Nuon Chea, retour sur le crime des Khmers rouges

La mort de Nuon Chea, bras droit de Pol Pot, annoncée aujourd’hui, nous renvoie au souvenir de l’une des pires expériences de la folie et du sadisme humain et le plus atroce génocide commis après 1945. Les Khmers rouges au pouvoir de 1975 à 1979, dirigés par Pol Pot ont exterminé un tiers de la population du Cambodge. Au nom du socialisme marxiste, ils ont planifié et procédé à l’évacuation de Pnom Pen pour supprimer la bourgeoisie urbaine et lui imposer les travaux des champs. Le pays fut couvert de camps d’extermination et de torture. Les individus qui portaient des lunettes, soupçonnés d’intellectualisme, étaient massacrés à coups de pioche. Le Cambodge fut transformé en un charnier à ciel ouvert. Toute suspicion de tiédeur envers la révolution socialiste entraînait la torture et une exécution immédiate y compris des femmes et enfants. Famine, deux à trois millions de tués par extermination, massacres: en 1978, tous les enfants de moins de trois ans avaient disparu. Alors, pourquoi parle-t-on si peu, en France, de l’un des plus abominables crimes de masse de l’histoire de l’humanité? Sans doute parce que la gauche historique française, celle là-même qui se prosterne devant le culte des droits de l’homme, a une part de responsabilité dans cet épouvantable cauchemar qui a hanté notre jeunesse mais dont plus personne ne parle aujourd’hui 4 décennies plus tard.  Pol Pot et ses sinistres complices ont forgé leur idéologie sanguinaire dans les années 1950, en France, au contact des intellectuels marxistes français. Ils ont été politisés dans le culte de Robespierre, de Lénine et de Trotsky. Ils ont appliqué au Cambodge les leçons données par les penseurs de gauche français. Puis, les mêmes élites bienpensantes et la presse dite de gauche, ont fermé les yeux et nié jusqu’à l’absurde les débuts d’un épouvantable génocide, applaudi à l’évacuation de Pnom Pen et au déclenchement d’une utopie sanguinaire. Mais au-delà, l’histoire du Kamputchéa démocratique est le souvenir le plus honteux du monde occidental qui a laissé se dérouler l’extermination d’un peuple, en toute conscience jour après jour, pendant 4 ans, sans bouger le petit doigt. Décidément, la mémoire collective se montre bien sélective quand il faut oublier des souvenirs gênants… 

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

42 commentaires pour Nuon Chea, retour sur le crime des Khmers rouges

  1. Zonzon dit :

    Nuon Chea vient de mourir…dans son lit…entouré de l’affection des siens !
    Comme Eric Honecker, celui qui faisait tirer à la mitrailleuse sur ses compatriotes en fuite empêtrés dans les barbelés !
    Pour ces gens-là, monsieur, Nuremberg est une ville rayée de la carte ! Elle n’a plus d’usage !
    Nuon Chea, le porte-serviette de Paul Pote…les kmers rouges…le kampuchéa !
    El la prise de Phnom Penh…17 avril 75…. « Le Monde » et sa manchette : Phnom Penh libéré…Et le graaand Jean Lacouture, le journaliste par excellence… ceux d’aujourd’hui des pâles reflets !
    À la fin de sa vie ce colosse avoua son ignominie :
    «J’ai pratiqué une information sélective en dissimulant le caractère stalinien du régime nord-vietnamien. Je pensais que le conflit contre l’impérialisme américain était profondément juste et qu’il serait toujours temps, après la guerre, de s’interroger sur la nature véritable du régime. Au Cambodge, j’ai péché par ignorance et par naïveté. Je n’avais aucun moyen de contrôler mes informations. J’avais un peu connu certains dirigeants actuels des Khmers rouges, mais rien ne permettait de jeter une ombre sur leur avenir et leur programme. Ils se réclamaient du marxisme sans que j’aie pu déceler en eux les racines du totalitarisme. J’avoue que j’ai manqué de pénétration politique.»
    Une belle figure médiatique !

    J'aime

  2. Philippe Dubois dit :

    Nous avons maintenant nos Khmers verts
    Parce que, quand on écoute certains « écologistes », ça fait froid dans le dos

    J'aime

  3. Galatine dit :

    Qu’on se souvienne de Jean Lacouture applaudissant avec ravissement à l’entrée des khmers rouges dans Phnom Penh, les voyant comme des libérateurs anti-impérialistes, pour faire plus tard son mea-culpa, toute honte bue, en parlant de « nazisme des rizières ».
    C’était oublier un peu vite, comme le dit un jour Jean François Revel, que leurs chefs étaient venus se former à la Sorbonne, dans leur jeunesse, et que les khmers rouges étaient de bons communistes, s’inspirant du modèle de la révolution culturelle maoïste, pour construire un homme nouveau au Cambodge, et faire table rase du passé…

    Aimé par 1 personne

    • Drareg dit :

      Les khmers rouges semblent au contraire avoir fait fortement référence au passé khmer.

      Et les qualifier de communiste peut certes défouler le militant de droite de base, mais en quoi ce mouvement voulant se débarrasser de la modernité (et allant jusqu’à faire évacuer les villes pour cela) est-il proche du marxisme voulant au contraire pousser l’industrialisation ?

      Il semble plutôt que ce mouvement était proche de certaines idées des écologistes actuels, et c’est aussi pour cela qu’il a fait fantasmer une certaine presse de cette orientation à l’époque.

      J'aime

    • Khmers rouges, se réclamaient du marxisme-léninisme et surtout de la Chine maoïste, de sa révolution culturelle et de son projet de faire disparaître le clivage villes/campagnes.
      MT

      J'aime

    • Galatine, Jean Lacouture, cousin germain de ma grand-mère paternelle, a eu le courage de reconnaître son erreur et de s’excuser, contrairement à l’immense majorité de ses confrères droits dans leurs bottes.
      MT

      J'aime

    • Galatine dit :

      @ Drareg
      De quelle couleur étaient les Khmers de l’Angkar et du frère Pol Pot, selon vous ?
      Noirs ? Jaunes ? Verts ? 😉
      Si j’étais un tantinet parano , je croirais que vous avez voulu faire une allusion, mais ayant le bonheur de n’être ni militant, ni de droite, ni de base…

      @ Maxime Tandonnet
      En parlant de  » nazisme  » tropical pour se justifier, il m’a semblé que Lacouture utilisait un biais : il lui répugnait de reconnaître le modèle maoïste et le marxisme-léniniste orthodoxe des Khmers rouges…
      Ou bien c’est admettre que dans les génocides du Grand bond en avant et de la Révolution culturelle, Mao n’a rien eu à envier à Hitler.

      J'aime

  4. PenArBed dit :

    Maxime vous écrivez : «pourquoi parle-t-on si peu, en France, de l’un des plus abominables crimes de masse de l’histoire de l’humanité »
    Je vous répondrais : parce que ça continue. Les « exécuteurs » de génocides – hier en Allemagne, au Vietnam, au Rwanda – aujourd’hui en Irak, en Syrie, en Libye,, en Birmanie (les Rohingyas), au Yémen… agissent en toute conscience pour ce qu’ils jugent être le bien.
    Harold PINTER: discours  »Art, vérité et politique » à Stockholm lors de la remise de son prix nobel en 2005 :
    « Les États-Unis ont soutenu, et dans bien des cas engendré, toutes les dictatures militaires droitières apparues dans le monde à l’issue de la seconde guerre mondiale. Je veux parler de l’Indonésie, de la Grèce, de l’Uruguay, du Brésil, du Paraguay, d’Haïti, de la Turquie, des Philippines, du Guatemala, du Salvador, et, bien sûr, du Chili. L’horreur que les États-Unis ont infligée au Chili en 1973 ne pourra jamais être expiée et ne pourra jamais être oubliée. Des centaines de milliers de morts ont eu lieu dans tous ces pays. Ont-elles eu lieu ? Et sont-elles dans tous les cas imputables à la politique étrangère des États-Unis ? La réponse est oui, elles ont eu lieu et elles sont imputables à la politique étrangère américaine.
    Mais vous n’en savez rien. Ça ne s’est jamais passé. Rien ne s est jamais passé. Même pendant que cela se passait, ça ne se passait pas. Ça n’avait aucune importance. Ça n’avait aucun intérêt. Les crimes commis par les États-Unis ont été systématiques, constants, violents, impitoyables, mais très peu de gens en ont réellement parlé. Rendons cette justice à l’Amérique : elle s’est livrée, partout dans le monde, à une manipulation tout à fait clinique du pouvoir tout en se faisant passer pour une force qui agissait dans l’intérêt du bien universel. Un cas d’hypnose génial, pour ne pas dire spirituel, et terriblement efficace ».
    Madeleine ALBRIGHT . Propos échangés à la télévision américaine lors du magazine d’information «60 Minutes», le 12 mai 1996, entre la journaliste Lesley Stahl et Madeleine Albright, alors Secrétaire d’État des États-Unis, au sujet des sanctions sévères infligées à l’Irak après la guerre du Golfe.
    Lesley Stahl posa à la ministre américaine cette question :
    «Nous avons appris qu’un demi-million d’enfants étaient morts. Ce chiffre est supérieur à celui des enfants morts à Hiroshima. Alors, dites-moi, un tel prix mérite-t-il d’être payé?» Madeleine Albright répondit : «Nous estimons que ce prix mérite d’être payé».
    Robert BOWMAN (ancien lieutenant-colonel de l’USAF – 101 missions de combat au Vietnam) devenu évêque de l’église catholique américaine déclarait dans The National Catholic Reporter suite aux attentats des ambassades américaines de Tanzanie et du Kenya en 1998:
     »Nous ne sommes pas haï parce que nous pratiquons la démocratie, aimons la liberté ou défendons les droits de l’homme ; nous sommes détestés parce que notre gouvernement refuse tout cela au pays du tiers monde dont les ressources naturelles sont convoitées par nos multinationales ; cette haine que nous avons semée est revenue nous hanter sous la forme du terrorisme (…) nous devrions faire le bien au lieu du mal. »

    Aimé par 2 personnes

    • Penarbed, vous le pensez? Le Cambodge de Pol Pot dépasse tout cela: un tiers de la population exterminée… Disparition de tous les enfant de moins de 3 ans…
      MT

      J'aime

    • PenArBed dit :

      Oui je le pense. Les Etats-Unis ont un bilan bien comparable sur le long terme au motif qu’ils sont installés dans un concept de guerres permanentes. Mais le pays à la Destinée manifeste bénéficie d’une indulgence éternelle.
      Maxime : «pourquoi parle-t-on si peu, en France, de l’un des plus abominables crimes de masse de l’histoire de l’humanité» : celui des amérindiens. Un exemple en 1890 le massacre de Wounded Knee. Entre 150 et 300 Amérindiens (dont plusieurs dizaines de femmes et des enfants) ont été tués par l’armée des États-Unis.
      Pourquoi parle-t-on si peu du massacre de village vietnamien de May Lai en mars 1968 qui a fait entre 347 et 504 morts civils .

      Aimé par 1 personne

  5. artofuss dit :

    Un grand merci, Maxime, de revenir sur cette honteuse période que j’ai vécu indirectement depuis mon milieu professionnel mais aussi par les témoignanges directs de deux des très rares rescapés des camps (par évasion vers la Thaïlande), dont une femme qui avait eu son mari et son fils tués devant elle, et qui avait mis au monde le fruit d’un viol subi dans son camp: une fille, qui vit aujourd’hui au Canada. Elle même vit aujourd’hui à Grenoble et a publié son témoignage. Dans le même temps, j’ai, au moment des faits, rencontré à Paris des gauchistes, dont un de nos professeurs d’université, qui approuvaient ( je dis bien: approuvaient) les méthodes des Khmers Rouges.
    Je sais bien qu’il ne faut jamais généraliser, mais c’est de cette ignoble époque que j’ai conçu une méfiance instinctive, voire une répulsion, pour tout ce qui incarne la « pensée de gauche » et sa capacité de cynisme mêlé d’inconscience. Et ce sont les mêmes qui avaient déjà approuvé Staline, Mao, Castro…et qui aujourd’hui voient sans antipathie la montée du totalitarisme du moment, cet islamisme dont ils veulent se faire un allié pour leurs délires intellectuels hors-sol.
    N’oublions donc pas: de tels individus sont dangereux. Chaque époque en produit un certain nombre, mais aujourd’hui, ils sont plus nocifs que jamais: ils ont pour eux le multiplicateur technologique et l’inculture historique de notre jeunesse, délibérément voulue par les marchands et les globalistes…

    Aimé par 2 personnes

    • artofuss, il y a la « pensée de gauche » au sens ou vous le dites, qui a approuvé les crimes de Mao et Pol Pot, et la lâcheté de droite devant cette pensée.
      MT

      J'aime

  6. BOIS dit :

    Rien n’a changé côté aveuglement de la gauche: lisez,écoutez le parti pris systématique propalestinien et antiisraëlien de la presse française: les dirigeants palestiniens sont totalitaires,
    antisémites pour certains, Israël est une démocratie, la seule dans ce moyen orient.
    les dirigeants iraniens bénéficient de la même mansuétude indue,qu’ils sont très loin d’accorder
    à leur peuple.

    J'aime

  7. aristide dit :

    Bonjour monsieur Maxime Tandonnet,
    Vous écrivez :
    « Puis, les mêmes élites bienpensantes et la presse dite de gauche, ont fermé les yeux et nié jusqu’à l’absurde les débuts d’un épouvantable génocide, applaudi à l’évacuation de Pnom Pen et au déclenchement d’une utopie Mais au-delà, l’histoire du Kamputchéa démocratique est le souvenir le plus honteux du monde occidental qui a laissé se dérouler l’extermination d’un peuple, en toute conscience jour après jour, pendant 4 ans, sans bouger le petit doigt. »
    ————–
    Je pense, pour ma part, que la presse actuelle en France observe le même silence sur l’invasion de notre pays et ne formule aucune critique sur les lois castratrices des libertés, sans parler du gâchis financier que nos Présidents depuis Mitterrand font de nos finances publiques et cela en toute impunité.
    C’est écœurant !
    Pour le Cambodge, heureusement, il y a maintenant Siem Reap où la vie s’écoule touristiquement dans de nombreux hôtels de grand luxe avec une population jeune et sans mémoire et pourtant Angkor est là qui éclate splendidement pour rappeler qu’il fût un temps où …
    Ceux qui veulent détruire la France et l’Europe arriveront ils à la même prouesse de passer d’une période de génocide à une autre de zombis ?

    Aimé par 1 personne

  8. Pradault Louise dit :

    J’ai appris autrefois que le terme « génocide » se rapportait non à un simple massacre mais à l’organisation légale par décret de l’éradication d’un peuple d’une ville où d’une nation ; le plus significatif de notre Histoire à été celui de Vendée où femmes vieillards enfants étaient voués à la totale extermination. Les horreurs ont été décrites avec une certaine complaisance et le nom des généraux qui en sont les auteurs ont les honneurs des piliers de l’Arc de Triomphe.
    Dans la mesure où nous avons enfoui et bien caché nos propres turpitudes il n’y a rien d’étonnant à ce que nous fassions des oublis ou que nous ayons la mémoire sélective. Pol Pot ou Staline, Hitler ou Mao .. ils sont quelques-uns à se disputer la palme mais quelques historiens disent que nous serions dans les premiers à avoir voter par décret la disparition d’un peuple.

    Aimé par 1 personne

    • Pradault Louise, en effet, il est étrange que l’ONU refuse le terme de génocide pour l’histoire du Kamputchéa démocratique, il s’agit bien de l’extermination d’une population – cambodgienne- même si elle est réalisée par des gens de la même appartenance ethnique.
      MT

      J'aime

  9. aristide dit :

    Monsieur Maxime Tandonnet vous écrivez :
    « Puis, les mêmes élites bienpensantes et la presse dite de gauche, ont fermé les yeux et nié jusqu’à l’absurde les débuts d’un épouvantable génocide, applaudi à l’évacuation de Pnom Pen et au déclenchement d’une utopie Mais au-delà, l’histoire du Kamputchéa démocratique est le souvenir le plus honteux du monde occidental qui a laissé se dérouler l’extermination d’un peuple, en toute conscience jour après jour, pendant 4 ans, sans bouger le petit doigt. »

    La presse actuelle en France observe le même silence sur l’invasion de notre pays et ne formule aucune critique sur les lois castratrices des libertés, sans parler du gâchis financier que nos Présidents depuis VGE font de nos finances publiques et cela en toute impunité.
    C’est écoeurant !
    Pour le Cambodge, heureusement, il y a maintenant Siem Reap où la vie s’écoule touristiquement dans de nombreux hôtels de grand luxe avec une population jeune et sans mémoire et pourtant Ankhor est là qui éclate splendidement pour rappeler qu’il fût un temps où …
    Ceux qui veulent détruire la France et l’Europe arriveront-ils à la même prouesse de passer d’une période de génocide à une autre de zombis ?

    J'aime

  10. souris grise dit :

    bonjour Maxime .

    Je vous remercie infiniment de parler de ce génocide .Sur mon blog j’en parle régulièrement .Comme je m’intéresse aussi au génocide de la Vendée , car le procédé est similaire.Vous avez bien raison de parler de Robespierre , de Lénine et des autres .
    un film très dur mais qu’il faut voir au moins 1 fois dans sa vie est : La déchirure .Histoire tout à fait réelle sur l’arrivée des khmers et les américains qui partent en hélicoptère en laissant leurs amis interprètes cambodgiens .c’est l’histoire de l’un d’eux .c’est épouvantable .
    on peut rajouter également les horreurs qui se sont produites à Téhéran en 1978/79 .Et là non plus on en parle pas , et pourtant , le procédé est différent , mais se rapproche de nous .

    Amitié Maxime .
    Chris .
    ps : pour avoir parlé de Robespierre , des khmers , j’ai été censurée sur le fig .

    Aimé par 1 personne

    • Souris grise, oui j’ai vu cet immense chef d’œuvre en anglais, il y a bien longtemps, sous le titre bien plus évocateur de « The fields of Killing » et non « la déchirure ». Comme c’est bizarre: il ne passe jamais à la télévision… Tout le monde devrait l’avoir vu, pour l’histoire du XXe siècle.
      MT

      J'aime

  11. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Combien de dizaines de millions de morts causés par le totalitarisme communiste dans le monde depuis la fin du dernier conflit mondial ? Mais soyons objectifs ou essayons de l’être pour ne pas tomber dans l’aveuglement coupable de certains philosophes comme BHL : combien de dizaines de millions de morts liés à des régimes anti-communistes ou dits libéraux et démocratiques comme par exemple celui de Soeharto en Indonésie ou celui de Mugabe au Zimbabwe après 1990 ?
    Là aussi « la mémoire collective se montre bien sélective ».

    J'aime

    • Gérard Bayon, peut-être mais depuis 1945, la palme revient quand même aux régimes dits marxistes, il y a les 3 millions de morts de Pol Pot mais n’oublions pas les 80 millions de morts du « Grand Bond en Avant » de Mao dans les années 1950 qui a affamé le pays. Quand on en parle aux Chinois encore aujourd’hui, ils baissent la tête et se mettent à trembler…
      MT

      J'aime

  12. Infraniouzes dit :

    Cette affaire est révoltante mais je m’interroge encore sur la passivité de l’occident qui n’a rien fait pour arrêter le massacre. Mais on était au temps de la guerre froide et les deux blocs avaient le doigt sur la détente ou sur le bouton du feu nucléaire. On a laissé faire car trop de menaces se profilaient à l’horizon. Giscard-d’Estaing a bien fait une petite opération guerrière à Kolwezy mais sans conséquences sur l’ordre mondial. Ça ne froissait personne.
    Un camp de concentration gigantesque étouffe et martyrise un peuple depuis 70 ans au seul profit d’une famille de dégénérés, les Kim, mais seul Trump a vaguement menacé la Corée du nord. On nous reparle encore et toujours des camps de la mort nazis pour mieux occulter les atrocités du régime communiste de Pyongyang. Mais l’honneur de l’occident est sauf: le déni est encore ce qu’il y a de mieux pour la diplomatie.

    J'aime

    • Drareg dit :

      On était surtout juste après le bourbier vietnamien, peut-être ? Qui aurait encore eu envie d’aller s’enliser dans la région, sans déclencher de polémiques ?

      Par ailleurs, les informations sur les actes du régime semblent avoir mis du temps à être connues à l’extérieur. C’est souvent le cas, d’ailleurs : il est toujours utile de se demander ce que savaient et pensaient les gens à l’époque.

      Enfin, l’idée d’intervenir manu militari dans un pays pour l’améliorer sur une longue durée est à la base des interventions coloniales d’une part (et elles n’étaient pas bien vues à l’époque, pas plus que maintenant, donc il faudrait savoir) ; et des interventions ponctuelles trop rapides mènent à des manipulations puis à des interventions abusives (ce ne sont pas les exemples qui manquent dans la fin du XXe).

      J'aime

    • André Lugardon dit :

      L’occident est-il prêt à mourir pour sauver les Coréens du Nord? Personnellement je ne m’en sens pas le courage.

      J'aime

    • artofuss dit :

      Ne vous interrogez plus, Infraniouzes: à l’exception des USA de Reagan qui réussirent à nous débarrasser de l’URSS alors que nous courbions l’échine et à qui il reste encore quelques globules rouges, (mais pour combien de temps?), l’Occident vit une sorte de Münich permanent à la fois sur le plan extérieur ( Iran, Turquie, Arabie, Chine, Corée, Russie par moments) et sur le plan intérieur (paralysie devant l’islamo-racaillisme, peur des « banlieues », fute en avant -et dans l’anomie, par le « sociétal »…) que des dirigeants et des media indignes essaient en effet de camoufler en agitant de vieux épouvantails. A défaut d’un vif sursaut qui ne saurait venir , une fois encore, que d’Outre-Atlantique, mais qui sera discrédité d’avance par les « clercs », on ne peut imaginer l’avenir que comme une spirale descendante…

      Aimé par 1 personne

    • Infraniouze, c’est bien vrai…
      MT

      J'aime

  13. Mildred dit :

    Mais que cela ne nous empêche pas de dénoncer les génocides d’aujourd’hui plutôt que, toute honte bue, d’avoir à le faire dans quarante ans :

    https://www.cnews.fr/monde/2019-04-07/y-t-il-encore-des-genocides-aujourdhui-dans-le-monde-828077

    Aimé par 1 personne

    • Mildred, absolument vrai, mais pourquoi dans l’article que vous nous transférez, parle-t-on seulement des Yazidis et non des chrétiens qui ont subi le même sort?
      MT

      J'aime

  14. André Lugardon dit :

    Anatole France dans le Lys rouge (1898) puis dans les Dieux ont soif (1912) décrit les dérives meurtrières de la révolution française. Mais est-ce qu’Anatole France est encore lu de nos jours? Les tragédies du passé nous mettent-elles à l’abri des tragédies du futur?

    J'aime

  15. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, Bonjour à tous,

    Sur ce sujet je vous conseille de lire un livre très émouvant: « L’utopie meurtrière » de Pin Yathay. au édition Robert Laffont. L’histoire de cet ingénieur fuyant cette folie meurtrière qui a perdu sa famille, femme, enfants, il fut déporté dans différents camps, vit les massacres, la famine et réussi à fuir en Thaïlande. Bien qu’aujourd’hui à 76 ans il pense que son fils doit être toujours vivant, il serait âgé de 49 ans. Je vous le conseille vivement.

    J'aime

  16. Ping : Nuon Chea, retour sur le crime des Khmers rouges | Raimanet

  17. Nicolas dit :

    Ne pas oublier non plus le Quai d’Orsay qui a toujours tout misé sur Norodom Sihanook au motif qu’il était francophile et francophone. Le même Norodom Sihanook qui a trahi le peuple cambodgien a deux reprises, en cautionnant l’arrivée au pouvoir des Khmers Rouges, puis, en 1993, en permettant a Hun Sen, l’homme-lige de Pékin, de demeurer premier ministre.

    Tout ceci est relativement bien expliqué sans beaucoup de remords par Claude Martin (La diplomatie n’est pas un diner de gala) lors de son passage a La marche de l’histoire (avec enregistrements de Sihanook en prime): https://www.franceinter.fr/emissions/la-marche-de-l-histoire/la-marche-de-l-histoire-07-septembre-2018

    Note: Je n’ai pas lu La Diplomatie n’est pas un diner de gala, les 30 minutes de La Marche de l’histoire m’ont suffi…

    J'aime

  18. Madzi dit :

    Des souvenirs gênants … En effet, comme en juillet 1942 lorsque la police française arrête et remet 4200 enfants aux nazis.Police de Vichy diront certains, non c’était la police française.

    J'aime

  19. colococo2 dit :

    Les ordures gauchisasses ont été bien discrètes dans leur condamnation …
    Désolé, je réfute la novlangue et ai pour habitude d’ appeler un chat un chat …….
    A quand un NUREMBERG du communiste ????

    Aimé par 1 personne

    • André Lugardon dit :

      A quand un NUREMBERG du communisme ?
      A quand un Nuremberg des crimes commis par les Japonais en Chine et en Birmanie pendant la seconde guerre mondiale?
      Il se pourrait bien que la réponse aux deux questions soit jamais.

      J'aime

  20. De Furst dit :

    Enfin quelqu’un qui en parle. Et ne pas oublier les articles du Monde et de Libé. Ces deux titres et d’autres peut être sentent encore les charniers qu’ils ont fêtés.

    J'aime

Répondre à souris grise Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.