Un cours étrange à Science po

C’est le Point qui le révèle: en 2020, Science po ouvre un nouveau cours intitulé « Macron », dont l’objectif est un enseignement en anglais autour de la personnalité du président de la République. Le lien figurant dans l’article de l’hebdomadaire présente ce cours: ce n’est donc pas une fausse nouvelle, ni un canular.

Les défenseurs de cette initiative voient dans le parcours du chef de l’Etat un objet d’étude justifié pour étudiants en sciences politiques.

Cependant, consacrer tout un enseignement, de 25 heures, à la personne d’un dirigeant actuellement au pouvoir, semble être sans précédent en France. Alors que Science po, comme tout établissement universitaire, a vocation à développer un esprit critique, une capacité de distanciation et de recul par rapport aux passions de l’actualité, dans un esprit d’impartialité et d’objectivité maximale, cet enseignement, quelle que soit la bonne volonté de ses promoteurs, donne prise au risque de glissement dans la propagande et le culte de la personnalité. En d’autres temps, sous d’autre cieux, et d’autres établissements, un autre régime, on imagine parfaitement des cours consacrés au culte du chef…

Science po constitue la principale pépinière des « élites » médiatiques, économiques, administratives et judiciaires française, avec ses vastes promotions de 2500 sortants chaque année (soit 15 fois plus que l’X et 25 fois plus que l’Ena). L’introduction d’un cours consacré au premier dirigeant en place se présente comme le fidèle reflet d’un certain état d’esprit de plus en plus prégnant dans la sphère dirigeante et influente de la nation, porté vers un conformisme croissant.

Jadis, sous la IIIe République, sous le nom d’Ecole Libre des Sciences politiques, avec des effectifs infiniment plus réduits qu’aujourd’hui, cette école a contribué à forger l’esprit d’indépendance et de liberté de penser  de plusieurs générations de hauts cadres et intellectuels de la nation. A l’image de son directeur-adjoint, Roger Seydoux, plusieurs de ses cadres et enseignants ont pris une part active dans la Résistance.

Il ne faudrait pas que Science po, tournant le dos à son histoire et sa tradition d’indépendance, s’impose désormais comme le principal outil de formatage des cerveaux et pire, une école d’obséquiosité.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

33 commentaires pour Un cours étrange à Science po

  1. carlo dit :

    Selon G Larrivé, EM n’est pas en.marche, mais à l’arrêt. Tous les LR disent apparemment la même chose.
    Ont-ils conscience qu’en lui adressant cette critique, ils approuvent implicitement son programme présidentiel ?
    Et quelle arrogance que de croire qu’à la place d’EM, après la crise des gilets jaunes et avec une base électorale plus réduite (sans la gauche de gouvernement et l’appui des syndicats réformistes), il pourraient faire mieux (c’est-à-dire plus et plus vite) que lui ! Auraient-ils oublié qu’AJ s’était cassé les dents sur les réformes qu’EM est en train de réaliser ?

    J'aime

  2. carlo dit :

    Valérie Pécresse vient de dire qu’EM ne fait pas le quart de ce qu’il dit. Ce qu’elle lui reproche, ce n’est pas ce qu’il fait, mais ce qu’il ne fait pas.
    C’est une erreur. Une de plus.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.