebook « Je suis Charlot » et j’ai mis la photo de Charlie Chaplin déguisé en Hitler dans son film « Le Dictateur » sur mon mur Facebook. Et ce qui devait arriver arriva j’ai eu des commentaires immédiats: petit con, espèce d’islamo fasciste, espèce d’islamo gauchiste. Je n’ai pas répondu. Finalement quelqu’un que je ne connaissais pas a fait un petit commentaire pour rappeler qui était Charlie Chaplin et renvoyer les Facebookiens et Facebokiennes à son film « Le dictateur ». Reductio ad islamo fascisme, reductio ad islamo gauchisme… Effet Baldwin… Bien entendu aujourd’hui je ne ferai plus ça. C’était en définitive maladroit de ma part.

    Aimé par 1 personne

  13. E Marquet dit :

    Peut-on encore s’en étonner ?
    L’indigence intellectuelle qui confine au crétinisme est « étatisé » depuis longtemps. Les hérauts de la liberté d’expression s’empressent de bâillonner leurs contradicteurs, sans doute pour ne pas être confrontés au néant de leur pensée, la police du même nom reflétant la pauvreté de leur champ intellectuel, le recours à l’invective détrônant l’analyse critique.
    Si je revisite mon époque, je constate que les « bien-pensants » d’aujourd’hui sont toujours les mêmes, sous des appellations différentes. Une lignée dont les fascinations, ignorances ou dénis sont identiques. Ils vivent « sous le charme de la non-pensée ».
    Pour faire court : entre les marxistes-léninistes-staliniens qui ont surfé entre suivisme du national-socialisme et résistance, les maoïstes-gauche prolétarienne où nos normaliens se sont dévoués à la cause du peuple, petit livre rouge comme bréviaire, et les islamo-climato-gauchistes d’aujourd’hui pour qui les migrants/exilés/réfugiés, nouveaux damnés de la terre, revivifient leur incommensurable bienveillance, il y a continuité dans le dogmatisme, l’inquisition, l’épuration avec une ferveur quasi-religieuse.
    Ralliant les conventionnels de tout bord, ils continuent d’ériger leurs tribunaux populaires. Pauvres en vocabulaire, « nauséabond » a leur préférence, « purge » est moins tendance, mais « fasciste » reste au top !
    « Il est plus facile de simuler la grande âme que la grande intelligence » Montherlant.

    J'aime

  14. Stéphane B dit :

    Bonjour

    Et ce ont les mêmes qui gueulent au nazisme et au fascisme pour décrédibiliser leur interlocuteur qui sont pour l’idéologie communiste ou socialiste. C’est tellement évident que le nazisme, c’est le mal que le communisme ne peut être que le bien avec plus de deux fois plus de morts à son actif.
    Il convient donc de répéter que malgré plus de 120 millions de morts (70 millions rien que pour Mao et en temps de paix; une trentaine de millions pour Staline et une dizaine pour Lénine avec les famines volontaires et autres gaietés, le tout en temps de paix):
    Le nazisme et le fascisme sont le mal alors que le socialisme et le communisme sont le bien.

    Pauvres ignares qui prônent l’idéologie rouge tout en oubliant que nazisme, fascisme, socialisme et communisme puisent leur idéologie dominante, leur trame politique dans le … socialisme et nos révolutionnaires rouges de 1790 et après !

    Aimé par 1 personne

  15. André Lugardon dit :

    Les faits historiques que vous rappelez sont exacts. Il est possible d’y ajouter aussi quelques noms connus ou non de personnes de droites qui ont « basculé » du côté obscur de la force et qui ont « suivi » les personnes que vous citez. Il est possible aussi de faire un article « Reductio ad Staline, Mao, Pol Pot, Chavez ». Il y a des personnes qui disent, écrivent que c’est l’effet Baldwin.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Baldwin

    Je suppose que cela signifie que les êtres humains sont capables de comportements qui ne sont pas innés, qui ne sont pas dans leur carte génétique mais qui sont des comportements acquis par leur vécu, leur milieu familial, leur culture, leur histoire personnelle et familiale et l’histoire du pays dans lequel ils ont grandi. La seconde guerre mondiale a beaucoup marqué les esprits et sert souvent de référence pour juger des événements de notre époque. Alors que nous vivons des faits nouveaux tragiques qui n’ont rien à voir avec Mussolini ou Hitler.

    J'aime

  16. carlo dit :

    La « reductio ad hitlerium » est l’exemple par excellence de ce que Schopenhauer appelait le principe de l’association dégradante :
    « Lorsque l’on est confronté à une assertion de l’adversaire, il y a une façon de l’écarter rapidement, ou du moins de jeter l’opprobre dessus en la plaçant dans une catégorie péjorative, même si l’association n’est qu’apparente ou très ténue. » 

    J'aime

  17. 100% d’accord. Le bon coté de la chose est cependant que ceux qui ont de telles pratiques sont manifestement à court de bons arguments et sentent la défaite approcher. Une personne raisonnable ne doit donc pas se laisser impressionner. Les débats restent nécessaires pour ne pas abandonner le terrain à de tels adversaires (qui malheureusement peuvent avoir de l’influence sur des esprits faibles) mais il faut absolument dans tout débat commencer par dénoncer ces pratiques.

    Aimé par 1 personne

  18. Fredi M. dit :

    Oui c’est vrai que le procédé est un peu usé.
    Pas sûr qu’il soit encore opérant.

    J'aime

  19. Tracy LA ROSIÈRE dit :

    Que vous arrive-t-il aujourd’hui de vous en prendre avec virulence au camp du bien ?
    Quoi qu’il en soit, ce billet, en ce matin gris, fera l’effet d’un café bien fort à nombre de vos lecteurs.
    Et je partage votre avis.
    Zemmour , pour avoir dévidé deux ou trois évidences frappées au coin du bon sens, Zemmour est cloué au pilori – pas encore qualifié de nazi mais c’est tout comme : ce qu’il dit est abominable, ignoble, scandaleux…(Radio Classique ce matin – je m’en tiens à ce seul média que j’écoute).
    Je partage aussi le constat fait par Zemmour – ce qu’il dit est, hélas, réalité.

    J'aime

    • Georges dit :

      ABSOLUMENT et même discours dans la totalité du monde occidental .Ils préparent la corde pour pendre leur descendance.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.