Avis de l’Académie Nationale de Médecine sur la PMA sans père

L’avis ci-dessous de l’Académie de Médecine souligne que ni le bon sens le plus élémentaire, ni l’esprit de résistance, ni le courage intellectuel, n’ont complètement disparu des hautes sphères de la société française.

******************************************************

L ‘ANM reconnait la légitimité du désir de maternité chez toute femme quelle que soit sa situation, mais elle veut souligner que si l’invocation de l’égalité des droits de toute femme devant la procréation est compréhensible, il faut aussi au titre de la même égalité des droits tenir compte du droit de tout enfant à avoir un père et une mère dans la mesure du possible. Sur ce point, il y a donc une rupture volontaire d’égalité entre les enfants. A ce titre, la conception délibérée d’un enfant privé de père constitue une rupture anthropologique majeure qui n ‘est pas sans risques pour le développement psychologique et l’épanouissement de l’enfant. II apparaît à l’ANM que cette disposition est contraire à la Convention internationale des droits de l’enfant de 1989, ratifiée par la France. Celle-ci mentionne le droit de l’enfant à connaître ses parents en insistant sur le « bien de l’enfant » comme sur son « intérêt supérieur ». De fait, on quitte le domaine de la vraisemblance puisque deux parents du même sexe ne suffisent pas pour donner vie à un enfant. Il s’agira pour la première fois de permettre à deux femmes d’être les deux mères d’un même enfant. Pourtant, l’existence de deux mots distincts, père et mère, signifie que l’un ne peut se substituer à  l’autre car le rôle des mères et des pères ne sont pas équivalents. L’ANM estime que, de plus en plus malmenée par les évolutions sociétales, la figure du père reste pourtant fondatrice pour la personnalité de l’enfant comme le rappellent des pédopsychiatres, pédiatres et psychologues qui demeurent dans leur majorité pour le moins réservés sur cette innovation radicale.

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

29 commentaires pour Avis de l’Académie Nationale de Médecine sur la PMA sans père

  1. Georges dit :

    Ouf enfin un retour vers la nature.

    J'aime

  2. Sganarelle dit :

    A un enfant qui vous pose des questions sur son origine pourriez – vous répondre sans embarras qu’il n’est pas le résultat d’une folle rencontre ou d’un amour profond encore moins d’un mariage mûrement réfléchi, mais celui d’une femme stérile avec une branlette anonyme ?
    Car enfin ce n’est rien d’autre et réduire un homme à une fonction c’est le mépriser .
    Réveillez-vous le prochain épisode c’est la GPA et qu’on ne vienne pas vilipender la prostitution .. dans la marchandisation des corps on ne fait pas mieux.

    J'aime

  3. charles902 dit :

    bonjour Monsieur Tandonnet,

    Cet avis de l’Académie de Médecine me parait n’être que du bon sens. Que pensera l’enfant, devenu adulte, de cette situation particulière qui lui a été imposée?

    Il me semble que l’enfant devient de plus en plus un objet de tractations, et que toute ceci relève du cynisme, des femmes de djihadistes vaincus (et souvent elles même complices) qui réclament la pitié de leurs anciennes victimes au nom de leurs enfants, jusqu’au rejet des hommes -mais pas de leurs réalités biologiques- par des femmes les rejetant. Du niveau de gamines jouant avec leurs poupées

    Mais qui suis je pour en parler? Aucun des discours avancés sur ces sujets ne me parait sain, et j’ai effectivement tendance à ne pas chercher à comprendre ce qui me parait incompréhensible. Et que ferai-je si un de ces bambins me questionne sur le sujet: lui dirai je qu’il est le fruit de l’amour ou qu’il est le besoin d’affirmer une féminité partielle?

    En chaque chose il faut considérer la fin. Alors, to be or not to be?

    J'aime

  4. EMarquet dit :

    Carlo,
    C’est effectivement une rupture anthropologique majeure.
    Certes la conception délibérée d’un enfant privé de père a toujours existé et existe encore aujourd’hui, mais la Loi n’a pas à entériner des choix personnels et ponctuels pour en faire une règle générale. Le législateur n’est pas là pour pallier à toutes les frustrations individuelles, et n’a pas à se plier aux désirs de groupes d’individus militants. Ce faisant il expose la collectivité à des effets pervers, et se voit contraint d’aller toujours plus loin.
    Il n’est pas question de mesurer le degré d’amour induit par ce choix d’enfanter en se passant d’un géniteur naturel, mais pour une société qui en ce moment nous rebat les oreilles sur le sauvetage de la nature en danger, il est pour le moins curieux de nier l’écologie naturelle de l’être humain.
    Les antispécistes veulent que les animaux bénéficient d’une considération morale fondée sur des critères de différence de capacités, et la loi accepterait que des enfants à naître soit façonnés au gré des désirs et du bon plaisir d’une femme seule, ou de deux femmes, en les privant de leur père biologique ? Et la GPA qui suivra automatiquement par requis égalitariste les privera volontairement de mère ?
    L’enfant aurait-il moins d’importance que ces groupes de pression et leur égoïsme forcené ?
    La vie se charge suffisamment de fabriquer des orphelins, sans que cette privation de père ou de mère soit officiellement légalisée.
    Le législateur devra-t-il aussi revenir sur le statut de pupilles de la Nation, attribué à ceux qui ont perdu un père ou une mère lors d’une guerre, d’un acte terroriste ou d’un service public ?
    La liste serait longue des aberrations où nous conduira ce texte de loi s’il est voté. Que les LGBT mènent leur vie sexuelle et affective comme ils l’entendent et qu’ils assument leur choix sans vouloir à tout prix copier-coller la relation homme/femme, et jouer au papa et à la maman.

    Aimé par 2 personnes

    • carlo dit :

      @ EMarquet
      Certes la conception délibérée d’un enfant privé de père a toujours existé et existe encore aujourd’hui »
      Ce n’est donc pas une rupture anthropologique, contrairement à ce qu’affirme à tort l’Académie de médecine.

      « Le législateur n’est pas là pour pallier à toutes les frustrations individuelles »
      Cet argument-là est meilleur, mais il s’oppose davantage au remboursement de la PMA qu’à son autorisation.

      « Et la GPA (…) suivra automatiquement par requis égalitariste  »
      C’est probable, mais ce risque ne suffit pas à interdire la PMA, de même que le fait qu’un délinquant ait de fortes chances de récidiver n’autorise pas à le priver définitivement de liberté.

      « La loi accepterait que des enfants à naître soit façonnés au gré des désirs et du bon plaisir d’une femme seule, ou de deux femmes »
      Non, elle accepterait qu’une femme puisse réaliser son désir de concevoir un enfant sans vivre en couple avec un homme.
      La PMA pose toutefois le problème des finalités de la médecine car, dans ce cas de figure, il ne s’agit plus véritablement de soin. Le même problème se pose, avec encore plus d’acuité, pour le suicide médicalement assisté. En effet, si faire naître a toujours été un acte médical, faire mourir n’en a jamais été un.

      Aimé par 2 personnes

  5. carlo dit :

    @ Philippe Dubois
    « L’avis inclut également les femmes seules. »
    Oui, mais pas celles qui font la même chose (concevoir délibérément un enfant privé de père) de façon, si l’on peut dire naturelle, sans recourir à la PMA.
    Il s’ensuit que ce n’est pas la conception délibérée d’un enfant privé de père – situation qui n’est d’ailleurs en rien nouvelle – qui choque l’Académie de médecine.
    Au demeurant, il vaut parfois mieux ne pas avoir de père qu’avoir un mauvais père.

    Aimé par 1 personne

  6. Zonzon dit :

    Elles veulent avoir des enfants pour  » elles « , pas pour  » eux « .

    J'aime

  7. François Martin dit :

    Oui, enfin une bonne nouvelle, même si bien entendu aucun argument raisonnable ne tiendra face à l’idéologie soi-disant progressiste et à la lâcheté des politiques, qui redoutent par dessus tout de mécontenter les lobbies. L’intérêt supérieur de l’enfant dans tout cela ne pèse pas lourd. Je me permets de renvoyer à ma dernière contribution à Atlantico sur le sujet. https://www.atlantico.fr/decryptage/3578961/jean-louis-touraine–symptome-et-porte-parole-d-un-mal-ideologique-profond-francois-martin

    Aimé par 1 personne

  8. Mary Preud'homme dit :

    Au nom de nos enfants, il faut résister par tous les moyens, se battre sur tous les fronts pour que cette loi scélérate, décadente et inhumaine ne passe pas !

    J'aime

  9. EMarquet dit :

    Cette déclaration est bienvenue, mais tardive. Elle a été précédée de mises en garde nombreuses et responsables sur les conséquences de telles modifications de la filiation, mais l’idéologie n’est pas accessible à la raison.
    Bienvenue dans le nouveau monde du « Pourtoussisme ».
    Pour Mme Buzyn, ministre de la santé, l’avis de l‘académie de médecine est possiblement idéologique, politique, en tout cas daté.
    Mr Attal, Secrétaire d’Etat à l’Education et à la Jeunesse, quant à lui, s’appuie sur le fait que lui-même est né d’une PMA (hétéro-parentale) , qu’il considère qu’il a été bien élevé, et donc qu’on peut étendre sans problème la PMA à toutes les femmes. Avoir fait Sciences-Po pour débiter un argumentaire de ce type, c’est désolant.
    La boîte de Pandore des réformes sociétales est ouverte depuis longtemps maintenant, et bien des maux en sortiront. Les insensés qui l’ont ouverte ne voient pas plus loin que la satisfaction immédiate de désirs individuels, sans penser aux conséquences, et ils ont la prétention de nous gouverner !
    Cette question de bio-éthique essentielle pour l’avenir de notre société méritait un autre traitement que la comédie jouée par le Comité National d’Ethique.
    Quelle position vont défendre ceux qui sont censés nous représenter à l’AN ? Nous allons pouvoir mesurer leur degré de soumission à l’air du temps et leur suivisme gauchisant, leur courage ou leur pleutrerie, et nous saurons nous en souvenir lors des prochaines élections.

    Aimé par 2 personnes

  10. Philippe Dubois dit :

    Je suis en total accord avec l’introduction de votre billet.

    Enfin une bonne nouvelle !

    J'aime

  11. Simon dit :

    Bonsoir,
    Madame Buzyn a déclaré ce midi que ce rapport était « daté ». Ayant écouté de nombreuses commissions fin août début septembre, j’ai été effarée de voir des députés, notoirement homosexuels (Wikipedia ), être rapporteurs de la loi et donc être « juges et parti ». Par ailleurs n’ont été conviés quasiment que des pros PMA, comme madame Irène Théry, les pr Nissan et Frydman. Mais où étaient le pr Testard, opposé à cette loi, ou le dr Henrion-Caude, généticienne et d’autres ?
    Puis-je souligner la condescendance d’un pr Touraine et des autres ? Comment ne pas être choquée par la nouvelle définition de qui est mère.
    Ce qui est effrayant c’est que les avis des psychiatres n’ont pas été entendus. Ce qui est effrayant est que qui s’oppose est homophobe. Ce qui est effrayant est que l’Eglise catholique est considérée comme en « fin de vie » et déconsiderée en raison du scandale de pédophilie. On ressent comme une ivresse revancharde de la part des lobbyistes d’associations LGBT.
    Tout à l’heure sur RTL, un des journalistes à demandé pourquoi il n’y avait pas une consultation nationale ce que la ministre de la santé a rejeté d’un revers de main, tout étant du ressort de L’Assemblée .
    Lorsque j’en parle autour de moi, peu sont au courant, ne se sentent que peu concernés parce que cela parait lointain.

    J'aime

  12. Georges. dit :

    Ouf,enfin un coup de boutoir ,si j’ose dire, à la propagande ambiante anti bonshommes .

    J'aime

  13. artofuss dit :

    A reblogué ceci sur MEMORABILIA.

    J'aime

  14. Janus dit :

    En complément de votre information : http://www.pouruneécolelibre.com/2019/09/le-scandale-des-etudes-militantes-sur.html et aussi https://www.tvlibertes.com/le-samedi-politique-pma-loi-bioethique-les-apprentis-sorciers-avec-le-dr-alexandra-haurion-caude
    Tout le monde ment sur ce sujet extrêmement préoccupant et de nature à faire de nombreuses victimes innocentes

    J'aime

  15. carlo dit :

    « La conception délibérée d’un enfant privé de père constitue une rupture anthropologique majeure ».
    Cet argument me paraît bien faible.
    1) Ceux qui l’utilisent devraient en effet également déplorer que des femmes seules aient des enfants. Or, ils ne proposent -heureusement- jamais de criminaliser le fait pour une femme de « faire un enfant toute seule »
    2) La conception délibérée d’un enfant privé de père n’est absolument pas inédite.
    3) Ce qui semble surtout choquer l’Académie de médecine est le fait qu’un enfant puisse avoir deux mères (« il s’agira pour la première fois de permettre à deux femmes d’être les deux mères d’un même enfant »). Mais ne vaut-il pas mieux avoir deux parents aimants plutôt qu’un seul, comme c’est le cas pour les enfants de mères « solos » ?
    L’Académie de médecine ferait mieux de se concentrer sur le combat contre la GPA qui est l’étape suivante.

    J'aime

    • Philippe Dubois dit :

      Il ne me semble pas que l’ANM limite ses réserves aux couples de femmes.
      L’avis inclus également les femmes seules.

      Si la PMA « passe », la GPA suivra automatiquement, au nom de l’égalité des droits, de la non discriminations, etc…
      Et la PMA sera aussi étendue aux couples normaux fertiles, avec toutes les dérives eugénistes possibles en incluant le choix d’un donneur avec le consentement du mari qui se trouverait trop petit ou qui voudrait un futur Einstein *
      Et pourquoi pas à l’insu du mari, tant qu’à faire ?

      * Sous un billet précédent j’avais imaginé ce dialogue :
      « Dis Papa, je trouve que je ne te ressembles pas
      – Bah oui, je me trouvais trop petit et je ne voulais pas un enfant petit, donc ton père est une éprouvette »
      Imaginez l’idée que peut se faire ce gamin des relations dans un couple.

      J'aime

  16. Jean-Bernard Lasserre dit :

    Votre article est formidablement éclairant et me conforte dans mes convictions.
    Un grand merci à vous.

    J'aime

  17. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Que vaut l’avis d’experts reconnus par leurs pairs face à la bien-pensance actuelle et à la volonté politique affichée de détruire la cellule familiale ?
    Après le mariage pour tous, la P.M.A. promise par E. Macron lors de sa campagne électorale, nous assisterons immanquablement au feu vert à la G.P.A. dès le début du prochain mandat d’E. Macron s’il est réélu pour satisfaire au seul principe d’égalité des « droits » entre les femmes et les hommes homosexuels. Ne voit-on pas déjà plusieurs « peoples » homosexuels se répandre dans tous les médias et même écrire des livres sur la merveilleuse famille qu’ils forment avec leurs conjoints et leurs enfants nés de G.P.A. pourtant pour le moment interdite en France ?
    Il aurait été surement plus simple et plus sage de faciliter les formalités d’adoption d’enfants pour toutes ces personnes qui revendiquent leur « droit à l’enfant », ce que l’on peut comprendre.
    Mais la sagesse n’est pas une vertu de nos politiciens et la Société paiera certainement dans quelques décennies, au prix fort, les décisions électoralistes qu’elle ne maitrise déjà plus.

    J'aime

    • Philippe Dubois dit :

      Bonsoir Maxime

      @ Gérard Bayon
      « Il aurait été surement plus simple et plus sage de faciliter les formalités d’adoption d’enfants pour toutes ces personnes qui revendiquent leur « droit à l’enfant », ce que l’on peut comprendre. »
      Certainement pas
      L’enfant est un sujet de droit, pas un objet.
      Le droit à l’enfant n’existe pas ; seul existe le droit de l’enfant.
      Il n’y à rien d’autre à comprendre.
      La procréation pour un couple homosexuel est impossible : il n’y a aucune raison d’y remédier au détriment de l’enfant.

      J'aime

    • Gerard Bayon dit :

      @ Philippe Dubois,
      Je ne crois pas que votre position aussi abrupte et sans aucune ouverture soit de nature faire évoluer un tel débat de Société. C’est quand même nier le souhait de milliers de personnes auxquelles on ne peut plus répondre : « circulez, il n’y a rien à voir ».
      Il existe, à mon avis, des solutions qui doivent être évoquées, évaluées et débattues.
      Cordialement

      J'aime

    • Philippe Dubois dit :

      @ Gerard Bayon : 23 septembre 2019 à 07:43

      « C’est quand même nier le souhait de milliers de personnes auxquelles on ne peut plus répondre : « circulez, il n’y a rien à voir ». »
      Mais c’est la seule réponse juste à une demande qui n’a strictement aucun sens.
      – Les couples homosexuels sont par essence stériles : le « droit à l’enfant » de ces couples est par conséquent une aberration physiologique, biologique et anthropologique.
      – Un enfant a besoin d’un père et d’une mère, ce que dit l’ANM dans son avis qui met en avant le droit DE l’enfant

      La PMA a pour objet de pallier à l’infertilité médicale de couples normaux (avec déjà toutes les questions éthiques qui se posent quant à la manipulation d’embryons humains) pas de corriger une impossibilité naturelle absolue selon les désirs d’une minorité agissante.

      Et toute réponse positive à une demande entraînera un effet cliquet
      Comme la PMA est forcément la porte ouverte à la GPA.
      Et je préfère réserver l’adoption à ces milliers de couples normaux qui attendent depuis des années

      J'aime

  18. Pradault Louise dit :

    Je pense que ceux qui actuellement sont dans l’enseignement pour tous les âges presque adultes ou à peine ados sont confrontés aux déréglements psychiques des enfants causés par les bouleversements dans la société actuelle.
    Ainsi notre ministre de la santé prétend que les familles monoparentales qui sont nombreuses n’ont aucun impact sur le comportement de l’enfant qui en est issu.
    Elle semble n’avoir aucune idée de ce à quoi sont confrontés les professeurs et les enseignants autant que les avocats qui ont à plaider dans les divorces.
    Ce que deviendront ces jeunes à la dérive ne semble pas l’affecter.
    Pourtant elle est médecin et elle devrait savoir que l’équilibre psychique n’est pas Inné mais qu’il se construit dans l’enfance. Ce que disent ses confrères devrait calmer son enthousiasme.

    Ce qui en calmera certains c’est peut-être la question du remboursement par la SS car enfin il ne s’agit pas d’une maladie..sans compter que ces manœuvres ont des effets secondaires graves..
    Nous jouons à l’apprenti sorcier avec les résultats qu’on sait.

    Aimé par 1 personne

  19. jfbonnin dit :

    Mais il paraît que 65% des français sont pour.
    Mais moi j’ai pô été consulté, ou alors j’étais ivre.
    Pour reprendre une citation attribuée à Saint Michel (Colucci, mieux connu sous le pseud. de Saint Coluche martyr), les sondages, c’est pour que les sachent ce qu’ils pensent.
    Merci à l’ANM, en tout cas : tout ce qui peut donner des hémorroïdes aux groupes de pression sexuels me convient bien.

    Aimé par 1 personne

    • xc dit :

      Tant que vous n’êtes pas personnellement concerné, vous pouvez être d’accord avec tout, son contraire, et l’inverse.

      J'aime

  20. Mildred dit :

    J’ai bien peur que ces « réserves » de l’Académie de Médecine sur la PMA pour toutes, n’arrivent un peu tard, quand le mal est fait, comme pour n’avoir pas à en partager la responsabilité avec le politique au cas – plus que probable – où les problèmes que soulèveront la mise en application de cette loi seront insurmontables.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.