Démission de Rugy et la crise de régime

Les derniers événements sont dramatiques, pas pour M. de Rugy, mais pour le pays. L’élection de M. Macron s’était faite en 2017 sur le thème d’un « nouveau monde » de vertu qui devait succéder à l’ancien corrompu, incarné dans le Fillongate. Le nouveau monde s’est effondré avec l’affaire Benalla et aujourd’hui l’affaire Rugy. Et ce n’est sans doute qu’un début. La décomposition s’accélère, s’amplifie jusqu’à la nausée, jusqu’au vertige. Qu’est-ce que cette république des donneurs de leçon, marchands de vertu, qui se roulent dans leurs privilèges? Qu’est-ce que cette république des mouchards, des boites aux lettres, des officines de délation et de calomnie qui prospèrent sur le goût du lynchage, et cette effarante lâcheté?  Qu’est-ce que cette république de lâches qui prétendent servir le pays, mais ne servent que leur démence vaniteuse et fuient à la première secousse? Lâcheté, oui: il n’y a pas eu de jugement, pas même de mise en examen, pas même d’illégalité manifeste commise, pas mort d’homme, juste une polémique. Ses amis les plus proches qui lui juraient fidélité, sentant le vent tourner, ont crié haro sur le baudet. Innommable cynisme, innommable lâcheté. A ce rythme, pas un seul ministre pas un seul dirigeant politique ou gouvernemental, pas le moindre gouvernement n’est possible au-delà de quelques semaines. Dans un univers fondé sur l’image vaniteuse – plutôt que le service de la France – quand l’image est touchée, tout s’effondre.  Le régime dans lequel nous vivons est totalement foutu. Il repose sur la démence vaniteuse d’une poignée de médiocres qui n’ont pas d’autre objectif que de se gaver sur la bête et de se maintenir le plus longtemps possible sous les ors des palais dorés. La question n’est pas seulement de changer les hommes. Tant que la politique française ne retrouvera pas le sens de l’intérêt général et du courage politique, rien ne sera plus possible. Imaginez vous les uns et les autres, de l’extrême gauche à l’extrême droite, les idoles politico-médiatiques, dans pareil contexte? Il faudrait une autre approche de la politique, des hommes ou femmes totalement indifférents à leur image et à leur destin politicard, assez honnêtes pour se montrer irréprochables, assez fort pour mépriser les crachats, obsédés par le seul intérêt de la France. Mais rassurez-vous, cela n’existe plus.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

45 commentaires pour Démission de Rugy et la crise de régime

  1. patricecharoulet dit :

    RUGY

    Qu’un tel homme ait de tels comportements est peu de chose. La seule question que l’on pourrait se poser est celle-ci : Le système politique français a-t-il suffisamment de freins ou de contrôles pour rendre impossibles ces comportements ? Et la réponse est : Non. Il y a des pays où la réponse serait : Oui.
    Un mot quand même sur ce Rugy. Primaire de la gauche : tous les candidats s’engagent à se présenter devant les militants pour désigner le meilleur candidat de gauche à la présidentielle.
    La présidentielle a lieu. Rugy vole au secours de la victoire et oublie la primaire de la gauche.
    Symétriquement, primaire de la droite. Bruno Le Maire participe à la primaire de la droite. Chaque candidat se présente devant les électeurs de droite pour désigner le meilleur candidat de droite possible. La présidentielle a lieu. Vainqueur : M. Macron. M. Le Maire oublie la primaire de la droite, oublie son parti, et vole au secours de la victoire. Deux belles girouettes !
    Le second atterrit à Bercy. Le premier devient le quatrième personnage de l’Etat et occupe l’hôtel de Lassay, alors qu ‘il est l’insignifiance incarnée. L’ex-président de l’Assemblée nationale redevient député. C’est déjà pas mal pour lui. Il a versé une larme chez Bourdin. Je n’en verserai pas.

    P.-S. Ecoutant assez distraitement un débat sur LCI ce matin , je lis qu’un des participants, Tartempion, illustre inconnu , est « député LT ». Friand de politique intérieure, je connaissais les communistes, les socialistes, les centristes, les gaullistes, à quoi sont venus s’ajouter les lepenistes, les mélenchonistes et – le gros bataillon – les macronistes, c’est nouveau  ça vient de sortir. Mais LT, qu’est-ce que cette bête- là ? Eh bien, accrochez-vous, c’est un groupe de 18 députés intitulé « Libertés et Territoires ». Des précisions ? Pas de précisions. Nuance politique ?
    Inconnue au bataillon. Il y a trois Corses. On croit tenir un indice. Les autres sont-ils des Bretons radicalisés, des Alsaciens séparatistes, etc. ? Que nenni. C’est un patchwork d’inconnus qui ne savaient pas trop où se mettre, plus d’anciens socialistes comme Olivier Falorni et François Pupponi…et le centriste Charles de Courson ! Qu’est-il venu faire dans cette galère ? Mystère.
    Je comprends enfin, LT , c’est le salmigondis composé de 18 gus qui ne peuvent être nulle part et qui ne voulaient pas se retrouver au coin , avec les non-incrits, façon Dupont-Aignan. Mais dans la série : Youpie, on forme un groupe !

    J'aime

  2. bernard allouche dit :

    Désolé mais tout cela n’est que palabre, la seule réponse se trouve dans les urnes. Au peuple à se déplacer et à prendre ses responsabilités.
    Mais en a t-il encore la force !!!

    J'aime

    • Annick Danjou dit :

      et voter pour qui? pour le moins pire? on voit ce que ça donne les résultats, avec 18% les candidats explosent de joie. Comment expliquer le score de LREM aux européennes? ils auraient dû être battus à plate couture mais quant on regarde en face, LR et tous ces sbires qui votent main dans la main avec LREM pour tout ce dont le peuple ne veut plus, le pacte de Marrackech, les restrictions de liberté etc…etc… La maire de paris qui récompense les passeurs et qui verse de l’argent pour qu’on puisse continuer à aller chercher les migrants, la liste est longue et je pense que les gens finissent par courber l’échine et à ne plus s’intéresser à la politique ou plutôt aux politiques qui les trahissent jour après jour en toute impunité. J’avoue personnellement que je suis de plus en plus écoeurée, fatiguée et que tout cela me déprime.

      J'aime

    • André Lugardon dit :

      Annick Danjou, tout nous sépare, les écrans d’ordi, nos vécus respectifs, nos lieux de vie différents, nos convictions personnelles. Nous avons tout de même un point commun: le monde ne sera jamais comme vous voudriez qu’il soit, il ne sera jamais comme je voudrais qu’il soit. Je pense que cela ne sert à rien d’être écoeuré, déprimé. En écrivant cela je ne cherche pas à vous faire la morale mais juste à vous inviter à ne pas voir le monde que dans son côté négatif qui existe bien entendu mais il n’est pas que cela non plus. Les enfants, les petits enfants nous entraînent parfois sur des chemins que nous n’aurions peut-être pas pris sans eux. C’est ainsi que pour le week-end du 14 juillet j’ai rejoint une partie de notre famille à Lacanau où je n’avais jamais mis les pieds jusqu’à maintenant. C’est très beau et il y avait beaucoup beaucoup beaucoup de monde très loin de vos préoccupations et des miennes. Une foule nombreuse et heureuse d’être là avec l’envie de vivre de bonnes vacances. L’océan et le lac sont très beaux, le feu d’artifice l’était aussi. Ainsi va la vie et le monde. Et une vie humaine ça passe vite, très vite…

      J'aime

    • PenArBed dit :

      Au sujet des Français, Chateaubriand écrivait :  »Qui prévoirait l’esprit français, les étranges bonds et écarts de sa mobilité? Qui saurait deviner et expliquer comment il adore et déteste tour à tour, comment il dérive d’un système politique, comment la liberté à la bouche et le servage au cœur, il croit le matin à une vérité et il est persuadé le soir d’une vérité contraire ».
      Au demeurant, si par le plus grand des hasards ceux de la France d’en bas se trouvaient à la place de ceux de la France d’en haut en serait-il autrement ?

      J'aime

    • Annick Danjou dit :

      Merci André Lugardon pour ce message d’espoir. Je saisis moi aussi les bons moments de la vie avec mes enfants et petits enfants mais lorsque je prends du recul et que j’observe notre pays, je me dis que le fiasco est là et qu’il faudra faire avec. Et pourtant je sais parfaitement que le monde ne sera pas ce que je voudrais qu’il soit, mais si au moins nous avions quelques indices positifs de notre gouvernement, cela aiderait à ne pas sombrer dans le pessismisme.

      J'aime

  3. lugardon dit :

    « De la disparition du passé on se console facilement. C’est de la disparition de l’avenir qu’on ne se remet pas. » Amin Maalouf.

    Aimé par 2 personnes

  4. Galatine dit :

    Je ne citerai pas ici le nom du premier édile de Levallois Perret qui a une bonne tête de fripouille mais qui lui, au moins, ne se permet pas de faire la morale urbi et orbi.
    Au moins, avec lui, il n’y a pas tromperie sur l’étiquette…
    C’est ce qui rend encore plus insupportables, les facilités et abus commis par des vertueux médiocres et hypocrites, dont on peine, par dessus le marché, à appréhender les véritables convictions et le sens de l’intérêt général, à travers leur parcours sinueux…
    Alors, vraiment, je n’ai aucune envie de verser des larmes de crocodile sur Monsieur de Rugy, l’arroseur arrosé, après la mésaventure qui lui arrive.
    Je pensais qu’il bénéficiait d’un solide soutien de Macron pour s’afficher ainsi à la tribune, le jour du 14 Juillet, et pour donner une petite interview, pleine de morgue, au journal  » Ouest France », où il apparaissait requinqué et offensif.
    Il faut croire qu’en quelques heures, le vent a vite tourné pour lui et conforté le matin même,  » On  » ne lui a plus laissé le choix d’une « démission » vespérale 🙂

    J'aime

    • Galatine, la question n’est pas de verser des larmes de crocodiles, mais de prendre acte qu’il n’y a plus de gouvernement possible dans un tel climat de déliquescence.
      MT

      J'aime

  5. EMarquet dit :

    Il n’y a pas lieu de se réjouir de la déliquescence de notre société et la Macronie donneuse de leçons qu’elle transforme progressivement en textes de Loi liberticides, n’est que la mutation délétère d’une société individualiste qui ne respecte rien ni personne.
    Les politiques sont des proies faciles car exposées et il est toujours étonnant d’observer chez eux ce mélange d’orgueil, de culot, de naïveté frôlant parfois la bêtise et d’imperméabilité au sentiment de honte, le carriérisme et l’arrivisme n’arrangeant rien.
    Mais ils ne sont pas les seuls pervertis du système. Ce qu’on exige des politiques devrait être exigé de beaucoup d’autres. Ainsi les journalistes devraient revoir sérieusement leur déontologie. Un journaliste d’investigation n’a pas vocation à devenir un justicier et à clouer quiconque au pilori sur la base de ragots ou de délation.
    Il y aurait beaucoup à dire aussi sur les membres de notre système judiciaire ou économique.
    Quant à nous, citoyens de base, « le respect de nos semblables » devrait être « la règle de notre conduite » ( Maximes et Réflexions – Goethe). Est-ce toujours le cas ?
    Que chacun commence par balayer devant sa porte !

    J'aime

  6. Mary Preud'homme dit :

    Etre ou paraître, telle est la question ?
    A trop vouloir paraître on en vient parfois à oublier ce que l’on est, à se nier, à se mentir pour continuer à faire illusion… Et quand la fascination du pouvoir s’y rajoute, c’est trop souvent hélas l’image qui prend le dessus et tout devient bon pour maintenir l’apparence.
    Revenir à l’honnête homme ne devrait pourtant pas sembler impossible à qui a le courage de se regarder dans un miroir sans rougir, à examiner sa conscience sans trembler. Ce que font beaucoup de personnes de tous âges et de toutes conditions dans la vie de tous les jours, mais dont on ne parle jamais. Alors que ce sont ces gens-là (hommes et femmes au sein de leur famille, de la société, de leur métier, etc.) ne comptant ni leur temps, ni leurs efforts qui maintiennent la France à bout de bras.
    Réagir, revenir sur terre et prendre un nouveau départ, ce que peut faire n’importe qui, même un tout puissant lorsqu’un accident de la vie le ramène parfois brutalement à la réalité et par conséquent à l’essentiel.

    Aimé par 1 personne

  7. Sganarelle dit :

    On nous bassine à longueur de journée avec « les valeurs de la République » et on crie au lynchage dès qu’un journal d’investigation soulève le voile sur des actions douteuses.
    la république donneuse de leçons qui constamment critique déforme ou se moque de l’ancien régime ne devrait pas d’un côté profiter des restes de la monarchie , se servir et habiter les anciens palais pour tenter de briller et « en même temps » nous endoctriner en prêchant l’égalité et autres vertus qu’ils n’appliquent pas.
    (A ce sujet il serait bon de faire un petit tour du côté du mobilier national.. le peuple serait intéressé de savoir que beaucoup de ce mobilier constitué de pièces rares de notre patrimoine se trouve encore entre les mains d’anciens gouvernants peu scrupuleux qui «  oublient «  de le rendre leur mandat terminé. )
    Notre époque n’est pas pire que les précédentes parce que l’humanité est toujours la même , elle est différente dans sa façon de voir et traiter les problèmes. Le fossé « suivant que l’on est puissant ou misérable » est toujours le même et népotisme et favoritisme sont la règle. Interviennent seulement la propagande et l’hypocrisie afin de favoriser un mode de régime différent.
    Il convient après la révolution et l’Empire de préférer la république à la monarchie mais dans le fond a part la valse des têtes rien n’a vraiment changé dans le pays sauf une perte de puissance et de prestige et nous tentons d’accommoder les restes. .

    Aimé par 1 personne

  8. Janus dit :

    Il est évident que depuis la fin du gaullisme, le personnel politique est d’une médiocrité intellectuelle affligeante et totalement corrompu. On en vient à souhaiter le moment ou toutes ces crapules, imbéciles, lâches ou ambitieux sans talents (et peut-être tout cela à la fois pour beaucoup d’entre eux) seront à la lanterne…

    J'aime

  9. Christophe dit :

    Maxime

    Vous connaissez cette expression: »Il faut laisser pisser le mérinos »Ne vous plaignez pas trop de cette crise de régime,il faut la laisser aller jusqu’à son terme,ce sera certainement très long.De cette lente agonie naîtra un bien ou qui sait peut-être quelque chose de pire.Le processus ira jusqu’au bout du bout.

    J'aime

  10. PenArBed dit :

    Les médiocres : Vaste programme
    De Gaulle (Mémoires d’espoir) :  »Bref, quelques mois après la victoire, l’État était debout, l’unité rétablie, l’espérance ranimée, la France à sa place en Europe et dans l’univers.
    (…) Mais, celui-ci une fois assuré, toutes les prétentions, ambitions et surenchères d’antan se levaient sur notre peuple, comme si les malheurs inouïs qu’elles venaient de lui coûter se trouvaient aussitôt oubliés.
    Car les partis reparaissaient, autant vaut dire avec les mêmes noms, les mêmes illusions, les mêmes clientèles, que naguère.
    (…) Combien, dans ces conditions, l’époque est-elle propice aux prétentions centrifuges des féodalités d’à présent : les partis, l’argent, les syndicats, la presse, aux chimères de ceux qui voudraient remplacer notre action dans le monde par l’effacement international, au dénigrement corrosif de tant de milieux, affairistes, journalistiques, intellectuels, mondains, délivrés de leurs terreurs ! Bref, c’est en un temps de toutes parts sollicité par la médiocrité que je devrai agir pour la grandeur ».

    Aimé par 3 personnes

  11. charles902 dit :

    Monsieur Tandonnet bonjour,
    Vous avez, hélas, raison.
    Mais le pire est que ce qui se passe actuellement est le reflet de la société elle même, qui exige tout d’abord du pain et des jeux, sans rien changer du reste. Pas de vision, pas de compréhension des choses, abandon des acquis de notre démocratie et de notre civilisation qui ont fait sa force.
    Encore quelques années à ce rythme et les barbares, dont les éclaireurs sont déjà en place, viendront en masse.
    Espérons que nos forces armées auront alors le soutien du politique pour protéger ce qui reste de nos valeurs.

    Aimé par 2 personnes

  12. pabizou dit :

    Bonjour . Vous auriez pu aller plus loin dans votre dernière phrase et ajouter que si, par hasard, il en restait un, les voyous de la république ont tellement bien verrouillé le système qui les fait vivre au-dessus de leur non-valeur qu’il ne pourrait même pas se présenter à une élection sans être immédiatement la cible de tous les minables cireurs de pompes médiatiques . Seule une nouvelle république assise sur une constitution revenant aux fondamentaux ( DDHC sans oublier le C comme c’est le cas actuellement et abolition des priviléges revisitée et actualisée ) pourra sortir ce pays du gouffre dans lequel il tombe et ce ne sont pas les crapules d’aujourd’hui qui feront ce qu’il faut pour qu’elle puisse voir le jour, tous auraient bien trop à perdre . Au USA cela a donné Trump car le système electoral le permettait ici, ce n’est pas gagné, le barrage des 500 signatures n’existe pas par hasard .

    Aimé par 2 personnes

  13. lugardon dit :

    Les « politiques » sont rarement des saints et les saints font rarement de la politique.

    J'aime

  14. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Ce n’est en effet pas rassurant de constater que la probité et l’honnêteté des politiciens n’existent pratiquement plus et que l’excuse minable pour justifier le détournement de fonds publics et l’évasion fiscale c’est : « à l’époque c’était autorisé » ! Celles et ceux qui devraient être des exemples d’irréprochabilité ne sont en fait que des petits voyous qui n’ont même pas le courage ou plus simplement le bon sens d’exprimer leurs regrets et leurs excuses publiques lorsqu’ils sont pris les doigts dans le pot de confiture. Ces gens-là qui qui préfèrent accuser les autres, déshonorent la politique, ils sont méprisables et ne méritent aucune disculpation.
    Seuls gagnants comme d’habitude : l’abstention et les votes contestataires.
    Les Français ne sont surement pas surpris et les frasques révélées par une officine de dénonciation ne font que les conforter dans leurs opinions même si 18% parmi eux ont cru le 24/04/2017 aux promesses mensongères d’un bonimenteur vendeur d’un nouveau monde intègre et exemplaire. On voit depuis deux ans ce qu’il en est advenu et dans quel état de délabrement dans tous les domaines est notre pays.
    Si la carrière politique de F.de Rugy est certainement terminée tant le symbole de prévarication est puissant combien d’autres ministres ou élus étrangement discrets et silencieux depuis une semaine continuent leurs petits arrangements avec les règles et les lois de moralisation votées à grand renfort de publicité tapageuse :…pas vu, pas pris !
    Mais au-delà de l’affaire de Rugy, peu de monde parle d’un sujet bien plus grave et inquiétant : l’incurie et l’incompétence qui règnent au Ministère de l’Intérieur et qui ne seraient tolérées nulle part ailleurs. Le Ministre et son compère sont incapables d’assurer la sécurité des Français lors d’évènements à forts risques programmés tels que ces exactions commises par des pseudos « supporters » de l’équipe de foot Algérienne.
    Ce qui s’est passé dimanche soir à la fin d’un match de football dans plusieurs villes de France est intolérable et inadmissible tout comme l’envahissement du Panthéon par les « gilets noirs ». Face à ce pouvoir atone, faible et lâche on peut craindre les suites encore plus violentes du prochain match prévu vendredi prochain.
    Comment va se terminer cet amateurisme et cette inaptitude à faire régner l’ordre et respecter notre République ? Quand le premier ministre et le Président vont-ils enfin prendre conscience de leurs fautes de casting dans un Ministère si important ?
    Tout cela va très mal finir et la guerre civile n’est peut-être pas si loin…

    Aimé par 1 personne

    • Gérard Bayon, le problème, c’est que la politique française n’est plus que gesticulation et polémique au détriment des sujets de fond dont celui que vous évoquez…
      MT

      J'aime

  15. michel43 dit :

    A que oui, ,,,pourquoi incriminer les politiques ? il sont la ,,,part la volonté populaire ,,beaucoup on eu peur de Mme Lepen,, ,,avec les journalistes ,télé et Radio ,Macron était sur de gagner ,y a t »il eut des scandales a RN ,,,ou sont les promesses de Macron ,le chômage a t « il baisser , l » immigrations a t « il cesser ,tout comme les impôts ,le communautariste est partout en France ,et tout le monde sait cela ,Maxime , ce régime est foutu, ,,mais a encore des années a diriger notre pays ,les prochaines élections seront un teste sérieux ,,,les droites doivent se rassembler ,pour faire pressions sur ce gouvernement ,vous les avez voulue ,,,alors cesser de pleurnicher ,,,,la prochaine fois , voter Bien,,,,,,

    J'aime

    • pabizou dit :

      Ca veut dire quoi voter bien ? Le Pen? c’est la même en plus lâche encore . Croyez vous que ce soit un hasard si elle reçoit les voix des cocos, que son absence de vision économique permettra de faire mieux que Maduro ? Arrêtez de rabacher les mêmes insanités et ouvrez les yeux . Elle n’a rien à proposer qui puisse avoir la moindre utilité . A tout hasard, je vous rappelle ses propres mots il y a quelques années  » je porterai plainte contre tous ceux qui parleront de moi comme d’extrème-droite » ça ne vous a pas suffit pour comprendre ?

      J'aime

    • goupil dit :

      votez bien, cela ne voudrait-il pas dire changer ? Depuis le temps qu’on nous dis sur tous les registres que d’un coté c’est le vide absolu et de l’autre le moins pire, on s’enfonce dans la m…

      Et quel est le risque, finalement, vu tout ce qui se délite depuis 40 ans ? Je rejoins Michel. C’est quoi l’autre alternative ? la violence ? le chaos ?

      J'aime

  16. Curmudgeon dit :

    Je me répète. Parler de « délation », de « lynchage médiatique », c’est manquer de réalisme politique. Dans ce monde sublunaire, une démocratie exige un minimum de surveillance mutuelle entre les Rouges et les Bleus, avec les relais de la presse.

    Je préfèrerai la haute vertu civique, mais à défaut, ou, disons, les motivations étant mélangées et impures, je prends ce qui vient.

    Autre chose. Le choix répété comme illustration d’un malheureux accablé qui baisse la tête n’est pas particulièrement tonique. On ne va pas au combat en se lamentant.

    J'aime

    • Curmudgeon, parler de taupes, de mouchardage, de délation, de lynchage médiatique, dans un contexte de corruption qui nourrit ces phénomènes à quoi se réduit désormais la politique française, c’est simplement ouvrier les yeux (10 secondes).
      MT

      J'aime

  17. Alain57 dit :

    Bonjour.
    Il faudrait une autre approche de la politique, des hommes ou femmes totalement indifférents à leur image et à leur destin politicard, assez honnêtes pour se montrer irréprochables, assez fort pour mépriser les crachats, obsédés par le seul intérêt de la France. Mais rassurez-vous, cela n’existe plus.
    En France exact , cela n’existe plus, mais aux ici USA nous avons heureusement M Trump, un homme extraordinaire, qui entrera dans l’histoire comme le meilleur président de l’histoire de ce pays, ils prends les coups et insultes, et avance sans s’arrêter pour sauver son pays et son peuple, avec mon modeste soutient et celui d’une majorité d’américains, tous les jours plus nombreux a se rallier a lui, a ses idées et actes, nous sommes avec lui, les gauchistes démocrates et les médias qui tous les jours se ridiculisent et se rapprochent du marxisme seront laminé en 2020.
    La France ou je suis née, et foutu, et l’Europe de l’Ouest également, malheureusement,,,, le suicide d’une civilisation, incroyable…..
    Merci de me publier,

    Aimé par 2 personnes

  18. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    De toute cette déploration je ne veux retenir qu’une seule phrase : « Le régime dans lequel nous vivons est totalement foutu. »
    Si vous dites vrai, c’est la meilleure nouvelle du jour ! Mais je crains que vous vous ne soyez trop optimiste.
    Cependant ne désespérons pas car comme dit la chanson : che sera sera !

    Aimé par 1 personne

  19. carlo dit :

    « A ce rythme, pas un seul ministre pas un seul dirigeant politique ou gouvernemental, pas le moindre gouvernement n’est possible au-delà de quelques semaines. »
    Les politiques n’étant pas tous animés par le sens de l’intérêt général, pourquoi n’exige-t-on pas d’eux qu’ils justifient l’usage qu’ils font de l’argent public lorsqu’ils recoivent ou qu’ils se déplacent ? Les salariés du public et du privé doivent justifier leurs frais. Pourquoi en irait-il autrement des politiques ?

    Aimé par 1 personne

  20. Fredi M. dit :

    Mais rassurez-vous, cela n’existe plus.
    Si, si…
    Il y a Julien Aubert qui ferait très bien l’affaire.
    D’autant qu’il vient de réciter le credo obligatoire : pas d’alliance avec le Front N…, pardon, avec le RN.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.