LCI, sur « l’humilité présidentielle »

Hier, soir, j’ai été invité à la hâte pour participer à une émission sur LCI, au sujet des déclarations du président qui prône « l’humilité », en présence de deux députés (MODEM et LFI), d’une journaliste du Parisien et d’une essayiste.

Je l’étais en tant qu’auteur de livres d’histoire, de biographies et notamment de l’Histoire des présidents de la République (Perrin 2013, réédition en poche 2017). Un président peut-il être humble? Telle était la question posée. Ma réponse portait sur l’infinie débilité d’un régime politique qui tend jusqu’au vertige à la sublimation de l’occupant de l’Elysée, une sorte de demi dieu surmédiatisé, supposé incarner l’autorité politique à lui seul, sombrant dans l’obsession de sa réélection – et l’impopularité – au détriment du bien commun de la nation. Quant au virage de « l’humilité », le passage de « Jupiter » à « Modeste », il n’était qu’un signe supplémentaire de l’anéantissement de la politique – l’action en faveur de l’intérêt général – dans l’ivresse de la communication narcissique. Il n’est pas facile d’argumenter dans ce genre d’émission, malgré l’évident professionnalisme et la bienveillance de la journaliste qui l’animait, Amélie Carrouer. Poser un raisonnement dans l’excitation d’un débat sous le feu des caméras est une véritable gageure… Mais quand on a le sentiment d’avoir un bout de message à faire passer, on ne peut pas toujours se dérober face à l’épreuve des « plateaux de télévision ».

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

34 commentaires pour LCI, sur « l’humilité présidentielle »

  1. Ping : LCI, sur « l’humilité présidentielle » | Raimanet

  2. patricecharoulet dit :

    Guillaume Larrivé (suite)

    Je suis allé écouter Guillaume Larrivé, député, candidat à la présidence LR, jeudi soir, à Dieppe.
    J’en ai déjà parlé.
    J’avais oublié de dire ceci, qui ne me semblait pas important : Deux minutes, après mon arrivée, je me trouve à côté d’un homme qui ne cesse de prendre des photos. Je l’aborde et je lui dis : « Vous travaillez à Paris-Normandie, aux Informations dieppoises? »Réponse : « Non, au Parisien. » Question : « Vous êtes venu avec le candidat ? »
    Réponse : «  Non, j’ai pris le train . » Fin du dialogue. Pendant l’intervention ( deux heures) ce monsieur a bien dû prendre 500 photos, y compris en visant le public.
    Vendredi matin, j’ouvre mon « Parisien » et je cherche un article là-dessus. Rien. Ce samedi, je re-commence. Oui ! Un article. Je lis. C’est plein de vacheries. Quelques épithètes peu agréables, sur l’orateur, sur le public, sur la taille de la salle, avec des éloges sur un autre candidat, absent. On a payé le train Paris-Dieppe, à ce monsieur, son restaurant, son article, il a fait 500 photos, …Tout ça
    pour ça !
    Mais, j’y repense : cet « envoyé spécial » (dixit le Parisien) avait des tatouages plein les bras.
    Mauvais signe ! Ma longue expérience de la vie (je suis septuagénaire) m’a notamment appris ceci : il y a trois mauvais signes : les tatouages partout, les catogans (Dans le Parisien récemment, j’avais sursauté en lisant « son élégant catogan ») et les piercings (nez, lèvre, sourcil…). Signes infaillibles.Méfiance, méfiance !

    J'aime

  3. Zonzon dit :

    Monsieur,

    La plainte d’un blogueur est parvenue jusque ici ! Vous l’avez entendue. Vous avez eu à honneur de le lui faire remarquer. Une parole de réconfort qui lui est arrivé assurément droit au cœur.

    Peut-être ignorez-vous, comme « patron » de blog, combien vous êtes concerné par le sort qui est fait à cet homme ailleurs qu’ici ?

    Pour peu que vous ayez quelques instants à perdre vous pourriez jeter un regard sur cet immense plâtras

    https://www.philippebilger.com/blog/2019/07/encore-nadine-morano-cest-vrai-ou-cest-raciste-.html?cid=6a00d8341c86dd53ef0240a4725c4c200c#comment-

    qui sans cesse croît et embellit, chaque jour apportant son paquet d’immondices !

    À ce niveau-là de déconstruction comique et de distorsion de l’échange intellectuel libre, il convient de faire une recherche de responsabilité laquelle échoit sans hésitation au « propriétaire » du lieu !

    Ainsi, dans cet ultime espace de liberté qui reste aux simples – les infimes GJ de la blogosphère se rassemblant autour de ronds-points immatériels – , les pollueurs sont ces gens « d’orgueil », à la lisière du public et du privé, qui terminent une vie officielle en se produisant dans des blogs à leur botte !
    Ce sont des irresponsables se gorgeant de respectabilité à bon marché mais en réalité des serviteurs aux mains de la caste politicienne qui tient tout !

    Lors de votre rapide visite à l’Athélé – juste le temps, hélas, de vous apercevoir quittant votre siège devant les sourires de satisfaction peu dissimulée des 3 ou 4 rombiers vous ayant donné la réplique, m’est revenu cet instant – dans la même émission – où le sieur Olivier Duhamel, après quelques secondes de pose, d’un air pensif et super concentré, jeta à la foule des téléspectateurs éberlués cette profonde et juste parole : « Dans le fond, nous sommes, en France, 2.000 à faire de la politique…pas plus ! »

    Je crois, Monsieur, que vous ne faites pas partie de ces 2.000 ! Et c’est bien dommage !

    J'aime

  4. patricecharoulet dit :

    Guillaume Larrivé

    Il était, ce jeudi 1er août,à 18h30, l’invité des Républicains de Dieppe et de sa région.
    Tout ce que je savais de lui, ce que j’avais entendu de lui et lu de lui, m’avait fait souhaiter qu’il fût candidat à la présidence de mon parti. J’ai été ravi d’apprendre qu’il était l’un des trois candidats.

    Son intervention dans ma petite ville a été à la hauteur de mes espérances.Il a bien parlé sans prompteur, sans micro, sans notes pendant deux heures. Il a une foule de qualités éclatantes..
    Il a été élu député deux fois de suite. La dernière fois c’était malgré le triste tsunami macroniste, venu de nulle part. J’espère qu’il sera élu président de mon parti. Si ce n’est pas le cas, je suis sûr que Guillaume Larrivé est un homme politique d’avenir. Il est jeune (42 ans),mince, brillant, élégant, cultivé.Et ce n’est pas un novice : il est entré dans ma famille politique à 17 ans.

    Une chose m’a frappé. J’ai assisté, dans ma vie, à de nombreuses réunions de ce genre. C’est la première fois que je rencontre un homme politique qui a demandé à ceux qui lui ont posé des questions, à la fin, de se présenter .Ils ont déféré à cette demande. Cela me semble, en effet, la moindre des choses, à l’époque des anonymes, des pseudonymes et des zombies.

    J'aime

    • Philippe Dubois dit :

      Guillaume Larrivé s’est courageusement abstenu lors du vote de la loi Avia.
      Il représente tout ce que je ne supporte pas chez cette fausse droite qui crève de trouille à l’idée de faire de la peine à la gauche.
      Jamais il n’aura ma voix ou un quelconque soutien de ma part.

      J'aime

  5. Républicain dit :

    Demi-dieu surmédiatisé, c’est plutôt un Pinocchio surmédiatisé dans un pays qui a besoin de changer sa Ripoublique en République. La cinquième est de venue indécente, passons à la sixième.
    Macron est une erreur de ceux qui l’on mis en place pour les servir, car Pinocchio est antinationaliste, anti-France, psychopathe, imbu de lui-même, égoïste, vaniteux, faussement cultivé, dangereux pour notre pays dont il gaspille les finances et ne fait aucune réforme promise dans son programme. De plus contrairement à l’image que l’on donne de lui c’est un froussard.
    https://www.bing.com/videos/search?q=psy+italien+macron&view=detail&mid=F34EF0112FCFB957DD53F34EF0112FCFB957DD53&FORM=VIRE

    J'aime

  6. patricecharoulet dit :

    INJURES

    Sur un autre blog, un commentateur, voyant que je ne partage pas plusieurs de ses assertions, me dit : « Vous êtes un ordure sans nom. »

    Je souhaitais lui répondre par le silence, excellente réponse. Mais je préfère obligeamment l’instruire par ceci :
    « Les injures sont les raisons de ceux qui ont tort .» (Chamfort)
    « Les injures sont des marques d’impuissance, et même des lâchetés, étant des succédanés pour des meurtres. » (Valéry)
    « L’insulte, c’est le trognon du langage » (Jean-Pierre Winter)

    J'aime

    • Patrice Charoulet, Internet rend lâche, c’est tellement facile d’insulter derrière un écran…
      MT

      J'aime

    • PenArBed dit :

      Patricecharoulet, je vous en propose une autre:
      Socrate: « Ceux qui nous salissent, nous haïssent, nous crachent dessus, nous insultent, nous invectivent, nous détestent ont toujours de bonne raisons qui toutes trahissent le ressentiment, l’envie, la jalousie, la frustration, l’insatisfaction, la rancune, l’amertume, le mécontentement de soi. C’est déjà une punition bien assez grande d’être une petite âme, pour quelle raison ajouter du mal au mal ? »

      J'aime

    • Mary Preud'homme dit :

      Bien d’accord avec Maxime Tandonnet que je paraphrase : « c’est tellement lâche d’insulter un contradicteur bien à l’abri derrière son clavier », etc.
      A vrai dire comportement qui ne mérite que le mépris, sauf à risquer (pour y répondre) de se retrouver et se vautrer dans la même fange que son insulteur !

      J'aime

    • Zonzon dit :

      « Ordure » dit-il !

      Ne serait-ce pas cet individu dont on a dit qu’il était dans les blogs comme un papier gras sur un court de tennis !

      J'aime

    • Patrice Chat-Fourré dit :

      Votre anecdote me fait penser à une phrase d’un roman de Hubert Montheilet, lui aussi professeur agrégé (d’histoire, je crois).

      Parlant d’un de ses personnages, il dit qu’il a une tête de haut fonctionnaire, inquiet (au moment de l’action) car il est naturellement porté à chercher le bon côté du manche, et qu’il est bien compliqué de le trouver avec certitude en période de crise aigüe (ce qui est le cas au moment de l’action).

      C’est bien mieux tourné que cela chez Montheillet, on mesure l’importance d’une culture littéraire et du fameux gueuloir flaubertien.

      J'aime

    • Zonzon dit :

      @ Mary

      Oui bien sûr vous avez raison.

      J’ai extrait d’un recoin de mémoire, sans avoir vérifié, une histoire de séquestration d’une jeune fille par deux frères autochtones.

      Utiliser ces bunkers reste tentant pour les demeurés. Il y a toujours un peu de « diable » dans les lieux souterrains !

      J'aime

  7. Sganarelle dit :

    Ce jeune président encensé depuis son jeune âge et conforté par ses aînés dans une indéfectible confiance en lui est le pur produit d’un certain milieu de la société qui se croit au dessus de l’humanité souffrante laquelle n’existe pas pour lui . Comme beaucoup de ses semblables il est invariablement entouré de «  cons », l’humilité lui est donc étrangère.
    A noter que ses diplômes n’ont rien de sensationnel et que Laurent Waucquier le bat en ce domaine. Un peu comme l’albatros de la fable il semblerait qu’il leur manque une forme de sensibilité affective qu’on appelle le charisme..
    L’intelligence et la richesse tout comme l’humilité et autres vertus se voient clairement sans éprouver le besoin de revendiquer et si il annonce changer de visage mieux vaut attendre de voir ce qu’il en est vraiment avant de se réjouir.

    J'aime

  8. PenArBed dit :

    Maxime vous écrivez : « l’occupant de l’Elysée, une sorte de demi dieu surmédiatisé »
    Régis Debray a aussi l’occasion d’être invité dans les médias
    (propos tenus sur France Culture le 29 mai 2014) :
    «Je dirais que la classe dirigeante, et j’entends par là la classe politico-médiatique, je devrais d’ailleurs dire la classe médiatico-politique puisqu’en démocratie de l’opinion, c’est l’opinion qui dirige et la fabrication de l’opinion dirige non seulement la perception des choses mais le gouvernement des hommes.
    La droite a bazardé le gaullisme, avocats d’affaires qui font du business, la gauche elle, elle a bazardé et le socialisme et la République. Qu’est-ce que la gauche ? C’est l’union du populaire et du régalien, le régalien c’est la puissance publique, l’État. La gauche me navre je dois avouer, elle était mariée avec l’Histoire et avec les idées, aujourd’hui elle est mariée avec Voici et avec la «Com», mariée même pacsée au sens conjugal du mot souvent. Les fondamentaux, tant de la droite que de la gauche, ont été perdus, en sorte qu’on a laissé la Nation, idée de gauche, aux nationalistes et on a laissé le Peuple, idée motrice, aux démagogues. Nous n’avons que ce que nous méritons.
    Enfin avouez que ce qui se passe tout de même depuis quelques temps est un peu navrant. Je n’ai jamais vu tant d’inconsistance à la tête de l’État».

    Aimé par 1 personne

  9. Janus dit :

    hors sujet, mais la lecture de ce livre m’a atterré : Laurent IZARD : La France vendue à la découpe éditions de l’Artilleur. J’en conseille la lecture à tous les patriotes amoureux de la France : Nos gouvernants nous volent, non seulement par leurs dépenses en frais de bouche (Homard et vins fins), mais aussi en bradant à l’encan notre patrimoine pour assurer les fins de mois de plus en plus difficiles d’un état obèse, incompétent et surtout concussionnaire : Entreprises du CAC 40, terres agricoles, laiteries, vignobles, immeubles publics, ensembles touristiques, clubs sportifs, brevets et cerveaux, tout est fait pour vider la France de sa substance sans que personne ne réagisse, sinon localement et cela malgré toute la littérature sur le sujet et les nombreux rapports de la cour des comptes sur les différents scandales. On trouve aux manette tous les oligarches français, mais aussi russes, chinois, saoudiens, quataris et américains
    Lisez ce livre : Il s’ajoute aux réquisitoires sur l’incurie et la corruption de la classe politique française, mais aussi la haute fonction publique qui participe à sa manière à la grande braderie du siècle (sans référence au club du même nom… ) !

    J'aime

  10. Timéli dit :

    En marge du post de MT, le sujet m’inspire ces trois citations :
    « L’humilité consiste à s’évaluer correctement » (Spurgeon Charles)
    « Plus on est placé haut, plus on doit se montrer humble » (Cicéron)
    « La vanité cherche les applaudissements, l’humilité demande leur oubli » (Joseph Michel Antoine Servan)

    J'aime

  11. Comme j’admire votre esprit critique, et surtout la remarquable profondeur de vos brillantes analyses, notamment sur votre précédent employeur, un certain Sarkozy.

    J'aime

  12. André Lugardon dit :

     » Humilité : Suprême orgueil.  »
    Citation de Charles Régismanset

     » L’orgueil n’est jamais mieux déguisé que lors qu’il se cache sous la figure de l’humilité.  »
    Citation de François de La Rochefoucauld

    J'aime

  13. michel43 dit :

    obliger de sourire ,,,,qui oserais contredire les gens qui détienne le pouvoir ,ou un patron dans le priver ,,,,il y a tellement de lèches bottes dans notre société ,,,je vais encore taquiner notre Maxime ,sur le Sarkozy ,,,qui ne respecte pas un référendum ,et d’autres choses ,vous êtes comme Debré pour Chirac ,,,j’ai tant vue de c’est gens autour de Balladur ,qui le voyais Président part intérêt ,je savais que battre Chirac était impossible ,alors ne rêvons pas ,si les droites ne se rassemble pas ,Macron sera réélue,, ,Vérité gênante pour beaucoup d’entre vous

    J'aime

  14. Citoyen dit :

    Ah,… L’humilité ! …. Un bon argument marketing …. un bon filon …. ça fait vendre …
    Il est vrai que quand on cherche désespérément des voix … il faut tout essayer …
    Alors, pourquoi pas l’humilité … ça sent la bonne martingale ….
    Des spécialistes de la vente de lessives, affirment que c’est excellent pour ratisser large …

    J'aime

  15. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Je n’ai pas vu cette émission mais en consultant la liste des invités, j’ai pu voir qu’il y avait un député Modem habitué récurrent des plateaux de télévision.
    Pour l’avoir déjà entendu précédemment dans plusieurs débats, ce Monsieur est la caricature du député godillot, arrogant, donneur de leçons et ayant une fâcheuse tendance à considérer les sans-dents comme des incultes et des imbéciles.
    Comme je vous plains d’avoir dû échanger avec un tel personnage, l’opposé de vous !

    J'aime

  16. EMarquet dit :

    Rassurez-vous, vous avez très bien représenté la haute fonction publique, dans la sobriété et la clarté.
    Seul le vocable « inhumilité » (qui n’existe pas, sauf erreur) aura emmêlé votre parfaite diction.
    Ce genre d’émission ne laisse pas place à de longues argumentations. Mais Mme Carrouer est très posée et sait répartir le temps.
    Parmi les invités habitués des plateaux, j’apprécie les analyses de Mme Barbara Lefèbvre qui sont toujours très pertinentes, même si elle fait sèche et sévère dans sa façon de s’exprimer. Le député Modem, lui, fait souvent preuve de bon sens. Quant à la journaliste du Parisien, elle est de manière générale assez lassante, ayant une forte tendance à vouloir monopoliser la parole, et à porter le message macronien contre vents et marées.

    J'aime

  17. artofuss dit :

    Quel qu’ait été par ailleurs le « résultat » de votre intervention (que je n’ai pas vue), bravo d’être allé braver les caméras, les politichiens, les journalistes et les pièges y afférents…Chacun d’entre nous, à son niveau, doit impérativement tenter de faire passer ne serait-ce qu’un tout petit bout de ses convictions dans l’actuel désert de la pensée politique à tous les niveaux. Espérons que vous aurez été écouté !…

    J'aime

  18. carlo dit :

    Merci à vous, Monsieur Tandonnet, d’avoir fait passer ce message.
    Il est si rare d’entendre critiquer les dérives présidentialistes de la V ème République…
    J’espère que vous aurez l’occasion de vous exprimer plus régulièrement sur les chaînes de télévision.

    J'aime

    • PenArBed dit :

      Le souci est qu’en tant qu’ invité on doit se soumettre aux règles de la Doxa au risque de ne plus être invité.
      Noam Chomsky (linquiste et philosophe américain)  »La façon la plus intelligente de maintenir la passivité des gens, c’est de limiter strictement l’éventail des opinions acceptables, mais en permettant un débat vif à l’intérieur de cet éventail et même d’encourager des opinions plus critiques et dissidentes. Cela donne aux gens l’impression d’être libres de leurs pensées, alors qu’en fait, à tout instant, les présuppositions du système sont renforcées par les limites posées au débat. »

      Aimé par 1 personne

    • carlo, il me faut forcer ma nature.
      MT

      J'aime

Répondre à patricecharoulet Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.