« Voiture de fonction »

« Demain matin, j’utilise ma voiture de fonction, comme tous les jours. Donc je serai de tout cœur avec les Franciliens qui galéreront dans les couloirs du métro ». Cette déclaration de la porte-parole du gouvernement, à la veille de la grande grève des transports publics parisiens, a déclenché un tollé dans les médias et sur les réseaux sociaux. Elle a pourtant l’immense mérite de la sincérité. Bien mieux que « les sans dents », « ceux qui ne sont rien » ou autre « Gaulois réfractaires », elle pourrait s’imposer comme la phrase emblématique de 10 ans de socialo-enmarchisme (2012/2022). Elle reflète le vertigineux fossé qui ne cesse de se creuser entre une micro-société de courtisans privilégiés et la majorité silencieuse, dans la galère. Elle illustre à merveille le sentiment profond de cette micro-société, obsédée par la préservation de ses privilèges et inaccessible à la souffrance – la galère dans le métro en est une – et aux angoisses de ce qu’elle considère comme la « vile multitude ». Elle exprime à la perfection la déconnexion radicale de cette micro-société qui se targue d’incarner un « nouveau monde » accrochée à ses lustres et ses dorures, ivre d’autosatisfaction et qui n’a plus la moindre idée ni la moindre sensibilité du monde des réalités.  Elle nous explique pourquoi et comment la classe dirigeante française roule à l’abîme et comme un boulet, entraîne le pays avec elle. Et alors, il ne lui restera plus qu’à maudire les gilets jaunes, à crucifier le « populisme » et à supplier le Pen de grimper dans les sondages, pour atteindre son but ultime: rempiler en 2022, garder sa place sous les ors des Palais de la République et ses véhicules de fonction (avec chauffeur).

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

45 commentaires pour « Voiture de fonction »

  1. Sganarelle dit :

    Tout à fait dans la ligne du vieil adage qui pense qu’un privilège ou une chance sont décuplés par le plaisir de contempler ceux qui en sont exclus
    Il faudrait rapprocher cela de ceux qui vous répondent lorsque vous avez un rhume que vous n’êtes pas si mal puisque le voisin a la grippe…( comme si le malheur des autres avait un effet bénéfique sur le vôtre)
    Dans le même style on pourraIt lui répondre que lorsqu’on contemple l’étendue de sa sottise nous qui avons un Q I normal nous sommes compatissants pour ses efforts et ses moments difficiles

    J'aime

  2. Zonzon dit :

    Le peuple qui se lamente sur les actuelles mésaventures du sieur Balkany est déjà mort !

    J'aime

  3. Anne dit :

    Ce qui m’étonne, c’est qu’il n’y ait aucun candidat LR, LFI, à la mairie de Paris.

    Donc la consigne ce sera « voter pour Cédric Villani, conforme aux sondages ».

    J'aime

  4. Zonzon dit :

    @ Maxime 15 septembre 19 h 18
    @ Gérard Bayon 15 septembre 15 h 41

    Quand un blackmamba rentre dans une maison les petits doivent se pelotonner dans un recoin et attendre que le seigneur des lieux extermine la bête !

    J'aime

  5. MAXIME dit :

    Merci de bien vouloir noter que ce blog, strictement consacré à l’échange d’idées convivial, ne prend pas les commentaires qui risqueraient de tomber sous le coup de la loi pour diffamation, insulte publique ou incitation à la haine; il ne prend pas non plus les attaques dirigée contre les personnes ad hominem ni les propos agressifs de commentateurs les uns envers les autres: les sites et réseaux se prêtant à ce genre de pratique fourmillent sur Internet et seront heureux d’accueillir les adeptes de la castagne numérique (tellement facile!).
    MT

    J'aime

  6. Robert Marchenoir dit :

    Votre interprétation ne tient pas debout. Vous hurlez avec les loups. En fait, la déclaration de Sibeth Ndiaye allait exactement dans votre sens. Elle signifie : je sais que je suis une privilégiée, je bénéficie d’une voiture officielle de par mes fonctions, mais ça ne m’empêche pas d’être consciente de vos difficultés.

    Evidemment, vu le nihilisme ambiant, il était inévitable qu’une telle déclaration déclenche un tollé, et soit interprétée à rebours de ses intentions. Ce en quoi Sibeth Ndiaye fait la preuve, non pas qu’elle fait partie de je ne sais quelle oligarchie politicienne méprisante, mais qu’au contraire, elle n’est pas assez politicienne, pas assez habile, pas assez rouée.

    Maintenant, il vous reste à nous dire quel est le fond de votre position : vous pensez que les ministres ne devraient pas avoir de voiture de fonction ? Vous pensez qu’ils devraient prendre le métro, rouler en vélo éco-responsable ?

    Dieu sait que je ne porte pas Sibeth Ndiaye dans mon coeur, mais s’il y a des propos qu’on ne peut pas lui reprocher, c’est bien ceux-là.

    J'aime

    • Gerard Bayon dit :

      Drôle de commentaire….Lorsque l’on se dit « communiquant » et que sa mission éminemment politique est d’être porte-parole d’un gouvernement on devrait d’une part connaitre le sens des mots que l’on utilise ( ce qui n’est manifestement pas le cas de cette dame) et surtout on devrait être en capacité de ne laisser aucune ambiguïté dans la compréhension de ses écrits.
      Comme des milliers de personnes, je ne suis sans doute ni trop subtil ni trop intelligent pour « décoder » le verbiage de cette personne.
      Cordialement

      J'aime

    • carlo dit :

      « S’il y a des propos qu’on ne peut pas lui reprocher, c’est bien ceux-là ».
      Si, Robert Marchenoir, on peut lui reprocher de contribuer, par ces propos malheureux, à l’approfondissement de ce « vertigineux fossé qui ne cesse de se creuser entre une micro-société de courtisans privilégiés et la majorité silencieuse, dans la galère. »
      Quand elle juge utile de préciser qu’elle prendra sa voiture de fonction, peut-on ne pas entendre qu’elle n’est heureusement pas personnellement concernée par la « galère » des Franciliens ?
      Ignorez-vous, Robert Marchenoir, qu’on peut tout à la fois plaindre ceux qui sont dans la difficulté et se réjouir de n’être pas à leur place ?
      Qu’il est doux, lorsqu’on est confortablement installée dans sa voiture de fonction, de contempler le spectacle de ceux qui galèrent pour se déplacer dans Paris !

      J'aime

    • Anonyme dit :

      Comme quoi chacun voit midi à sa porte mais excuser ces propos ne me semble pas opportun. Quant on occupe un tel poste on se doit d’avoir un peu de pudeur. Chacun interprète comme il veut mais moi qui suis une moins que rien je le ressens comme une injure et une manière de dire je suis de tout cœur avec ceux qui galèrent et en même temps comme dirait Macron, et je vous emmerde aussi.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.